23 octobre, 2020

L’église d’Ambleteuse rouverte au culte

Classé dans : conseil municipal,religion — dompaul @ 19:06

L’église d’Audresselles va cesser de servir aux cérémonies de funérailles des défunts ambleteusois. En effet, l’église d’Ambleteuse a été suffisamment restaurée par la municipalité  conduite par le docteur Arnaud Lelièvre du Broeuille pour que la messe puisse à nouveau y être dite. Les fidèles de ce clocher (désignation d’une ancienne paroisse), n’auront plus à aller jusqu’à Audinghen pour assister à l’office dominical.

21 octobre, 2020

Audresselles: l’afflux de migrants

Classé dans : espace public,international — dompaul @ 12:15

Suite de l’article:

Audresselles: Trafic d’êtres humains: des voisins très discrets

Dans les rues d’Audresselles proches de la mer, plusieurs témoins ont vu circuler les deux « locataires » de la maison qui a servi une semaine à héberger une cinquantaine de migrants, proche de leur lieu d’embarquement vers l’Angleterre: l’estran central d’Audresselles. Ils ne craignent rien, pas même d’être poursuivis pour trafic d’êtres humains tant l’Etat est devenu faible.

En effet. la maison qu’ils avaient louée comportait une large baie vitrée d’où l’on pouvait observer la mer à 180° avec devant, une cour close par des lyciets où les gendarmes ont saisi  deux moteurs hors-bord et une petite barque servant de navette pour rejoindre de nuit un bateau croisant au large. Celui-ci permet  de  faire traverser la Manche aux migrants qui ont versé chacun 4000 € aux passeurs (c’est le tarif devenu officiel). On peut encore voir le passage dans les lyciets par lequel ils transportaient la barque sans se faire remarquer des voisins. Par la même occasion, ils ont fait effondrer le mur en pierres sèches soutenant la terre où poussent les lyciets, réalisant ainsi une espèce de rampe d’accès.

lundi 19 octobre à 6h du matin, trois jours après le passage des gendarmes dans la maison transformée en centre d’embarquement, une centaine de migrants étaient rassemblés sur la plage, des dispositions nouvelles ayant sans doute été prises par les passeurs.

Pour l’instant, des migrants sont revenus squatter une maison vide sur l’ancien terrain de camping municipal devenu parking mais ce n’est pas l’emplacement idéal pour rejoindre l’estran puisqu’elle n’est pas tout près de la mer. Ce sont plutôt les propriétaires de résidences secondaires situées face à la mer qui ont du souci à se faire puisqu’en l’absence de maison à louer, on ne peut exclure que les passeurs, revenus sur place, squattent une ou plusieurs villas pour les transformer en centre d’hébergement et de transit pour les migrants vers l’Angleterre. En effet, que risquent les migrants, insolvables, s’ils sont interceptés par les gendarmes: un simple passage devant le procureur avec remise en liberté immédiate et éventuellement un repas chaud offert par une association de défense des migrants, une association subventionnée, bien sûr.

Le maire d’Audresselles a déjà pris des mesures conservatoires pour éviter que les locaux municipaux soient squattés ou même réquisitionnés par la préfecture: il a prêté une partie du garage municipal à un charpentier construisant des flobarts pour une durée indéterminée. Comme celui-ci y loge dans une installation de fortune, ce sera plus difficile pour des squatters de s’y installer.

17 octobre, 2020

Le professeur de Conflans Saint-Honorine n’a pas choisi le bon exemple

Classé dans : histoire,international,politique,religion — dompaul @ 11:03

Le même jour que les forces de l’ordre venaient appréhender à Audresselles une poignée de migrants installés dans une résidence légalement louée pour les héberger, un Tchèthène mahométan de dix-huit ans égorgeait un professeur d’histoire nommé Samuel Páty, qui avait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet parues dans « Charlie Hebdo »  en 2015,  pour expliquer ce qu’était la liberté d’expression,.

Le  ressortissant russe (les Tchètchènes sont de cette nationalité)  n’a pas eu le temps d’expliquer ses véritables motivations puisqu’il a été immédiatement abattu par la police.

Pourquoi ce professeur, emboîtant le pas aux plus hautes autorités de l’Etat proclamant le slogan de solidarité « Je suis Charlie », a-t-il voulu se montrer plus royaliste que le roi ?

Alors qu’il enseignait dans un lycée public, devant une classe uniquement composée de jeunes Mahométans, pourquoi les a-t-il provoqués au lieu de choisir un autre exemple, comme celui des condamnés par la XVIIe chambre du TGI de Paris, chargée de limiter la liberté d’expression. Pourquoi n’a-t-il pas choisi le cas de Dieudonné condamné comme ennemi du CRIF et du sionisme en raison de ses propos humoristiques sur un sujet interdit de discussion par la Loi Fabius-Gayssot, ou de Faurisson, lui aussi professeur d’histoire, rayé des cadres et condamné pour avoir voulu étudier si les chambres à gaz des SS  avaient réellement existé ?

Le professeur égorgé aurait risqué la prison ou une forte amende et l’expulsion de l’Education Nationale mais, comme aucun de ses élèves ne se serait plaint, il ne lui serait rien arrivé. Bien au contraire, il serait apparu comme un prof. exceptionnel, un prof. « super »  aux yeux de ceux-ci et de leurs parents.

L’égorgement du mécréant qui insulte Allah ou son prophète peut se justifier selon la graphie de la sourate 108 du Saint-Coran. En effet, depuis que les caractères diacritiques ont été fixés au XIe siècle après J.-C. par les califes, elle signifie: « Nous t’avons accordé l’abondance. Accomplis l’Aumône pour ton Seigneur et égorge. Celui qui te hait sera sans postérité. »

Mais l’Imam caché et descendant par les mâles d’Ibrahim ibn Mohamed, fils du prophète et de Maria la Copte, recueilli pour sa sécurité dans le Royaume des Francs l’an onze de l’Hégire, continue à prononcer cette sourate comme elle lui a été enseignée de génération en génération et son sens est: « Nous t’avons accordé la Constance, accomplis l’Aumône pour ton Seigneur et persévère. Celui qui te hait sera anéanti.  » C’est la version qu’il a transmise à son fidèle, l’écrivain Abd-el-Wahab-Meddeb.

16 octobre, 2020

Audresselles: Trafic d’êtres humains: des voisins très discrets

Classé dans : international,politique,religion — dompaul @ 23:38

Une opération conjointe police-gendarmerie mobilisant une vingtaine de fonctionnaires en uniforme dont un maître-chien et quatre véhicules, s’est déroulée vendredi 16 octobre en début d’après-midi à Audresselles, dans une villa louée à des « vacanciers » au fond d’une impasse donnant sur la mer.

De jeunes hommes extrêmement discrets au point d’être invisibles, venus des pays décrits dans les « Mille et une nuit », hébergés dans cette villa,  s’apprêtaient à rejoindre l’Angleterre dans des embarcations de fortune. Pour leur bien, afin qu’ils ne se noient pas en mer, les forces de l’ordre les ont emmenés dans un minibus après avoir fait le ménage avant de partir, emportant leurs maigres effets composés de sac de couchage, de chaussures, de téléphones portables et d’absence de justificatifs d’identité.

Les deux hommes mûrs qui régissaient l’hébergement, très polis mais peu causants avec les voisins, ont disparu dans la nature. Eux aussi semblaient venir du pays des Mille et une Nuits. Peut-être ont-ils rejoint la Grande Allemagne où leur véhicule est immatriculé.

Le locataire en titre de cette résidence de vacances avait été recommandé au propriétaire habitant à l’étranger, par une personne de confiance du bourg d’Audresselles. Il n’avait pas dû rechigner sur le prix. En revanche, le propriétaire risque d’avoir des surprises quand il va récupérer sa maison qui a servi d’hébergement à un nombre inconnu de migrants qui se sont succédé en arrivant à une heure où personne ne pouvait les voir sortir du véhicule qui les déposait devant la porte .

Comme d’habitude, ces migrants vont passer devant le procureur et seront rapidement relâchés sans même avoir à se déclarer mineurs. Ils trouveront rapidement à se placer auprès d’une locale esseulée, pas nécessairement jeune, mais avide de connaître à domicile les charmes de l’Orient, y compris les coups de bâtons car il est dit dans le Saint-Coran, parole et partie intégrante d’Allah: « Si tu soupçonnes ta femme de vouloir te désobéïr, bats-la et fait lit à part. Si elle se repent, pardonne-lui » (sourate 4, verset 34).

10 octobre, 2020

Covid 19 à Audresselles

Classé dans : artisan pêcheur,économie,espace public,medecine,religion — dompaul @ 19:11

Plusieurs Audressellois, qui ont été en relation proche avec des personnes ayant eu les symptômes du covid 19 (les mêmes que ceux de la grippe), sont allés se faire tester les muqueuses nasales par un laboratoire des environs. Evidemment,  ils ont été testés positifs sans qu’il se soient aperçus de rien, même pas d’une simple fièvre.

A Audresselles, il existe encore des pêcheurs fileyeurs ou caseyeurs. A côté des muscles en béton de ceux-ci, qui passent leur temps dans les embruns et les vagues, à tirer d’énormes charges chaque jour, les muscles de Schwarzy et de Stallone ressemblent à de la gélatine. On les imagine mal succomber au covid 19.

Du reste, un enterrement récent qui a créé l’affluence dans l’église Saint-Jean Baptiste, aussi pleine que le métro parisien dans la journée, prouve bien que les familles audresselloises suivent la recommandation du Pape Jan-Paul II: « N’ayez pas peur ! »

Bien sûr, selon les autorités, le covid ne circule pas dans le métro, surtout aux heures d’affluence, puisque le microbe n’a pas la place de passer.

4 octobre, 2020

Covid 19: les Mahométans sont mécontents. Seuls des Juifs résistent.

Classé dans : medecine,politique,religion — dompaul @ 23:35

Au plus fort du confinement, les églises de France ont été fermées aux fidèles  et les mosquées aussi. Comme ni le Coran ni les hadiths ne prévoient cette éventualité prétendument sanitaire, les pratiquants et les religieux, menacés d’amendes de 130 €, ont accepté cette obligation. Mais une proportion non négligeable n’apprécie pas ces oukases . Beaucoup font davantage confiance au professeur Raoult et à ses collègues spécialisés qui partagent son avis plutôt qu’aux autorités gouvernementales. Celles-ci étant soupçonnées de collusion avec les laboratoires pharmaceutiques qui préparent des vaccins comportant des nanoparticules à la fonction non précisée.

A Boulogne-Billancourt, les célébrations du sabbat à la synagogue se sont déroulées normalement pendant le confinement. Les responsables de la police ont voulu éviter tout scandale et surtout être taxés d’antisémitisme.

Une fois de plus, on peut constater que les plus courageux des Croyants sont  désormais des Juifs, assez longtemps persécutés pour être devenus bien conscients qu’il faut savoir braver les interdits  des gouvernements de rencontre surtout lorsque le fondement de ces interdits est particulièrement contestable.

 

 

3 octobre, 2020

Covid 21 à Audresselles et ailleurs

Classé dans : économie,international,medecine,politique — dompaul @ 17:07

A Audresselles, des habitants ont été envoyés dans un laboratoire proche pour déterminer s’ils avaient été en contact avec le virus dit « covid 21″. Selon le laboratoire choisi, ils ont eu plus ou moins de chances d’être testés positifs. En effet, si un laboratoire  vous déclare positif, il évite tout risque d’être poursuivi en justice. Pourtant, « positif » signifie seulement que le sujet a réagi au virus sans pour autant développer la maladie autrement que sous une forme bénigne ou très bénigne.

Ainsi, sans être vaccinés, la plupart des Français peuvent être testés positifs à la rougeole, à la rubéole, la varicelle ou à la plupart des maladies infantiles.

Ci-dessous, voici un exemple d’article écrit par des mal-pensants qu’Audresselles.at  publie précisément pour montrer le discours de ceux qui ne croient pas aux dogmes gouvernementaux sur le covid 21 alors qu’Emmanuel Macron a toujours raison puisqu’il a été élu président de la République française au suffrage universel.

Un célèbre autre complotiste, donc mal-pensant, Dominique de Villepin, estimait que Saddam Hussein ne possédait pas d’armes justifiant l’intervention américaine en Irak . Enfin, après le 11 septembre 2001, d’autres complotistes estimaient que la troisième tour du World Trade Center ne s’était pas effondrée toute seule. Ils ont du reste été punis par plusieurs mois d’interdiction de passage dans les médias officiels.

Extrait de « la Tribune » censurée par le JDD !
lalettrepatriote.com/tribune-censuree-par-le-jdd publie l’ensemble de l’article.

Le JDD devait publier une tribune signées par près de 300 scientifiques, universitaires et professionnels de santé critiquant la dérive de la politique sanitaire du gouvernement français. Ils estiment qu’elle conduit à des interprétations erronées des données statistiques et à des mesures disproportionnées. Parmi les signataires, on aurait dû trouver le sociologue Laurent Mucchielli, les professeurs Jean-François Toussaint et Laurent Toubiana.

Voici leurs explications:

Cette tribune devait initialement paraître dans le Journal du Dimanche (JDD) ce 27 septembre 2020. Acceptée le samedi matin par le journaliste en charge de la rubrique “Tribune/Opinions”, elle devait paraître intégralement sur le site Internet du journal et faire l’objet d’un article dans la version papier du lendemain. Le journaliste nous disait s’en féliciter car cela allait permettre un débat contradictoire avec d’autres opinions très alarmistes exprimées ce jour dans ce journal. A 16h, ce journaliste nous a pourtant prévenu que sa rédaction en chef interdisait la publication. (…)

Voici la tribune censurée :

30 septembre 2020

Tandis que le gouvernement prépare une nouvelle loi (la quatrième en 6 mois !) prolongeant le « régime d’exception » qui a remplacé « l’état d’urgence » sanitaire, le ministère de la Santé a encore annoncé mercredi 23 septembre des mesures restrictives des libertés individuelles et collectives qu’il prétend fondées scientifiquement sur l’analyse de l’épidémie de coronavirus. Cette prétention est contestable. Nous pensons au contraire que la peur et l’aveuglement gouvernent la réflexion, qu’ils conduisent à des interprétations erronées des données statistiques et à des décisions administratives disproportionnées, souvent inutiles voire contre-productives.

Que savons-nous de cette épidémie et de son évolution ?
Le SARS-CoV-2 menace essentiellement les personnes dont le système immunitaire est fragilisé par le grand âge, la sédentarité, l’obésité, des comorbidités cardio-respiratoires et des maladies sous-jacentes de ces systèmes. Il en découle que la priorité sanitaire est de protéger ces personnes fragiles : le respect des gestes barrières et le lavage des mains en sont deux des clés.

Le SARS-CoV-2 circule dans le monde depuis environ un an. Il continuera à circuler, comme l’ensemble des autres virus qui vivent en nous et autour de nous, et auxquels nos organismes se sont progressivement adaptés. L’espoir de faire disparaître ce virus en réduisant à néant la vie sociale est une illusion. D’autres pays, en Asie comme en Europe, n’ont pas eu recours à ces pratiques médiévales et ne s’en sortent pas plus mal que nous.

Quant à l’évolution, l’idée d’une « deuxième vague » reproduisant le pic de mars-avril 2020 n’est pas un constat empirique. C’est une théorie catastrophiste issue de modélisations fondées sur des hypothèses non vérifiées, annoncée dès le mois de mars et ressortie des cartons à chaque étape de l’épidémie : en avril lors du soi-disant « relâchement » des Français, en mai avant le déconfinement, en juin pour la Fête de la musique, en été pour les « clusters » de Mayenne ou les matchs de foot, et à nouveau cet automne face à une augmentation des cas certes significative, mais lente et grevée d’incertitudes diagnostiques. Au final, cette prétendue « deuxième vague » est une aberration épidémiologique et l’on ne voit rien venir qui puisse être sérieusement comparé à ce que nous avons vécu au printemps dernier.

On ne compte plus les mêmes choses

Nous voyons enfin que, pour des raisons difficiles à cerner (panique, pression politique ou médiatique… ?), les autorités sanitaires françaises ne parviennent pas à stabiliser une communication honnête sur les chiffres de l’épidémie. Elles ont surtout abandonné l’indicateur fondamental, la mortalité, pour ne retenir que celui de la positivité de tests pourtant incapables de distinguer les sujets malades des personnes guéries. Cette politique du chiffre appliquée aux tests conduit à une nouvelle aberration consistant à s’étonner du fait qu’on trouve davantage aujourd’hui ce qu’on ne cherchait pas hier. Elle conduit par ailleurs à des classements des départements ou des régions en zones plus ou moins « dangereuses » à qui l’on donne de jolies couleurs qui cachent la fragilité et l’arbitraire du comptage : untel se retrouvera en « zone rouge » alors qu’il y a moins de dix patients en réanimation, un autre verra tous ses restaurants fermés sans que l’on ait la preuve que ce sont des lieux de contamination majeurs. Tout cela n’est guère cohérent.

Les autorités sanitaires ne s’interrogent pas non plus sur la surmortalité à venir des autres grandes causes de décès (cancers, maladies cardio-vasculaires) dont la prise en charge est délaissée, ni sur le fait qu’une partie des sujets classifiés parmi les personnes « décédées de la Covid » sont en réalité mortes en raison d’une autre pathologie mais classifiées Covid parce qu’elles étaient également porteuses du virus.

Or des études récentes montrent que ce groupe pourrait constituer jusqu’à 30% des décès au Royaume Uni ces dernières semaines. Cette façon de compter de plus en plus comme « morts du Covid » des personnes en réalité atteintes avant tout d’autres maladies est probablement l’explication principale du fait que, comme cela est écrit en toutes lettres sur le site de l’INSEE : « depuis le 1er mai, on ne constate plus en France d’excédent de mortalité par rapport à 2019 ».

Il découle de tout ceci qu’il n’y a pas de sens à paralyser tout ou partie de la vie de la société en suivant des raisonnements qui sont parfois erronés dans leurs prémisses mêmes. Il est urgent d’arrêter l’escalade, d’accepter de remettre à plat nos connaissances scientifiques et médicales, pour redéfinir démocratiquement
une stratégie sanitaire actuellement en pleine dérive autoritariste.

21 septembre, 2020

Audresselles: la municipalité se risque à un sondage public de popularité

Classé dans : écologie,conseil municipal,espace public — dompaul @ 23:21

La nouvelle municipalité met actuellement l’accent sur la propreté du bourg par l’implantation de poubelles à chaque coin de rue mais aussi par une campagne de porte à porte et dans les médias, en particulier contre les dépôts sauvages de crottes de chien. Mais c’est toujours le même problème qui se pose comme en 2016  (voir « Marie Odeville est une malpropre », une affiche sexiste et raciste du conseil général« ). Pour polluer, il suffit d’un nombre infime de possesseurs de chien, souvent de passage, dont l’ animal défèque devant les maisons sans qu’ils songent à ramasser le dépôt pour le jeter dans l’une des nouvelles poubelles, pourtant proche de quelques mètres.

Seul moyen dissuasif: une amende à payer instantanément, comme en Suisse, ou, au choix, l’envoi du chien à la fourrière. Mais, au pays des droits de l’homme égoïste, une telle décision s’avère difficile à prendre.

La mairie a aussi distribué dans chaque boîte à lettres des autocollants à apposer sur les poubelles de chaque habitant avec des recommandations pour le bon usage de ces récipients.  Le nombre de vignettes collées permettra de mesurer la popularité de la  politique, en particulier sanitaire, de la nouvelle équipe municipale.

Une seule ombre au tableau: bien que la nouvelle municipalité ait fait des efforts de rapprochement avec l’exécutif de la communauté de communes toujours présidé par Francis Bouclet, les bennes de rammassage des ordures ménagères de cette même communauté, continuent à fuir et à répandre leur jus malodorant précisément dans les rues où se tient le marché d’Audresselles, le lundi matin. 

 

Dunkerque: les femmes voilées de noir sur la plage

Classé dans : espace public,religion,Wissant — dompaul @ 18:26

Le guide de l’Islamosoumis: 1ère recommandation pour ne pas être considéré comme « islamophobe »

Pour l’instant, des groupes de femmes, d’adolescentes et préadolescentes recouvertes d’un grand sac noir avec une fente pour les yeux et accompagnées d’un homme barbu, ne se promènent pas encore sur la plage d’Audresselles comme c’est déjà le cas sur celle de Dunkerque et de Grande-Synthe, observés directement et selon, aussi, le témoignage d’un ancien électeur de Jean-Luc Mélanchon. Il faut néanmoins évoquer cette possibilité qui fait fuir les touristes mécréants et qui ruinerait le commerce local y compris celui des forains impies du marché hebdomadaire.

En effet, Mahomet ( صَلَّىٰ اللّٰهُ عَلَيْهِ وَسَلَّم ) qui s’est dit le prophète du Dieu Allah, clément et misericordieux, inconnu avant qu’il ne révèle son existence, a déclaré deux fois  à ses disciples:  « le présage maléfique se trouve dans la femme, le cheval ou la maison » (Hadith Bukhari, vol. 4, livre 52, n°11 et vol.7, livre 62, n°30). Il a déclaré aussi: « Sa prière (celle du Croyant en Allah) pourrait être annulée si un âne, une femme ou un chien noir passe devant » (hadith Muslim, livre 4, n°1032).

Si un Croyant mahométan se trouve sur la plage aux heures de prière qui varient tous les jours mais qui, grosso modo, se situent aux alentours de 5h,  14h,  17h30,   20h30, et  22h, il est donc très important qu’une femme ne se trouve pas dans son champ de vision autrement que sous l’apparence d’un gros sac de charbon qui,même de près, se confonde avec les rochers. Quand un centre hippique envoie ses clientes galoper sur la plage en pantalon moulant, notamment sur celle qui se trouve entre le Cap Gris-Nez et le Blanc-Nez, c’est vraiment une horreur pour les vrais Mahométans aux heures indiquées ci-dessus.

Heureusement pour eux, les chiens sont déjà interdits sur la plage d’Audresselles. Mais, comme aucune amende ne sanctionne les contrevenants à cet antique arrêté municipal, plus ou moins tombé en désuétude, il n’est respecté que par ceux qui le veulent bien. S’ils tiennent à éviter d’être soupçonnés d’ « islamophobie », les propriétaires d’un chien noir, notamment d’un labrador, devraient s’abstenir de l’ emmener se baigner dans la mer et même de le sortir dans la rue quand ils aperçoivent des Mahométans barbus  aux heures de la prière. Ceux-ci sont reconnaissables aux femmes-sacs qui les accompagnent.

17 septembre, 2020

Audresselles: le toit de l’église est réparé par la mairie et la messe est supprimée par le clergé

La nouvelle équipe municipale d’Audresselles se montre extrêmement réactive depuis sa mise en place. Le devis des entreprises spécialisées, l’approbation du conseil et la réparation du toit et des gouttières de l’église du XIIe-XIIIe siècle , ont été réalisés en un temps record et dans les règles malgré les empêchements liés à la soi-disant pandémie de coronavirus: il a fallu moins de trois mois. Sans même que l’église soit fermée au fidèles.

Du jamais vu à Audresselles.

Il avait en effet fallu quatre ans à de simples citoyens, pour obtenir laborieusement des conseillers municipaux de l’ancienne majorité, dont un « laïcard » très hostile, le vote acceptant la restauration des trois tableaux du choeur de l’église inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Et pourtant, les fonds (23 000 €)  avaient été fournis par des particuliers, le conseil général et la paroisse puisque la mairie ne votait aucune ligne de crédit pour l’entretien du patrimoine (voir l’article: Un nouveau tableau à restaurer: la décollation du Baptiste.)

Le nouveau maire d’Audresselles se dit « laïc » mais il a le souci de préserver le patrimoine historique et culturel de sa commune.

On rapprochera cette nouvelle politique audresselloise de celle du maire de Wierre-Effroy qui, chaque année, prévoit une ligne de crédit pour faire restaurer l’un des tableaux de la magnifique église de cette commune, peu éloignée d’Audresselles. En effet, alors que sa commune n’est pas plus peuplée qu’Audresselles, elle dispose aussi d’un gymnase et d’une salle des fêtes neufs ainsi que d’un stade de foot-ball parfaitement entretenu et éclairé

Dans le même temps que le toit de l’église d’Audresselles est restauré dans un temps éclair, celui d’Ambleteuse est en restauration depuis plusieurs mois jusqu’à une date indéfinie et  l’église y est fermée. La messe n’y est plus dite et l’ensemble des paroissiens d’Ambleteuse commençait à prendre l’habitude de se joindre aux Audressellois dans l’église d’Audresselles.

Mais le nouvel administrateur de la paroisse qui succède à l’ancien curé responsable de l’église d’Audresselles, veut appliquer à la lettre les consignes gouvernementales concernant les distances réglementaires entre les personnes désormais édictées par les autorités régentées par le Grand fabricant de vaccins occidental Bill Gates. Il faut rendre la vie impossible aux gens pour qu’ils acceptent, de guerre lasse, de se faire vacciner avec ce vaccin, mais pas celui fabriqué  par les Russes, bien sûr.

Donc, la messe dominicale va être déplacée vers  l’église d’ Audinghen, dont l’intérieur, plus vaste, ressemble à une salle de cinéma.

.

12345...73

politiquementelles |
Verité sans masque |
Nadine Rivet, élue démocrat... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les acteurs de l'essonne
| palistro
| MRC 22