27 septembre, 2016

Les phoques: faut-il soigner les phoques malades ?

Classé dans : artisan pêcheur,écologie,phoques — dompaul @ 11:00

En 1998, il n’ y avait pas de phoques dans la mer devant Audresselles. Il n’ y en avait plus au moins depuis que l’intendance des camps de Boulogne avait utilisé tout ce qui était comestible pour nourrir les deux cent cinquante mille soldat de l’armée de Napoléon Ier. On peut même faire remonter beaucoup plus loin l’absence de phoques sur les côtes atlantiques françaises. S’il y avait eu des phoques en Bretagne au XVIIIe siècle, les chouans décrits par Balzac n’auraient pas été vêtus que de peaux de bique. Même à l’époque où Jules César est venu à Ambleteuse, il ne parle pas de phoques parmi les animaux marins qu’il a observés.

Donc, c’est une espèce invasive comme le frelon asiatique, le crabe géant apporté de la mer d’Okhotsk  les kangourous de la forêt de Rambouillet ou la vigne de Virginie.

En 1999, un premier phoque est apparu, ses parcours saisonniers entre la côte anglaise et Audresselles ont même pu être établis avec précision. Puis ses congénères se sont multipliés et l’on peut même distinguer deux espèces de phoques sur place: les phoques gris au nez pointu et les veaux marins au museau aplati.
Chaque année, leur nombre est multiplié par deux et de nombreux emplois subventionnés par nos impôts, donc parasites, se multiplient à la même vitesse pour soigner les phoques malades, récupérer les petits sans mère et les élever pour les remettre à l’eau.
C’est devenu une habitude. Dès qu’une occasion de ce genre se présente, des associations se créent pour réclamer des subventions aux démagogues en place.
Bref, l’attendrissement généralisé pour ces petites bêtes qui pullulent désormais en répandant les oeufs du « ver du phoque » (une espèce d’ascaris) dans leur fèces,  aboutit à la raréfaction drastique des poissons dont la chair devient porteuse des larves du ver qui atteint l’âge adulte dans les intestins des consommateurs: sont atteints par cette infection, en plus de l’homme et des animaux domestiques, les tourteaux où les vers se développent en alignement le long des branchies, les crevettes où les larves sont visibles sous la carapace transparente.

Les phoques ne sont pas obligés de respecter la réglementation qui impose aux pêcheurs humains de rejeter à l’eau les bars de moins de 42 cm de long (du reste, pourquoi 42 cm ? pourquoi pas 41, 46 ou 38 cm ?). Heureusement pour les Anglais qui ont voté le Brexit car 42 cm, c’est 16,5354 pouces. Il faut donc un appareil de grande précision pour mesurer les infractions.
Imaginons le dialogue du pêcheur anglais avec la gendarmerie maritime:
-le verbalisateur: « votre bar fait 16,5355 pouces, il y a 1/100 000 e de pouce en trop. Vous êtes verbalisé.
-le pêcheur: Suis-je bête ! j’ai oublié ma paire de ciseau pour couper 1/100 000 e de la queue. »

Faisant abstraction de toutes les associations parasites subventionnées qui vivent de la présence des phoques sur nos côtes, des groupements de pêcheurs qui en ont assez des lubies des trostkistes dits écologistes alliés à Brigitte Bardot, suggèrent de ne plus soigner les phoques malades. Une maladie bien contagieuse devrait faire effectivement baisser provisoirement la population des pinnipèdes mais il y en aura toujours qui résisteront et il pulluleront à nouveau. De plus, ils sont susceptibles de contaminer aussi les humains.
Donc reste une seule solution pour bloquer la prolifération: celle de Napoléon.

Laisser un commentaire

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas