4 avril, 2017

Le bulletin municipal: Audresselles aux Audressellois

Classé dans : conseil municipal,international — dompaul @ 11:49

Sans doute afin de démontrer une fois pour toutes que, sans lui, ce serait le règne de l’anarchie, de l’incompétence et du favoritisme débridés  à Audresselles, Roger Tourret, le charismatique maire, a laissé au rédacteur du bulletin municipal toute liberté pour relater et même approuver les propositions les plus inconséquentes de conseillers municipaux.

Ainsi, depuis des années, l’opposition municipale, qui n’a plus aucun élu, réclame que les commerçants utilisant la voie publique pour y installer des terrasses payent une taxe annuelle. Elle a trouvé un écho favorable auprès d’un ou deux conseillers municipaux avec l’éventualité qu’ils démissionnent si cette taxe n’est pas votée, provoquant ainsi de nouvelles élections municipales puisque quatre conseillers sont morts ou ont démissionné.

Il est à donc à prévoir que cette taxe va être votée, bien que Roger Tourret y ait toujours été défavorable et que la commune, dont le budget est excédentaire grâce à sa gestion, n’en ait aucun besoin.

Pour quel résultat ?
-Une rentrée annuelle d’environ 10000 €, ce qui est peu de chose en comparaison des bénéfices du camping municipal mais, en payant l’accaparement du domaine public, les commerçants bénéficieront désormais d’un droit d’occupation définitif, comme un bail.

Celui-ci générera une indemnisation évaluée en fonction de la perte du chiffre d’affaire si leur terrasse implantée sur la rue doit être retirée, même provisoirement, quand il faut effectuer des travaux.
Imaginons un instant qu’en plein été, une canalisation d’eau municipale se rompe ou qu’un égout se bouche sous la terrasse d’un restaurant. Il y a de fortes chances que le juge de Boulogne-sur-Mer donne automatiquement raison au commerçant qui réclamera plusieurs centaines de milliers d’euro d’indemnisation. Qui va payer ? Le contribuable qui va voir doubler ses impôts locaux.
Actuellement, le commerçant ne peut rien réclamer puisque sa terrasse, illégale, n’est que tolérée.

« Pour les Belges, y en  a plus »

Mais, l’histoire du colis de Noël révèle la totale incompétence juridique de certains conseillers municipaux, ou d’au moins un conseiller municipal acharné contre les électeurs non-français d’Audresselles, en particulier les Belges,  alors qu’il est lui-même d’ascendance espagnole.

Le Front National n’est pas encore au pouvoir et n’a pas encore effectué la sortie de la France de l’Union européenne, même si 44% des électeurs d’Audresselles ont voté pour le FN aux dernières élections (régionales).

Donc les électeurs belges, allemands, portugais, espagnols, italiens, britanniques ou autres d’Audresselles, ne se verraient plus attribuer de colis de Noël alors qu’ils ont les mêmes droits que les Audressellois de nationalité française (art. 8 bis du traité de Maastricht). En plus, par leur apport financier, ils ont la part essentielle dans la vie économique du village.

Le rédacteur du bulletin précise qu’il y aura une exception pour un Italien et une Allemande qui « méritent » leur colis. Les autres ne le méritant donc pas, selon lui.

Autre innovation proposée: « Un colis par couple ». Comment définir un couple: est-ce un couple marié, pacsé, non-déclaré, homo ou hétéro ? Et si l’un des deux membres du couple change de partenaire dans l’année, quel va être le couple bénéficiaire ?
Celui d’avant ou celui d’après ?

Et si l’un des membres du couple est  musulman, pourra-t-il réclamer un colis sans porc et sans vin?
Et si l’un des deux membres du couple ne vote pas à Audresselles ? Et si l’un des deux membres du couple a moins de soixante ans ou moins de soixante cinq ans puisqu’un conseiller municipal de plus de quatre-vingts-ans a proposé qu’on élève l’âge des récipiendaires du colis .

Si l’on va au bout de la logique de ces élus, Audresselles doit demander aux Nations-Unies son indépendance et créer une principauté, comme Monaco. Ainsi, seuls les Audressellois auront droit à leur colis et ne paieront pas d’impôt ni ne toucheront d’allocations ou de retraite de la France.

Pendant qu’on y est, il faudrait aussi n’attribuer le colis qu’aux Audressellois pouvant justifier que leurs ancêtres payent des impôts fonciers  à Audresselles depuis plus de cent ans, ou depuis deux cents ans ou depuis la guerre de cent ans. Sous l’Ancien Régime, les impôts locaux étaient regroupés sous l’impôt appelé « taille » et seulement 2% de la population y échappaient.

Laisser un commentaire

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas