• Accueil
  • > histoire
  • > « Balance ton porc », ou le remake du « Juif Süss »

18 octobre, 2017

« Balance ton porc », ou le remake du « Juif Süss »

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 17:52

Par la grâce de la loi Fabius-Gayssot et des lois identiques votées dans les pays de l’Union européenne et d’Amérique du Nord, toute allusion qui pourrait être assimilée à de l’antisémitisme ou à l’antisionisme, même dans la sphère privée, si l’on est enregistré, filmé ou dénoncé sur internet, est désormais considérée par les tribunaux comme un crime et punie d’amendes considérables et même de prison (1).

Evidemment, nombreux sont ceux qui cherchent par tous les moyens une faille dans cette interdiction. Et pas seulement les néo-nazis, les Trostkistes pro-Palestiniens, les Islamistes et autres antisémites-antisionistes officiels poussés par des motivations idéologiques ou électoralistes mais aussi les journalistes à sensation qui cherchent des scoops.

Une actrice américaine un peu vieillie et sans emploi depuis la fin de la série télévisée à laquelle elle participait (une histoire de sorcières), vient en effet de réapparaître sur les écrans de l’actualité en affirmant avoir été violée par le producteur Harvey Weinstein en échange d’un rôle dans un film. Une foule d’actrices ménopausées s’est alors précipitée devant les micros avides de leurs paroles, pour déclarer qu’elles aussi avaient été importunées par ce même producteur ou qu’elles avaient même dû coucher avec lui, parfois à plusieurs reprises. Elles veulent en effet faire des livres sur le sujet et gagner ainsi quelques sous pour l’occasion.

La  féministe Sandra Müller (Frau Müller) a eu l’idée d’exploiter à fond ces histoires en créant un site de dénonciations intitulé « balance ton porc » car les mots « dénonce ton porc » évoquerait trop la Collaboration, bien qu’ils reviennent au même. Pour la presse et les chaînes de télévision, cette affaire prend heureusement le relais des aventures de Dominique Strauss-Kahn, qui ont rapporté des dizaines de millions d’euro à de nombreux vautours depuis 2011.

Quant à Roman Polanski, le metteur en scène accusé de viol sur mineure il y a cinquante ans aux Etats-Unis et recherché par Interpol, ce n’est plus demain qu’il va pouvoir demander une amnistie pour pouvoir circuler en dehors de l’hexagone, malgré les interventions en sa faveur de Jack Lang, l’ancien député que le monde nous enviait, et de Bernard-Henry Lévy, le milliardaire-philosophe propriétaire de chaînes de télévision diffusant de la télé-réalité.

Tous ces personnages ont des points communs,  dont le moindre est d’être de gauche. Les trois premiers se trouvent désormais sous un éclairage permanent ou récurrent des médias, en tant que « porcs », animal impur dans certaines religions dont la leur.

Sous le règne du docteur Goebbels, en 1940, était sorti un film historique intitulé « le Juif Süss », ministre des Finances du roi de Würtenberg », présenté comme odieux et assouvissant ses désirs avec des femmes « aryennes » peu consentantes. Il finissait pendu devant une foule en liesse. Bien que le film soit depuis peu retiré de « Youtube » à la demande d’une association juive, le scénario est repris et actualisé dans les sagas judiciaires et journalistiques consécutives à chaque scandale autour de la vie sexuelle de chaque « porc », qu’on enchaîne comme une bête fauve pour le présenter à la foule avant de le condamner.

Mais il reste en vie, précisément pour alimenter la presse quand il y a un vide dans l’actualité. Le Porc est toujours le même personnage dans les remake-réalité du  film, sauf qu’il change de nom.

(1) voir l’article: Le 17 octobre, Dieudonné passe en jugement pour blasphème

Laisser un commentaire

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas