19 mars, 2019

Wissant, le « Grand débat national »

Classé dans : international,politique,Wissant — dompaul @ 11:14

 

Le maire de Wissant ayant décliné l’offre de gérer lui-même  le soi-disant « Grand débat national » dans sa commune, a accepté néanmoins de prêter la salle des fêtes municipales à cet effet le 28 février à 18h30. C’est Jean-Marie Fondeur qui a donc recruté cinq bénévoles pour organiser le débat autour de quatre tables rondes. Jean-Marie Fondeur a une grande expérience de ce genre de réunion puisqu’il est l’ancien directeur général d’une des plus importantes entreprises du Boulonnais et actuellement l’une des personnes les plus influentes de la paroisse Notre-Dame des Flots, qui correspond à la moitié occidentale  du canton de Marquise.

En présence de Brigitte Bourguignon, députée  de la circonscription, ex- socialiste devenue « En marche », qui se rend dans les communes où sont organisés ces débats et qui est restée jusqu’à la fin de la séance, Jean-Marie Fondeur a commencé par faire un petit discours introductif sur les règles de la démocratie indirecte, indiquant que ces règles, comme gravées dans le marbre depuis deux cent quarante ans, restaient valables aujourd’hui et ne devaient pas être remises en cause lors du débat.

Puis Alexia Noyon, gérante de la chartreuse de Neuville et épouse du   brasseur de la fameuse « bière des deux caps » omniprésente dans tous les commerces locaux, a donné des précisions sur les règles du débat où les sujets qui fâchent ne devaient pas être abordés, notamment ceux qui sentent le racisme. Elle a aussi rappelé les règles élémentaires de la courtoisie dans un débat public.

Posé ce cadre devant un public de bourgeois aisés et retraités à 95% qui se connaissaient presque tous les uns les autres, ce rappel aux règles de la courtoisie s’est avéré totalement superflu puisque la plupart étaient venus pour faire plaisir à Jean-Marie Fondeur et non pour en découdre.

De plus quatre modérateurs, dont l’un est l’avocat d’Eurotunnel et les autres des cadres supérieurs, veillaient à ce que le débat ne prenne pas une mauvaise route. Jean-Marie Fondeur avait donné le cadre au Grand débat: une petite équipe de quatre personnes, avec un animateur et un garant venant de la préfecture.

Il avait choisi les deux  thèmes à aborder: « La transition écologique » & « Démocratie et Citoyenneté ».

L’instruction civique obligatoire depuis l’école primaire constitue la grande idée qui est ressortie de du débat.

Autres idées évoquées: la réduction du nombre des sénateurs, l’obligation pour les parlementaires d’assurer un certain nombre d’heures par semaine dans leur permanence locale et l’abrogation de la loi  interdisant aux Parlementaires de briguer un mandat de chef d’un exécutif local tel que maire afin de les rapprocher du quotidien du peuple mais avec l’obligation de choisir l’une des deux indemnités correspondant à leurs mandats.

Brigitte Bourguignon a dû tout de même intervenir pour expliquer les règles concernant la présence obligatoire des députés à l’Assemblée quand quelqu’un s’est insurgé sur le fait qu’ils n’étaient pas rivés sur leur banc toute la durée des séances.

Autres sujets sur le même thème: la nécessité d’aider les vieux qui ne savent pas utiliser internet dans leurs démarches administratives.

Bref, rien qui dérange, comme les problèmes  posées par les migrations qui  concernent  peu la bourgeoisie locale, ou l’emprise de quelques faiseurs d’opinion sur les principaux canaux de télévision attribués par l’Etat. Comme le remarque fort justement Juan Branco, comment le citoyen peut-il se faire une opinion des affaires publiques si la seule information qui lui est fournie est celle qui est diffusée par les médias appartenant à deux ou trois individus uniquement préoccupés de leur intérêt personnel ? On efface la question. Le modérateur connaît la méthode pour passer à autre chose en douceur.

Le rapporteur de la Préfecture n’a pas de souci à se faire, tout ceci ne peut que plaire à ceux qui téléguident Macron puisque le Sénat est le seul contre-pouvoir d’Opposition même s’il n’est pas très violent puisque, comme disait un sénateur du Cher qui a fini sa vie avec son mandat: « c’est mieux que la maison de retraite ».

Même chose sur la transition écologique: les éoliennes fournies par les lobbies qui les fabriquent (notamment les entreprises du roi du Maroc) mais il y a eu quelques partisans du nucléaire, apparemment bien informés, qui ont expliqué que les progrès dans ce domaine, en faisaient la source d’énergie la moins polluante et bientôt la plus sûre.

Une personne a rappelé que la France ne participait qu’à hauteur de 0,7% de la pollution mondiale en général, atmosphérique en particulier; il ressortait de cette remarque que les efforts notamment fiscaux des quarante huit pour cent de Français qui payent des impôts ne servaient à rien, sinon à enrichir quelques individus. On efface.

Si le grand débat national est partout aussi  parfaitement organisé, Macron et ses partisans pourront être tout à fait satisfaits: « tout va bien et il a raison ». Et les « gilets jaunes » n’ont qu’à bien se tenir ou recevoir des flash balls qui percutent  la poitrine ou le crâne, ou simplement le genou, comme la soeur d’un innocenté d’Outreau, mort en prison, qu’un policier a repérée dans la foule et à qui il a fait exploser le genou: plus de rotule et les têtes du tibia et du péroné pulvérisées: une manifestante de moins.

Pour la première fois la France est condamnée par l’ONU pour avoir piétiné les droits de l’Homme. « Chut », personne ne doit en parler.

Laisser un commentaire

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas