20 septembre, 2014

« P’tit Quinquin » à Audresselles: que voient les Audressellois ?

Classé dans : art,religion — dompaul @ 15:39

Les deux premiers épisodes du téléfilm « P’tit Quinquin » présentée sur Arte jeudi 18 septembre ont rencontré parmi les Audressellois un accueil pour le moins mitigé. C’est le moins qu’on puisse dire.

Plusieurs acteurs ont été choisis parmi les handicapés mentaux pensionnaires de la communauté catholique de l’Arche implantée à Ambleteuse dont l’aumônier est aussi le prêtre desservant l’église d’Audresselles. Ce qui explique que les vêtements sacerdotaux et le calice qui servent lors de la messe dominicale, ont été prêtés pour être utilisés dans une consécration qui se veut boufonne pendant une scène de messe d’enterrement. Ce sont en effet deux handicapés (légers) ricanants qui jouent les rôles de prêtres. Le régisseur a donné une enveloppe au curé de N.D. des Flots pour le prêt du kit « église et matériel ».

Evidemment, cette scène profanatoire a interloqué une partie des habitants d’Audresselles, pratiquants ou non, qui ont reconnu le calice en vermeil du XVIIIe siècle, utilisé habituellement le dimanche par le desservant.

Des innocents exploités et tournés en dérision

Cette population d’acteurs amateurs et de figurants est censée représenter la population locale. Ces innocents ont été choisis en fonction de leur visage naturellement hébété, grimaçant, rempli de tics et souvent sans-dents, présenté en gros plan, mais sans aucune utilité pour la compréhension des événements. Ils s’expriment avec un vocabulaire des plus réduits sans savoir prononcer les mots qui ne sont ni du français, ni du dialecte.

Les insultes où le mot « bâtard » revient régulièrement, restent répétitives et sans finalité particulière. Dans une scène, où un commandant de gendarmerie en civil plein de tics, interroge sans conviction l’handicapé qui joue le fermier trompé par son épouse assassinée, ce dernier s’enfonce dans le fumier d’ une étable jamais nettoyée, comme si les normes d’hygiène n’étaient pas encore appliquées dans cet endroit reculé.

Quelquefois, on voit apparaître le paysage estival d’Audresselles avec ses maisons et ses champs proprets dont l’aspect semble incompatible avec la population censée les entretenir qui est présentée dans le film. Les volets de la plupart des villas de plaisanciers sont encore clos et « les acteurs » ne sont manifestement pas ceux qui habitent cette station balnéaire.

Rasoir

C’est l’ensemble du scénario qui rend ce téléfilm particulièrement ennuyeux: qu’en reste-t-il une fois qu’on a reconnu la rue du village où l’on habite pendant les vacances, les handicapés de l’Arche autorisés à circuler accompagnés par un éducateur dans Ambleteuse et les quelques habitants du village que l’on a fait grimacer comme figurants pour la somme de quatre-vingts euro ?

Autour d’ un fil conducteur très ténu: la recherche du meurtrier d’un cadavre de femme enfermé dans une carcasse de vache et découvert sur la plage d’Audresselles par deux caricatures de gendarmes, des scènes disparates s’enchaînent, tantôt avec des personnages adultes joués par les handicapés mentaux, tantôt avec des enfants présentés comme légèrement débiles, poursuivant un « négro », dont on ne s’explique pas la présence dans le village, sinon pour mettre en valeur le racisme supposé de la population locale

Bref, une « série » subventionnée destinée à plaire à un seul spectateur: l’homme qui a inventé la formule « les sans-dents », avec l’idée que  c’ est sans doute ainsi qu’il se les représente. Mais appréciera-t-il ce film d’amateur ?

13 septembre, 2014

Arts martiaux à Audresselles: cours de Silat à la briqueterie

Classé dans : art,religion,sport — dompaul @ 8:13

silat perisai diri 2bsilat perisai diri 3b

Pratiqué essentiellement en Indonésie, Le Silat se distingue des autres arts martiaux (à ne pas confondre avec les sports de combat), par la place faite  dans l’entraînement aux techniques de respiration et à la longue  méditation qui précède et termine les séances. C’est aussi une excellente école de patience et de persévérance.

La variante du Silat enseignée à Audresselles depuis plusieurs années, le « Silat Perisaï Diri » a été influencée par un moine chinois exilé pendant une vingtaine d’années en Indonésie. Il y a introduit certaines techniques du Kung Fu. L’entraînement habituel a lieu à mains nues mais il se pratique aussi avec des armes blanches, un bâton ou même un éventail.

Plus que de frapper son partenaire, le pratiquant ou la pratiquante s’efforce d’abord de passer derrière lui en esquivant ses coups.

C’est un art qui, comme la danse ou les sports, nécessite un échauffement et permet un assouplissement des muscles. Il peut être pratiqué à tout âge par les personnes pouvant fournir un certificat médical d’aptitude.

C’est la rentrée et il est encore possible de venir s’inscrire le jeudi à 19h30 à la Briqueterie d’Audresselles. Une séance a lieu lundi 15 à la même heure et au même endroit.

Aujourd’hui, selon le sondage ci-contre, vingt-cinq lecteurs d’Audresselles.at souhaitent pratiquer un sport en salle à Audresselles. C’est le moment pour eux de se manifester.

20 août, 2014

22 août 2014: G. Mamez fait visiter l’église d’Audresselles

Depuis la restauration récente des grands tableaux du peintre londonien Arthur Gilbert (1819-1895) à l’initiative de la municipalité d’Audresselles et de l’Association des Equipes d’Animation paroissiale qui a une antenne à Audresselles, l’église romane du village où ils  se trouvent attire de nombreux visiteurs.

Ces tableaux ont été installés dans le choeur à la suite de la visite de la reine Victoria accompagnée son ami de l’empereur Napoléon III.

Les organisateurs de la pastorale du tourisme ont délégué G. Mamez pour commenter gratuitement la visite de l’église le 22 août à 15h sous le thème « faites parler les pierres ».

L’église est ouverte tous les jours.

photos suivront

5 août, 2014

Le nouveau parvis de l’église d’Audresselles

Classé dans : art,conseil municipal,espace public — dompaul @ 16:15

Voici la photographie annoncée du parvis de l’église d’Audresselles: autour du parvis en marbre qu’il vient de faire reconstruire, Roger Tourret, le maire, a fait remettre du gravier et installer une gouttière permettant l’écoulement des eaux.

On remarquera au premier plan le projecteur éclairant la façade de l’église, reconstruite au XVIIIe  siècle,  que Joël Lecouffe avait fait installer lorsqu’il était maire.le nouveau parvis en marbre  de l'église Saint-Jean-Baptiste d'Audresselles (juillet 2014)

19 juillet, 2014

Aujourd’hui 19 juillet, à Audresselles, le cirque Zavatta ex-Atlas

Classé dans : art,espace public,fêtes,sport — dompaul @ 10:16

Lors de son dernier spectacle de juillet à Audresselles, le cirque Zavatta, auparavant cirque Atlas, présentera un spectacle enrichi de nouvelles attractions. C’est cet après-midi à 18h00 que vous pourrez admirer de nouveau les soeurs Ingrid et Laura Dassonneville dans leurs numéros d’acrobates.les soeurs Dassonneville 2

Autres spectacles:

à Marquise: lundi 21 juillet à 18h, mardi 22 juillet à 20h30, mercredi 23 juillet à 18h.

à Wissant: les 11 et 12 août

et de nouveau à Audresselles le 13 août à 18h

30 mai, 2014

Concerts à Wimereux et à Pittefaux 30 mai et 1er juin

Classé dans : art,peinture et arts plastiques — dompaul @ 16:28

 

VENDREDI 30 MAI – 20H30

 

DIMANCHE 1er JUIN – 18H00

 

Ensemble Vocal Chanter’Happy , solistes , musiciens

 

CHAPELLE SOUVERAIN MOULIN PITTEFAUX

 

ENTREE LIBRE

 

 

Histoire

Chapelle, dite Souverain Moulin

 

Sanctuaire édifié en 1882 à la demande de la comtesse de Béthune

 en mémoire de Charles de Béthune-Sully et de sa fille Joséphine.

Travaux exécutés selon les plans de l’architecte E. Duthoit par

M. Balbure de Pierremont, entrepreneur de maçonnerie et de charpente,

messieurs Labbé, Dufay d’Amiens, Buisine de Lille, menuisiers ébénistes,

M. Boucher d’Arras, marbrier, M. Phaff d’Amiens, sculpteur.

 

Les verrières sont de M. Gsell de Paris, de M. Latteux de Mesnil-Saint-Firmin.

 

En 1925, M. Garner Hale exécute la fresque représentant la famille d’Hinnisdal.

 

En 1952, M. Lurçat réalise la tapisserie « de la paix »,

 

en 1956 lestapisseries « flore étoilée » et « belles de nuit« .
Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1882

REMERCIEMENTS

 

A tous ceux qui ont rendu possible ce temps musical et vocal

 

MERCI à la municipalité de PITTEFAUX

 

PROCHAIN CONCERT DE CHANTER’HAPPY

SAMEDI 21 JUIN 2014
20H30
EGLISE DE WIMEREUX

 

 

 

 

 

13 mai, 2014

Conchita Wurst ou la combine de Tootsie

Classé dans : art,fêtes,international,peinture — dompaul @ 12:03

Mujer_barbuda_(La_femme_à_barbe)_-_Ribera

image: la femme à barbe de Ribera

Comme le personnage joué par Dustin Hoffman dans « Tootsie », Thomas   Neuwirth n’a pas obtenu un grand succès en tant que chanteur autrichien même s’il a américanisé son prénom en Tom.

C’est en se souvenant du film de Sydney Pollack de 1982, qu’il a eu l’idée de se mettre à la mode. Dans le film, le personnage de Michael, interprété par Dustin Hoffman, se déguise en femme pour obtenir le rôle principal d’une série télévisée.

En trente ans, la mode étant passé du féminisme, devenu ringard, au transsexualisme, Tom a décidé de jouer Conchita Wurst,  la femme à barbe, mais sans subir aucune opération risquant de déplaire à sa petite amie Kristina, qui reste très discrète et dont aucune photographie n’est apparue encore dans la presse People.

C’est cette idée géniale, plus que sa musique, qui n’est pas meilleure que quand Tom  se produisait sans travestissement, qui a séduit les organisateurs de l’eurovision, sûrs ainsi de s’attirer les faveurs du lobby gay au sein de l’audiovisuel, mais aussi celle du public populaire privé du spectacle de ces monstres présentés autrefois dans les baraques de foire entre le nain et  l’homme-éléphant, et désormais interdit par les lois régissant la dignité humaine.

Le problème est le suivant: comment Tom va-t-il se débarrasser de ce rôle une fois qu’il en aura vraiment assez sans que la classe médiatico-politique crie au scandale ?

 

 

11 mai, 2014

Bientôt « vu à la télé »: « P’tit Quinquin » de Bruno Dumont

Classé dans : art,histoire — dompaul @ 17:22

La vedette tourneLe tournage 2

Bruno Dumont est un réalisateur français qui a sa résidence à Ambleteuse, village immédiatement voisin d’Audresselles.

Après qu’en 1552, le bon roi Henri II de France eut repris la cité-forteresse d’Ambleteuse à la couronne d’Angleterre et massacré tous les habitants sans exception, civils compris, Ambleteuse avait été repeuplé de gens venus de Picardie, dont les noms sont restés.

En revanche, la population d’Audresselles est toujours constituée des descendants des Néerlandophones qui y étaient déjà implantés pendant la guerre de cent ans. Les patronymes des plus anciennes familles d’Audresselles en sont la preuve manifeste.

Jusqu’au début du XXe siècle, un antagonisme a donc subsisté entre ces populations d’origine différente, attisé par des conflits de pêcheurs ou de naufrageurs qui dégénéraient parfois en bataille navale. La venue des « baigneurs » résidents secondaires et les mariages inter-cités ont fait disparaître ces différends mais, pour certains Ambleteusois, les Audressellois restent des Carcahuttes, des va-nu-pieds tout au plus dignes de vivre dans une dune sous des épaves de bateau retourné.

La bande-annonce de la série télévisée « P’tit Quinquin » qui doit sortir incessamment sur le petit écran relève de cet état d’esprit aujourd’hui révolu concernant Audresselles.

Pour leur faire jouer le rôle d’Audressellois, Bruno Dumont a choisi ses acteurs (amateurs) parmi la masse des candidats venus de toutes les communes des environs. De jolie Marquisiennes ont été fort déçues d’être tout simplement éliminées du tournage ou de ne pas être choisies pour d’autres rôles que la figuration.

Le cadrage des personnages et les gros plans mettent en effet en valeur les gros nez à moustache, les bouches de travers, le strabisme de certains garçons de ferme dont le crâne aux cheveux rares semble taché de bouse de vache. Le « commissaire », qui parle « avé l’accent », semble fortement imprégné d’alcool et les gendarmes font du gymkhana sur la route qui mène d’Audresselles à Zuphen.
Et pour améliorer encore l’image de la population locale, les gamins, racistes, poursuivent un « négro » rue Edouard Quénu.

Une jeune Audresselloise a été néanmoins choisie pour tenir un rôle principal au milieu de cette faune. C’est Blanche-Neige entre la sorcière et les Sept-nains. Sauf que, dans la bande annonce, il n’ apparaît pas de prince vraiment charmant.

Il n’est pas sûr que la série télévisée, même si elle est « marrante », plaise à tous les habitants d’Audresselles.

Mais, qu’on présente Audresselles, centre de l’univers, ou en bien ou en mal, l’essentiel est qu’on en parle et qu’on le connaisse dans le monde entier.

Samedi 24 mai: concert à la chartreuse de Neuville

Classé dans : art — dompaul @ 15:14

 

LA CHARTREUSE DE NEUVILLE

SAMEDI 24 MAI 2014

http://www.lachartreusedeneuville.org/COM/Affiche/sonneursmai2014/bandeaumail.png

CONCERT EXCEPTIONNEL
AU PROFIT DE LA SAUVEGARDE DE LA CHARTREUSE

De 16h à 18h,
PROMENADE MUSICALE
à travers les espaces extérieurs de la Chartreuse, jardins, cour d’honneur, préau du Grand Cloître.

DEUX GROUPES DE SONNEURS DE
TROMPES DE CHASSE

Les Trompes du Parc aux Cerfs de Versailles
et
Le Bien Allé de Bondues

Entrée : 10 €
Gratuit moins de 10 ans
Réservation conseillée

Formulaire de réservation

Renseignements et programme :
www.lachartreusedeneuville..org
03.21.06.56.97

Les voitures de collection du Rotary de Douai qui organise le « Rallye de la Goutte d’Huile », feront étape dans la cour d’honneur .

 

 

Patrick Allindré

p.allindre@lachartreusedeneuville.org

www.lachartreusedeneuville..org

03.21.06.56.97

 

Cloitre

 

13 octobre, 2013

Le 17 octobre, Dieudonné passe en jugement pour blasphème

Classé dans : art,politique — dompaul @ 18:05

Le Camerouno-français Dieudonné M’bala M’bala, mulâtre comme Alexandre Dumas, a été déjà condamné par la « justice » française à l’inégibilité sous prétexte que la diffusion de ses opinions est interdite mais surtout pour éviter qu’il ne prenne des voix aux partis parlementaires de l’UMPS. A la demande de la LICRA et d’autres associations se réclamant du Sionisme, il repasse donc en jugement le 17 octobre 2013 à partir de 14h devant la 17e chambre correctionnelle au palais de Justice de Paris pour infraction à la loi dite Gayssot-Fabius, c’est-à-dire pour délit d’opinion et blasphème. Il y aura beaucoup de monde sur les marches du Palais ce jour-là.

Dans son théâtre, Dieudonné fait en effet chanter au public en choeur l’expression « shoah nanas », considérant que la réduction en esclavage et l’extermination de millions de supposés Juifs d’Europe centrale pendant la seconde guerre mondiale, n’a pas plus d’importance historique que l’esclavage dans les colonies d’Afrique et d’Amérique.

Lorsque Jean-Claude Gayssot a présenté cette loi, il  était député du parti communiste français pour qui l’Union Soviétique constituait un modèle en matière de  liberté d’expression.

Dieudonné M’bala M’bala, dit Dieudonné ou encore Dieudo, dont l’enfant aurait pour parrain Jean-Marie Le Pen,  offre chaque jour à 20h et à 22h deux représentations dans son propre théâtre, le théâtre de la Main d’Or, rue de la Main d’Or, à Paris 12e (Métro Ledru-Rollin). Il est le seul entrepreneur de spectacle-acteur-metteur en scène de France a ne pas avoir besoin de subventions,  ni de passage à la télévision, ni d’articles dans les journaux, ni même de publicité payante pour remplir son théâtre. Le théâtre comporte quelque deux cent cinquante sièges mais comme il est plein comme un oeuf frais, même en semaine,  les derniers arrivants s’assoient sur les escaliers.

Ce spectacle est le seul qu’il faut  absolument avoir vu si l’on va une seule fois au théâtre dans sa vie.  Comme au temps de Molière, il a lieu autant sur la scène que dans la salle. Le public est constitué presque exclusivement d’hommes de vingt-cinq à quarante ans, habillés bourgeoisement et capables de payer leur place trente cinq euro, sans gratuité pour personne et sans place réservée. Pour les deux-tiers, ce sont des Blancs de type maghrébin ainsi que quelques noirs, et pour un tiers, des Blancs de type  européen, genre cadres BCBG. Parmi les spectateurs, il y a une vingtaine de jeunes femmes généralement sexy accompagnant leur copain ou leur mari.

Ils viennent se défouler en applaudissant Dieudo.

Dieudonné a intitulé sa nouvelle pièce  « le Mur », pour indiquer que la France va droit dedans.

Le succès énorme (plus de 220 000 spectateurs par an) vient  du talent d’acteur et de l’omniprésence sur scène du colosse qu’est Dieudonné, tour à tour prédicateur et humoriste, imitant à la perfection les différents accents camerounais, sénégalais, marocain et martiniquais, mais ce succès  provient aussi du registre personnel qu’il s’est choisi et qui donne mauvaise conscience à l’ »élite ». Ses sujets de prédilection sont en effet tout ce qu’ il est interdit de remettre en cause, de critiquer ou même d’évoquer: les associations dites « antiracistes » ou « antihomophobes » mangeuses de subventions ou d’indemnisations.

Ce sont ces attaques férocement comiques et interdites contre ces lobbies tabous qui font la joie des spectateurs car elles formulent ce que toute la journée, il leur est interdit de dire au bureau, dans la rue, les commerces ou même en famille (car il ne faut pas que leurs enfants le répètent à l’école).

Le spectacle comporte toute une série de tableaux avec même des scènes réalistes de guerre en Italie avec, pendant la fusillade, des dialogues entre deux soldats noirs, un sous-officier maghrébin et un officier métropolitain. Dieudonné joue tous les rôles (avec l’accent). Mais il réserve le meilleur pour la fin: le marchand camerounais  d’enfants à adopter s’entretenant avec les clients de son « association »: un couple d’Européens (homo).

Pour réserver des places avant que le spectacle ne soit interdit par voie de justice:

Dieudonné dans Le mur – Théâtre de la Main d’Or | BilletReduc.com

Adresse : 15 Passage de la Main d’Or, 75011 Paris
Téléphone :06 03 39 08 78
Il est possible aussi de s’inscrire pour suivre des cours,  car Dieudonné a créé aussi une école de théâtre.

voir aussi en cliquant sur Youtube:  Procès Dieudonné:  Quenelles, LDJ, ananas et compagnie ! youtube

Les partisans de Dieudonné chantent la Marseillaise et ses opposants l’hymne israélien.

123456

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas