17 novembre, 2018

Commémoration du centenaire du 11 novembre 1918 à Audresselles

Classé dans : conseil municipal,fêtes,histoire,international — dompaul @ 17:09

A Audresselles, la commémoration du 11 novembre 1918 se déroule ordinairement en deux temps: la cérémonie à l’église avec prières et chants en mémoire des soldats et marins audressellois  morts pour la France pendant la Grande Guerre, dont les noms, inscrits sur la plaque en marbre de la nef, sont lus un par un depuis cent ans. Certaines familles portent encore ces noms glorieux: Harduin, Lisse, Malfoy, Beaugrand, Marcq, Penel, Tourmetz et surtout Dutertre et Parenty, dont les ancêtres s’étaient déjà illustrés aux Croisades. Mais beaucoup parmi tous ces noms, qui apparaissent plusieurs fois sur la plaque, ont été rayés définitivement du monde des Audressellois et parfois même de la face de la Terre.

Cette année du centenaire de l’armistice, il y avait encore deux porte-drapeaux dont Evelyne Ruano, épouse de l’ancien maire-adjoint d’Audresselles et un ancien militaire d’Ambleteuse. Mais seulement trois conseillers municipaux ont assisté à la cérémonie à l’église: le maire Roger Tourret, son premier adjoint Paul Ellart et Benoît Geneau de Lamarlière. Le maire d’ Ambleteuse, Arnaud Lelièvre du Broeuil est aussi venu avec deux de ses adjoints Christophe Pâque et Irène Rousseaux et l’ancien maire Jean Jayat, président de l’association des anciens combattants. Une fois de plus, le commandant (C.R.) Jean-Paul Cogez, chevalier de l’Ordre du Mérite, a fait l’appel du nom des Audressellois morts pour la France.

Au monument aux morts, sous le calvaire, pour la cérémonie laïque, ils étaient plus nombreux à s’être déplacés pour écouter le discours du maire, lui-même ancien combattant:  plusieurs conseillers municipaux d’Audresselles se sont ajoutés aux précédents: Hugues Pouyet, Bruno Depothuis, Patrick Boucher et Michel Nicolas. Ainsi que quatre conseillers de l’Opposition municipale: Olivier Hugon, Raouti Chikaoui, Franck Ternisien et Antoine Benoît.

Même pendant la collation à la mairie servie gracieusement par Ghislaine Caron, personne n’a profité de l’occasion pour rappeler à ces quatre derniers que, grâce à leur vote aboutissant à l’interférence du sous-préfet, les taxes locales avaient considérablement augmenté. Pour rien.

Le professeur des écoles Pierre Tallotti, en poste à Audresselles, avait aussi fait le déplacement (il n’habite pas Audresselles) pour assister à la cérémonie, seul représentant du corps enseignant depuis des années à assister à cette manifestation.

Une délégation des motards de la côte d’Opale, pour certains anciens officiers et sous-officiers de l’armée française, ont aussi fait acte de présence ainsi que quelques anciens combattants de la guerre d’Algérie, le poitrail couvert de médailles.

La commémoration de ce centenaire nous rappelle qu’il suffit d’un seul fou furieux comme Guillaume II Hohenzollern, pour déclarer une guerre qui va faire des dizaines de millions de morts à vingt ans, sauf ses fils.

19 octobre, 2018

A Audresselles, la campagne électorale pour les élections municipales de 2020 se transforme en guerre ouverte.

Classé dans : conseil municipal,international,socialistes — dompaul @ 17:28

translation in English below:

Les élections municipales doivent avoir lieu dans dix-huit mois, en 2020, et la campagne électorale bat déjà son plein à Audresselles. Les candidats à la direction de la commune sont déjà en campagne avec un programme qui indique leur tendance politique et à quel électorat il s’adressent. Les passions sont déjà exacerbées au point que le candidat de l’Opposition aux fonctions de maire refuse de serrer la main à ceux dont il pense qu’ils ne voteront pas pour sa liste.

Pour certains, les hostilités sont ouvertes comme s’il s’agissait d’une guerre et l’Opposition n’hésite pas à recourir à tous les coups bas, y compris au détriment des contribuables.

Après une enquête approfondie, Dominique P. Boitel  fait pour vous le point sur les derniers rebondissements de cette campagne électorale.

« L’équipe Cap Audresselles » de cinq membres, qui constitue l’Opposition dans le conseil municipal, a distribué en septembre 2018 dans les boîtes à lettres une analyse critique du budget municipal proposé par l’exécutif afin d’expliquer les raisons pour lesquelles elle a voté « contre ».

Certains paramètres ne sont pas pris en compte. L’auteur du document le reconnaît. Il évoque des impayés de TVA puis il note que la TVA n’a pas été récupérée. Or la commune ne paye pas de TVA. Cette taxe ne concerne que le camping municipal dont, selon la loi désormais en vigueur, le budget n’ a aucun rapport avec celui de la Ville. L’excédent de recettes du camping de 900 000 € ne peut donc profiter à la commune. Le camping n’apporte plus rien aux Audressellois.

« Cap Audresselles » reproche aussi au maire de ne pas avoir demandé de subventions sans préciser pour quel usage il aurait dû le faire.

Quoi qu’il en soit, le budget aurait été voté si quelques « traîtres » de la majorité n’avaient pas profité de l’anonymat du scrutin pour voter avec l’Opposition. Ils sont connus et ils l’ont reconnu mais ils ne souhaitaient pas, jusqu’à maintenant, que leur identité soit publiquement dévoilée.

Et voici qu’avec l’Opposition, les « traîtres » et d’autres conseillers de la Majorité ont signé une demande d’audit à la Chambre régionale des comptes, certains de ces autres conseillers espérant de bonne foi par ce moyen rendre définitivement claire une situation qui l’était déjà.

Trois conseillers seulement n’ont pas fait la démarche de signer cette demande: le maire Roger Tourret, Paul Ellart et Benoît Geneau de Lamarlière.

Comme le budget n’a pas été voté, le sous-préfet a dû le décider unilatéralement en suivant les conclusions de la Chambre régionale des comptes. D’habitude, elle est saisie lorsqu’il faut empêcher une municipalité de continuer à faire des dépenses inconsidérées.

A Audresselles, c’est le contraire qui s’est produit. La commune n’a aucune dette et le maire ne dépenserait pas assez. Le sous-préfet  a imposé un budget comportant des dépenses supplémentaires,  afin de  prévoir davantage d’investissements et d’emplois municipaux. Le sous-préfet a donc  augmenté unilatéralement les impôts locaux pour 2019.

Quelle est la vrai raison de ce refus de voter le budget y compris de la part des trois voix de la majorité municipale  qui ont rejoint l’Opposition?

La  cause déterminante en est la suivante : dans son budget, Roger Tourret a supprimé les subventions aux associations implantées sur la commune. La plupart servent  de couverture à « Cap Audresselles » pour sa propagande électorale, notamment en organisant des voyages pour les Audressellois juste avant les élections. Plusieurs conseillers de la « Majorité » font partie de ces organismes.  

Roger Tourret a aussi laissé entendre qu’il ne se représenterait peut-être pas en 2020. Donc, comme disait De Gaulle, ce ne sera pas le manque de candidats aspirant à le remplacer, mais le trop-plein.

Pour les prochaines municipales, une petite partie des conseillers de la Majorité pronostiquent donc  la victoire de la liste d’Opposition conduite par le triumvirat composé d’Antoine Benoît, Raouti Chikaoui et Olivier Hugon et voudraient s’y incruster. Ces postulants s’abstraient des candidats non élus qui en faisaient partie et qui pourraient vouloir se représenter. Ils se fient surtout aux résultats des partielles de l’hiver, lorsque tous les candidats de l’Opposition ont été élus, en  oubliant que les résidents secondaires n’ont même pas su qu’il y avait un scrutin car ils ne sont pas venus récupérer la littérature électorale dans leur boîte à lettres.

Or, ces électeurs représentent plus de la moitié des votants et ont acheté leur résidence secondaire plusieurs centaines de milliers d’euros. En général, ils ne sont pas favorables à une municipalité très à gauche, mangeuse mais surtout distributrice de subventions avec leurs impôts locaux, et  décidée à construire encore des logements sociaux et une maison de «  jeunes » de quelques millions d’euros.

Le tout aboutissant automatiquement à l’implantation à Audresselles de populations vivant exclusivement d’allocations et venues des métropoles environnantes ou plus lointaines.

In Audresselles, the electoral campaign for the municipal elections of 2020 is turning into open war.

While the municipal poll will take place in eighteen months, in 2020, the electoral campaign in Audresselles is already in full swing and the candidates for ruling  the town-council are in campaign with a program indicating their political trend and which electorate they address. It has come to such an extent that the opposition candidate as mayor is refusing to shake hands with those voters whom he thinks they would not vote for him.

For some, the hostilities are open as if it were a war and the Opposition does not hesitate to use all the blows, including to the detriment of taxpayers.

After a thorough investigation, Dominique P. Boitel gives you an update on the latest developments in this election campaign.

The five-member "Cap Audresselles" team, which constitutes the opposition in the municipal council, distributed in September, 2018 in
 the mailboxes, a critical analysis of the municipal budget proposed by the executive, to explain the reasons why they had voted "against".
Some settings are not taken into account. The author of the document recognizes this fact. He refers to unpaid VAT and notes that VAT
 has not been recovered. The municipality does not pay VAT. This tax only concerns the municipal campsite of which, according to the 
law, the budget has nothing to do with that of the City. The excess revenue of the campsite of 900 000 € cannot therefore benefit
 the municipality. The campsite brings nothing to the Saint-Johners (Audresselles was called Saint-John when it was ruled by Henry the 8th
 of England).

"Cap Audresselles" also criticizes the mayor for not having asked for subsidies without specifying for what use he should have done it.

In any case, the budget would have been voted if some "traitors" of the majority had not taken advantage of the anonymity of the poll to
vote with the Opposition. They are known and they recognized it but they did not wish, until now, that their identity were publicly 
unveiled.
And now, with the Opposition, the "traitors" and other Majority councilors have signed a request for an audit at the Regional Chamber of
 Accounts, some of these other councilors hoping in good faith to make this request clear a situation that, in fact, was already so.

Only three councilors did not make the process of signing this application: Mayor Roger Tourret, Paul Ellart and Sir Benoît Geneau de 
Lamarlière.

Obliged by the law to replace the council unable to vote a budget, the deputy-prefect had to decide unilaterally and followed the 
conclusions of the Regional Chamber of Accounts imposing a budget with additional expenses, in order to provide more investment and 
municipal jobs. The deputy-prefect therefore unilaterally increased local taxes for 2019.
Usually, the Regional Chamber of Accounts is seized when it is necessary to prevent a municipality from continuing to make reckless 
expenditures.

At Audresselles, the opposite has occurred. The town has no debt and the mayor would not spend enough, according to the chamber.
So, what is the true reason for this refusal to vote the budget, including from the three voices of the municipal majority who joined the 
Opposition?

The decisive cause is as follows: in his budget, Roger Tourret has abolished subsidies to associations established in the municipality. 
Most of them serve as cover for "Cap Audresselles" for its electoral propaganda, notably by organizing trips for Saint-Johners 
(Audressellois) just before the elections. Several "Majority" councilors belong to these organizations.

Roger Tourret also hinted that he may not be representing himself in 2020. So, as De Gaulle said, “it will not be the lack of candidates 
aspiring to replace him, but the overflow”.

For the next municipal elections, a small part of the Majority's councilors predict the victory of the list of opposition led by the triumvirate
 composed of Antoine Benoît, Raouti Chikaoui and Olivier Hugon and would like to be ingrained. These postulants erase unelected 
candidates who formerly were  part of this list and who might want to represent themselves. They mostly rely on the partial results of the
 winter, when all Opposition candidates were elected, forgetting that secondary residents did not even know there was a ballot because 
they did not come retrieve electoral literature in their mailbox.

However, these voters represent more than half of the voters and have bought their second home several hundreds of thousands of euros
 or pounds. In general, they are not in favor of a very left-wing municipality, which is eating but above all distributing subsidies with their
 local taxes, and has decided to build social housing and a "house for youngsters” worth a few million euros.

The result automatically would lead to the establishment in Audresselles of populations living exclusively with allocations and coming from the surrounding  or more distant townships.

4 août, 2018

4 août: grande réunion au camping municipal

Classé dans : conseil municipal,espace public,fêtes — dompaul @ 16:14

DSCN2020

Afin de réunir dans une atmosphère conviviale les habitués du camping municipal et les personnalités d’Audresselles, Patrick Boucher, adjoint au maire, a organisé avec les Dames du camping -les gérantes et leurs adjointes- un apéritif de l’amitié avec des jus de fruits, de la sangria et du vin rosé.

Natacha Lisse, gérante, ainsi qu’Ophélie Ternisien, qui travaille cet été au camping, se sont activées, avec le sourire, pour servir les rafraichissements.

Roger Tourret, le maire, et sa famille ainsi que plusieurs conseillers et Michel, le doyen du camping,  ont honoré de leur présence cette réunion en plein air sous un soleil ardent tempéré d’une brise légère. On a pu remarquer notamment la présence des conseillers Olivier Hugon, Hugues Pouillet,  Benoît Geneau de la Marlière. ainsi que celle de Luc et Ghislaine Caron, employés municipaux.

Actualité d’Audresselles:

Exceptionnellement, demain dimanche 5 août, à 9h30,  à l’église Saint-Jean d’Audresselles, la messe sera célébrée par le père Hyacinthe Destivelle, o.p., membre du conseil pontifical pour l’unité des Chrétiens.

 

14 juin, 2018

Audresselles: bientôt un nouveau vote au conseil municipal

Classé dans : conseil municipal — dompaul @ 14:17

Lors de la dernière réunion du conseil municipal, le budget  n’a pas été voté par l’Opposition sous prétexte que la comptabilité de la commune aurait comporté des irrégularités. Quelques conseillers de la majorité ont profité de l’anonymat du vote à bulletin secret pour se joindre à l’Opposition ou s’abstenir.

Le principal traître de la Majorité qui s’est trahi lui-même par la suite en essayant de se justifier, devra cette fois-ci réfléchir à deux fois. En effet, on imagine mal le sous-préfet avoir envie de s’embarrasser de la tutelle d’Audresselles si une majorité de conseillers municipaux s’obstine à voter contre le budget. La chambre des comptes régionale a donc été dépêchée pour venir vérifier les comptes de la commune et les a trouvé en ordre.

Il faut préciser que la secrétaire de mairie est une experte en comptabilité publique et, qu’il y a quelques années, elle a préféré rester à Audresselles alors qu’elle avait été pressentie pour prendre un poste dans un ministère à Paris où une carrière beaucoup plus intéressante lui était offerte sur un plateau, avec changement immédiat de catégorie pour commencer.

Il va donc falloir que l’Opposition et les traîtres de la majorité trouvent un nouvel argumentaire pour voter contre le budget ou s’abstenir.

23 mai, 2018

Un nouveau succès pour la fête du crabe à Audresselles, 19 et 20 mai 2018

Classé dans : conseil municipal,espace public,fêtes — dompaul @ 16:06

la fêteles musiciensStéphane et sa filleJacques et Sandrine

Malgré l’absence de publicité dans les médias, puisque même un journal local avait annoncé qu’elle n’aurait pas lieu, la fête du crabe d’Audresselles, la veille et le jour de la Pentecôte, a attiré autant de monde que les années précédentes. Pour rendre confortable la participation au rassemblement, le maire avait fait installer des tables, des chaises et des cabanons pour  les stands en cas de pluie.

Cette année, ce sont essentiellement deux personnes qui ont pris en mains l’organisation de la fête: Stéphane, le sympathique épicier de la place et Coralie Cappelle, la restauratrice du « retour des flobarts » qui, avec son frère Thierry, le patron de l’estaminet « de Cap en Cap », ont réglé les honoraires des musiciens qui sont venus interpréter avec l’accent, le ton et la voix appropriés le répertoire local: « p’tit Quinquin », « pleurez Finette », « quand la mer monte » etc.

Ce fut aussi un beau succès pour l’étal des marins-pêcheurs et des matelotes d’Audresselles avec Emilie Maurice et Jean-Yves Noël, et Stéphane Baillet.

Il y avait aussi de bonnes affaires à réaliser du point de vue des fringues puisque des blouses de marin neuves et d’excellente qualité ont été soldées à dix euros, parfois même à cinq.

La municipalité était notamment représentée par le maire et Benoît Geneau de La Marlière qui sont venus saluer les participants.

En revanche, aucun élu des conseils généraux, régionaux ni de membre du Parlement n’a fait le déplacement.

14 mai, 2018

Audresselles: première communion 2018

Classé dans : conseil municipal,fêtes,religion — dompaul @ 11:13

Le dimanche 13 mai 2018, lors de l’eucharistie célébrée par l’abbé Bizet, curé de Notre-Dame-des-Flots, à l’église Saint-Jean-Baptiste d’Audresselles, ont été mis en l’honneur les huit premiers communiants et les trois baptisés. Les deux cents places assises de l’église d’Audresselles étaient occupées au point qu’une partie de l’assistance a dû rester debout.

Le maire était représenté par son épouse, qui participe activement à la vie de la paroisse, et par ses deux premiers adjoints: Paul Ellart et Bruno Depothuis. L’une des trois autres plus anciennes familles du village (installées à Audresselles depuis plus de sept cents ans), était représentée par Christian, son patriarche, dont plusieurs descendants faisaient partie des communiants et des baptisés.

9 mai, 2018

Audresselles: réunion du conseil municipal du 4 mai

Classé dans : artisan pêcheur,conseil municipal,espace public — dompaul @ 18:48

Lors des dernières réunions du conseil, trois membres de l’opposition, à l’instar de François Ruffin à l’Assemblée nationale, ont considéré qu’il s’agissait d’une tribune pour se mettre en valeur auprès de leurs électeurs et avaient fait durer la séance plus de deux heures après avoir convoqué la presse locale.

Cette fois-ci, Roger Tourret, le maire, a réduit le temps de la réunion en décidant le huis-clos: le public et les journalistes ont donc été invités à quitter les lieux.

Comme le budget n’avait pas pu être voté la dernière fois, à cause de trois conseillers de la majorité qui avaient profité du vote à bulletins secrets réclamé par l’opposition pour trahir anonymement, beaucoup s’attendait à ce que Roger Tourret aille les voir un par un en leur promettant des avantages personnels pour faire revoter le budget. Car il n’a pas été difficile de connaître les trois qui ont trahi puisque leur meneur s’est lui-même trahi par ses excuses oiseuses. Un quatrième, un adjoint, n’étant ni présent, ni représenté, on peut lui laisser le bénéfice du doute. « Il ne savait pas » qu’il y aurait des traîtres qui feraient capoter le budget.

Donc le budget municipal 2018 ne sera pas représenté au conseil et, pour l’instant, c’est le sous-préfet qui va se faire repasser le bébé.
En attendant, le budget des fêtes n’étant pas voté, ni celui des subventions aux associations, la mairie ne pourra rien verser pour le budget de la fête du crabe: il n’y aura donc ni installation d’une estrade, ni attractions payées par le contribuable. L’espace restera en revanche disponible pour les étals de crabes, homards et poissons, l’association des flobards, les artisans maquettistes, les peintres belges, les majorettes et peut-être, pour la première fois, des pratiquants d’arts martiaux qui feront une démonstration le dimanche de la Pentecôte en début d’après-midi .
En revanche, devant l’insistance de l’opposition et d’un des conseiller de la majorité, les débitants de boissons alcoolisées même légèrement, vont devoir payer une taxe d’occupation de la voie publique pour leur terrasse débordant sur le trottoir, notamment rue Edouard Marin La Meslée et rue Edouard Quénu. Pour commencer, cette taxe sera au minimum de 900 €  par an selon le nombre de mètres carrés occupés mais,  si l’on se réfère à l’histoire fiscale, les taxes ont toujours tendance à augmenter.

voir les articles précédents sur le sujet:

Audresselles: les vraies raisons des démissions au conseil municipal

Audresselles: l’opposition officielle entre dans le conseil municipal

24 mars, 2018

Veillée de Pâques à Audresselles: Samedi 31 mars 2018

Classé dans : conseil municipal,religion — dompaul @ 15:33

Exceptionnellement, c’est dans la remarquable église romane d’Audresselles qu’aura lieu le samedi 31 mars à 21 heures la veillée pascale des paroissiens de la commune et des communes environnantes. (on ne dit plus paroisse depuis qu’à été créée la super-paroisse Notre-Dame-des-Flots, dont Marquise est le siège).

Comme il n’ y aura pas de messe le lendemain, dimanche de Pâques,  à Audresselles, et qu’  au rite des flammes et à  la liturgie, s’ajoutera le baptême d’un adulte accompagné de sa famille et de ses amis,  les paroissiens audressellois doivent arriver en avance s’ils veulent être assis pendant la liturgie. L’église d’Audresselles ne comporte en effet que deux cents places assises dont une partie sera réservée aux proches du catéchumène. Et la tribune sera occupée par les membres du choeur.

10 mars, 2018

Seconde réunion du conseil municipal après les élections de janvier 2018

Classé dans : conseil municipal,espace public — dompaul @ 20:08

Le jeudi 8 février 2018, la seconde réunion du nouveau conseil municipal a duré deux heures. Alors que l’ordre du jour, qui ne comportait que deux points, ne nécessitait qu’une demi-heure de délibération et de vote, la séance s’est prolongée fort avant du fait des différentes demandes des opposants, notamment Rauti Chikaoui, que le maire a laissé s’exprimer tout leur soûl après le vote du budget du camping et de ses dates d’ouverture, qui était la raison essentielle de cette réunion.

Pour commencer, Olivier Hugon, de l’Opposition, se plaint de ne pas voir toutes ses questions aux maire développées lors de la réunion. Il réclame aussi un plus long délai pour étudier l’ordre du jour proposé par le maire qui l’a envoyé dix jours auparavant à tous les conseillers municipaux (NDLR: la loi prévoit que l’exécutif municipal doit envoyer les convocations trois jours à l’avance). Rauti Chikaoui réclame que la mairie soit ouverte tous les jours pour que les conseillers municipaux puissent instaurer un tour de permanence afin d’accueillir les réclamations.
C’est en effet le bon système pour que les conseillers municipaux d’Opposition puissent promettre la lune aux électeurs qui viendront réclamer (généralement un logement, un emploi municipal ou des distractions gratuites), afin de les convaincre de voter pour leur liste aux élections suivantes.

En ce qui concerne le camping, il ouvre du 23 mars au 5 novembre 2018.

Les employés interviendront dans le camping à partir du 15 mars pour le préparer à recevoir les usagers et jusqu’au 9 novembre pour l’entretien préparatoire à la fermeture hivernale.

Les tarifs de location d’emplacement augmentent de 2% par rapport à 2017.

La prime d’intéressement des deux gérantes du camping représentera 2% du chiffre d’affaires.

Le conseiller municipal Rauti Chikaoui propose que la prime d’intéressement des gérantes du camping soit partagée avec tous leurs employés, quelle que soit leur affectation. C’est le principe d’égalité et de redistribution, déjà développé par les Gracches, tribuns de la plèbe, dans la seconde moitié du second siècle avant Jésus-Christ, et depuis, usé jusqu’à la corde par les démagogues de tout poil.
Les deux gérantes, qui sont présentes, sursautent quand elles entendent ces propos.
De toute façon, la proposition de Rauti Chikaoui est repoussée par le conseil.
Ce qui ne l’empêche pas de voter avec tous les autres conseillers pour toutes les décisions concernant le budget et le fonctionnement du camping.

10 février, 2018

Audresselles: la première réunion du conseil municipal après les élections

Classé dans : conseil municipal,politique — dompaul @ 23:29

La première réunion du conseil municipal après les élections partielles du 14 janvier, a eu lieu dès le jeudi 8 février, mais dans des délais suffisants pour que les cinq nouveaux élus aient le temps de préparer leurs interventions. On notera la présence, dans l’assistance qui est venue nombreuse occuper tous les sièges disponibles, de Patrick Legrand, candidat de la liste « Audresselles d’abord » aux élections du 14 janvier 2018.

Avant toute chose, le maire doit désigner un nouveau 4e  adjoint chargé des finances et de l’interim occasionnel des autres adjoints, en remplacement de Jean Ruano, démissionnaire.
Par souci de la démocratie, au lieu de désigner lui-même l’adjoint, le maire fait procéder à un vote à bulletins secrets des conseillers municipaux présents et représentés: Nicolas Denis est élu avec 9 suffrages et 6 bulletins blancs (il n’a pas voté pour lui-même).

Le maire a aussi décidé d’offrir gracieusement à ces élus de l’opposition une place dans chacune des cinq commissions municipales, en leur laissant le choix de désigner eux-mêmes leur représentant.
Comme Antoine Benoît, le chef de file de cette opposition pentacéphale, n’est pas venu à la réunion pour une raison inconnue, ils se sont trouvés bien embarrassés pour choisir à sa place car ils avaient prévu que leur groupe occuperait deux places dans chacune des commissions.
En définitive, Olivier Hugon a proposé pour lui un siège à la commission des finances.
Voici la nouvelles composition des commissions:
- 1ère commission des Finances: Hugues Pouyet, Patrick Boucher et Antoine Benoît;

- 2e commission de l’urbanisme: Michel Nicolas, Bruno Depothuis, Olivier Hugon;

- 3e commission du tourisme: Paul Ellart, Patrick Boucher, Nicolas Denis et Graziella Lefilliatre;

- 4e commission de l’Education: Joël Lecouffe, Michel Nicolas, Patrick Boucher, Rauti Chikaoui,

- 5e commission gestion du marché et de la briqueterie-salle des fêtes: Patrick Boucher, Michel Nicolas, Jean Leone, Franck Ternisien;

Le maire gère directement les fêtes et cérémonies avec l’aide de  l’ensemble du conseil municipal (pour la fête du crabe, le budget déjà prévu est de 2000 €)

En ce qui concerne le recrutement et la gestion du personnel, Joël Lecouffe, ancien maire, rappelle que la législation prévoit que ces attributions reviennent exclusivement au maire en exercice sans  qu’il soit tenu de suivre les recommandations des conseillers municipaux. Le conseil vote le budget dans lequel se trouve le poste de la globalité des rémunérations.

En fait, le législateur a voulu  éviter, dans la mesure du possible, le népotisme, la corruption et le trafic d’influence au niveau des conseillers.

Avant que la réunion ne prenne fin, Olivier Hugon propose l’installation d’un défibrillateur dans le village. Le maire y a déjà pensé mais il n’existe pas dans la commune un lieu fermé, accessible et surveillé en permanence, donc adapté pour l’installer.

Cette installation n’est pas obligatoire ni codifiée par la loi.

La séance est levée et toutes les personnes présentes sont invitées par le maire à participer au pot de l’amitié. Tous les conseillers municipaux et presque tout le public acceptent l’invitation.

 

 

12345...22

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas