10 octobre, 2011

Vingt Audressellois aux primaires socialistes du 9 octobre

Classé dans : conseil municipal,politique,religion,socialistes — dompaul @ 10:59

Au milieu des années 70, la municipalité d’Audresselles a remplacé l’aigle éployée de sable du blason de la commune, par le tourteau, appelé aussi crabe dormeur. En effet,  s’éloigner de leur village, ombilic de la Terre, où les Belges du monde entier rêvent de s’installer, représente toujours un effort surhumain pour les Audressellois.

Selon Martial Herbert, président de la communauté de communes de la Terre des deux caps, une vingtaine d’Audressellois ont fait le voyage à Marquise pour voter aux primaires socialistes. Ce qui représente un peu moins des 3 % des électeurs inscrits à Audresselles soit moins que la moyenne nationale de 5,8 %. C’est  néanmoins plus que la moyenne des Audressellois qui se déplacent à l’église d’Audinghen lorsqu’il y a une messe dominicale regroupant les fidèles de tous les clochers de N.D. des Flots (0, 5 %) alors que  8 % à 50 % fréquentent l’église d’Audresselles quand un office y a lieu.

Ni les listes électorales d’Audresselles ni celles de Tardinghen n’avaient été transmises au bureau de vote de Marquise, chef-lieu du canton, alors que, deux jours avant le scrutin,  le maire d’Audresselles avait remis celles d’Audresselles en mains propres à l’organisateur des élections désigné pour effectuer leur recueil auprès des municipalités. Quatre électeurs matinaux d’Audresselles ont donc dû revenir après 11h30, heure à laquelle le bureau de vote de Marquise a pu obtenir ces listes.

Pour voter, il suffisait de montrer sa carte d’identité et de donner un euro (qui représente moins que le coût de chaque vote). C’est tout. Aucun engagement à signer comme dans des bureaux de vote parisiens.

A Paris, au moins dans certains bureaux de vote, l’électeur des Primaires socialistes a dû signer une déclaration selon laquelle il respectait les valeurs de gauche qui sont aussi les valeurs de Marine Le Pen et de François Copé: Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité et Solidarité.

Mais peut-être parce que toutes ces valeurs ne sont pas nécessairement celles de l’électorat barbu ou voilé de Martine Aubry, inch Allah, qui ne se reconnaît ni dans la Liberté, ni dans la Laïcité, les électeurs du Nord-Pas-de-Calais ont été dispensés de signer une quelconque déclaration.

« N’ayez pas peur », disait le regretté Pape Jean-Paul II. Certains Audressellois ne sont pas allés voter « par peur d’être fichés »(sic!), peur surtout d’être catalogués comme socialistes dans un village très favorable au Front National. Pourtant, même des représentants de mouvances politiques  différentes, ont été remarquablement bien accueillis pour voter librement.

Le vote de dimanche prochain va être décisif car l’un des deux candidats des primaires restants, risque réellement de devenir président de la République.   

8 octobre, 2011

Le conseil municipal du 4 octobre 2011

Classé dans : conseil municipal,espace public,peinture,politique — dompaul @ 16:06

Trois pelés et un tondu 

La tenue du conseil municipal a été affichée à l’avance sur la fenêtre de la mairie d’Audresselles et annoncée médiatiquement. Treize élus municipaux sur quatorze s’y sont rendus en personne. Mais seulement neuf habitants d’Audresselles se sont déplacés pour y assister et, parmi ceux-ci, deux conjoints et un fils de conseillers municipaux.

« Solo tre gati », « seulement trois chats » comme on dit en italien, (traduction « il n’ y avait pas un chat »).  Ceci prouve une fois de plus l’approbation massive que rencontre ce conseil municipal dans son ensemble (majorité et opposition réunies) auprès des électeurs, et la confiance absolue que lui accorde la population. En effet, quand les administrés sont satisfaits, ils ne se déplacent pas.

Pourtant, il y avait de nombreuses choses à apprendre, notamment sur les nouvelles réglementations s’appliquant aux municipalités, réglementations de plus en plus contraignantes et aberrantes, qu’ont mises en place les ministricules les plus incompétents de Nicolas Sarkozy.

L’essentiel de la tenue a été consacré à la lecture des rectifications d’un conseiller  à la cour des comptes régionale concernant la comptabilité de la commune. S’en est suivi un vote où les conseillers municipaux ont approuvé ou se sont abstenus, mais le résultat était le même puisque, de toutes façons, la décision de la cour des comptes serait impérative en cette circonstance.

Commentaire explicatif

Rappelons qu’un conseiller dans une cour des comptes régionale est généralement un fonctionnaire de catégorie A, employé à la direction centrale d’un ministère parisien, apprécié d’un ministre ou d’un conseiller à la Cour des comptes nationale. Sa nomination dans une cour des comptes régionale constitue une promotion très intéressante. Pour parfaire sa carrière, il applique la réglementation à la lettre, même si elle est incohérente et même nuisible.

La nouvelle réglementation

Une nouvelle réglementation de 2008 (donc concoctée sous le règne de Nicolas Sarközy de Nagybocsa) prévoit désormais que le budget des campings municipaux sera distinct du budget général de la commune. Ce qui signifie que l’excédent des recettes des campings d’Audresselles -les bénéfices- ne pourront plus être affectés aux dépenses générales de la commune.

Pendant trois ans, la municipalité a pu ignorer ce nouveau dispositif et continuer à payer une partie des réalisations générales de la commune avec les bénéfices du camping, comme auparavant. Désormais, il faudra affecter les bénéfices du camping à l’amélioration et à l’entretien du seul camping.

 Dans la France entière, les camping municipaux n’auront donc plus aucune utilité financière pour la majorité des électeurs des communes où ils sont situés.

Commentaire explicatif

Le camping municipal d’Audresselles emploie cinq Audressellois: deux titulaires et trois saisonniers. Jusqu’ici, ces cinq personnes  ont suffisamment démontré leur professionnalisme. C’est en partie grâce à leur travail que les impôts locaux des Audressellois n’ont pas augmenté jusqu’ici. De plus, de nombreux propriétaires de mobil-home du camping municipal sont intégrés à la vie du village et de la paroisse où ils se sont fait des amis de longue date. L’été, ils augmentent le nombre des fidèles à la messe. Mais rappelons que la possession d’un mobil-home ne leur donne pas le droit de vote sur le territoire de la commune où il est installé.

Dans ces conditions, une fois l’avantage financier supprimé,  cette augmentation estivale de catholiques pratiquants contrebalancera-t-il suffisamment les inconvénients que supportaient jusqu’ici les résidents secondaires-électeurs, prioritairement sensibles à la propreté de la rue où ils ont leur villa et de la plage, comme au Touquet ou à Wissant. Ces derniers sont en effet indisposés l’été par l’odeur consécutive à la saturation des bassins d’épuration des eaux usées, la pollution accrue du fleuve Manchue, l’augmentation des déchets ménagers,  et la multiplication des pêcheurs non-professionnels et des tracteurs roulant sur la plage.

Evidemment, Sarkozy a pour objectif final de privatiser les campings municipaux pour que se créent des chaînes de camping appartenant à ses copains, comme il existe déjà des chaînes hôtelières. Il est surtout à prévoir que les bénéfices des campings municipaux vont être reversés à l’Etat, avec un effet d’augmentation sur les taxes foncières et d’habitation.

 Le terrain de sport municipal

A l’unanimité, le conseil municipal avait voté puis fait réaliser un magnifique terrain multi-sport, inauguré cet été avec la participation de Martial Herbert, en tant que représentant du conseil général (voir Inaugurations à Audresselles avec Roger Tourret et Martial Herbert). Ce terrain est exactement semblable à celui de Wissant, référence en matière de qualité.

Entouré d’un haut grillage, il peut servir de terrain de baskett, hand-ball, tennis etc. Dès sa création, les enfants d’Audresselles sont venus en profiter. Malheureusement depuis, des bandes de voyous buveurs de bière, venues d’ailleurs, ont repéré l’endroit pour en faire un lieu de retrouvailles. Ils se montrent menaçants avec les enfants qui y viennent jouer. Un adjoint au maire, qui habite en face, a voulu intervenir mais mal lui en a pris car ces brutes étaient sur le point de passer à l’acte.

Le maire a fait part de cette situation aux gendarmes mais ils ne peuvent pas assurer une surveillance 24h sur 24.

Les membres du conseil ont donc été invités à réfléchir individuellement sur le sujet afin de proposer la solution adéquate pour la prochaine réunion. Une idée géniale va-t-elle être trouvée par l’un des membres de ce think-tank ? Nous le saurons lors du prochain conseil.

La restauration du second tableau de l’église d’Audresselles.

C’ést aux membres du conseil municipal qu’a été réservée la primeur d’une information restée confidentielle jusqu’ici: l’identité du peintre qui a réalisé le grand tableau placé au centre du triptyque de l’église d’Audresselles, « la décollation du Baptiste ». Il s’agit du célèbre peintre anglais Arthur Gilbert (1819-1895), membre de la fratrie des six peintres Williams. Ses oeuvres se trouvent dans les musées de Glasgow, Reading, Londres et à la galerie Haynes à Broadway.

Une restauration s’impose à brève échéance, étant donné la valeur du tableau et son mauvais état qui empire rapidement puisque des déchirures commencent à apparaître sur les côtés sous l’action du vent qui souffle dans les combles.

Pour la restauration du tableau, des particuliers ont déjà remis une somme conséquente à l’association chargée de collecter les fonds privés.

Toutefois, il convient là aussi, passée la surprise d’avoir accepté la responsabilité de gérer ce chef d’oeuvre, que les membres du conseil puissent réfléchir tranquillement à la question avant de passer au vote.

Elections du 9 octobre

Demain dimanche, quelle que soit votre appartenance partisane, pensez à aller voter aux primaires socialistes à la mairie de Marquise de 9h à 19h en vous munissant de votre carte d’électeur et d’un euro. C’est votre devoir civique.

Si vous ne disposez pas de véhicule, des conducteurs pourront vous y emmener à la fin de la messe à l’église d’Audresselles. La messe commence à 9h30. 

En effet, selon des informateurs d’Audresselles.at, bien placés au sein du parti communiste et du Front national, des partisans des autres formations vont se rendre en grand nombre dans les bureaux de vote pour élire « leur » candidat préféré ou le moins détesté. Ceci ne les empêchera pas, aux présidentielles, de voter pour leur candidat naturel.

1 octobre, 2011

4 octobre 2011: réunion du conseil municipal d’Audresselles

Classé dans : art,conseil municipal,espace public,peinture,politique — dompaul @ 11:23

A l’initiative de Roger Tourret, maire d’Audresselles, le conseil municipal  se réunira dans la grande salle de la mairie, rue Pierre et Marie Curie, le mardi 4 octobre 2011 à 18h.

La séance est publique donc ouverte à tous et portera sur le budget, le camping et différentes affaires en cours, notamment la poursuite de la restauration du remarquable triptyque de l’église, inscrit à l’inventaire des monuments historiques.

 

4 octobre 2011: réunion du conseil municipal d'Audresselles dans art leptitbonheuren2002.vignette Album: Le p\’tit bonheur
Le p\’tit bonheur vu par les peintres : Maurice Boitel (1919-2007), école de Paris.
2 images
Voir l’album

“Le p’tit bonheur”, rue Edouard Quénu: restaurant intimiste et discret dans une ancienne maison de pêcheur, avec sa cuisine raffinée et son accueil  familial, il attire, y compris l’hiver,  les personnalités internationales qui veulent rester incognito: premiers ministres, artistes connus etc.

 

*l’”Hôtel de la plage”, à l’entrée sud d’Audresselles, avec vue sur la mer et cuisine de qualité à des prix raisonnables.

30 septembre, 2011

Le polyptyque de Marchiennes et le triptyque d’Audresselles

Le polyptyque de Marchiennes à Douai

La municipalité de Marchiennes, reflet de ses électeurs, descendants des « Gueux » qui pillèrent les oeuvres d’art de l’abbaye de cette ville en 1566, est désormais connue pour son soutien à la dynastie nord-coréenne des Kim, empereurs-dieux, dont le pouvoir est exclusivement fondé sur la terreur communiste.

Il est bien évident qu’aucun des conseillers de cette sinistre municipalité de Marchiennes, composée du même genre d’individus depuis trois quarts de siècle, n’était capable de mesurer l’intérêt du polyptyque renaissance de l’abbatiale de l’agglomération et de prendre l’initiative d’en récupérer les éléments, disséminés aux alentours après la révolution (1). C’est donc le premier conservateur du musée de la Chartreuse de Douai qui s’est attelé à cette tâche. Et aujourd’hui, c’est à Douai qu’est exposé le polyptyque de Marchiennes.

Plus ouverts sur la culture et l’actualité internationale que les descendants des Gueux de Marchiennes, la municipalité et les habitants d’Audresselles  apprécieraient peu la visite du représentant de Corée du Nord à l’Unesco, entré  en France sous couvert des Nations Unies, et donc subrepticement, puisque le gouvernement français n’a pas encore reconnu l’existence de cet Etat-prison (2). C’est en effet ce soi-disant ambassadeur que la municipalité de Marchiennes a accueilli à bras ouverts dans son hôtel de ville.

Le triptyque d’Audresselles à Audresselles

Mais là ne s’arrête pas la comparaison, puisque c’est précisément la municipalité d’Audresselles -l’actuelle – qui a voté et finalisé la restauration du premier tableau du triptyque  de l’église d’Audresselles en attendant la restauration du second.

Grâce à cette initiative des édiles d’Audresselles, destinée accessoirement à attirer aussi quelques autocars de touristes supplémentaires dans les hôtels et les restaurants, les Andressellois pourront aller contempler et étudier leurs tableaux sans avoir besoin d’aller voir le triptyque d’Audresselles, leur triptyque (3),  dans le musée d’une grande ville plus ou moins proche, comme les Marchiens, que leur municipalité s’efforce de maintenir au niveau culturel des Coréens du Nord, soumis à la propagande sonore du « Cher Dirigeant »  Kim Jong Il,  diffusée en permanence par hauts-parleurs (4).

(1) Il s’agit du polyptique de Jan Van Scorel (1495 – 1562), voir

Polyptyque de Saint Jacques et Saint Etienne 

www2.ac-lille.fr/patrimoine…/le_polyptyque_de_saint_jacques.htmEn cache 

Musenor – Le polyptyque de Marchiennes : histoire d’une  

www.musenor.com/…/Le-polyptyque-de-Marchiennes-histoire-d-une

(2) Alain Juppé, fidèle entre les fidèles des présidents de la république successifs et actuel ministre des Affaires étrangères, vient toutefois d’annoncer l’ouverture d’un « bureau français de coopération » en Corée du Nord, dirigé par Olivier Vaysset.

(3) le triptyque de l’église d’Audresselles est visible le matin tous les jours de 10h à midi.

(4) voir aussi Marchiennes (59) ou la Corée du Nord à deux pas de chez vous

Quelques  restaurants et hôtels d’Audresselles de qualité:

-restaurants:

  »le p’tit bonheur », rue Edouard Quénu,

« La Marie Galante », rue Edouard Quénu,

 » Le retour des flobarts », place du détroit,

-hôtel-restaurant: » hôtel de la Plage », rue Danquin, entrée sud d’Audresselles 

-gîte de France « les Arums », rue Robin

Pour voter aux primaires socialistes: Marquise 1 -Mairie  4 place Louis Le Sénéchal 62250 Marquise. Le bureau sera ouvert le 9 et le 16 octobre 2011 de 9h à 19 h.

3 septembre, 2011

L’association SOS Baie de Slack, de plus en plus présente

Classé dans : écologie,conseil municipal,politique — dompaul @ 11:23

 Voici le communiqué de la dernière assemblée générale de SOS baie de Slack transmis par Denis Fossette, son porte-parole.

                                                                  COMMUNIQUE   AG 2011 

 

Les recours

 Les neuf permis de construire accordés à Tardinghen, contestés par SOS au tribunal administratif (TA), ont été annulés en juin 2011 pour violation de la règle de continuité de l’ urbanisation. 

La commune a fait appel. 

L’ association a contesté au TA la délimitation de la continuité écologique entre le pré communal d’Ambleteuse et l’ estuaire de la Slack que le schéma de cohérence territoriale (SCOT) ouvre partiellement à l’urbanisation, malgré un avis défavorable de la commission d’ enquête à la poursuite de l’ urbanisation du secteur. L’ association attaque également un permis de construire accordé rue de l’ écluse sur un terrain situé dans la continuité biologique mais exclu de la protection au titre des espaces remarquables dans le SCOT. 

La construction en projet aurait des conséquences irréversibles sur le fonctionnement du corridor biologique en obstruant son seul débouchée dans l’ estuaire, apportant ainsi la démonstration des erreurs d’ appréciation des enjeux écologiques sur ce secteur qui entachent le SCOT d’ illégalité.

 Le PLU (plan local d’urbanisme) communautaire 

Le SCOT de la Terre des Deux Caps a clairement affiché le principe de continuité de l’ urbanisation qui, appliqué de manière stricte par le PLU communautaire en cours d’ élaboration, permettra de préserver le Site des Caps d’ une urbanisation anarchique. Les dispositions du Grenelle 2 relatives à la préservation ou à la remise en état des continuités écologiques existantes s’appliqueront au PLU communautaire qui, à peine d ‘illégalité, ne pourra mettre en oeuvre les dispositions du SCOT autorisant la poursuite de l’ urbanisation de cet espace remarquable. Le PLU devra également définir sur le même secteur une coupure de l’urbanisation qui s’ alignera sur les limites des espaces urbanisés, épousant donc les contours de la continuité écologique. 

 

Le développement du Site des Caps 

 

Nous rappellerons aux acteurs du projet de PLU que, contrairement aux allégations de son  maire dénonçant régulièrement la  » sanctuarisation » du territoire communal, Ambleteuse est la commune du Site des Caps la mieux dotée en réserves foncières. ( une dizaine d’ hectares de zones d’ urbanisation future) La préservation des espaces remarquables de la commune n’ affectera donc nullement son développement. L’ association soucieuse de préserver l’ activité agricole menacée par une application trop rigoureuse de la loi Littoral s’est également engagée  à ne pas gêner son développement en soutenant le principe des « espaces de développement » mis en place par le SCOT qui permettront aux exploitations de déroger au principe de continuité de l’ urbanisation. Elle s’ opposera en revanche à ce que cette disposition soit élargie aux activités artisanales ou commerciales, porte ouverte au détournement du dispositif et à de nouveaux contentieux. 

 

Les atteintes aux sites protégés L’ association s’ inquiète en outre des atteintes répétées à des milieux naturels protégés du Grand Site National: travaux sans autorisation en site classé et en zone Natura 2000 à Ambleteuse qui ont fait l’objet d’ une médiation pénale en novembre suite aux plaintes déposées par le Parc Naturel, les services de l’ Etat et l’ association ou transformation en décharge d’ espaces protégés par la loi Littoral à Audresselles. 

 

L’ OGS et la gouvernance du Grand Site 

 

S’ agissant des projets programmés à Ambleteuse, deux aménagements ont été proposés par l’ association au CG: une plate forme en bordure du parc à huîtres permettant la découverte d’ un point de vue exceptionnel sur l’ estuaire et de l’avifaune le fréquentant ainsi qu’une liaison piétonne le long de la RD940 permettant aux habitants de Slack de rejoindre en toute sécurité l’ estuaire et l’ espace de loisirs rue de l’ écluse. L’ association proposera en outre que l’aire d’ accueil de camping cars, dans le champ de visibilité du site classé de l’ estuaire et du Fort Vauban, fasse l’ objet d’ un traitement paysager, à l’ exemple de  » la fleur de champs » à Tardinghen. SOS baie de Slack  aurait souhaité que ces projets, notamment l’ interdiction de la rue de l’ écluse à la circulation vivement contestée par la population, fassent l’ objet d’une réunion publique d’ information avant leur approbation en conseil municipal le 23 août, observation valant pour le Grand Site mais aussi pour le projet d’aire marine protégée qui n’a donné lieu à aucune réunion publique avant l’ enquête publique. 

 

Le Grand Site ne se construira pas sans ses habitants qui veulent être consultés sur les projets qui les concernent et sans les associations qui souhaitent faire valoir leurs propositions. 

31 août, 2011

Le second tableau à restaurer dans le choeur de l’église (suite)

Les Audressellois qui utilisent l’église d’Audresselles pour les baptêmes, les enterrements et surtout les mariages, se trouvent désormais devant un tryptique dont l’un des trois tableaux, magnifiquement restauré, offre un contraste frappant avec le tableau central, la décollation du Baptiste, si distendu que les reflets dans tous les sens empêchent de voir exactement ce qu’ils représente.

Ce serait véritablement une honte que cette oeuvre remarquable restât dans cet état.

C’est en effet le seul tableau des trois qui soit signé (par des initiales: AG). Le conseil municipal d’Audresselles, qui a déjà compris l’intérêt du premier tableau restauré, va certainement s’intéresser aussi au second. Mais maintenant d’autres s’y intéressent aussi et un commissaire-priseur spécialisé va venir faire une expertise approfondie. 

Il convient que les Audressellois manifestent prioritairement leur attachement à ce tableau et déjà, sept familles d’Audresselles ont remis des chèques à l’association des équipes d’animation paroissiale pour sa restauration.

 

26 août, 2011

25 août-16 septembre 2011:Enquête publique sur le parc marin

Maître Jérôme Bignon, avocat parisien 

L’actuel Jérôme Bignon, avocat parisien, conseiller général  et député de la Somme, a été récemment nommé président  de l’agence des aires marines protégées. Comme le capitaine Haddock dans « le trésor de Rackham le Rouge », il a un ancêtre chevalier, Hiérosme Bignon, intendant de Justice, police et finances de S.M. le  Roy Louis le quatorzième en Picardie, Artois, Boulonnois, pays conquis et reconquis.

En 1698, c’est ce dernier qui a authentifié  les véritables armoiries d’Audresselles (d’or à aigle bicéphale éployée de sable) en les confirmant aux Acary, seigneurs d’Audresselles et d’Haringzelle.

Il semblerait donc judicieux que cet émule du capitaine Haddock s’intéressât particulièrement au sort de l’estran d’Audresselles.

Un projet sur papier glacé

parc marin
Album : parc marin
le parc marin Manche Mer du Nord
1 image
Voir l'album
A Audresselles, a débuté hier jeudi 25 août l’enquête publique sur la création du futur parc marin Manche-Mer du Nord, qui doit durer jusqu’au 16 septembre 2011.

Chacun peut ainsi venir examiner les plans, textes réglementaires, photographies et argumentaires sur papier glacé, établis par des fonctionnaires spécialisés, et faire part de ses observations sur le projet qui est proposé dans un registre aux pages numérotées.

Le commissaire enquêteur, M. Bolle, doit venir dans chacune des communes littorales pour accueillir le public lors de l’installation du registre.

Déjà, plusieurs personnes sont venues écrire leurs observations.

Une incohérence majeure

La plupart des commentaires montrent l’incohérence majeure du projet. Prévu à l’origine pour prolonger en mer le grand site terrestre des deux caps, conformément à son appellation primitive « parc marin de la Manche ET de la Mer du Nord », il est amputé de sa partie essentielle, celle qui se prolongeait en Mer du Nord.

Sur la carte présentée, le fleuve Slack, au sud d’Ambleteuse, constitue la  limite septentrionale du projet de parc marin  dont est ainsi exclu le rivage des deux caps (Gris-Nez et Blanc-Nez), alors que le port de Boulogne devient l’un des centres de ce parc. C’est un peu comme si un noeud ferroviaire et autoroutier  était classé « poumon vert » d’une agglomération alors que les jardins publics seraient abandonnés à la discrétion des squatters, des toxicomanes, des prostituées ghanéennes et des manieurs de couteau en tout genre.

Sous le règne de la Mafia

Pourquoi cette incohérence ? Comme dans la  Sicile de l’avant-Berlusconi, lorsque la Mafia régnait sans partage, les élus régionaux ont eu en tête un beau projet mais ils ont  immédiatement reculé devant la levée de bouclier des entrepreneurs boulonnais spécialisés dans le pillage des bancs d’algues brunes et de moules, assistés de leurs supplétifs, des maires de commune côtière et des pêcheurs occasionnels qui se multiplient sous le nom de plaisanciers. 

Tant que les pêcheurs « occasionnels » appartenaient aux anciennes familles de marins-pêcheurs du village et étaient même titulaires de leur brevet de matelot, leur nombre, aussi réduit que les doigts d’une main, ne présentait pas de danger pour le renouvellement des ressources halieutiques et côtières.

Mais les nouveaux « plaisanciers » exercent généralement un autre métier et, pour la plupart, revendent leur poisson clandestinement à leurs collègues de chantier ou de bureau, aux mareyeurs, aux restaurateurs, et font même du porte-à-porte chez les particuliers. Les artisans-pêcheurs professionnels, pressurés par des charges abusives, et à qui ils font une concurrence déloyale, les qualifient de « braconniers ».

Mais ils votent, et tant que les autorités fermeront les yeux sur les activités délictueuses des pillards et des braconniers, ces derniers constitueront un lobby qui fera reculer les élus du Nord-Pas-de-Calais, même les moins attachés à leurs prébendes! En réduisant à néant une enquète de gendarmerie qui mettait en cause un mareyeur boulonnais employant plus de sept cents pêcheurs à pied « au noir » à la fin du XXe siècle, le procureur Lesigne a légalisé le développement exponentiel de ce commerce illégal et destructeur de l’environnement.

Pas de phoques dans la Mer Morte

Si le parc marin s’arrête à la Slack, tous les braconniers et pilleurs d’algues et de coquillages depuis l’embouchure de la Somme jusqu’à celle du Rhin, vont s’ajouter aux habitants de l’agglomération Lilloise pour débouler à Audresselles et transformer l’estran en un désert stérile. Sans même que les cafés et restaurants d’Audresselles  en tirent un avantage, car tous ces pillards viennent avec leur « manger » et leurs cannettes de bière dans leur glacière portative.

 C’est l’afflux des pillards venus de partout qui provoquera la catastrophe. 

 Ce désastre écologique programmé comporte toutefois un avantage  pour les baigneurs: les phoques, privés de nourriture, iront voir ailleurs si j’y suis. Il n’y a pas de phoques dans la Mer Morte.

25 août, 2011

Wimereux: les fenêtres qui parlent

Classé dans : conseil municipal,espace public,histoire — dompaul @ 23:05

Les Journées Européennes du Patrimoine à Wimereux PROGRAMME 2011 

Samedi 17 et dimanche 18 septembre  – Toute la journée 

Opération « Les Fenêtres qui parlent » Le temps du week-end, 45 commerçants et propriétaires de Villas prêteront leurs vitrines et fenêtres à des artistes. 

Ainsi, la Ville va se transformer en galerie d’art géante, pour le plus grand plaisir des yeux. Visiteurs et amateurs de peintures auront à leur disposition un plan de visite, disponible au Service Culture (premier étage ancienne mairie), chez les commerçants participants à l’opération et à l’Office de Tourisme. 

Une ballade culturelle à vivre en famille… Venez nombreux ! 

Dimanche 18 septembre – 14H00 et 15H30 

Visites guidées et commentées de l’église Retour sur les 143 années d’existence de ce bâtiment riche en histoire et œuvres d’art signées, à travers une visite guidée et commentée. Au cours de celle-ci, l’on pourra également découvrir de nombreuses photos de l’église fin XIXème, début XXème, ainsi que des clichés très rares des travaux de restauration menés de 1956 à 1958.  Venez nombreux ! 

Gratuit 

Dimanche 18 septembre – 17H00 Récital d’orgue Didier Hennuyer 

En partenariat avec l’Association « Les Amis de l’Orgue » Didier Hennuyer, organiste titulaire des orgues de la cathédrale Notre-Dame et de l’église Saint-François-de-Sales de Boulogne-sur-Mer, donnera un récital. 

Bien connu et apprécié dans la région et même au-delà, il fera retentir sous ses doigts experts les claviers de l’orgue anglais classé de l’église. Une captation vidéo retransmise sur grand écran permettra de voir « en live » le jeu de l’organiste.  

Pour tout renseignement : Service Culture Wimereux 03.21.99.14.95 

15 août, 2011

15 août 2011

15 août 2011
Album : 15 août 2011
La messe du 15 août, la procession, l'homélie, la bénédiction de la mer
32 images
Voir l'album
Cette année, le temps magnifique a permis à la fête de l’Assomption de se dérouler dans des conditions exceptionnelles. L’abbé Pierre Bizet, curé des paroisses de la Terre des Deux Caps concélébrait la messe avec le père Thomas en présence de Roger Tourret, le maire, et de son épouse. A gauche de la nef, aux premiers rangs, la Dame de la Mer était entourée de presque toutes ses nombreuses descendantes et de ses belles-filles,  et à droite, ses fils, dont le maire-adjoint, ses petits-fils et ses cousins.

L’église débordait encore davantage de monde que les années précédentes puisque maintenant, ce sont non seulement les fidèles des paroisses N.D. des Flots et Saint-Martin qui viennent à la messe pour l’occasion, mais aussi des fidèles de tout le nord de la France, de Wallonie, des Flandres, d’Allemagne et de Pologne.

La procession a fait le tour du village sous la surveillance des adjoints au maire Jean Ruano, Paul Ellart et Dominique Vanherzecke, avec la participation du conseiller Eric Ferton, pour aboutir sur la plage. L’homélie du père Bizet, prononcée dans le dais édifié par Jacqueline sur sa digue, a été écoutée avec attention par la foule.

Notons aussi l’installation d’un reposoir avec la statue de la Vierge par Monique sur la route de la procession.

La Voix du Nord a envoyé une journaliste et un photographe (voir les articles dans les jours qui viennent

Dans la foi et la sérénité, à Audresselles, l’abbé Bizet a béni la  


La Voix du Nord - il y a 1 jour

En présence de dizaines de fidèles, hier, l’abbé Bizet a béni la mer et les bateaux, perpétuant ainsi la tradition des marins-pêcheurs d’Audresselles.

15 août 2011 dans artisan pêcheur

La Voix du Nord

).

Un reportage photographique de grande qualité, comportant de nombreuses images de la procession sur la plage du 15 août 2011, est accessible sur le site de Jérôme Thurotte: Audresselles Bénédiction de la mer.  Il a été signalé par Eric Ferton, actif conseiller municipal d’Audresselles.

Voir aussi:Le 15 août à Audresselles

Les autres articles en cliquant sur : Audresselles.cod

13 août, 2011

Un nouveau tableau à restaurer: la décollation du Baptiste

tableaux du choeur de léglise
Album : tableaux du choeur de l'église
à restaurer et restauré
1 image
Voir l'album
L’un des premiers articles de ce blog, en mars 2008, avait pour sujet la restauration du tryptique de l’église d’Audresselles. Il faisait le point sur la campagne en vue de la mise en valeur de l’inestimable patrimoine municipal d’Audresselles lancée par la Voix du Nord dans deux articles (16 février 2006,  page 1401, et du 13 avril 2006 p.1401) et  par le regretté Michel Beaugrand dans le n°118 d’avril 2006 dans “Regard en Marche”. Le vote unanime du conseil municipal avait suivi en 2007 pour la restauration d’un des trois tableaux, le plus endommagé (voir Le sort des tableaux de l’église d’Audresselles). Car les tableaux appartiennent à la commune conformément à la loi de 1905.

Grâce aux donations et à une subvention, cette restauration ne coûte que quelque douze cents euro à la commune.

Ce tableau représentant le baptême du Christ est maintenant restauré. Si l’on compare avec son état ancien, on voit réapparaître les couleurs et de nombreux détails qui avaient disparu sous la crasse.

Toutefois, restent encore deux tableaux, et notamment “la décollation du Baptiste”.

Qui est le mystérieux A.G. ?

La question a été récemment posée par deux conseillers municipaux, favorables à sa restauration mais désireux de peaufiner leur argumentaire si la question leur est posée à eux-mêmes: quelle est la valeur du tableau ?

Les trois tableaux constituent un ensemble destiné à décorer un endroit précis et c’est aussi pour cette raison qu’ils sont classés à l’inventaire des Monuments Historiques. Le restaurateur doit donc être agréé par le conservateur des Antiquités et Objets d’Art de la Préfecture. Ils ont donc déjà une valeur globale liée à l’église du XIIIe siècle.

Interrogé sur la valeur de l’oeuvre, des commissaires-priseurs sont restés perplexes. Mais voici qu’un nouvel indice apparaît car si l’on regarde bien ce tableau en détail, en plus de l’inscription en rouge indiquant la provenance des ateliers Migne de Montrouge et la date (1858), on constate que l’artiste qui a réalisé cette oeuvre a signé de la main gauche de ses initiales en gros caractères: AG.

La reine Victoria a-t-elle été impliquée ?

Quels sont les artistes-peintres gauchers du XIXe siècle, dont les initiales sont AG, et susceptibles d’avoir répondu à une commande d’oeuvres de ce genre dans la première partie du Second Empire, au moment de la visite de la reine Victoria  accompagnée de Napoléon III à Boulogne-sur-Mer ? Est-ce un cadeau de la reine Victoria à la paroisse d’Audresselles ?

Et dans ce cas, qui est le mystérieux AG ? (1)

Audresselles.at invite ses lecteurs à participer à l’enquête, notamment sur internet et à en envoyer le résultat dans les commentaires.

Si vous voulez participer à la restauration du second tableau, vous pouvez envoyer un chèque au nom de l’Association des Equipes d’Animation Paroissiale. Voici l’adresse postale de son antenne locale: 27 rue des lyciets 62164 Audresselles. 

L’association des Equipes d’Animation Paroissiale, bénéficiant d’un rescrit fiscal, l’essentiel de votre don sera directement déduit de votre impôt sur le revenu.

(1) voir la solution en cliquant sur:Le conseil municipal du 4 octobre 2011

Les autres articles en cliquant sur : Audresselles.cod

Pour bien déjeuner à Audresselles:

*La petite place de la halle (place du détroit): lieu de convivialité comportant friterie et épicerie-charcuterie-boucherie-boulangerie avec tables et bancs pour la clientèle.

Un nouveau tableau à restaurer: la décollation du Baptiste dans art placedelahalle.vignette Album: place de la halle
épicerie conviviale
1 images
Voir l’album

Quelques restaurants d’Audresselles:

*

leptitbonheuren2002.vignette dans conseil municipal Album: Le p\’tit bonheur
Le p\’tit bonheur vu par les peintres : Maurice Boitel (1919-2007), école de Paris.
2 images
Voir l’album

“Le p’tit bonheur”, rue Edouard Quénu: restaurant intimiste et discret dans une ancienne maison de pêcheur, avec sa cuisine raffinée et son accueil  familial, il attire, y compris l’hiver,  les personnalités internationales qui veulent rester incognito: premiers ministres, artistes connus etc.

*l’”Hôtel de la plage”, à l’entrée sud d’Audresselles, avec vue sur la mer et cuisine de qualité à des prix raisonnables.

Stella Habitat, l’immobilier de votre choix  www.stella-habitat.com :  (contact@stella-habitat.com)

1...1617181920

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas