29 janvier, 2017

Les solides perrés d’Audresselles

Classé dans : écologie,conseil municipal,espace public,Wissant — dompaul @ 12:53

dragueur devant Audresselles janvier 2017

image: dragueur devant Audresselles. janvier 2017

Les digues de Wissant et d’Ambleteuse ne cessent de s’effondrer et  le sable ramené par camions à l’ouest de la digue de Wissant pour la somme de plus d’un million d’euro vient d’être emporté par la dernière tempête vers le large où un bateau dragueur le récupère pour le vendre à des bétonneurs.

Pendant ce temps, les perrés d’Audresselles, solidement ancrés sur les rochers et continuellement entretenus, restent identiques à ce qu’ils étaient au XIXe siècle, si l’on en croit notre mémoire et les cartes postales.

La plus grande partie de ces perrés ont été construits par les propriétaires des chalets de vacances en bordure de mer et, encore aujourd’hui, ce sont eux qui les entretiennent à leurs  frais sauf ceux qui ont eu la bonne idée de réaliser un passage public devant leur villa, transférant l’entretien à la commune. D’où l’existence du belvédère qui a pour nom « allée Maurice Boitel ».

A la fin des années quarante, le maire-instituteur de l’époque, qui l’avait été pendant toute la durée de la guerre et avait vu l’armée allemande bétonner avec entrain, a eu envie d’en faire autant. Il voulait qu’Audresselles devienne une « vraie » station balnéaire comme Wimereux, Ambleteuse, Wissant et bien sûr Deauville ou Le Touquet. Avec une longue digue publique où auraient circulé les voitures.

Heureusement, un  membre de l’Académie de médecine où il était collègue et ami de Robert Debré, veillait.
Comme Robert Debré était le père de Michel Debré, le projet de digue fut abandonné.

Il existe une façon évidente d’empêcher l’effondrement de la digue sauf aux yeux des édiles qui touchent des commissions sur les travaux de grande ampleur: laisser une bande de terre ou de sable entre la digue et la chaussée cimentée ou goudronnée. Ainsi, dès que la matière meuble sur laquelle repose la digue commence à s’écouler en bas par une brèche, le vide créé est immédiatement visible et la commune ou le riverain particulier peut immédiatement colmater la brèche et remplir la cavité qui s’est créée.

A Audresselles, Roger Tourret, le maire depuis 1975, a eu le temps de réfléchir à la question, et les digues publiques ne s’effondrent pas. Les digues privées non plus, d’ailleurs, car les propriétaires de chalet à un million cinq cent mille euro, n’ont pas envie de le voir partir avec leur perré dans les flots bleus.

Lire aussi:

Grâce à Fillon, Wissant et Le Touquet vont être rayés de la carte

28 janvier, 2017

Les chambres à gaz nazies sont-elles toxiques ?

La loi Fabius-Gayssot interdit de nier l’existence des chambres à gaz dans des camps de concentration nazis. Il s’agit en effet de justifier l’existence de l’état d »Israel et le déplacement des Palestiniens par un événement abominable.

Evidemment, quand la négation d’un fait historique ou d’une croyance religieuse est punie par la justice pénale, il existe toujours des hurluberlus qui veulent se rendre intéressants en contestant le dogme officiel. Parmi ces hurluberlus, on peut compter Galilée qui, heureusement pour lui, s’est rétracté et a reconnu que la Terre ne tournait pas et que c’était le soleil qui tournait autour d’elle, ou encore Giordano Bruno (o.p.) qui niait la divinité de Jésus-Christ ou le docteur Michel Servais, qui niait l’existence de la Sainte Trinité. Ces deux derniers ont fini tous les deux brûlés vifs en place publique, refusant jusqu’au bout de renier leur erreur.

Aujourd’hui, il existe l’infréquentable ex-professeur Robert Faurisson, radié de l’Université, qui a perdu son traitement et qui est poursuivi par la Justice parce qu’il s’entête à nier l’existence des chambres à gaz dans les camps nazis.
Cet hurluberlu-là est prêt à mourir pour cette cause et pour le droit à la libre expression. Aujourd’hui, il y a bien les tenants de la Terre Plate et personne ne les persécute.

Paradoxalement, c’est parce qu’il existe une loi pour punir les négationnistes qu’il en existe autant.

L’argumentaire du docteur Faurisson repose sur le fait que, dans les camps de concentration nazis, les chambres à gaz présentées comme telles aux visiteurs d’aujourd’hui, ne sont pas hermétiques alors que les chambres à gaz destinées aux exécutions capitales aux Etats-Unis d’Amérique, le sont.

En effet, les chambres à gaz des camps sont à peu près semblables à la briqueterie d’Audresselles: de gros murs, de petites portes, et à côté un four.

Pour les négationnistes, l’extraction des corps morts après l’exposition au gaz Zyklon B, nécessitait une longue aération des salles avant l’entrée des nettoyeurs et un lavage des cadavres après leur sortie. Ce qui  était impossible à l’échelle industrielle. Et ils ont raison.

Mais là où ils ont  tort, c’est de croire que Hitler était écologiste à la manière d’aujourd’hui. Certes, ainsi que le montrent ses aquarelles et ses films, Hitler aimait les montagnes, les forêts, les animaux et, en particulier les chiens et les dindes comme Eva Braun, et il est l’inventeur du tri sélectif. Mais il n’avait pas donné d’ordres précis à ses sbires leur interdisant de polluer les villages et les champs environnant les camps par des émanations de gaz toxiques ni de se préserver eux-mêmes en s’abstenant d’entrer dans les chambres à gaz juste après le gazage des prisonniers.

Lorsque les soldats soviétiques ont trouvé les fûts de Zyklon B, il n’ont pas davantage pris garde à leur santé. Du reste, il faudra longtemps avant que les gouvernants songent à protéger leur  population et leurs soldats des produits toxiques: Truman, Staline et de Gaulle ont ainsi exposé de nombreux soldats de leur propre pays aux radiations nucléaires lorsqu’ils les ont placés à courte distance des explosions. La plupart sont mort d’un cancer.

Donc oui, on peut facilement en conclure que les chambres à gaz présentées au public dans les anciens camps, sont de vraies chambres à gaz mortelles. Comme elles ont beaucoup servi, elles restent, encore aujourd’hui, imprégnées de substances hautement toxiques.

C’est bientôt que, conformément au programme scolaire, les écoliers de toute la France vont être emmenés pour visiter les anciens camps d’Allemagne ou de Pologne. Bien évidemment, les organisateurs inconscients vont faire entrer les enfants dans les chambres à gaz où il pourront respirer tout à loisir les résidus de ZYKLON B. Avant ou après la visite, ils pourront aussi boire l’eau locale contaminée et manger la cuisine locale à l’eau contaminée au cyanure.

Voici encore une bonne idée.

11 janvier, 2017

Poor-minded Obama, objective agent of Putin

Classé dans : écologie,histoire,international,politique,socialistes,Syrie — dompaul @ 17:16

At the end of the fifteenth century, collapsed the Burgundian state, the territories of which ranged from Friesland, in the north of the Netherlands, to Mâcon near Lyon, in the southern part of the current France, encompassing Audresselles and its surroundings: a state 650 miles long from the north to the south.

Duke Charles, said « the Bold »,  sinned by pride and precipitation in a struggle of eight years against his cousin King Louis XI of France, a patient, clever and skill opponent, persevering and never failing to act wisely, seizing all the opportunities offered by his foe.
Charles having left the fate of the battles decide his future, his corpse was found near Nancy, half devoured by wolves, harmless animals (according to many ecologist activists).

His states were dismembered and Louis XI seized most of them.

We have just witnessed the same phenomenon in the fight of eight years too, which opposed Barack Hussein Obama to Vladimir Vladimirovich Putin.

Obama will certainly not be devoured by the wolves but all the states of the Middle East subservient to the Americans, some of them for seventy years, have swung in a few months in the arms of Putin and Holy Russia, now the third Rome for the Orthodox but also for many practicing Catholics, since for the majority of the latter, their champion is not the old Argentinian Pope, but Vladimir Vladimirovich, the only true defender of all Christians in the Midddle-East and elsewhere.

Barack Hussein had a real design, « post-racial America, deserving minorities »,  but he had to keep it hidden if he wanted to be re-elected first, and if his party would still win the elections after his departure. And some of his electors, eventually realizing that their well-understood interests were not among those he defended, abandoned the Democrats.

During his two mandates, he endeavored to allow the United States to further loot the planet to offer a good standard of living to his electorate, largely without legal employment and without recognized qualification, whose central core is composed of descendants of slaves, and more particularly of converts to Sunni Mahometanism, but also of newly arrived immigrants . This, while satisfying ecologists of all stripes that hinder mining in the soil of the country, but not elsewhere.

To meet the needs of this electorate, ha had first, he needed the work of the inhabitants of China or the rest of Asia payed in thousands of billions of dollars, that is to say debts , repayable at an unspecified date.

And above all, to exploit the mineral and hydrocarbon resources of the Middle Eastern countries, it was necessary to expel the competitors from the zone, starting with the Russian fleet of the Mediterranean.

He therefore wanted to break the Russian-Ukrainian alliance by provoking a coup in Ukraine leading to the seizure of power in Kiev by American agents to close the Russian base of Sevastopol. With his European counterparts, he wanted to provoke the fall of Bashar-Al-Assad to chase the navy and the Russian aviation from Tartus and Latakia on the Eastern Mediterranean.

(to be continued next days)

8 janvier, 2017

Obama: fin de règne dans la déconfiture

A la fin du quinzième siècle, on a assisté à l’effondrement de l’Etat bourguignon dont les territoires allaient de la Frise, au nord des Pays-Bas, jusqu’à Mâcon, englobant Audresselles et ses environs. Le duc Charles dit « le Téméraire » ayant péché par orgueil et précipitation dans une lutte de huit ans qui l’a opposé à Louis XI de France, un adversaire patient, persévérant et ne manquant jamais de saisir l’occasion d’agir à bon escient.

Charles ayant laissé le sort des batailles décider de son avenir, son cadavre a été retrouvé près de Nancy, à moitié dévoré par les loups, animaux inoffensifs selon les militants écologistes parisianistes. Ses états ont été démembrés et Louis XI en a récupéré la plus grande part.

On vient d’assister au même phénomène dans la lutte de huit ans aussi, qui a opposé Barack Hussein Obama à Vladimir Vladimirovitch Poutine.

Obama ne sera certes pas dévoré par les loups mais tous les états du Moyen-Orient inféodés aux Américains, parfois depuis soixante dix ans, ont basculé en quelques mois dans les bras de Poutine et de la Sainte-Russie, devenue la troisième Rome des Chrétiens orthodoxes mais aussi catholiques puisqu’aux yeux de la majorité de ces derniers, leur champion n’est pas le vieux pape argentin désargenté, mais Vladimir Vladimirovitch, seul vrai défenseur de l’ensemble des Chrétiens d’Orient et d’ailleurs.

Barack Hussein avait certes un vrai dessein mais il avait dû le conserver caché, s’il voulait d’abord être réélu, ensuite pour que son parti remporte encore les élections après son départ. Et une partie de ses électeurs, finissant par comprendre que leur intérêt bien compris ne faisant pas partie de ceux qu’il défendait, ont abandonné les Démocrates.

Pendant ses deux mandats, il s’est efforcé de permettre aux Etats-Unis de piller davantage encore la planète pour offrir un bon niveau de vie  à son électorat en grande partie sans emploi légal et sans qualification reconnue, dont le noyau central est composé de descendants d’esclaves, et plus particulièrement de convertis au Mahométisme sunnite, mais aussi d’immigrés de fraîche date. Ceci tout en satisfaisant les écologistes de tout poil qui entravent l’exploitation minière dans le sol du pays, mais pas ailleurs.

Pour subvenir aux besoins de cet électorat, il devait d’abord continuer à faire travailler les habitants de la Chine ou du reste de l’Asie en faisant fonctionner « la planche à billets » pour payer ces derniers, c’est-à-dire en créances de milliers de milliards de dollars, remboursables à une date indéterminée.

Et surtout, pour exploiter les ressources minières et en hydrocarbures des pays moyen-orientaux, il lui fallait expulser les concurrents de la zone, en commençant par la flotte russe de la Méditerranée.

Il a donc voulu casser l’alliance russo-ukrainienne en provoquant un coup d’état en Ukraine aboutissant à la prise de pouvoir à Kiev par des agents américains pour fermer la base russe de Sébastopol. Avec ses supplétifs européens, il a voulu provoquer la chute de Bachar-Al-Assad pour chasser la marine et l’aviation russe de Tartous et de Lattaquié sur la Méditerranée orientale.

Résultat:  Poutine a pris le contrôle de toute la Crimée et le drapeau russe flotte définitivement sur Sébastopol. La Hongrie, fraîchement entrée dans l’OTAN et l’Union européenne, applaudit ses succès car elle a toujours le secret espoir de récupérer sur l’Ukraine, grâce à Poutine, sa province de Ruthénie subcarpatique, qui lui avait été arrachée par les Français en 1919.

Au Moyen-Orient, Poutine s’est allié aux Iraniens contre les Américains et maintenant, c’est au tour des Egyptiens de retrouver la vieille alliance russe de l’époque de Nasser. Même les Turcs rejoignent Poutine (alors qu’ils appartiennent à l’OTAN). Et, chose impensable il y a encore quelques mois, le Qatar est en train de passer dans le giron russe. A Astana, il ne sera plus question du départ de Bachar-Al-Assad.

Mieux encore, et on finit par se demander si Obama est intelligent. Obama lui-même affirme son incapacité à empêcher les services spéciaux russes d’intervenir dans les élections présidentielles américaines. Selon Obama lui-même, ce serait sa propre incompétence qui aurait abouti à la victoire électorale de Trump dont la politique étrangère aura comme pivot l’alliance russo-américaine.

Dans ce contexte, on comprend mieux pourquoi Hollande ne se représente pas aux élections: il a tout misé sur le mauvais numéro, en particulier grâce à Fabius, alias « porte-poisse ».

Pour voir des videos approfondies sur le sujet, taper « Bassam Hattan », et notamment:

Obama: fin de règne dans la déconfiture dans écologie

29:01

.

9 novembre, 2016

Audresselles: Death of Hillary, the grey seal ou la mort d’ Ilari, le phoque gris

Classé dans : écologie,économie,international,phoques,politique,socialistes — dompaul @ 12:49

Phoque Octobre 2016

phoque gris sur l’estran d’Audresselles (photo de R. O)

Fin octobre  2016, Ilari, l’une des femelles phoques gris qui hantent désormais les rivages d’Audresselles pour dévorer le corps des poissons pris dans les filets des pêcheurs, a été retrouvée pourrissante sur l’estran, devant l’embouchure de la Manchue, le fleuve côtier au sud de la commune.

Une bonne nouvelle pour ceux qui vivent de la pêche et pour ceux qui leur achètent leurs poissons mais aussi pour les contrôleurs qui mesurent les bars pêchés  pour faire payer l’amende quand ils mesurent plus de 42 cm. En effet, comment contrôler les phoques et comment leur faire payer l’amende puisqu’ils sont insolvables, comme les électeurs d’Hillary Clinton  qui fuient vers le Canada et bientôt vers  la France pour y vivre des allocations qu’Obama avait commencé à multiplier pour les oisifs et que Trump va supprimer.

La mort de son homonyme phoque emporté par l’équarrisseur, était déjà un mauvais présage pour Hillary Clinton, car chacun sait que pour certaines tribus amérindiennes, chaque être humain a un animal totem dont la mort annonce celle de son double.

Hillary Clinton n’est heureusement pas morte mais sa vie politique ne semble plus avoir d’avenir. C’est un grand malheur international pour le Pape qui veut submerger les Etats-Unis de Chicanos catholiques et pour tous les parasites qui vivent de subventions, d’allocations, de trafic de drogue et de migrants économiques, ou de la protection d’animaux dangereux ou nuisibles à l’être humain implantés artificiellement dans des endroits où ils n’avaient jamais existé.

Hillary Clinton disparue de la scène, c’est aussi un espoir pour ceux qui veulent la fin des guerres au moyen-Orient, puisque les démocrates des empires ont toujours fait des guerre de conquêtes pour donner des allocations aux oisifs qui les élisaient: Périclès chez les Athéniens, Jules César chez les Romains, Les révolutionnaires de l’an 1. Aux Etats-unis, la liste est longue des démagogues qui ont fait la guerre pour piller les richesses des pays étrangers.

27 septembre, 2016

Les phoques: faut-il soigner les phoques malades ?

Classé dans : artisan pêcheur,écologie,phoques — dompaul @ 11:00

En 1998, il n’ y avait pas de phoques dans la mer devant Audresselles. Il n’ y en avait plus au moins depuis que l’intendance des camps de Boulogne avait utilisé tout ce qui était comestible pour nourrir les deux cent cinquante mille soldat de l’armée de Napoléon Ier. On peut même faire remonter beaucoup plus loin l’absence de phoques sur les côtes atlantiques françaises. S’il y avait eu des phoques en Bretagne au XVIIIe siècle, les chouans décrits par Balzac n’auraient pas été vêtus que de peaux de bique. Même à l’époque où Jules César est venu à Ambleteuse, il ne parle pas de phoques parmi les animaux marins qu’il a observés.

Donc, c’est une espèce invasive comme le frelon asiatique, le crabe géant apporté de la mer d’Okhotsk  les kangourous de la forêt de Rambouillet ou la vigne de Virginie.

En 1999, un premier phoque est apparu, ses parcours saisonniers entre la côte anglaise et Audresselles ont même pu être établis avec précision. Puis ses congénères se sont multipliés et l’on peut même distinguer deux espèces de phoques sur place: les phoques gris au nez pointu et les veaux marins au museau aplati.
Chaque année, leur nombre est multiplié par deux et de nombreux emplois subventionnés par nos impôts, donc parasites, se multiplient à la même vitesse pour soigner les phoques malades, récupérer les petits sans mère et les élever pour les remettre à l’eau.
C’est devenu une habitude. Dès qu’une occasion de ce genre se présente, des associations se créent pour réclamer des subventions aux démagogues en place.
Bref, l’attendrissement généralisé pour ces petites bêtes qui pullulent désormais en répandant les oeufs du « ver du phoque » (une espèce d’ascaris) dans leur fèces,  aboutit à la raréfaction drastique des poissons dont la chair devient porteuse des larves du ver qui atteint l’âge adulte dans les intestins des consommateurs: sont atteints par cette infection, en plus de l’homme et des animaux domestiques, les tourteaux où les vers se développent en alignement le long des branchies, les crevettes où les larves sont visibles sous la carapace transparente.

Les phoques ne sont pas obligés de respecter la réglementation qui impose aux pêcheurs humains de rejeter à l’eau les bars de moins de 42 cm de long (du reste, pourquoi 42 cm ? pourquoi pas 41, 46 ou 38 cm ?). Heureusement pour les Anglais qui ont voté le Brexit car 42 cm, c’est 16,5354 pouces. Il faut donc un appareil de grande précision pour mesurer les infractions.
Imaginons le dialogue du pêcheur anglais avec la gendarmerie maritime:
-le verbalisateur: « votre bar fait 16,5355 pouces, il y a 1/100 000 e de pouce en trop. Vous êtes verbalisé.
-le pêcheur: Suis-je bête ! j’ai oublié ma paire de ciseau pour couper 1/100 000 e de la queue. »

Faisant abstraction de toutes les associations parasites subventionnées qui vivent de la présence des phoques sur nos côtes, des groupements de pêcheurs qui en ont assez des lubies des trostkistes dits écologistes alliés à Brigitte Bardot, suggèrent de ne plus soigner les phoques malades. Une maladie bien contagieuse devrait faire effectivement baisser provisoirement la population des pinnipèdes mais il y en aura toujours qui résisteront et il pulluleront à nouveau. De plus, ils sont susceptibles de contaminer aussi les humains.
Donc reste une seule solution pour bloquer la prolifération: celle de Napoléon.

6 août, 2016

« Marie Odeville est une malpropre », une affiche sexiste et raciste du conseil général

Organisations sexistesMarie Odeville est une malpropre

A l’ entrée sud d’Audresselles, sur les panneaux publicitaires du conseil général socialiste, une affiche écologiste du ministère (socialiste) de l’environnement et de l’Association des Maires de France est censée inciter les passants à ne pas jeter de récipients usagés dans la Nature.

C’est effectivement une bonne idée sauf que le pourcentage de malotrus  qui jettent leurs canettes de bière et leur verre en carton là où ils se trouvent  reste infime par rapport à l’ensemble de la population sinon, les poubelles seraient vides et les plages de la côte d’Opale ressembleraient à celles de Haïti ou de Rio de Janeiro: des tas d’immondices où grouillent les rats.

Donc cette affiche, qui vient du reste d’être remplacée, ne servait à rien, sauf que le nom de la personne malpropre qui jette ses pots en plastique dans l’herbe est désignée nommément: Marie Odeville. Et c’est là que le choix du concepteur de l’affiche est intéressant.

D’abord c’est un nom de femme qui est stigmatisée, et les femmes ne représentent que 10% des malotrus qui jettent leurs récipients usagés dans la nature alors que les canettes de bière, boisson favorite de l’alcoolique mâle des Hauts de France, constituent les gros bataillons de déchets abandonnés.

Ensuite, elle s’appelle Marie. C’est un nom qu’on ne donne plus que dans des milieux qui ne votent généralement pas  à gauche  et qui reçoivent suffisamment d’éducation pour savoir que les poubelles existent.

Et puis pourquoi Odeville ? C’est un nom de Française de souche et chacun sait que, selon l’imam Mehdi Kabir qui prêche à Villetaneuse avec la bénédiction du gouvernement socialiste, manger du porc transforme en cochon. C’est scientifique !

De plus Odeville est un groupe de musiciens allemands qui se produit aussi aux Etats-Unis. Donc c’est encore mieux.

C’est-à-dire que ce panneau  s’adresse à la tranche de population qui a le moins l’habitude de jeter des détritus dans la nature. Elle ne sert donc strictement pas le but affiché.

En revanche, elle permet à l’exécutif socialiste du conseil départemental et au sbires de Ségolène Royal de se défouler un peu aux dépens d’une catégorie de population qui ne votera jamais pour eux.

31 juillet, 2016

Audresselles: fête culturelle du 2 au 4 septembre 2016

Cette année, du 2 au 4 septembre 2016, le renouveau de la fête culturelle européenne devrait attirer de nombreux artistes européens sur la plage d’Audresselles, capables de concevoir des gravures sur les rochers ou de vastes installations éphémères sur la plage en utilisant le matériel non polluants sur place: galets, bois flottés etc.

On peut encore découvrir, en cherchant bien sur la côte de fer, des glyphes qui ont été réalisés précédemment sur le grès de l’estran. On peut constater aussi l’ampleur des installations des années passées sur les cartes postales en vente chez Stéphane, l’épicerie Vival sur la place du détroit.

 

fichier pdf Fête culturelle 2016

24 juin, 2016

Pourquoi le Brexit ? Le camp du « Francepart »

Classé dans : écologie,économie,international,politique — dompaul @ 10:16

Brexit carte

François Bayrou vient de le reconnaître du bout des lèvres ce matin dans son interview avec Jean-Jacques Bourdin: la politique migratoire de l’Union européenne a joué un rôle dans la décision des Anglais de quitter l’Union européenne. En fait, les Anglais ne veulent plus des immigrés extra-européens.  Ils ne veulent pas non plus continuer à  subir les décisions de Bruxelles sur la gestion de leurs côtes, de leurs eaux territoriales et de leur territoire.

Et ceci se traduit sur la carte par circonscriptions électorales: tandis que les grandes villes comportant une grande part d’électeurs issus de l’immigration ont voté massivement contre la sortie de la Grande Bretagne de l’Union, toute la province, et en particulier le Kent, juste en face d’Audresselles, a voté massivement pour la sortie de l’Union. Pourquoi aussi, toutes les circonscription maritimes ont-elles voté à plus de 60% pour la sortie ? En Angleterre, c’est en effet pire qu’en France, puisque le pullulement de phoques et de requins protégés à l’excès par des règlements européens absurdes, exaspère les pêcheurs et accessoirement les baigneurs.

En revanche, toutes les circonscription, toutes sans exception, de l’Ecosse et de l’Irlande du Nord (Ulster) on voté jusqu’à 70 % pour le maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union. Sur la carte diffusée par Fance TV info, on voit clairement l’Angleterre en rouge (le camp du Brexit) , l’Ecosse, l’Ulster et Gibraltar en bleu (le camp du maintien du Royaume Uni dans l’Union).

Ce referendum va donc en entraîner déjà un autre, celui de l’Ecosse, annoncé par le Riaghaltas na h-Albai (gouvernement écossais), qui va demander si les Ecossais veulent rester dans l’Union européenne, quittant de ce fait le Royaume-Uni.

Mais pour l’instant, les gouvernants européens, influencés par leur élection locale à court terme, continuent à faire la sourde oreille à propos de la politique  de l’Union européenne et pas seulement migratoire. Le succès de Nigel Farage, le champion du Brexit en Angleterre ne peut que donner encore de l’espoir aux partisans de Marine Le Pen qui en profite déjà pour enfoncer le clou afin d’obtenir le « Francepart ».

Car ce ne sera pas immédiatement que les effets de la récession vont se faire sentir en Angleterre et, d’ici là, il y aura déjà eu les élections présidentielles et législatives en France.

3 novembre, 2015

Les éoliennes: une escroquerie de plus en plus évidente

L’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) est présidée par un certain Bruno Lechevin, un syndicaliste, administrateur d’EDF, dont  les connaissances scientifiques ont pour fondement son passage à l’école des Sciences politiques (Sciences Po). Cet organisme a un budget d’environ sept cent millions d’euro essentiellement à la charge du contribuable.

C’est grâce aux théories concoctée à l’ADEME ET diffusées largement par les médias officiels ou subventionnés, que le paysage français se recouvre d’éoliennes, pour le plus grand profit de leurs fabricants.  L’ADEME prévoit de multiplier par dix le nombre d’éoliennes sur le territoire. Heureusement, pour l’instant, les alentours d’Audresselles restent préservés grâce au refus des maires de la côte ( insensibles aux pots-de-vin), et des propriétaires concernés, de voir implantées sur leur commune ces énormes machines inutiles .

Des ingénieurs d’EDF, récemment retraités, donc qui ne peuvent plus être virés parce qu’ils disent la vérité, ont publié ce petit document qui résume la situation:

ADEME1 : 100% D’ELECTRICITE RENOUVELABLE = 0 % D’IMPACT SUR LE CLIMAT
DECLARATION D’ANCIENS RESPONSABLES D’UNITES EDF ISSUS DES FILIERES INGENIERIE, PRODUCTION ET TRANSPORT D’ELECTRICITE.

Nous sommes des ingénieurs qui avons exercé notre carrière professionnelle dans les domaines de l’ingénierie, de la production et du transport de l’énergie électrique. Avec pour un bon nombre d’entre nous, des responsabilités non seulement nationales mais aussi internationales.
Nous nous inquiétons de la large diffusion du contenu de cette étude de l’ADEME sur une électricité 100 % renouvelable en 2050 (inspirée en fait d’une précédente étude de Négawatt2) et de sa large reprise observée dans les medias.
Les grands medias, qui font l’opinion publique, semblent ne retenir que ce scénario extrême qui prévoit de pouvoir produire toute notre électricité uniquement à partir des énergies renouvelables dès 2050 et ce, sans impact majeur ni sur les prix ni sur notre environnement.
Il en résulte que nos concitoyens semblent en passe de retenir qu’il sera possible de produire toute notre électricité uniquement à partir des énergies renouvelables dès 2050 sans impact majeur sur les prix ni sur notre environnement.
Serait-ce un rapport politique qui tombe à pic avant la COP 21 ?
Mais ce rapport est sans valeur en France où notre électricité est déjà à 95 % décarbonée.
Cette étude n’apporte aucun gain dans la réduction de nos émissions de gaz carbonique en France puisque notre production d’électricité est, à 95 %, non émettrice de gaz carbonique car elle est hydro-électrique, éolien-photovoltaïque et électronucléaire. Ce

sont les utilisations des combustibles carbonés qui sont émetteurs. Or cette étude ne les mentionne jamais.
Comment juger pertinent de faire des dépenses inconsidérées et de mettre à mal notre système de production électrique, si c’est pour ne rien gagner en termes d’émissions de gaz à effet de serre?
Nous attendions de l’ADEME, un projet expliquant comment remplacer 75 % de nos combustibles carbonés par des énergies décarbonées. Rien sur ce sujet n’apparaît dans cette étude que l’on pourrait aussi bien intitulée « haro sur l’électricité ».
Il est regrettable que l’ADEME n’ait pas rappelé que l’électricité ne représentait que le quart de l’énergie finale consommée par la France, le reste étant constitué de charbon, de pétrole et de gaz dont la combustion est émettrice de gaz à effet de serre.
Or l’engagement international de la France est de réduire ses émissions de 75 % d’ici 2050 par rapport à la référence de ses émissions de 1990.
Ce n’est donc pas sur la production d’électricité qu’il faut faire le maximum d’efforts mais sur les moyens de transport, de chauffage au gaz ou au fuel et les équipements utilisant les combustibles carbonés, qui sont à l’origine de la majorité des émissions de ces gaz à effet de serre.
L’étude se trompe donc totalement de cible en mettant en avant l’électricité décarbonée et non les combustibles carbonés qui sont à l’origine du problème des émissions de gaz à effet de serre.
Sur le plan purement électrique, cette étude repose en fait sur plusieurs omissions et contre-vérités, dont les ingénieurs de l’Adème qui la présentent sont conscients. Par exemple :
La demande d’électricité en 2050 est prise égale à 422 TWh (alors que la consommation actuelle de la France est de 480 TWh). Cette valeur, reprise de l’étude Négawatt susmentionnée, est totalement irréaliste. Une baisse de 15 % de la consommation conjuguée à une augmentation d’au moins 10 millions d’habitants et à la substitution des combustibles fossiles dans les transports individuels et dans les systèmes de chauffage utilisant les combustibles fossiles, relève de la magie.

Dans tous les pays industrialisés, l’électricité sera le vecteur énergétique du 21ème siècle ne serait-ce que par ses nouvelles applications et dans la substitution aux carburants véhicules et au chauffage fuel et gaz.

Toutes les études prévisionnelles fondées sur l’objectif d’une réduction par 4 de nos émissions de gaz à effet de serre en 2050 conduisent à des valeurs de l’ordre de 800 TWh. (Notamment l’étude Négatep3 prise en compte dans le rapport de France Stratégies4 intitulé « Energies 2050 »).

L’électricité d’origine Eolienne et photovoltaïque est intermittentes, aléatoire, fatale, difficilement prévisible et pas modulables des caractéristiques qui font que leur production ne pourra jamais répondre en temps réel à la consommation,

Les équipes de la R&D d’EDF viennent de publier une étude prenant en compte, sur l’ensemble de l’Europe, les données météorologiques sur les trente ans écoulés. Leur conclusion est claire, il n’est pas possible d’aller au-delà de 40 % de production d’électricité intermittente, même en ayant considérablement renforcé les interconnexions. Les ingénieurs de l’ADEME ont connaissance de cette étude et n’y ont jamais apporté un démenti.

Les ingénieurs de l’ADEME ont eu la démonstration, dès le 2 septembre par plusieurs d’entre nous, qu’une électricité 100 % renouvelables ne peut pas assurer l’équilibre instantané du réseau électrique. Car un réseau électrique réalise un miracle permanent en équilibrant à tout instant la production et la consommation. L’étude de l’ADEME conduirait soit à des délestages fréquents soit au pire à la rupture générale d’alimentation électrique du pays (black-out). Et qui a calculé l’impact socio-économique d’un black-out dans un pays comme le nôtre ?

Nous leur avons apporté la démonstration qu’un réseau à base d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques était dans l’incapacité de faire démarrer des moteurs électriques de puissance.

Les ingénieurs de l’ADEME savent que les rendements des méthanateurs, dont aucun prototype industriel ne fonctionne pour le moment dans le monde, n’est pas de 33 % (valeur reprise de la pseudo-étude de Négawatt) mais probablement au mieux de 15 %.

Dit en termes clairs, l’ADEME dans son étude couvre la France de 50 000 éoliennes de grande puissance alors qu’actuellement, il y en a 5 000 et que les oppositions sont de plus en plus vives contre chaque nouveau projet. Mais comme la consommation électrique sera supérieure et que le rendement de méthanation sera plus faible, ce ne sont plus 50 000 éoliennes mais 100 000 éoliennes qui seraient nécessaires, sans résoudre pour autant l’équilibre instantané entre la production et la consommation d’électricité et les questions de démarrage des moteurs de puissance!

Les Français accepteront-ils un tel envahissement de leur cadre de vie ?

Un réseau électrique a des règles de fonctionnement qu’il faut impérativement respecter, notamment le réglage de la fréquence, faute de quoi il s’écroule tel un château de cartes. En ne les prenant pas en compte, peut-être sous l’influence du lobby des énergies renouvelables, et sans doute surtout pour des raisons idéologiques, l’ADEME menace l’approvisionnement futur en énergie électrique des Français.
Et elle oublie de leur rappeler que notre électricité est déjà à 95 % décarbonée, et qu’en conséquence les éoliennes et le photovoltaïque n’apportent aucun gain dans nos émissions de gaz carbonique. De plus actuellement, toute la valeur ajoutée de l’électricité depuis sa production, en passant par son transport et sa distribution est produite en France, créant ainsi de nombreux emplois hautement qualifiés.
C’est aux Français de juger cette étude et ses conséquences économiques, environnementales et sociales, en prenant en compte les réalités techniques qu’il nous est apparu nécessaire de rappeler ici.
En faisant de telles impasses sur des aspects incontestables, l’ADEME prétend diffuser et expliciter, le contenu d’une étude scientifique alors que celle-ci ne peut pas résister à un examen contradictoire sérieux, comme celui que nous lui avons présenté.
Elle prend la responsabilité d’abuser la population et ses élus avec des arguments contestables permettant de passer, selon elle, d’une « hypothèse impensable à une hypothèse techniquement possible ».
Tout le contraire d’une démarche scientifique à laquelle on aurait pu s’attendre de la part de cette agence nationale qui malheureusement ne s’attache qu’à vendre du rêve.

123456

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas