26 novembre, 2017

Les terrasses des restaurants ou la sagesse de Roger Tourret

Classé dans : économie,conseil municipal,espace public — dompaul @ 15:33

Actuellement, la compagnie Véolia est en train de faire retirer les canalisations en plomb de l’alimentation en eau de toutes les maisons de la rue Edouard Quénu, rue principale et centrale d’Audresselles. En effet, le plomb étant considéré comme toxique, doit être remplacé obligatoirement par une matière issue de la distillation du pétrole: le polyéthylène, pas du tout cancérogène ni attaquable par les bactéries, selon ses distributeurs qui l’importent entièrement de l’étranger.

Le remplacement des tuyaux de plomb (installés pour l’essentiel par l’organisation Todt au début des années quarante) nécessite le creusement de tranchées entre les bouches à clef et le compteur d’eau.
Une fois ces tranchées rebouchées, l’entreprise chargée des travaux va les recouvrir de bitume.
Mais ces nouvelles plaques de bitume sur un sol travaillé récemment, n’assurent plus la continuité du revêtement de la chaussée et créent des reliefs intempestifs se transformant  en nids de poule avec les alternances de gelées et de chaleurs.

Bien que Roger Tourret ait fait refaire la chaussée lors d’une de ses précédentes mandatures, il va falloir recommencer si l’on ne souhaite pas que la rue Edouard Quénu devienne semblable aux rues de Detroit (Michigan) ou d’autres villes en déshérence.

Il va donc falloir demander aux  restaurants qui ont implanté des terrasses sur la chaussée de les retirer le temps des travaux. Peu à peu, les restaurateurs ont transformé ces terrasses en véritables bâtiments qu’il va falloir démonter.

Qui va payer le démontage et le remontage de ces « paillottes » ?

Si, comme le demandent des opposants à Roger Tourret, un loyer d’occupation du domaine public avait été imposé aux commerçants concernés, c’était la commune qui devait payer. Dans le cas qui nous intéresse, grâce à la sagesse de Roger Tourret, les occupants sans droit devront se charger des frais et ne pourront pas se plaindre d’une baisse de leur chiffre d’affaire.

Evidemment, ils vont essayer de repousser les travaux au plus tard possible mais, en face, les autres riverains et usagers de la voie publique vont faire pression pour que la chaussée soit remise à neuf. Et l’exécutif municipal n’aura plus qu’à arbitrer entre les forces antagonistes en faisant valoir les règles du bon sens.

D’un côté, il y aura les restaurateurs mais aussi ceux qui préfèrent la formation des nids de poule sur la route qui présentent deux avantages: ils servent de ralentisseurs et la mairie ne dépense rien. En face, il y aura les tenants d’ un Audresselles « propre et bien entretenu ».

Si la municipalité attend suffisamment pour que la chaussée soit encore plus défoncée qu’à Detroit et ressemble plutôt à celles de  Caracas (le modèle à suivre, selon Jean-Luc Mélanchon), ce seront les restaurateurs eux-mêmes qui demanderont la réfection de la voirie pour éviter la fuite des clients belges, effrayés au premier abord  par l’aspect de la rue principale du bourg.

La sagesse, c’est donc d’attendre car, comme disait l’illustre Mitterrand: « il faut laisser le temps au temps » pour que les électeurs s’aperçoivent des effets désastreux du « programme commun ».

2 septembre, 2017

Audresselles: les dessous des élections partielles anticipées

Un cinquième conseiller municipal vient de démissionner à Audresselles, créant ainsi les conditions nécessaires à un nouveau scrutin dans les trois mois pour remplacer les démissionnaires. Ceux-ci, comme les dix  conseillers restants, avaient tous été élus sur la liste de Roger Tourret,  maire depuis 1975. Arithmétiquement, cela ne devrait donc rien changer puisque  même si certains des futurs élus se placent dans l’opposition au maire, ils resteront très minoritaires.

Actuellement, les opposants au maire ont fait leur cheval de bataille des deux thèmes suivants: les terrasses des commerces, en particulier des restaurants, installées sur la voie publique et le colis de Noël attribué aussi aux électeurs belges qui représentent dix pour cent des électeurs inscrits et comme ils votent tous, quinze pour cent des votants habituels. Toutefois c’est l’histoire des terrasses de restaurant qui sert surtout de prétexte aux mécontents.

Comme, maintenant que le nombre de pêcheurs professionnels s’est réduit comme peau de chagrin puisqu’ils ne sont plus qu’une dizaine, les seuls employeurs sont désormais les commerçants et artisans et il y a douze commerces occupant l’espace public. Ils donnent un emploi, en moyenne, à six employés chacun. Ce sont les seuls à permettre aux Audressellois de pouvoir travailler sur place.
Si les terrasses des commerces disparaissent, les touristes belges ne viendront plus et ce sera la ruine immédiate pour une cinquantaine de familles avec un effet de dominos sur les autres.
Si l’on taxe les terrasses ou que la commune fait payer un loyer aux commerçants, les fonds n’iront pas à la commune mais à la communauté de communes ou au département et les restaurateurs pourront demander à la commune une indemnisation de plusieurs centaines de milliers d’eurosà hauteur de leur chiffre d’affaire perdu en cas de travaux de voirie. C’est ce qui se passe régulièrement à Paris.

« Ils n’ont qu’à aller travailler ailleurs »

Analysons donc quelles sont les catégories professionnelles des opposants aux terrasses les plus virulents puisque, selon Clément Vautel, « la situation fait l’opinion »: d’abord en tête, figurent des résidents secondaires dont le revenu mensuel est au minimum de douze mille euro, dits autrefois les « baigneurs », puis les « estivants ». On les a appelé ensuite les « vacanciers ». La foule les dérange et ils rêvent de l’Audresselles d’avant l’autoroute, le TGV et le code du travail, lorsque les femmes de matelot étaient immédiatement disponibles pour se mettre à leur service quand ils venaient se reposer.
« Ils n’ont qu’à aller travailler ailleurs » disent  à propos des employés des restaurants ces  cadres ou  fonctionnaires nommés par des gouvernements socialistes.

A eux se joignent quelques retraités qui ont acheté à Audresselles une maison pour finir leurs jours tranquilles. Ils font leurs courses et vont au restaurant dans les centres commerciaux. Les terrasses réduisent la largeur de la voirie et quand ils circulent après l’apéritif ou le digestif, ils ont des difficultés à bien viser pour passer sans accrocher leur véhicule. S’ils passent par la route départementale pour éviter ces inconvénients, ils risquent de se faire retirer leur permis de conduire par les gendarmes. Ce qui est encore plus déplaisant.
S’il existe des opposants aux terrasses parmi les électeurs aux revenus plus modestes, ils ne se manifestent pas mais le prochain scrutin permettra de déterminer quel est leur pourcentage.

8 avril, 2017

Mélanchon se définit comme « le » philosophe

Classé dans : économie,histoire,politique,socialistes — dompaul @ 19:10

Sur les petites vignettes rougeâtres de sa campagne électorale, Jean-Luc Mélanchon, au nom d’origine grecque, a fait imprimer en gros caractère vert d’eau la lettre  ϕ, comme sur les manuels scolaires de philosophie des années où il passait son baccalauréat.

L’idée sous-jacente est la suivante, Mélanchon ou « Ceinture Noire » est un philosophe,  un tribun philosophe à qui le pouvoir de gouverner la France revient de droit, au nom de la philosophie.

En effet, le philosophe grec qui a revendiqué pour les philosophes  le droit incontestable de gouverner le troupeau humain n’est autre que Platon. Des Siciliens lui ont offert le gouvernement de leur cité pour qu’il applique ses théories et le moins qu’on puisse dire, c’est que son gouvernement n’a pas été très concluant.

Mais ses théories, elles, ont résisté au temps, et sont appliquées régulièrement car, comme disait Adolphe Hitler, un autre philosophe, « la mémoire des peuples ne dépasse pas six mois ».

Dans « la République », Platon définit le Bien qui est la bonne gestion de la cité partant de l’organisation suivante. On commence par confisquer les biens  des « riches ». C’est la fin de la ploutocratie.

Mais on ne donne pas les biens des riches aux pauvres. Mélanchon veut prendre aux riches leurs biens mais ne dit pas qu’il va les distribuer aux pauvres. Il veut les donner à l’Etat.

Ensuite,  les « philosophes » prennent le pouvoir. Pour permettre aux philosophes de gouverner tranquillement, il faut des gardiens, en grec les « filacs »,  qui a donné en français le mot   »flics ». Les flics sont chargés de surveiller le reste de la population, « le troupeau humain ».

Les citoyens ou plutôt les sujets ne peuvent pas quitter le territoire national sans une raison approuvée par les flics. A leur retour dans « la République », les flics les interrogent sur leurs activités pendant leur séjour à l’extérieur et leur demandent ce qu’ils ont observé. Ces voyageurs ont évidemment intérêt a pouvoir faire un rapport d’espionnage consistant et intéressant pour le gouvernement des philosophes.

Ce système de gouvernement a été appliqué à de nombreuses fois et Louis XIV interdisait la sortie du territoire sans autorisation sous peine de mort. Mais, à l’époque, la frontière était très poreuse et la police politique peu nombreuse.

En revanche, Mussolini,  Hitler, Fidel Castro, mais surtout Staline, Mao-Tsé-Toung et  la dynastie des Kim de Corée du Nord qui, comme chacun sait, étaient et sont encore de grands philosophes, ont appliqué parfaitement les principes platoniciens de la société fermée.

Si l’on écoute le programme de Jean-Luc, c’est évidemment ce qu’il réserve aux Français s’il est élu mais, comme il  se révèle plus distrayant que ses concurrents aux élections présidentielles, il monte chaque jour dans les sondages et, si lui-même et ses acolytes connaissent parfaitement l’Histoire que son auditoire ignore, il connaît aussi parfaitement les mots qui séduisent les envieux, les humiliés et les offensés dont la proportion dans l’électorat s’accroît au fur et à mesure que l’analphabétisme progresse.

12 février, 2017

Cours particuliers par skype

Classé dans : économie,international — dompaul @ 11:04

L’ingénieur audressellois Jean Selbert-Manoury, qui réside désormais tantôt à Wimereux, tantôt en Amérique du Sud, a créé une école électronique utilisant skype qui dispense des cours particuliers de tous niveaux pour un prix modique. Certains de ses élèves d’Audresselles, d’Ambleteuse ou de la communauté de communes de la Terre des Deux Caps, d’où sa famille est originaire, ont déjà pu intégrer de grandes écoles scientifiques grâce à ses cours de mathématiques et de physique-chimie, et aux cours de langues et de français dispensés par les professeurs qu’il a recrutés. 

Cours Particuliers Maths Physique EXPAT,

 

 

Propose une petite révolution, en matière de soutien scolaire, aux familles expatriées du monde entier.

 

Avec son équipe de professeurs particuliers, Jean Selbert, offre des cours particuliers en ligne dans toutes les matières, aux francophones du monde entier.

« Le partage d’écran permet à l’élève de suivre le cours sur son écran qui fait office de tableau, le professeur lui explique à l’écrit comme à l’oral. Ce sont les cours du futur, il suffit d’un ordinateur ou d’une tablette et d’une connexion internet, pour pouvoir prendre un cours de n’importe où dans le monde !»

« Nous comptons des élèves dans déjà plus de 30 pays, tous sont très satisfaits ! »

 

Les professeurs sont triés sur le volet, tous ont un niveau académique très élevé et une excellente pédagogie. Marcelo, le polytechnicien donne des cours de mathématiques et sciences physiques aux élèves de maths sup et maths spé, Florian étudiant en école vétérinaire donne des cours de biologie. Le site permet aussi de prendre des cours avec des professeurs de lycées et des universitaires.

 

Les familles expatriées ont souvent peur que leurs enfants éprouvent des difficultés d’apprentissage, à l’étranger, www.cours-particuliers-maths-physique-expat.com soutient ces enfants, qui parviennent a surmonter leurs difficultés et deviennent même d’excellents !

 

« Bien sûr, nous donnons aussi des cours à des élèves de métropole, mais la majorité de nos clients sont à l’étranger ! »

20 janvier, 2017

Donald Trump et Benoît Hamon

Classé dans : économie,histoire,international,politique,socialistes — dompaul @ 14:59

Aujourd’hui, les Américains intronisent leur 45e président dont l’une des caractéristique est d’être le premier à  avoir renoncé aux  indemnités liées à sa fonction. Contrairement aux autres hommes politiques, il ne s’est pas fait élire pour recevoir des émoluments ou des pots-de-vin mais plutôt pour occuper ses loisirs de retraité puisqu’il est en train de transmettre ses affaires à ses enfants.

Comme il n’a rien à perdre ni à prouver, il veut réaliser son projet de rendre à son pays son autonomie énergétique, industrielle et financière. Evidemment, c’est mal vu par tous ceux qui vivent du système mis en place depuis des décennies, à leur profit. C’est mal vu aussi de ceux qui vont être contraints de se réinsérer dans un cadre de travail légal.

La question était: a-t-il le droit de circuler à ses frais dans son avion personnel qui est plus luxueux et plus neuf qu’Air Force One ?

Selon les lois fabriquées par les politiciens qui se font élire pour remplir leur gamelle, la réponse est « non »: il doit circuler aux frais du contribuable car sinon, il lui donnerait des mauvaises habitudes.

Pendant ce temps, de l’autre côté de l’Atlantique Nord, c’est le langage opposé. Un « agitateur d’idée » (au singulier)essaye de récupérer des voix en allant chercher une recette qui avait disparu depuis l’Antiquité: le « droit à la paresse » avec le versement de 800 € aux « jeunes » entre 18 et 25 ans qui sont censés voter pour lui aux élections législatives, aux frais du contribuable. Pas à ses frais à lui: c’est ça qui est innovant.

Comme il s’adresse à son électorat de banlieue où la police et les pompiers ne pénètrent pas, son nom s’écrit aussi dans l’écriture la mieux connue localement « بن واط هامون » ( ben Wat Hamoun) .

24 décembre, 2016

Une boutique de vêtements chic à Audresselles

Classé dans : économie,international,sport — dompaul @ 11:59

MélanieLe nouveau magasinL’ancienne boutique du secours catholique qui avait brûlé dans la même période que le restaurant l’Estival pour des raisons non encore élucidées par la gendarmerie, a été  entièrement refaite à neuf et accueille depuis avant-hier un magasin de magnifiques vêtements de marque pour plaisanciers de style décontracté-habillé. Comme dans tous les magasins chics, l’accueil est fait par une charmante du nom de Mélanie.

Espérons que ce magasin ne sera pas le seul de son espèce et qu’il va attirer un nouveau flot de clientèle intéressante pour la prospérité de la commune. Hiver comme été. C’est aussi le souhait des commerçants voisins, car, plus il y a de commerces, plus il y a de chalands.

 

9 novembre, 2016

Audresselles: Death of Hillary, the grey seal ou la mort d’ Ilari, le phoque gris

Classé dans : écologie,économie,international,phoques,politique,socialistes — dompaul @ 12:49

Phoque Octobre 2016

phoque gris sur l’estran d’Audresselles (photo de R. O)

Fin octobre  2016, Ilari, l’une des femelles phoques gris qui hantent désormais les rivages d’Audresselles pour dévorer le corps des poissons pris dans les filets des pêcheurs, a été retrouvée pourrissante sur l’estran, devant l’embouchure de la Manchue, le fleuve côtier au sud de la commune.

Une bonne nouvelle pour ceux qui vivent de la pêche et pour ceux qui leur achètent leurs poissons mais aussi pour les contrôleurs qui mesurent les bars pêchés  pour faire payer l’amende quand ils mesurent plus de 42 cm. En effet, comment contrôler les phoques et comment leur faire payer l’amende puisqu’ils sont insolvables, comme les électeurs d’Hillary Clinton  qui fuient vers le Canada et bientôt vers  la France pour y vivre des allocations qu’Obama avait commencé à multiplier pour les oisifs et que Trump va supprimer.

La mort de son homonyme phoque emporté par l’équarrisseur, était déjà un mauvais présage pour Hillary Clinton, car chacun sait que pour certaines tribus amérindiennes, chaque être humain a un animal totem dont la mort annonce celle de son double.

Hillary Clinton n’est heureusement pas morte mais sa vie politique ne semble plus avoir d’avenir. C’est un grand malheur international pour le Pape qui veut submerger les Etats-Unis de Chicanos catholiques et pour tous les parasites qui vivent de subventions, d’allocations, de trafic de drogue et de migrants économiques, ou de la protection d’animaux dangereux ou nuisibles à l’être humain implantés artificiellement dans des endroits où ils n’avaient jamais existé.

Hillary Clinton disparue de la scène, c’est aussi un espoir pour ceux qui veulent la fin des guerres au moyen-Orient, puisque les démocrates des empires ont toujours fait des guerre de conquêtes pour donner des allocations aux oisifs qui les élisaient: Périclès chez les Athéniens, Jules César chez les Romains, Les révolutionnaires de l’an 1. Aux Etats-unis, la liste est longue des démagogues qui ont fait la guerre pour piller les richesses des pays étrangers.

6 octobre, 2016

Extraterritorialité de la législation américaine : trop c’est trop !

Classé dans : économie,international,politique,socialistes — dompaul @ 10:49

par Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République.

Jacques Myard a participé activement à la mission d’information sur l’extraterritorialité de la législation américaine commune aux commissions des Affaires étrangères et des Finances qui a présenté ce jour son rapport.

Vous trouverez ci-dessous sa contribution au rapport :

L’excellent travail de la mission d’information sur l’extraterritorialité de la législation américaine permet de révéler au grand jour un aspect des actions judiciaires et administratives américaines trop souvent ignoré, y compris par nombre de spécialistes du droit international.

L’ampleur de ces actions crée d’ailleurs un réel malaise, tant elles affectent nombre des intérêts d’entreprises françaises et européennes et apparaissent très intrusives.
On a tous en mémoire le jugement de Raymond Aron sur les Etats-Unis – « La République impériale » – concept qu’il opposait à « impérialiste ».

La lecture de ce rapport est de nature à remettre en cause l’analyse de Raymond Aron. On est même en droit de se poser la question sur le degré de confiance que l’on peut avoir dans cet allié ! Il est vrai que nous savons depuis Phèdre, cité par Jules César dans La Guerre des Gaules, que l’on ne doit « jamais avoir de confiance dans l’alliance avec un puissant ».

Mais il y a un autre trait qui doit être souligné, c’est notre propre faiblesse et surtout l’absence de réactions de notre Gouvernement face aux agissements d’un Etat étranger en France qui sont autant de violations de notre souveraineté. Tel est le cas de l’installation de « moniteurs » dans des entreprises pour vérifier qu’elles respectent les décisions de justice américaines qui sont surtout des mesures de contrainte, sans décision d’un juge français, en violation de notre souveraineté.

Ayant eu l’honneur d’être juriste à la Direction des Affaires juridiques du ministère des Affaires étrangères sous l’autorité de très grands serviteurs de l’Etat comme Gilbert Guillaume, futur président de la CIJ, et Noël Museux dans les années 1980, nous avions su mettre un terme aux prétentions abusives de nos chers amis américains (affaire Ourengoï, code OCDE sur les transferts de données, enquêtes de la SEC- Securities and Exchange Commission-).

Le Gouvernement français d’alors avait fermement appliqué la loi de blocage de 1968, modifiée en 1980, face aux prétentions extraterritoriales américaines.

Il est sans doute nécessaire aujourd’hui de renforcer les sanctions pénales et pécuniaires de cette loi.

Or, qu’on le veuille ou non, les lois extraterritoriales américaines conduisent tôt ou tard à des conflits de souveraineté purs et durs qui ne pourront se régler que par l’arbitrage interétatique. Nous avons cette possibilité d’attraire les Etats-Unis à cet arbitrage en application de la Convention d’établissement franco-américaine du 25 novembre 1959. J’en ai demandé l’application à plusieurs reprises au Ministre des Affaires étrangères, en vain, ce qui est un signe de faiblesse inadmissible de la part de notre diplomatie et un mauvais signal adressé à l’Administration américaine.

De deux choses l’une, ou les Etats-Unis prennent conscience qu’ils vont trop loin et on trouve des solutions qui respectent nos intérêts, ou nous serons amenés à prendre des mesures de rétorsion sur le plan français et européen.

A l’ère des puissances relatives, le Congrès des Etats-Unis et l’Administration américaine risquent d’apprendre que le monde n’est pas fait à leur image.

Sur Twitter @JacquesMyard
Sur mon site : « www.jacques-myard.org »>www.jacques-myard.org

6 août, 2016

« Marie Odeville est une malpropre », une affiche sexiste et raciste du conseil général

Organisations sexistesMarie Odeville est une malpropre

A l’ entrée sud d’Audresselles, sur les panneaux publicitaires du conseil général socialiste, une affiche écologiste du ministère (socialiste) de l’environnement et de l’Association des Maires de France est censée inciter les passants à ne pas jeter de récipients usagés dans la Nature.

C’est effectivement une bonne idée sauf que le pourcentage de malotrus  qui jettent leurs canettes de bière et leur verre en carton là où ils se trouvent  reste infime par rapport à l’ensemble de la population sinon, les poubelles seraient vides et les plages de la côte d’Opale ressembleraient à celles de Haïti ou de Rio de Janeiro: des tas d’immondices où grouillent les rats.

Donc cette affiche, qui vient du reste d’être remplacée, ne servait à rien, sauf que le nom de la personne malpropre qui jette ses pots en plastique dans l’herbe est désignée nommément: Marie Odeville. Et c’est là que le choix du concepteur de l’affiche est intéressant.

D’abord c’est un nom de femme qui est stigmatisée, et les femmes ne représentent que 10% des malotrus qui jettent leurs récipients usagés dans la nature alors que les canettes de bière, boisson favorite de l’alcoolique mâle des Hauts de France, constituent les gros bataillons de déchets abandonnés.

Ensuite, elle s’appelle Marie. C’est un nom qu’on ne donne plus que dans des milieux qui ne votent généralement pas  à gauche  et qui reçoivent suffisamment d’éducation pour savoir que les poubelles existent.

Et puis pourquoi Odeville ? C’est un nom de Française de souche et chacun sait que, selon l’imam Mehdi Kabir qui prêche à Villetaneuse avec la bénédiction du gouvernement socialiste, manger du porc transforme en cochon. C’est scientifique !

De plus Odeville est un groupe de musiciens allemands qui se produit aussi aux Etats-Unis. Donc c’est encore mieux.

C’est-à-dire que ce panneau  s’adresse à la tranche de population qui a le moins l’habitude de jeter des détritus dans la nature. Elle ne sert donc strictement pas le but affiché.

En revanche, elle permet à l’exécutif socialiste du conseil départemental et au sbires de Ségolène Royal de se défouler un peu aux dépens d’une catégorie de population qui ne votera jamais pour eux.

24 juin, 2016

Pourquoi le Brexit ? Le camp du « Francepart »

Classé dans : écologie,économie,international,politique — dompaul @ 10:16

Brexit carte

François Bayrou vient de le reconnaître du bout des lèvres ce matin dans son interview avec Jean-Jacques Bourdin: la politique migratoire de l’Union européenne a joué un rôle dans la décision des Anglais de quitter l’Union européenne. En fait, les Anglais ne veulent plus des immigrés extra-européens.  Ils ne veulent pas non plus continuer à  subir les décisions de Bruxelles sur la gestion de leurs côtes, de leurs eaux territoriales et de leur territoire.

Et ceci se traduit sur la carte par circonscriptions électorales: tandis que les grandes villes comportant une grande part d’électeurs issus de l’immigration ont voté massivement contre la sortie de la Grande Bretagne de l’Union, toute la province, et en particulier le Kent, juste en face d’Audresselles, a voté massivement pour la sortie de l’Union. Pourquoi aussi, toutes les circonscription maritimes ont-elles voté à plus de 60% pour la sortie ? En Angleterre, c’est en effet pire qu’en France, puisque le pullulement de phoques et de requins protégés à l’excès par des règlements européens absurdes, exaspère les pêcheurs et accessoirement les baigneurs.

En revanche, toutes les circonscription, toutes sans exception, de l’Ecosse et de l’Irlande du Nord (Ulster) on voté jusqu’à 70 % pour le maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union. Sur la carte diffusée par Fance TV info, on voit clairement l’Angleterre en rouge (le camp du Brexit) , l’Ecosse, l’Ulster et Gibraltar en bleu (le camp du maintien du Royaume Uni dans l’Union).

Ce referendum va donc en entraîner déjà un autre, celui de l’Ecosse, annoncé par le Riaghaltas na h-Albai (gouvernement écossais), qui va demander si les Ecossais veulent rester dans l’Union européenne, quittant de ce fait le Royaume-Uni.

Mais pour l’instant, les gouvernants européens, influencés par leur élection locale à court terme, continuent à faire la sourde oreille à propos de la politique  de l’Union européenne et pas seulement migratoire. Le succès de Nigel Farage, le champion du Brexit en Angleterre ne peut que donner encore de l’espoir aux partisans de Marine Le Pen qui en profite déjà pour enfoncer le clou afin d’obtenir le « Francepart ».

Car ce ne sera pas immédiatement que les effets de la récession vont se faire sentir en Angleterre et, d’ici là, il y aura déjà eu les élections présidentielles et législatives en France.

12345...8

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas