8 novembre, 2017

Tariq Ramadan( طارق رمضان), ou la punition du tiède

Classé dans : histoire,international,religion — dompaul @ 16:45

par Saïd Bin Ibrahim,

En 732, l’émir mahométan Abdel Rahman a été vaincu par l’armée franque du Shogun Charles Martel aux alentours de Poitiers et, dans les onze siècles qui ont suivi, les Chrétiens européens, grâce à leur technologie plus avancée, n’ont cessé de repousser les Mahométans vers l’Afrique ou l’Asie centrale pour ensuite coloniser les terres où ils étaient trop nombreux pour les convertir ou les exterminer.

Depuis un demi-siècle, c’est l’effet inverse puisque les Mahométans envahissent progressivement les pays chrétiens par l’immigration ou la reproduction galopante in situ. Mais tout en pratiquant leur religion jurisprudentielle, ils savaient jusqu’à maintenant respecter les idées reçues diffusées par les medias des pays d’accueil où l’on ignore que Mahomet était en avance sur son temps au VIIIe siècle après Jésus-Christ, notamment en redonnant des droits aux femmes, disparus avec les invasions barbares.

Tariq Ramadan, en imposant la prise en compte de ses idées sur le Mahométisme dans les débats audiovisuels francophones, bouleverse la conception traditionnelle de la religion enseignée aux masses et ne se fait pas que des amis.

Trahison

Rappelons que deux des piliers de la religion des Mahométans imposent l’interruption du travail cinq fois par jour et son ralentissement chaque année pendant un mois lunaire. La gymnastique orante est en effet bonne pour la santé et représente un moment d’égalité entre les fidèles mais constitue aussi un handicap dans le cadre d’un travail suivi profane. De plus, trahissant son enseignement qui tendait à l’émancipation de la femme, les successeurs du prophète ont codifié l’exclusion de cinquante pour cent de la population de l’accès à l’instruction. Les califes -une succession de criminels et d’usurpateurs- se sont attachés à scléroser l’islam mahométan afin de se maintenir au pouvoir. Pour les docteurs mahométans, le temps reste fixe et l’évolution de l’Univers et des espèces n’existe pas.

Le respect à la lettre des cinq piliers de l’Islam suffit pour faire son Salut, contrairement au Christianisme qui a défini une ligne de perfectionnement permanent en vue d’ un but lointain qui ne sera jamais atteint dans le monde sensible.
Dans ces conditions, la créativité est ralentie dans les pays mahométans, qui ne peuvent se targuer d’aucune invention technologique depuis un millénaire.

C’est précisément cette arriération dogmatique à laquelle Tariq Ramadan voudrait remédier.

Toute son oeuvre philosophique et théologique est fondée sur la nécessité pour les Mahométans de se libérer l’esprit et de s’affranchir des dogmes figés pour rattraper la communautés des hommes libres de préjugés et pouvoir, non seulement les copier mais aussi les dépasser.

Comme il ne peut pas contester l’interprétation du Coran fixée au dixième siècle sans s’exclure lui-même de la communauté des Croyants, il doit trouver une réinterprétation en marchant sur le fil du rasoir.
Comme le Coran originel a été d’abord transmis oralement par les récitateurs qui l’avaient appris par coeur puis transcrit sans signes diacritiques, les lettres correspondent à plusieurs phonèmes. Une seule lettre, celle qui ressemble à U,  peut s’y prononcer de cinq façons différentes: b,t,th,n,i. Ainsi un cinquième du Coran reste abscons et le reste pourrait être réinterprété.

La fornication ou le retour des vieilles lunes

Mais, des dogmes extra-coraniques repris de la loi mosaïque (Deutéronome 22:23-24), sont apparus après la mort du prophète Mahomet. Interrogé par des contradicteurs sur la lapidation des femmes adultères comme Jésus par les pharisiens qui cherchaient à le prendre en défaut, Tariq Ramdan n’a pas fait la même réponse que lui, puisque ses antagonistes avaient un point de vue opposé à celui des Juifs du premier siècle: actuellement, la fornication est en effet, non seulement autorisée, mais aussi encouragée par l’exemple de tous les « peoples », notamment par celui des présidents de la république française qui ont succédé à Pompidou.

La lapidation des fornicateurs  adultères n’est pas prescrite dans le Coran 

Tariq Ramdan ne s’adresse pas qu’aux Européens mais aussi aux Sénégalais, Mauritaniens, Maliens, Ivoiriens, Guinéens, Algériens, Marocains, Tunisiens, Libanais, Comoriens, Djiboutiens, Réunionais et autres Mahométans francophones qui le regardent et boivent ses paroles sur Youtube. Pour éviter d’horrifier une grande partie de ses fidèles attachés aux coutumes pré-islamiques, il n’ose donc pas s’arroger le pouvoir d’abroger la lapidation couramment pratiquée en Afghanistan, au Pakistan et autres pays très arriérés alors qu’elle n’existe pas dans le Coran mais qu’elle a été rétablie par l’usurpateur Omar qui s’est fait proclamer calife à la place du calife légitime.

Le moratoire


Pour éviter de froisser cette catégorie de fidèles primitifs tout en essayant de donner satisfaction aux intellectuels féministes occidentaux, Tariq Ramadan demande aux Mahométans « un moratoire » sur les lapidations: pour l’instant, on ne lapide plus, on attend, on réfléchit. Les fornicateurs rentrent chez eux tranquillement en attendant.
En attendant Godot.

Biaiser avec Dieu


Au lieu de déclarer publiquement que la lapidation des fornicateurs ne faisait pas partie de la Loi coranique, Tariq Ramadan a voulu biaiser avec Dieu: « on verra, on en reparlera ». On ne sait plus si c’est du lard ou du cochon.
A propos de cochon, ou plutôt de porc, le résultat est là: une femme inconnue jusqu’ici du nom de Henda Ayari, aussi franche qu’un âne qui recule, et qui cherche à vendre son livre sur ses expériences sexuelles, accuse Tariq de l’avoir violée dans la chambre d’hôtel où elle l’avait suivi de plein gré et d’où elle n’a pas cherché à fuir pendant toute une nuit.
Evidemment, comme dans les affaires Weinstein, DSK, Polansky, un cortège se forme de femmes intéressées qui se bousculent pour déclarer: moi aussi, moi aussi, j’écris un livre. Moi aussi, j’ai couché avec Tariq.  Même si j’étais consentante, il m’a violée, puisque j’étais fragile.
Du point de vue de la Justice des Hommes, Tariq a raison de nier en bloc et de poursuivre ses accusatrices en diffamation puisqu’elles n’ont pas de preuve  mais c’est pour lui un avertissement de Dieu « qui vomit les tièdes » (Apocalypse 3,15).

Saïd Bin Ibrahim

Saïd Bin Ibrahim est le descendant actuel d’Ibrahim ou Abraham en ligne patrilinéaire. Ibrahim est le  seul fils survivant du prophète Mahomet (SAW) et de Marie l’Egyptienne, recueilli et élevé par le roi des Francs Dagobert Ier après avoir échappé à l’empoisonnement que lui réservait Aisha, l’épouse préférée du prophète et son père Abou Bakr, second calife. La plupart des Mahométans croient qu’Ibrahim est mort peu après sa naissance.

 

2 novembre, 2017

Trump se trompe ou l’utilité des transgenres dans l’armée américaine

Classé dans : histoire,international,medecine,politique,religion — dompaul @ 0:57

Toutes les armées du monde,  c’est-à-dire tous les groupes militaires hiérarchisés et disciplinés soldés par un Etat fort et centralisé, ont toujours dû résoudre le problème suivant: permettre aux soldats d’assouvir leurs pulsions irrépressibles.

Dans l’antiquité, les armées permanentes avaient adopté deux systèmes: à Lacédémone, où les Spartiates (les citoyens) étaient tous militaires professionnels puisque les artisans et les cultivateurs étaient tous des ilotes (serfs), les vétérans formaient une jeune recrue qui lui servait aussi de giton pendant les campagnes. C’était le principe du couple illustré dans l’Iliade par le demi-dieu Achille et son ami Patrocle.

C’était pratique puisque tout se passait en famille (l’Armée est une grande famille). Chez les autres Grecs, à Rome ou encore à Carthage, les armées étaient accompagnées par des prostitué(e)s enrégimenté(e)s, libres ou serviles.

A la fin de l’empire romain, les armées permanentes à la romaine avec la solde, l’ avancement et le pécule de retraite ont cessé d’exister. Les armées permanentes réapparaissent dans les pays d’Europe avec la centralisation des Etats. En France, le système romain réapparaît en 1790 selon la formule: dans la besace de chaque soldat, il y a un bâton de maréchal.

Le problème de la satisfaction du soldat en campagne reste le même et les armées mettent au point le fameux BMC (bordel mobile de campagne) géré par un sous-officier. Les armées coloniales et post-coloniales françaises disposeront de ce BMC dans leur casernement ou campement jusqu’à une date récente, date qui suit par hasard de quelques années l’arrivée de Giscard au pouvoir et l’incorporation de femmes engagées volontaires comme soldates, sous-officiers ou officiers mais aussi avec le « coming-out » de certains gradés puisqu’ officiellement, il n’est plus interdit dans les armées occidentales d’être homosexuel.

Les différents gouvernements qui se sont succédé depuis Mitterrand en France ont cru bon d’accroître de façon continue la proportion de femmes dans les armées. Le phénomène est du reste le même dans l’armée américaine et les autres pays de l’hémisphère Nord, mais aussi dans tous les autres pays.

Cet apport de femmes et d’homosexuels a fait perdre au BMC son utilité. On l’a vu à l’issue de la première guerre du golfe. 80% des femmes qui se sont trouvées sur les bateaux de guerre américains dans le golfe persique, sans pouvoir quitter leur navire pendant six mois, sont revenues enceintes dans leur patrie. Y compris quelques  Lesbiennes qui n’auraient pas entretenu de relations intimes avec des mâles si elles n’avaient pas été incorporées dans l’US Navy.

C’est cet inconvénient, bien qu’il soit mineur, qu’ont cherché à compenser les Démocrates (équivalent de nos socialistes) arrivés au pouvoir avec Clinton: l’incorporation dans l’armée américaine de quinze mille transgenres, pour la plupart originellement mâles, femelles d’apparence, parfois plus encore que l’orchidée qui ressemble à son pollinisateur pour l’attirer, selon qu’ils ont été opérés et hormonisés ou non.

Mais patatras, au nom du principe ancien dans les armées selon lequel « un militaires n’est pas une fiotte », Trump a décidé d’interdire l’incorporation de nouveaux transgenres dans l’Armée américaine. Faudra-t-il recréer les BMC en recrutant de nouveau des locales pendant les campagnes ? Une femme-juge vient de décider que Trump avait tort. On pousse un soupir de soulagement !

18 octobre, 2017

« Balance ton porc », ou le remake du « Juif Süss »

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 17:52

Par la grâce de la loi Fabius-Gayssot et des lois identiques votées dans les pays de l’Union européenne et d’Amérique du Nord, toute allusion qui pourrait être assimilée à de l’antisémitisme ou à l’antisionisme, même dans la sphère privée, si l’on est enregistré, filmé ou dénoncé sur internet, est désormais considérée par les tribunaux comme un crime et punie d’amendes considérables et même de prison (1).

Evidemment, nombreux sont ceux qui cherchent par tous les moyens une faille dans cette interdiction. Et pas seulement les néo-nazis, les Trostkistes pro-Palestiniens, les Islamistes et autres antisémites-antisionistes officiels poussés par des motivations idéologiques ou électoralistes mais aussi les journalistes à sensation qui cherchent des scoops.

Une actrice américaine un peu vieillie et sans emploi depuis la fin de la série télévisée à laquelle elle participait (une histoire de sorcières), vient en effet de réapparaître sur les écrans de l’actualité en affirmant avoir été violée par le producteur Harvey Weinstein en échange d’un rôle dans un film. Une foule d’actrices ménopausées s’est alors précipitée devant les micros avides de leurs paroles, pour déclarer qu’elles aussi avaient été importunées par ce même producteur ou qu’elles avaient même dû coucher avec lui, parfois à plusieurs reprises. Elles veulent en effet faire des livres sur le sujet et gagner ainsi quelques sous pour l’occasion.

La  féministe Sandra Müller (Frau Müller) a eu l’idée d’exploiter à fond ces histoires en créant un site de dénonciations intitulé « balance ton porc » car les mots « dénonce ton porc » évoquerait trop la Collaboration, bien qu’ils reviennent au même. Pour la presse et les chaînes de télévision, cette affaire prend heureusement le relais des aventures de Dominique Strauss-Kahn, qui ont rapporté des dizaines de millions d’euro à de nombreux vautours depuis 2011.

Quant à Roman Polanski, le metteur en scène accusé de viol sur mineure il y a cinquante ans aux Etats-Unis et recherché par Interpol, ce n’est plus demain qu’il va pouvoir demander une amnistie pour pouvoir circuler en dehors de l’hexagone, malgré les interventions en sa faveur de Jack Lang, l’ancien député que le monde nous enviait, et de Bernard-Henry Lévy, le milliardaire-philosophe propriétaire de chaînes de télévision diffusant de la télé-réalité.

Tous ces personnages ont des points communs,  dont le moindre est d’être de gauche. Les trois premiers se trouvent désormais sous un éclairage permanent ou récurrent des médias, en tant que « porcs », animal impur dans certaines religions dont la leur.

Sous le règne du docteur Goebbels, en 1940, était sorti un film historique intitulé « le Juif Süss », ministre des Finances du roi de Würtenberg », présenté comme odieux et assouvissant ses désirs avec des femmes « aryennes » peu consentantes. Il finissait pendu devant une foule en liesse. Bien que le film soit depuis peu retiré de « Youtube » à la demande d’une association juive, le scénario est repris et actualisé dans les sagas judiciaires et journalistiques consécutives à chaque scandale autour de la vie sexuelle de chaque « porc », qu’on enchaîne comme une bête fauve pour le présenter à la foule avant de le condamner.

Mais il reste en vie, précisément pour alimenter la presse quand il y a un vide dans l’actualité. Le Porc est toujours le même personnage dans les remake-réalité du  film, sauf qu’il change de nom.

(1) voir l’article: Le 17 octobre, Dieudonné passe en jugement pour blasphème

24 mai, 2017

Rencontre culturelle Poutine – Macron

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes,Syrie — dompaul @ 9:34

Macron et Poutine doivent se rencontrer le 29 mai à Versailles. Audresselles.at a pu connaître une partie de ce que Poutine apportait dans ses bagages.

Donald Trump fait le tour des pays du Moyen-Orient en se recueillant devant le mur des Lamentations pour s’attirer la bienveillance du lobby sioniste américain et en vendant de l’armement aux Saoudiens pour rassurer le lobby militaro-industriel  car ces deux groupes d’influence  tiennent les medias et le rapprochement Trump-Poutine les avait alarmés, surtout le second, alimenté par les guerres actuelles ou potentielles.

Pour l’instant, Trump ne peut donc pas rencontrer physiquement Poutine, son ami, tant qu’il n’a pas rassuré les marchands d’armes.

En revanche, Emmanuel Macron, qui sent le vent de l’histoire tourner,  a saisi l’occasion pour inviter en premier Vladimir Vladimirovitch au grand Trianon de Versailles, précisément là où, il y a trois cents ans, le roi-enfant de France Louis XV, avait accueilli son prédécesseur, le tsar de toutes les Russie, Pierre le Grand (il mesurait deux mètres quatre centimètres) qui l’avait pris dans ses bras.

Le conservateur qui a eu l’idée d’organiser à cet endroit  l’exposition Pierre le Grand précisément au moment opportun, devrait avoir un avancement fulgurant.

Regarder les télévisions russes en langue française qui ne diffusent pas les mêmes informations que les chaînes françaises car elles sont sous un contrôle différent, nécessite une manipulation plus compliquée car il faut trouver la bonne chaîne câblée ou satellitaire.

A l’aide d’un ordinateur, on peut aussi taper TV Russia puis chercher une chaîne. C’est donc quasiment impossible pour ceux dont le niveau culturel correspond à celui de  l’ émission   animée par Cyrille Hanouna (qui a actuellement des problèmes avec les gays radicalisés pour des histoires de « trou de balle » (sic!) ).  Les Russes ont l’intention de créer de nouvelles chaînes russes en français encore plus accessibles et de les multiplier, concurrençant donc aussi les chaînes françaises les plus regardées dans l’hexagone.

Entre Poutine et les derniers gouvernements français, on joue donc à « je te tiens par la barbichette ».

Afin de commencer à réchauffer les relations franco-russes, particulièrement glaciales du temps de hollande dit « le Pingouin », Le gouvernement français aimerait bien que Poutine réduise sur les chaînes russes en français la propagande pour le Front National, les amis de Mélenchon et leurs idées, surtout en cette période d’élections.

Macron peut proposer d’inciter les chaînes françaises à diffuser en français des films récents et des feuilletons télévisés à gros budget, produits par des metteurs en scène russes, afin de familiariser davantage le téléspectateur français basique avec les Russes, leur vie quotidienne et leur histoire souvent mêlée à celles Français depuis 1051, quand Anne, princesse de Kiev, est devenue reine de France. Ceci, afin que les Russes leur paraissent proches d’eux et sympas.

C’est une proposition acceptable, sauf pour les producteurs de films et de feuilletons américains, qui devront se pousser un peu, pour faire de la place sur les écrans des Français.
Mais est-elle suffisante si Poutine développe les chaînes russes en français?

Pour faire plaisir à Poutine, il faudrait que l’armée française cesse de collaborer aussi étroitement avec Al Nosra à Damas même et de fournir en armes et en matériel cette organisation même si, comme disait Fabius, elle fait du « bon boulot » en Syrie, en massacrant Chrétiens, Alaouites et Chiites.

Evidemment, si la France applique l’article 1 de la charte des Nations Unies et reconnaît le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, notamment le référendum d’autodétermination des habitants de la Crimée, les contentieux passés seront atténués.

Quelques feuilletons et films russes sur youtube:

Night Swallows – Episode 1. Russian Tv Series. StarMedia. Military Drama. English Subtitles

  • il y a 2 ans
  • 90 632 vues
Watch free russian tv shows with english subtitles All episodes: …
  • ST
Rencontre culturelle Poutine - Macron dans histoire41:28

Russian movie with English subtitles: Penal battalion 

 dans international2:04:03

Russian movie with English subtitles: Admiral

The Island (Russian movie with English subtitles)

Russian movie with English subtitles: By the Will of Genghis Khan

    • ST
  1.  dans politique
    37 VIDÉOS

    Russian Movies

    1. 2:09:27The Horde (Russian movie with English subtitles)
    2. 1:54:27The Island (Russian movie with English subtitles)

    The Dawns Here Are Quiet – Episode 1. Russian TV Series. English Subtitles. StarMediaEN

    • il y a 10 mois
    • 152 472 vues
    It is late spring of 1942, and the Great Patriotic War is in full swing. A long way off from the front-line, at some God-forgotten …

    We are from the Future » – [english subtitled] ww2 Sci-Fi

    • il y a 9 ans
    • 207 232 vues
    « We are from the Future » - Russian Time Hopper. Episode №1 Time hopping adventure featuring a quartet of young, college aged …

16 mai, 2017

Audresselles/Apprendre l’audressellois

Classé dans : conseil municipal,histoire,international — dompaul @ 12:29

Pour ceux qui veulent s’intégrer véritablement à la vie d’Audresselles et éviter que des conseillers municipaux grognons leur contestent l’attribution du colis de Noël, il est nécessaire de comprendre le dialecte picard en usage dans le village par les Audressellois de souche, c’est à dire ceux qui portent des noms qui existaient déjà sur place avant la guerre de cent ans.

Quelques rudiments de grammaire et de phonétique:

Le « a » se prononce fermé comme en hongrois le « a » non accentué. Dans les conjugaisons (imparfait, futur, conditionnel) la diphtongue « ai » se ferme complètement et devient « au » ou « o »: exemple: « j’avais » se traduit par « j’avos ». En effet « aï » est la désinence du participa passé de la première conjugaison et de certains verbes de la troisième: exemple: « né » se traduit par « naï » et « naÿ » (prononcer « naye » -latin « natum ») dans les registres paroissiaux en picard du XVIIe siècle.

Il est à noter que les locuteurs ne se trompent pas et distinguent bien le participe passé de l’infinitif qui se prononcent de la même façon en français moderne mais pas en picard. Ainsi se distinguent phonétiquement « aimer » et « aimaÿ » (« aimé »).
Le participe des verbes du deuxième groupe se termine comme en latin: exemple « elle est pourrie » se traduit par « elle -ou alle – est pourrite »,  » elle est sale » se traduit par « elle est crapite » (de l’adjectif anglais « crappy » (étym. germ. « crape », écaille) qui a donné en picard local le verbe « crapir » (salir).

le « s » et « c » suivi de « e » et « i » se prononcent comme « ch » en français:

exemples:
« cet homme » se prononce « ch’t homme »
« son » en français devient « sen » en picard et se prononce, selon la prononciation française: « chein »

Le « ch » français se prononce comme en italien: « qu » en français: exemple:  » cheval » devient « queval » (bas-latin « cavallum »), « la bouche » devient « la bouque »,  » chat » se prononce et s’écrit « cat » (le « t » n’est pas prononcé comme en anglais).

La mouillure n’a pas été ajoutée au mot latin d’origine ou retirée de celle-ci: « oreille » (lat: auriculam) se traduit par « orelle », « soleil » par soulel » (latin « solem »), « fille » (latin « filiam » se prononce comme « ville » (lat: villam). « Bien » se traduit par « ben » (latin « bene »)

A Audresselles, « le chien » se prononce le « tien ». C’est pourquoi La Fontaine -qui était picard- écrit: « un tien vaut mieux que deux, tu l’auras ».
En revanche dans le dialecte local, une mouillure est introduite dans la diphtongue « eau », qui devient « iau » en picard (« biau » pour « beau »). Elle est complétée par une prononciation anglaise et le « au » de « iau » se prononce comme le son anglais « ou » dans « whole ». certains l’écrivent donc « iauw ». Molière l’écrivait « gliau » dans « Don Juan ».

La finale, muette en français, de la troisième personne du pluriel, se prononce: « Ils l’aiment bien », se prononce « ils l’aime-te ben », « ils chantent bien » se prononce « ils kenteut ben ». « ils veulteut ben » etc.

Quelques mots pour faire local: « le fieu », le fils, »le pequeux », le pêcheur », « le menteux » (prononcer « meinteux »), le menteur, « le maqueux », le mangeur, « poisson »: « pisson » (prononcer « pichon »), « la necque », mot d’origine anglo-néerlandaise, qui se traduit par « le cou » en français et qui a donné « cache-nez » qui ne cache pas le nez mais le cou. « Se maloter »: trad.: se plaindre. « Baller » du grec « ballo »: jeter.
Les noms de poisson: « la malette » (anglais: red mullet) le rouget-barbet, « la loque » ‘en français « la loche ».
Vous pouvez compléter cet article dans les commentaires.

8 avril, 2017

Mélanchon se définit comme « le » philosophe

Classé dans : économie,histoire,politique,socialistes — dompaul @ 19:10

Sur les petites vignettes rougeâtres de sa campagne électorale, Jean-Luc Mélanchon, au nom d’origine grecque, a fait imprimer en gros caractère vert d’eau la lettre  ϕ, comme sur les manuels scolaires de philosophie des années où il passait son baccalauréat.

L’idée sous-jacente est la suivante, Mélanchon ou « Ceinture Noire » est un philosophe,  un tribun philosophe à qui le pouvoir de gouverner la France revient de droit, au nom de la philosophie.

En effet, le philosophe grec qui a revendiqué pour les philosophes  le droit incontestable de gouverner le troupeau humain n’est autre que Platon. Des Siciliens lui ont offert le gouvernement de leur cité pour qu’il applique ses théories et le moins qu’on puisse dire, c’est que son gouvernement n’a pas été très concluant.

Mais ses théories, elles, ont résisté au temps, et sont appliquées régulièrement car, comme disait Adolphe Hitler, un autre philosophe, « la mémoire des peuples ne dépasse pas six mois ».

Dans « la République », Platon définit le Bien qui est la bonne gestion de la cité partant de l’organisation suivante. On commence par confisquer les biens  des « riches ». C’est la fin de la ploutocratie.

Mais on ne donne pas les biens des riches aux pauvres. Mélanchon veut prendre aux riches leurs biens mais ne dit pas qu’il va les distribuer aux pauvres. Il veut les donner à l’Etat.

Ensuite,  les « philosophes » prennent le pouvoir. Pour permettre aux philosophes de gouverner tranquillement, il faut des gardiens, en grec les « filacs »,  qui a donné en français le mot   »flics ». Les flics sont chargés de surveiller le reste de la population, « le troupeau humain ».

Les citoyens ou plutôt les sujets ne peuvent pas quitter le territoire national sans une raison approuvée par les flics. A leur retour dans « la République », les flics les interrogent sur leurs activités pendant leur séjour à l’extérieur et leur demandent ce qu’ils ont observé. Ces voyageurs ont évidemment intérêt a pouvoir faire un rapport d’espionnage consistant et intéressant pour le gouvernement des philosophes.

Ce système de gouvernement a été appliqué à de nombreuses fois et Louis XIV interdisait la sortie du territoire sans autorisation sous peine de mort. Mais, à l’époque, la frontière était très poreuse et la police politique peu nombreuse.

En revanche, Mussolini,  Hitler, Fidel Castro, mais surtout Staline, Mao-Tsé-Toung et  la dynastie des Kim de Corée du Nord qui, comme chacun sait, étaient et sont encore de grands philosophes, ont appliqué parfaitement les principes platoniciens de la société fermée.

Si l’on écoute le programme de Jean-Luc, c’est évidemment ce qu’il réserve aux Français s’il est élu mais, comme il  se révèle plus distrayant que ses concurrents aux élections présidentielles, il monte chaque jour dans les sondages et, si lui-même et ses acolytes connaissent parfaitement l’Histoire que son auditoire ignore, il connaît aussi parfaitement les mots qui séduisent les envieux, les humiliés et les offensés dont la proportion dans l’électorat s’accroît au fur et à mesure que l’analphabétisme progresse.

24 mars, 2017

Macron, encore mieux que Napoléon (suite et fin)

Classé dans : histoire,politique,socialistes — dompaul @ 18:34

Rechercher des renseignements compromettants

Grâce à Joseph Fouché, l’ancien oratorien passé de l’enseignement au  renseignement, Bonaparte disposait d’  informations compromettantes en suffisance pour écarter ses opposants et promouvoir ceux qu’il tenait en mains. C’est aussi ce qui explique que, pendant tout son règne, il ne pourra se débarrasser de son ministre de la police politique, collant comme la glu, qui le trahira au profit des Bourbons le moment venu.

Du reste Fouché ne se privait pas non plus d’espionner les soeurs de Bonaparte au cas où… et il avait beaucoup de travail pour recenser tous leurs amants.

François Fillon a évoqué le « cabinet noir » de François Hollande, faisant référence non plus à Napoléon mais à Louis XIV et à son chef de la police politique La Reynie. En fait, il n’ y a pas eu besoin de cabinet noir puisque Emmanuel Macron, en tant que ministre des Finances, avait accès au dossier fiscal de Fillon même si, légalement, ce dossier doit rester confidentiel.

Mais la légalité n’est plus qu’un vain mot, aujourd’hui, comme dans toutes les périodes de transition où plus personne ne croit à rien.

Le cabinet noir

Des partisans de François Fillon ont imaginé tout un circuit d’information devenant « le cabinet noir »: François Hollande aurait remis à l’un de ses collaborateurs, G.G., nommé à la présidence grâce à Emmanuel Macron, le dossier fiscal de Fillon pour qu’il soit diffusé par le « Canard enchaîné ».

L’habileté d’Emmanuel Macron est à rechercher ailleurs et notamment dans la façon dont il a su domestiquer les médias en donnant des avantages de toutes sortes à leurs dirigeants, en particulier à Patrick Drahi, le patron de BFMTV, ou à Delphine Ernotte, la patronne de France-Télévision, qui sont désormais cités comme des références en matière de renvoi d’ascenseur.

Les médias et les procureurs sont remarquablement bien coordonnés dans leur action aux dépens de François Fillon et donc au profit de la candidature d’Emmanuel Macron. Mais ils ne sont pas du tout curieux en ce qui concerne les dépenses de celui-ci avec le budget public ni pressés de le mettre en cause.

Comme disait Fabius, « c’est du bon boulot ».

A l’époque de Bonaparte, il n’y avait pas la télévision pour marteler le même message toute la journée auprès de la population défavorisée intellectuellement ni les réseaux sociaux pour les 80% de la population qui savent utiliser internet. Le gouvernement se contentait d’interdire les journaux séditieux.

Donc, aujourd’hui, c’est plus subtil, mais Emmanuel Macron a tout compris et utilisé tous les mécanismes à son profit. Quand il était Premier ministre, François Fillon n’a même pas songé à faire filtrer les candidats au concours de l’Ecole de la Magistrature pour y faire entrer ceux de son bord politique. Pareil pour les écoles de journalisme et les subventions versées aux périodiques qui allaient essayer de le décrédibiliser et le rendre odieux aux yeux des électeurs atteint de la maladie la plus courante: l’Envie.

Tout au désir d’empêcher la candidature de DSK, Sarkozy et Fillon n’ont même pas vu sortir Hollande de son trou et manger le fromage derrière leur dos.

Maintenant, comme nous l’avions annoncé dans un article précédent:  »En marche » avec les pensionnaires de maison de retraite »,  le flot des nouveaux partisans d’Emmanuel Macron a renversé le barrage derrière le ministre socialiste  de la Défense Le Drian et l’ancien ministre socialiste Frédéric Cuvillier. De vieilles connaissances de la droite classique veulent aussi avoir part au festin.

Jamais, même lors du retour de  De Gaulle au pouvoir, on n’a pu constater un tel afflux de volontaires venus de tout l’éventail politique.

Attention le prophète risque d’être écrasé par cette masse. Mais l’électorat, sidéré par ce spectacle invraisemblable, suivra-t-il comme un troupeau ces élus qui voient en Macron le sauveur de leur prébende ?

Car personne ne sait réellement ce que veut faire Macron qui, comme De Gaulle, a compris qu’il valait mieux dire « Je vous ai compris » que de rentrer dans les détails.

Et maintenant, que va-t-il faire ?

Néanmoins, de  ce fatras contradictoire de promesses du chef de « En marche », on peut retenir que non seulement, il a déclaré qu’il voulait  maintenir fermement la France dans l’Europe, quoi qu’il en coûte, mais qu’il voulait  aussi fermer les frontières de cette même Europe aux grandes migrations humaines et aux produits manufacturés  venus des pays à main d’oeuvre bon marché. Il veut créer une police des frontières efficace, comme Trump veut le faire aux Etats-Unis ou comme Napoléon l’a fait, avec le blocus continental.

Comme les pays de l’Est européen sont incertains, il ne peut obtenir ce résultat que s’il domine l’Europe et surtout l’Allemagne, comme Napoléon l’a fait avant lui. Avec lui, les services secrets français seront à la tâche pour glaner des informations sur les faiblesses coupables des politiciens allemands afin de les domestiquer.

Et ce beau dessein risque d’aboutir à des frictions avec les pays sous-développés mais aussi avec les Anglais et les Russes, exclus du système et peu disposés à se laisser dominer par ce nouveau prophète soutenu par des organisations anonymes et difficilement identifiables.

20 mars, 2017

Pierre Palmade, précurseur de Macron

Classé dans : histoire,politique,socialistes — dompaul @ 11:48

https://www.facebook.com/PierrePalmadeOfficiel/videos/1129429287178928

14 mars, 2017

Macron, encore mieux que Napoléon

Classé dans : histoire,politique,socialistes — dompaul @ 19:03

Quand Plutarque a écrit les vies parallèles, il a laissé au lecteur la tâche d’effectuer lui-même la comparaison. Par exemple Alcibiade et Coriolan: Plutarque écrit d’un côté la vie de l’un, de l’autre la vie de l’autre. C’est au lecteur de faire le rapprochement et de constater les points communs entre ces deux traîtres adulés par l’électorat populaire pour leur extravagance et qui font la navette entre leur patrie et l’Ennemi.

Mais il faut du temps au lecteur pour comparer les deux textes et aujourd’hui, nous sommes pressés.

Nous noterons qu’il existe beaucoup de points de comparaison entre Macron et Bonaparte.

Tous deux  arrivent dans une période agitée où les points de repère de l’ancien ordre est bouleversé et où tout le monde attend le sauveur providentiel qui va faire l’unanimité. En 1798, Bonaparte, général à la fois victorieux et déserteur, a su faire préparer le terrain de sa conquête du pouvoir par sa concubine officielle  Joséphine, une routière de six années plus âgée que lui, dans le lit de laquelle se sont succédé tous les hommes de pouvoir. Le dernier en date est Paul Barras, l’inamovible Directeur de la République, très indulgent avec le jeune amant de sa maîtresse dont il a admiré les capacités au siège de Toulon.

Pendant la campagne d’Egypte, Bonaparte a conservé un oeil sur l’évolution de la situation grâce à son frère Lucien,  député puis président du Conseil des Cinq cents grâce à ses réseaux corses et jacobins.

La fin du Directoire est marquée par l’anarchie. A la fin du XVIIIe siècle, des bandes armées sillonnent les campagnes pour rançonner les paysans ou braquer les diligences. Les fermes doivent se fortifier, parfois par une seconde enceinte de défense. C’est ce qui explique sans doute, dans la ferme de Zuphen, l’ existence de ce haut mur en pierres et en briques qui sépare la cour du potager.

La population attend un homme providentiel à poigne qui n’a pas été mêlé aux tripotages de la république et qui a le label de « vrai républicain ». Quoi de mieux qu’un général, non pas sorti du rang mais d’une grande école d’officiers et un peu noble mais petitement. Les républicains le considèrent comme l’un des leurs, la noblesse aussi, le clergé espère en lui et la bourgeoisie, notamment les acquéreurs de biens nationaux, sont convaincus qu’il va leur laisser la propriété des biens confisqués et favoriser la stabilité monétaire.

Même les Juifs, qui sont alors peu nombreux, mais qui ont des perspectives de prospérité depuis qu’ils ont obtenu dix ans plus tôt l’égalité des droits civiques, voient en Bonaparte un nouvel Alexandre le Grand. Ils en seront récompensés et contribueront à la diffusion de sa légende.

Ce sont trois prêtres défroqués, trois vieux renards qui sentent le vent, qui vont servir de catalyseurs: Emmanuel Sieyès, Joseph Fouché et Charles-Maurice de Talleyrand alliés à Cambacérès, le vieil homosexuel de service. Mais, même si elle a été parfaitement organisée, la prise de pouvoir par le Premier consul reste le fruit d’un coup d’Etat et non pas d’une élection démocratique même si ce coup de force a été ratifié par le plébiscite du 7 février 1800.

Ensuite il faut reconnaître que, parmi ceux qui l’ont porté au pouvoir,  Napoléon a fait peu de déçus, s puisque tous ont obtenu leur prébende. Les seuls cocus, ce sont tous les soldats qui se sont fait tuer pour rien, de l’Espagne à Moscou.

Jusqu’ici, l’aspirant président Emmanuel Macron a fait encore mieux que Napoléon puisque sa concubine, devenue son épouse, a vingt-quatre ans de plus que lui. Il est vrai que de nos jours, les femmes se conservent mieux qu’en 1800. Tout s’est aussi passé davantage en douceur qu’à l’époque puisque le premier mari de la « belle » n’a pas eu besoin d’être guillotiné pour lui laisser sa liberté.

En tout cas, comme Joséphine dont la famille tirait sa fortune des produits exotiques, Brigitte la tire du chocolat et son capital semble avoir été utilisé à bon escient. Tiphaine, sa fille, semble tout à fait prête à son rôle de reine Hortense

Emmanuel Macron, même s’il arrive au pouvoir avec dix ans de retard sur Bonaparte, n’a jamais perdu son temps et, avant même sa nomination comme ministre de Hollande, dont la vie sentimentale et la durée du mandat sont comparables à celles de Barras, les milieux bien informés savaient qu’il était programmé pour devenir le candidat idéal des décideurs réels aux élections présidentielles de 2017.
(à suivre)

 

13 mars, 2017

Le juge Tournaire et le général de Gaulle

Classé dans : espace public,histoire,socialistes — dompaul @ 10:15

Le juge Tournaire est ce juge d’Instruction sur qui va retomber la lourde responsabilité de tuer politiquement le candidat de la droite aux élections présidentielles et de permettre ainsi l’élection d’Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen.

Le Sénat romain pouvait décider de damner la mémoire d’un empereur après sa mort et faire effacer son nom de tous les monuments publics où il apparaissait. C’est ce qui est arrivé pour l’empereur Macrin (pas Macron) après sa mort.
C’est aussi ce qui est arrivé au maréchal Pet…, frappé d’indignité nationale en 1945.
Si Fillon est mis en examen, il va falloir aussi voter une loi spéciale rétroactive pour mettre en examen le général De Gaulle. En effet, selon le quotidien « L’Aurore » du 20 mai 1958, il a fait la même chose que Fillon et a prononcé les mêmes paroles. Ou plutôt c’est Fillon qui a copié.

Si l’on change le nom de tous les espaces publics (rues, places, avenues, aéroport et porte-avions) qui portent le nom de De Gaulle, ce sera l’occasion de donner du travail aux chômeurs.

de De Gaulle à Fillon

 

Nota: il est indispensable de lire les commentaires de l’article ci-dessous

12345...13

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas