14 octobre, 2019

Pourquoi Trump abandonne-t-il les Kurdes de Syrie à leur sort ?

Classé dans : histoire,international,politique,socialistes,Syrie — dompaul @ 21:00

Quand Athènes et Rome devinrent des républiques où tous les citoyens votaient, c’étaient toujours le parti démocrate qui décidait de faire des guerres impérialistes pour piller les voisins afin de pouvoir faire  bénéficier les oisifs, ses électeurs, de nourriture et de spectacle gratuits. Jules César, qui appartenait au parti démocrate, en fut l’un des principaux représentants. Le mot démocrate a aujourd’hui  le même sens aux Etats-Unis.  Le but recherché par les démocrates est d’arriver à établir un état providence en essayant de satisfaire les intérêts particuliers et parfois contradictoire d’ électeurs de tous bords. Comme ils ont besoin des voix écologistes, ils ferment les mines de charbon et les puits de pétrole sur le territoire national mais, comme ils ne veulent pas mécontenter les automobilistes, il leur faut faire la guerre pour s’approprier les énergies fossiles des moyens-orientaux.

Le meilleur exemple: Alexandria Ocasio Cortez, députée démocrate de New-York, au physique avantageux de danseuse de Flamenco,  qui prétend ne pas être blanche pour complaire à son électorat « latino » bronzé. Elle promet  l’assurance-maladie pour tous, la garantie de l’emploi, un collège universitaire public sans frais de scolarité, une politique fiscale à faire fuir les investisseurs. Elle soutient également la fin de la privatisation des prisons et l’adoption de politiques de contrôle des armes à feu. Elle veut créer une voie d’accès à la citoyenneté pour davantage d’immigrés. Elle plaide pour que les États-Unis passent d’ici 2035 à un réseau électrique fonctionnant à 100 % grâce aux énergies renouvelables etc.

Bref, un parfait exemple de démagogue qui promet la lune aux pauvres d’esprit. C’est le pendant en France de Clémentine Autain, que les buveurs de bière regardaient il y a encore quelques années  à la télévision entre deux matches de foot. Ils suffisait de couper le son car seul son physique était intéressant.

Ce sont toujours les présidents démocrates qui ont provoqué ou décidé des guerres: Grover Cleveland qui a étranglé le commerce cubain pour obliger les Espagnols à laisser leurs colonies aux Etats-Unis, Woodrow Wilson, qui a envoyé ses boys participer à la première guerre mondiale, Roosevelt, qui a étranglé l’économie japonaise et précipité son pays dans la seconde guerre mondiale, Kennedy et Johnson qui ont envoyé le contingent se battre en Indochine. Les Bush, père et fils, bien qu’élus républicains, en envahissant l’Irak, ont rencontré l’assentiment de leur opposition démocrate qui, une fois au pouvoir, a poursuivi leur politique guerrière et impérialiste, pour le pétrole.

Trump ne veut pas faire la guerre, ni à son « ami » Kim Jong Un, ni à Nicolas Maduro, le dictateur vénézuélien idolâtré par Jean-Luc Mélenchon, ni à Xi le Chinois, ni à l’Iran, ni nulle part au Moyen-Orient ou ailleurs. Il préfère la diplomatie, même si ses tweets à l’emporte-pièce semblent ceux d’un matamore. En cela, il suit la philosophie du parti républicain: pas de guerre, sauf  si l’intégrité du territoire national est menacée comme ce fut le cas pendant la guerre civile lorsque les démocrates ont fait sécession, en 1861.

Aujourd’hui, Trump abandonne à leur triste sort les Kurdes syriens qui ne lui servent plus à rien, et retire les troupes américaines sans état d’âme. Pour faire plaisir à ses alliés européens qui redoutent de voir revenir les « jeunes » du 93  et d’ailleurs, partis rejoindre DAESH, ainsi que de nombreux réfugiés aux intentions douteuses, il se contente de menacer Erdogan de représailles économiques si le président turc continue à récupérer des territoires perdus par l’Empire Ottoman en 1923.

En fait, de la part de Trump,  il s’agit d’une très intelligente opération diplomatique puisque Poutine a promis de l’armement à son « ami » Erdogan mais ce nouvel ami envahit maintenant  le territoire syrien et il en  mécontente le propriétaire, le docteur Bachar El-Assad, un vrai ami de père en fils des Russes qui ont installé chez lui leurs bases marines, aériennes et terrestres de Méditerranée. Non seulement Bachar El-Assad, (Assad signifie « Lion ») n’est pas content mais, pour endiguer l’invasion turque,  il envoie maintenant  des renforts aux Kurdes contre qui son armée combattait jusqu’à maintenant.

Bref, Trump met Poutine dans une situation très  inconfortable puisque les  « amis » du Russe vont se battre entre eux.  Poutine va être sollicité par les deux camps pour intervenir à la place des Américains pour les uns ou pour les autres. De plus,  avec un nouveau flot d’arrivants indésirables qui vont frapper à la porte de l’Europe, il a, en bonus, le plaisir d’embarrasser Macron qu’il considèrerait, selon l’un de ses collaborateurs,  comme un «  freluquet arrogant » (« arrogant popinjay »).

Presque silencieusement, parce qu’il ne veulent pas perdre leur poste, des généraux américains désapprouvent l’abandon des alliés kurdes car, contrairement à ce qu’un vain peuple pense, les militaires sont des sentimentaux. Trump n’en a cure: l’Amérique d’abord (America first).

18 septembre, 2019

Audresselles: gaz carbonique, réchauffement climatique et stérilisation de l’estran

Classé dans : artisan pêcheur,écologie,espace public,histoire,international — dompaul @ 22:12

Le réchauffement climatique, une bonne affaire pour les affairistes

Actuellement, les livres scolaires qui, comme dit Marcel Pagnol, sont des manuels de propagande à l’usage des gouvernements, autant que la télé, veulent inculquer aux élèves que, de même que la terre est ronde, le taux de gaz carbonique qui augmente dans l’air, va nécessairement entraîner un réchauffement climatique puisque ce gaz piège dans l’atmosphère le rayonnement solaire. Donc il faut, en France, construire des éoliennes, des panneaux solaires et isoler les combles des personnes à revenus modestes pour donner du travail aux employés des entreprises qui financent les campagnes électorales de la coterie au pouvoir et lui permet de rester en place. Sans toutefois empêcher de circuler les paquebots géants ou les avions pour touristes car il permettent à « la classe moyenne » de s’offrir des vacances « de rêve » alors que leur pollution dépasse celle du chauffage des habitations et de toutes les voitures qui roulent sur le territoire.

Résumons les thèses en présence avec d’un côté les réchauffistes américains et européens officiels qui diffusent les conclusions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GEIEC), dont les calculs oublient des paramètres afin de parvenir aux conclusions fixées par les politiques. Selon eux, le taux de gaz carbonique (CO2) va augmenter de façon alarmante avant 2050 mais l’estimation varie entre le simple et le décuple. En fait, personne n’en sait rien. Les réchauffistes idéologiques ont trouvé un porte-parole en la personne de l’adolescente autiste Greta Thunberg qui voit le taux de gaz carbonique dans l’air. Comme nous ne sommes plus à l’époque de Jeanne d’Arc, le recours  à une prophétesse décrédibilise cette thèse qui, pourtant, devrait pouvoir être étudiée sans passion.

De l’autre, quelques scientifiques indépendants, généralement retraités de l’Université et qui n’ont donc plus de promotion à attendre, estiment que l’augmentation du taux de gaz carbonique dans l’air est trop infime pour influer véritablement sur l’augmentation de la température à la surface de la terre. Les deux principaux tenants de cette thèse sont François Gervais et Vincent Courtillot. De toutes façons, la pollution atmosphérique de la France ne représente que 0,7%  de l’ensemble et  les principaux pollueurs de la planète sont la Chine continentale, qui extrait toujours plus de charbon, l’Inde, les Etats-Unis et l’Allemagne, champion toutes catégories des pollueurs du monde, qui utilise même la tourbe pour asphyxier la population. Il est vrai qu’en matière d’asphyxie et de gaz toxiques, Angela Merkel et les Verts allemands possèdent une antériorité historique par rapport aux autres pays.

Ces états se moquent du réchauffement climatique et augmentent sans discontinuer les fumées qu’ils rejettent dans l’atmosphère.

Dans son exposé à l’institut d’études politiques de Paris,  Jean-Marc Jancovici ne se contente pas d’évoquer le thème de l’augmentation du taux de gaz carbonique dans l’air. Il précise aussi qu’il faudra des milliers voire des millions d’années pour séquestrer à nouveau le carbone dans une combinaison moléculaire sous forme solide ou liquide. Donc ces émissions sont irréversibles pendant une durée bien supérieure à celle de l’âge de l’humanité.

D’après les résultats actuels des recherches, il y a trois milliards et demi d’années,  l’oxygène (O2) sous forme gazeuse n’était pas présent dans l’atmosphère qui n’aurait comporté que de la vapeur d’eau (H2O) à 85%, du gaz carbonique à 15% et un peu d’azote.

Les premiers êtres vivants (stromatolithes) puis leurs successeurs, grâce à la synthèse utilisant la lumière du soleil (photosynthèse), ont donc progressivement séparé l’oxygène du carbone qu’ils ont séquestré essentiellement avec l’hydrogène (H), produisant des hydrocarbures (charbon, pétrole, bois). En brûlant ces hydrocarbures, l’être humain inverse donc le processus  et ce processus s’emballe de façon exponentielle surtout depuis le début du XXIe siècle.  La photosynthèse effectuée par les plantes, aux aires de plus en plus réduites,  ne suffit pas à absorber le gaz carbonique émis par les machines et encore moins maintenant qu’au Moyen-âge.

Il apparaît clairement que les conférences internationales sur le climat qui se succèdent, ne servent à rien si ce n’est aux puissants de ce monde de se réunir pour faire un gueuleton ensemble et éventuellement de sympathiser suffisamment pour éviter de se faire la guerre pour une raison futile comme en 1914 et  en 1870.

Mais il apparaît surtout que le réchauffement climatique reste un épiphénomène par rapport aux autres conséquences de l’augmentation du taux de gaz carbonique dans l’air, actuellement d’environ 0,4%. Quand ce taux atteindra 3 %, il sera mortel pour l’homme s’il n’est pas équipé d’un masque à oxygène. Il y aura encore une grande quantité d’hydrocarbures à consommer avant que le Gaz carbonique n’ait retrouvé son taux du précambrien ancien mais l’essentiel de ceux-ci est déjà si profondément enfoui sous la terre qu’ils seront bientôt inattingibles.

Courtillot et Jancovici préconisent donc, en attendant mieux, d’augmenter la part de l’énergie nucléaire très peu polluante en matière d’émission de gaz carbonique, surtout à la place du charbon. Jancovici estime que la croissance, résultat de l’augmentation permanente du travail des machines, et sur laquelle repose le consensus démocratique, est déjà arrêtée. Il prévoit même des guerres lorsque les habitants des pays gros consommateurs d’hydrocarbures seront obligés de réduire drastiquement leur train de vie.

Jancovici compare l’épuisement des ressources naturelles avec l’épuisement des stocks de poissons présents dans la mer et dénonce l’ineptie des théories économiques de Jean-Baptiste Say qui déclarait que ces ressources naturelles étaient gratuites et inépuisables, théories sur lesquelles reposent encore les fondements de l’économie actuelle.

Et Audresselles

A Audresselles, il suffit de regarder l’estran à marée basse pour constater la catastrophe écologique, résultat de l’incurie et de la démagogie des autorités : là où, il y a soixante ans, poussait du goëmon producteur d’oxygène par la photosynthèse, principale frayère pour de nombreuses espèces et  sous lequel vivaient crabes verts et rouges, crevettes, jeunes loups marins, jeunes carrelets, pieuvres,  hippocampes, il ne reste que des rochers complètement chauves et des mares presque aussi stériles que les mares d’acide sulfuriques du Yellowstone.

Idem pour les bancs de moules et même les bigorneaux  que des foules de plus en plus nombreuses venues de tous les coins de l’horizon pillent sans vergogne aux grandes marées.

C’est pourquoi, avant que tout l’estran, à marée basse, ne ressemble complètement au désert du Sahara, il conviendrait que la commune d’Audresselles, avec l’aide et l’approbation des Audressellois, commence par se doter de moyens pour faire appliquer une législation que ne peuvent faire respecter les gendarmes maritimes, trop peu nombreux, avant d’envisager d’autres mesures pour obtenir une véritable reconstitution des bancs de goëmon (fucus vesiculosus et seratus, laminaires) et de moules.

C’est l’une des priorités à laquelle la future municipalité d’Audresselles devrait s’employer de façon unanime.

 

23 juillet, 2019

Greta Thunberg, qui voit le gaz carbonique

Greta Thunberg, une autiste suédoise de seize ans,  dit voir quel est le taux de gaz carbonique dans l’air bien que ces gaz soient tous deux incolores, inodores et sans saveur. Mais elle posséderait un septième sens qui lui permettrait de déceler ce taux donc de prévoir le réchauffement climatique.  Aujourd’hui, au lieu de faire dire des prières aux populations rassemblées autour du prêtre ou du sorcier pour que les dieux fassent tomber la pluie, les gouvernements augmentent les impôts: les impôts contre le réchauffement climatique.

Avant la découverte du feu par l’homme, la Terre a connu plusieurs périodes de réchauffement climatique entraînant des déluges ou de refroidissement entraînant des glaciations. Chaque fois, ces variations ont été dues à des éruptions volcaniques, des chutes de météorites mais surtout aux changements du rayonnement solaire. L’ influence de l’industrie humaine par rapport à celle du soleil est comparable à celle d’une bougie allumée par rapport à l’explosion de la bombe atomique qui a dévasté Hiroshima.

Le gouvernement français actuel et ses partisans à l’Assemblée Nationale, ont invité Greta Thunberg à s’exprimer au Palais Bourbon afin de justifier auprès des électeurs ou futurs électeurs qui ne payent pas d’impôt, l’augmentation des impôts pour ceux qui en payent déjà. L’opposition de droite qui représente les catégories qui payent, veulent boycotter la venue de Greta Thunberg, mais si cette opposition  était au pouvoir, il est probable qu’elle applaudirait l’idiote suédoise pour justifier une nouvelle augmentation des impôts.

NOTA: Rappelons qu’un film sur la pêche à Audresselles vient de sortir sur YouTube avec comme titre:

jj baillet 0001 – YouTube

12 juillet, 2019

François de Rugy fait des économies

Classé dans : écologie,fêtes,histoire,politique — dompaul @ 22:25

La famille de François Goullet de Rugy (d’azur à lion d’or grimpant une fontaine d’argent), a pu faire reconnaître son état de noblesse  à la fin du règne de Louis XV, moyennant le paiement en  une fois de  l’impôt correspondant aux taxes payées pendant sa vie par un roturier. Grave erreur, puisque la révolution a aboli les « privilèges » quelques années plus tard sans  rembourser ceux qui venaient de les acheter.

On peut constater que la guigne des de Rugy a commencé à cette époque alors que les ancêtres Goullet, drapiers,  avaient su profiter de la révocation de l’Edit de Nantes pour obtenir  une charge dans la magistrature associée à un commencement de noblesse, en tant qu’anciens protestants réintégrés volontairement dans le giron de l’église catholique romaine.

Tout avait pourtant aussi bien commencé pour leur descendant  François de Rugy, passant des « écologistes » aux socialistes puis aux « marcheurs » pour obtenir le perchoir de l’Assemblée nationale puis un ministère. Mais en chemin, il a perdu la confiance et le soutien de tous ses amis politiques successifs. Comme Cahuzac, son autre erreur a été d’abandonner son épouse et ses enfants pour se remarier et de vouloir distraire sa nouvelle épouse avec des fêtes à l’hôtel de Lassay, aux frais du contribuable. Comme il n’est ni Louis XIV, ni Louis XV, ni même Talleyrand, autre girouette, à cette différence que ce dernier était soutenu par les Russes, les Anglais et les Autrichiens, au moment où les armées de ces puissances coalisées occupaient le territoire français, sa présence au gouvernement n’intéresse plus personne et Médiapart, le fameux journal en ligne, a trouvé un moyen de rendre service au pouvoir pour se faire pardonner les articles qui déplaisent.

Grâce à cette feuille, François Goullet de Rugy est devenu l’amphitryon  qui invite ses amis, aux frais du contribuable, à manger du homard géant et à boire des vins vieux.

En fait, s’il leur a offert ces mets, c’est  pour faire faire des économies au contribuable  en  faisant croire à ses invités que lesdits mets sont prestigieux mais en fait, si on lit sur ce blog l’article « Jean-Jacques Baillet pêche un homard géant« , on constate que le prix d’un homard de plus de trois kilos, l’été dans le Boulonnais et en Bretagne,  ne dépasse pas quinze euros le kilo et s’il lui manque une pince (on dit qu’il est épatté), on peut l’acheter à dix.

Car, en raison de son âge, parfois plus de trente ans, le homard géant a une carapace recouverte de gale,  sa chair est farineuse, remplie de métaux lourds toxiques puisque ce crustacé charognard est, avec le crabe, le bulot, la hyène et le vautour, à l’extrême fin de la chaîne alimentaire. Bref, si le Noble Homme de Rugy a fait acheter ses homards géants en gros, ils lui ont coûté moins cher que des rognons de porcs ou du mou de bœuf. Mais, dans l’imaginaire collectif des journalistes de Médiapart, c’est un met de choix.

Pareil pour les vins, Mauroy avait vidé la cave de l’hôtel Matignon avec ses copains Ch’ti mais c’était pour faire remplacer par du vin nouveau  les vieilles bouteilles remplies de vins éventés ou tournés puisque ses hôtes, habitués à boire de la bière, ne sentaient pas la différence.

François de Rugy a voulu faire la même chose que Mauroy et il a même ajouté du Champagne vendu 10,50 € la bouteille dans l’Intermarché du coin.

Evidemment qu’il ne pouvait pas dire la vérité à la télévision, et reconnaître qu’il avait offert du bren à ses invités au risque de les vexer. Donc dilemme cornélien.  Et il a dû inventer une excuse mal venue où il expliquait qu’il avait invité des représentants de la société civile qu’il ne connaissait pas auparavant, ou à peine. Il va encore en rajouter en disant qu’il n’a jamais mangé de homard. Mais son sort est désormais scellé et sa survie au gouvernement ne tient plus qu’à un fil d’araignée.

« Ca ira, ça ira, les aristos à la lanterne, les aristos, on les pendra » comme chantaient les sans-culotte du faubourg Poissonnière.

 

13 mai, 2019

Restaurer les tribunaux militaires

Classé dans : histoire,international,politique,socialistes — dompaul @ 18:08

Actuellement, tout le monde est en train de pleurer sur le sort des deux officiers mariniers tués au Burkina Faso par la bande de primitifs qui avaient enlevé deux homosexuels français imprudents en voyage de noces. Précédemment, les médias et le gouvernement avaient loué l’héroïsme du lieutenant Beltram qui lui aussi, avait donné sa vie pour sauver une caissière de magasin.

Mais toutes ces larmes de crocodile ne servent à rien si le courage des militaires français, utilisés sans vergogne par un gouvernement faible qui ne sait pas toujours protéger ses citoyens efficacement, n’est pas récompensé autrement que par des médailles à titre posthume et un cercueil recouvert d’un drapeau bleu-blanc-rouge.

En 1982, Mitterrand a supprimé les tribunaux militaires en temps de paix. On a rappelé alors  qu’ il y a  plus de cent ans, des officiers réservistes, juges de circonstances, avaient condamné à être fusillés une centaine de mutins qui refusaient de monter à l’assaut des tranchées allemandes. Ce qui n’a aucun rapport puisqu’on a conservé le principe du tribunal militaire en temps de guerre.

Les magistrats qui commettent des délits ou qui ont un litige avec des tiers, sont jugés par des collègues qui appartiennent au même Corps. Ce qui aboutit à l’enlisement de nombreuses affaires. A titre d’exemple, aucun juge n’a jamais été condamné pour pédophilie ou pour intelligence avec une puissance étrangère, hostile ou non, même en 1944. Aucun législateur n’a encore proposé que les juges délinquants soient poursuivis par un procureur et jugés par un tribunal qui n’appartiennent pas au corps de la magistrature française, par exemple par des jurés élus sans la présence d’un magistrat ou par une cour de justice européenne composée de magistrats roumains, polonais, italiens, croates ou allemands.

En revanche, en cas de faute d’un militaire ou dans les litiges avec des civils qui sont la plupart du temps des voyous, les militaires sont jugés par des juges civils, parfois imprégnés de préjugés antimilitaristes. Les tribunaux militaires protègent les soldats contre l’arbitraire des tribunaux civils et sont souvent plus équanimes quand il s’agit de sanctionner leurs fautes, même quand elles sont commises contre l’institution militaire, comme la désertion, le refus d’obéissance ou toutes formes de vol.

L’empire romain a duré mille ans avec ce système de tribunaux militaires. La République française a perduré aussi avec pendant cent quatre vingt dix ans.

Et aujourd’hui que des territoires entiers échappent à la loi française, et sont soumis à une loi étrangère, comme en temps de guerre, on continue à faire juger gendarmes et pompiers militaires par des tribunaux civils, sans tenir compte des circonstances.

18 avril, 2019

Notre-Dame de Paris et l’église de Saint-Laurent de Hesdres

Classé dans : espace public,histoire,politique,religion — dompaul @ 22:25

Alors que les flammes commençaient à s’étendre dans les combles de la cathédrale Notre Dame de Paris, le procureur général de la République a annoncé que l’incendie n’était pas d’origine criminelle.  Il a peut-être raison mais il a peut-être aussi  eu tort de le dire si tôt, avant même que la moindre enquête ait pu commencer. Ceci a permis toutes les suppositions de la part de ceux qui se posent des questions mais la police est prévenue. Pas question de trouver des terroristes responsables de l’événement avant les élections européennes, ni même après, de préférence.

Imaginons, de façon purement fictive,  le dialogue d’un simple lieutenant de police avec son supérieur:

« -Mais, monsieur le commissaire, nous avons eu un appel téléphonique revendiquant l’attentat à 18h40, avant même que le feu n’apparaisse. Il faut informer le ministère.

-Vous êtes fou. Le ministre n’est pas là et vous ne savez même pas qui va récupérer l’information. Peut-être un partisan du RN ou pire, un type nommé par Sarkozy. Ils sont partout. Vous avez encore une carrière à faire, jeune homme, et moi je dois passer divisionnaire avant ma retraite. Vous n’avez pas compris ce qu’a dit le Procureur général ? C’est un court-circuit. Point. Au fait, qui a reçu l’appel ?

- Le brigadier-chef Dushmurch, et il l’a enregistré selon la procédure.

- Pourquoi faut-il que j’ai dans mon équipe le seul ancien sous-officier alsacien de la police parisienne ? Pourquoi n’est-il pas resté dans l’armée pour appliquer le règlement ? Il faut tout effacer des enregistrements, tout, tout de suite. Et puis, pourquoi le terroriste a-t-il choisi précisément mon commissariat qui n’est même pas celui du quartier de Notre- Dame? Pourquoi moi ? Il aurait pu s’adresser au commissariat local ou au Figaro ou à Marianne.  Mais qu’est-ce que j’ai fait au Bon Dieu ?

- Vous voyez, monsieur le commissaire, avec tout le respect que je vous dois, vous dîtes bien « le terroriste ».

- Moi non, j’ai fait un lapsus. Disons «  l’informateur anonyme ». D’ailleurs, quel crédit accorder à un informateur anonyme ? On ne peut pas déranger les pompiers chaque fois qu’un malade téléphone pour crier « au feu ».

De toutes façons, il n’ y a pas eu d’appel. Nous n’avons rien vu, rien entendu. C’est compris. Les enquêteurs de la PJ vont faire leur travail. Ils le feront parfaitement bien. Et sous le contrôle approprié. Ce sera la version que retiendra l’histoire avec un grand H. Ne rien dire, c’est notre mission historique d’autant plus qu’il ne faut pas décevoir les donateurs. »

Fin de ce dialogue purement imaginaire.

A propos de donateurs, personne ne se bouscule encore pour payer la réparation de l’église médiévale de Hesdres, située à 24 mn d’Audresselles. Il s’agit d’un monument intéressant, placé dans l’un des plus beaux paysages de la paroisse Notre-Dame des Flots. La municipalité l’a fermée  en raison de l’affaissement du toit et des risques d’éboulement de la voûte, en attendant d’hypothétiques travaux. Le village ne comporte en effet que quelque trois- cents habitants et la messe n’est plus célébrée dans le bâtiment.

-

24 janvier, 2019

L’épave de « l’Espiègle » bien apparente devant Audresselles

Classé dans : art,artisan pêcheur,espace public,histoire,peinture — dompaul @ 11:39

En 1970, « l’Espiègle », un bateau de pêche normand d’une dizaine de mètres poussé par la tempête, s’est échoué devant la villa « le Titus « , à Audresselles, et n’a pu être renfloué.

Dans les semaines qui ont suivi, il a été entièrement démonté par des bénévoles qui n’ont laissé que le bas de l’armature en bois du navire. Lorsque les galets et le sables ne la recouvrent plus, celle-ci réapparaît sur le plage. C’est en ce moment le cas.

On peut aussi la voir sur certains tableaux de Maurice Boitel des années 1970, représentant la plage d’Audresselles, peints depuis ce qui est aujourd’hui l’ « allée Maurice Boitel ».

Selon Jean-Jacques Baillet, le dernier artisan-pêcheur d’Audresselles, qui avait quatorze ans à l’époque, les marins, dépourvus de tout et recouverts de mazout, ont été hébergés pendant deux jours chez ses parents Michel et Monique Baillet, et chez « Margat » et Denise Baillet, avant d’être récupérés par leur armateur.

Celui-ci, pour remercier globalement ces hôtes bénévoles, a donné à « Margat » le petit canot de sauvetage du bateau, que Jean-Michel dit « Bibi », son fils, et Jean-Jacques ont utilisé pour aller pêcher, en attendant que ce dernier acquière son propre flobart.

20 décembre, 2018

Demain, grâce à De Gaulle, une énorme vague d’immigration en provenance d’Algérie

Classé dans : conseil municipal,fêtes,histoire,international,politique,religion — dompaul @ 18:52

Nouvelles brèves

Demain, les électeurs audressellois sexagénaires, de 10h à 12h, vont pouvoir aller chercher leur colis de Noël à la mairie d’Audresselles, et, toujours demain de 14h à 16h, leurs homologues ambleteusois pourront faire de même à la mairie d’Ambleteuse. Des articles avec photos sur le sujet paraîtront sur Audresselles.at. 

Mardi 25 décembre, la messe de Noël sera dite à l’église Saint-Jean d’Audresselles à onze heures par le père Deryck.

 

France-Algérie

Rappelons qu’en 1945, à la « Libération », le général De Gaulle, alors chef du gouvernement provisoire, a refusé d’accorder le droit de vote aux Algériens de confession musulmane alors que nombreux d’entre eux avaient participé aux deux guerres mondiales en tant que français. Revenu aux affaires en 1958, il avait préféré donner le pouvoir en Algérie aux terroristes du FLN plutôt que de « permettre au « Bougnouls » de se marier avec des « Françaises », selon sa propre expression. On constatera bientôt, encore plus qu’ aujourd’hui, les résultats désastreux de cette politique à courte vue.

L’auteur de l’article ci-dessous, en raison des vérités qu’il assène, a été invité à ne plus professer dans les écoles militaires, à la demande de l’ancien président de la république.

(…)

Pendant que le sérail (algérien NDLR) s’autodétruit dans des intrigues dignes d’une cour orientale, nous avons la confirmation de ce que n’a cessé d’annoncer l’Afrique Réelle depuis plusieurs années, à savoir que la production algérienne de pétrole baisse et que celle de gaz ne pourra bientôt plus permettre de fournir les exportations. Or, comme les hydrocarbures fournissent bon an mal an entre 95 et 98% des exportations et environ 75% des recettes budgétaires du pays, le cataclysme est donc en vue…

 

 

 

En 2012, Abdelmajid Attar, ancien ministre et ancien PDG de la Sonatrach, la société nationale des hydrocarbures, avait provoqué un séisme en Algérie quand il avait déclaré que « le degré d’épuisement avancé de nos réserves nous impose de constituer une réserve stratégique  pour les générations futures, à défaut de leur léguer une économie diversifiée capable de progresser par elle-même ».

Deux ans plus tard, au mois de juin 2014, M. Abdelmalek Sellal, le Premier ministre algérien de l’époque avait à son tour sonné le tocsin en déclarant devant l’APN (Assemblée populaire nationale) que : « D’ici 2030, l’Algérie ne sera plus en mesure d’exporter les hydrocarbures, sinon en petites quantités seulement (…). D’ici 2030, nos réserves couvriront nos besoins internes seulement. »

 

De telles déclarations iconoclastes intervenaient dans un contexte d’euphorie dû à l’envolée des prix du baril de pétrole qui masquait la baisse de production. Troisième producteur africain, l’Algérie avait en effet connu son pic pétrolier entre 2005 et 2007, avec 2 millions de barils/jour, avant l’inexorable courbe décroissante qui débuta en 2008. 

 

Un temps, les dirigeants algériens nourrirent l’espoir que le gaz viendrait opportunément combler l’effondrement de la production pétrolière. Cette illusion fut dissipée le 13 décembre 2018 par M. Mustapha Guitouni, ministre algérien de l’Energie quand il déclara devant les députés de l’APN : « Si nous ne trouvons pas rapidement d’autres solutions pour couvrir la demande nationale en gaz, en hausse constante, nous ne serons plus en mesure, dans deux ou trois ans, d’exporter ».

 

La situation est donc dramatique à très court terme. Laissons en effet parler les chiffres : la production gazière algérienne est de 130 milliards de m3 par an. Sur ce volume, 50 milliards de m3 sont actuellement consacrés à la consommation locale qui est en hausse de 7% par an et qui va encore augmenter proportionnellement avec une population de 50 millions d’habitants en 2030. Restent donc, dans l’état actuel de la production,  80 milliards de m3 sur lesquels 30 milliards de m3 sont réinjectées dans les puits de pétrole pour simplement maintenir leur activité. L’exportation ne peut donc à ce jour compter que sur 50 milliards de m3 or, et je viens de le dire, ce volume va automatiquement diminuer d’année en année en raison de l’augmentation de la demande intérieure liée à  l’essor démographique….

 

Coïncidence, la plupart des contrats gaziers avec l’Europe se terminent en 2018 et en 2019, les acheteurs européens ayant probablement anticipé une situation dans laquelle l’Algérie qui sera condamnée à satisfaire prioritairement ses propres besoins, ne pourra plus exporter les volumes espérés. Le cataclysme économique algérien est donc programmé car, troisième fournisseur de gaz à l’Europe dont elle couvre 25 à 30% des besoins, l’Algérie va donc devoir céder la place à la Russie, à la Norvège, au Qatar et aux Etats-Unis. Et comme elle devra réduire ses exportations, tant de pétrole que de gaz, elle va donc voir ses recettes baisser en proportion. Une situation intenable compte tenu de sa démographie suicidaire.

 

Au mois de janvier 2017, l’Algérie comptait 41,2 millions d’habitants avec un taux d’accroissement annuel de 2,15% et un excédent de 858 000 habitants chaque année.  Le pays ne produisant pas de quoi les habiller, les soigner et les équiper, il doit donc tout acheter à l’étranger. Encore plus grave, comme il ne peut nourrir sa population, il consacre le quart de ses recettes tirées des hydrocarbures – ses seules recettes -, à l’importation de produits alimentaires de base dont il était pourtant exportateur avant 1962… du temps de l’Algérie française… L’agriculture et ses dérivés ne permettant de satisfaire qu’entre 40 et 50% des besoins alimentaires du pays, l’importation des biens alimentaires et des biens de consommation représente actuellement environ 40% de la facture de tous les achats faits à l’étranger. Depuis 2014, l’Algérie est ainsi devenue le premier importateur-acheteur africain de biens alimentaires pour un total annuel moyen de 12 milliards de dollars (Centre national de l’informatique et des statistiques-douanes-CNIS). Or, comme tous les achats à l’étranger ainsi que toutes les subventions destinées à garantir la paix sociale reposent sur une rente des hydrocarbures condamnée à diminuer, l’Algérie est donc dans une impasse.

 

La cleptocratie d’Etat qui, depuis 1962 a fait main-basse sur le pays, aura donc dilapidé ou détourné des dizaines de milliards de dollars de recettes gazières et pétrolières sans songer à préparer l’avenir. Ne lui restera bientôt plus que son habituelle recette qui est d’accuser la « France coloniale ». A Paris, les héritiers des « porteurs de valises » boiront naturellement avec volupté le calice de la repentance, mais cela ne remplira pas les assiettes des Algériens qui finiront peut-être par sortir de leur insolite résilience.

 

Extrait de Bernard Lugan > 16/12/2018 « l’Afrique réelle »

 

18 novembre, 2018

Tariq Ramadan: enfin des juges insensibles aux pressions

Classé dans : histoire,international,religion,socialistes,Syrie,Tariq Ramadan — dompaul @ 19:10

La mutation-promotion du procureur François Mollens et l’installation en juin 2018 d’un nouveau président de la Cour d’appel de Paris, Sandra Orus, et de deux nouveaux présidents de la Chambre de l’ instruction (anciennement chambre d’accusation) de cette même cour, Lucile Jaillon-Bru et Thierry Léon, magistrats insensibles au pressions extérieures, semble-t-il, a changé le point de vue initial de la Justice sur le cas de Tariq Ramadan. La Chambre de l’Instruction a en effet émis le 14 novembre 2018, un arrêt cassant le jugement maintenant en détention Tariq Ramadan, appelé avec dédain par ses adversaires «  l’Islamologue », terme fabriqué exprès pour lui à la place du mot « théologien ».

Comme Tariq Ramadan ne veut pas qu’on le qualifie de prophète, ni d’envoyé de Dieu, et ne semble accepter que le titre modeste de « Professeur », qualifions-le de « Lumière des Croyants » (Nour Al-muminin)  puisque  l’essentiel de ce qu’il dit et écrit s’applique à tous les Croyants, Chrétiens et Mahométans en particulier, qui sont favorables à la Vie.

C’est son refus de prendre un titre glorieux qui s’ajoute à la véracité de son message puisqu’il n’a jamais nié sa vraie nature d’homme tenté par Satan, et qu’il aurait soi-disant avoué avoir succombé à deux tentatrices à partenaires multiples venues jusque dans sa chambre d’hôtel pour le séduire gracieusement à plusieurs reprises et qui ont su monnayer ensuite auprès d’autres leur témoignage fallacieux. Saint-Pierre avait fait pire en reniant le Christ par peur.

Fureur de ceux qui trouvent que neuf mois de prison préventive et une caution de 300 000 € ne suffisent pas pour persécuter Tariq Ramadan: les associations procédurières de gays et  de lesbiennes, les pratiquants de l’avortement, les laboratoires équipés pour la GPA et la PMA et leurs zélateurs, les frustrées, féministes fanatiques,  les partisans du suicide assisté, les trafiquants de produits stupéfiants, les proxénètes de filles des quartiers suburbains, les alcooliques invétérés, les racistes, les décideurs de tout acabit qui ont réussi à enfermer les Juifs israéliens et les Gazaoui, nouveaux Philistins, dans des camps mitoyens entourés de murs en béton et de clôtures en barbelés électrifiés pour qu’une haine mortelle et  indélébile perdure entre eux à jamais.

Fureur aussi des gouvernements que Tariq Ramadan critique parce qu’ils provoquent des guerres impérialistes et l’anarchie en Lybie, en Irak, en Syrie, au Yémen, en Afghanistan, bref les suppôts de celui qu’au cours d’une messe noire, le chanoine sacrilège Docre appelle « le maître des Esclandres » et que les Mahométans appelle Iblis et les Grecs Yblis: l’Orgueil.

Voici une prière toute prête à l’usage de ces ennemis de Tariq Ramadan:

« Maître des Esclandres, Dispensateur des bienfaits du crime, Intendant des somptueux péchés et des grands vices, Satan, c’est toi que nous adorons, Dieu logique, Dieu juste !

Légat suradmirable des fausses transes, tu accueille la mendicité de nos larmes: tu sauves l’honneur des familles par l’avortement des ventres fécondés dans des oublis de bonnes crises; tu insinues la hâte des fausses couches aux mères et ton obstétrique épargne les angoisses de la maturité, la douleur des chutes, aux enfants qui meurent avant de naître.

Soutien du Pauvre exaspéré, Cordial des vaincus, c’est toi qui les doues de l’hypocrisie, de l’ingratitude, de l’orgueil, afin qu’ils se puissent défendre contre les attaques des enfants de Dieu, des Riches !

Suzerain des mépris, Comptable des humiliations, Tenancier des vieilles haines, toi seul fertilise le cerveau de l’homme que l’injustice écrase; tu lui souffle les idées de vengeance préparée, des méfaits sûrs; tu l’incites aux meurtres, tu lui donne l’exubérante joie des représailles acquises, la bonne ivresse des supplices accomplis, des pleurs, dont il est cause !

Espoir des virilités, Angoisse des matrices vides, Satan, tu ne demande pas les inutiles épreuves des reins chastes, tu ne vantes pas la démence des carêmes et des siestes: toi seul reçois les suppliques charnelles et les apostilles auprès des familles pauvres et cupides. Tu détermines la mère à vendre sa fille, à céder son fils, tu aides aux amours stériles et réprouvées, Tuteur des stridentes névroses, Tour de Plomb des Hystéries, Vase ensanglanté des Viols !

Maître, tes fidèles servants à genoux t’implorent. Ils te supplient de leur assurer l’allégresse de ces délectables forfaits que la justice ignore; ils te supplient d’aider aux maléfices dont les traces inconnues déroutent la raison de l’homme; ils te supplient de les exaucer, afin qu’ils souhaitent la torture de tous ceux qui les aiment et qui les servent; ils te demandent enfin, gloire, richesse, puissance, à toi, le Roi des déshérités, le Fils que chassa l’inexorable Père… » (extrait de « Là-bas », p.240/283, écrit au XIXe siècle par J.K. Huysmans, ancien fonctionnaire du ministère de l’Intérieur et des Cultes)

17 novembre, 2018

Commémoration du centenaire du 11 novembre 1918 à Audresselles

Classé dans : conseil municipal,fêtes,histoire,international — dompaul @ 17:09

A Audresselles, la commémoration du 11 novembre 1918 se déroule ordinairement en deux temps: la cérémonie à l’église avec prières et chants en mémoire des soldats et marins audressellois  morts pour la France pendant la Grande Guerre, dont les noms, inscrits sur la plaque en marbre de la nef, sont lus un par un depuis cent ans. Certaines familles portent encore ces noms glorieux: Harduin, Lisse, Malfoy, Beaugrand, Marcq, Penel, Tourmetz et surtout Dutertre et Parenty, dont les ancêtres s’étaient déjà illustrés aux Croisades. Mais beaucoup parmi tous ces noms, qui apparaissent plusieurs fois sur la plaque, ont été rayés définitivement du monde des Audressellois et parfois même de la face de la Terre.

Cette année du centenaire de l’armistice, il y avait encore deux porte-drapeaux dont Evelyne Ruano, épouse de l’ancien maire-adjoint d’Audresselles et un ancien militaire d’Ambleteuse. Mais seulement trois conseillers municipaux ont assisté à la cérémonie à l’église: le maire Roger Tourret, son premier adjoint Paul Ellart et Benoît Geneau de Lamarlière. Le maire d’ Ambleteuse, Arnaud Lelièvre du Broeuil est aussi venu avec deux de ses adjoints Christophe Pâque et Irène Rousseaux et l’ancien maire Jean Jayat, président de l’association des anciens combattants. Une fois de plus, le commandant (C.R.) Jean-Paul Cogez, chevalier de l’Ordre du Mérite, a fait l’appel du nom des Audressellois morts pour la France.

Au monument aux morts, sous le calvaire, pour la cérémonie laïque, ils étaient plus nombreux à s’être déplacés pour écouter le discours du maire, lui-même ancien combattant:  plusieurs conseillers municipaux d’Audresselles se sont ajoutés aux précédents: Hugues Pouyet, Bruno Depothuis, Patrick Boucher et Michel Nicolas. Ainsi que quatre conseillers de l’Opposition municipale: Olivier Hugon, Raouti Chikaoui, Franck Ternisien et Antoine Benoît.

Même pendant la collation à la mairie servie gracieusement par Ghislaine Caron, personne n’a profité de l’occasion pour rappeler à ces quatre derniers que, grâce à leur vote aboutissant à l’interférence du sous-préfet, les taxes locales avaient considérablement augmenté. Pour rien.

Le professeur des écoles Pierre Tallotti, en poste à Audresselles, avait aussi fait le déplacement (il n’habite pas Audresselles) pour assister à la cérémonie, seul représentant du corps enseignant depuis des années à assister à cette manifestation.

Une délégation des motards de la côte d’Opale, pour certains anciens officiers et sous-officiers de l’armée française, ont aussi fait acte de présence ainsi que quelques anciens combattants de la guerre d’Algérie, le poitrail couvert de médailles.

La commémoration de ce centenaire nous rappelle qu’il suffit d’un seul fou furieux comme Guillaume II Hohenzollern, pour déclarer une guerre qui va faire des dizaines de millions de morts à vingt ans, sauf ses fils.

12345...15

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas