20 janvier, 2017

Donald Trump et Benoît Hamon

Classé dans : économie,histoire,international,politique,socialistes — dompaul @ 14:59

Aujourd’hui, les Américains intronisent leur 45e président dont l’une des caractéristique est d’être le premier à  avoir renoncé aux  indemnités liées à sa fonction. Contrairement aux autres hommes politiques, il ne s’est pas fait élire pour recevoir des émoluments ou des pots-de-vin mais plutôt pour occuper ses loisirs de retraité puisqu’il est en train de transmettre ses affaires à ses enfants.

Comme il n’a rien à perdre ni à prouver, il veut réaliser son projet de rendre à son pays son autonomie énergétique, industrielle et financière. Evidemment, c’est mal vu par tous ceux qui vivent du système mis en place depuis des décennies, à leur profit. C’est mal vu aussi de ceux qui vont être contraints de se réinsérer dans un cadre de travail légal.

La question était: a-t-il le droit de circuler à ses frais dans son avion personnel qui est plus luxueux et plus neuf qu’Air Force One ?

Selon les lois fabriquées par les politiciens qui se font élire pour remplir leur gamelle, la réponse est « non »: il doit circuler aux frais du contribuable car sinon, il lui donnerait des mauvaises habitudes.

Pendant ce temps, de l’autre côté de l’Atlantique Nord, c’est le langage opposé. Un « agitateur d’idée » (au singulier)essaye de récupérer des voix en allant chercher une recette qui avait disparu depuis l’Antiquité: le « droit à la paresse » avec le versement de 800 € aux « jeunes » entre 18 et 25 ans qui sont censés voter pour lui aux élections législatives, aux frais du contribuable. Pas à ses frais à lui: c’est ça qui est innovant.

Comme il s’adresse à son électorat de banlieue où la police et les pompiers ne pénètrent pas, son nom s’écrit aussi dans l’écriture la mieux connue localement « بن واط هامون » ( ben Wat Hamoun) .

11 janvier, 2017

Poor-minded Obama, objective agent of Putin

Classé dans : écologie,histoire,international,politique,socialistes,Syrie — dompaul @ 17:16

At the end of the fifteenth century, collapsed the Burgundian state, the territories of which ranged from Friesland, in the north of the Netherlands, to Mâcon near Lyon, in the southern part of the current France, encompassing Audresselles and its surroundings: a state 650 miles long from the north to the south.

Duke Charles, said « the Bold »,  sinned by pride and precipitation in a struggle of eight years against his cousin King Louis XI of France, a patient, clever and skill opponent, persevering and never failing to act wisely, seizing all the opportunities offered by his foe.
Charles having left the fate of the battles decide his future, his corpse was found near Nancy, half devoured by wolves, harmless animals (according to many ecologist activists).

His states were dismembered and Louis XI seized most of them.

We have just witnessed the same phenomenon in the fight of eight years too, which opposed Barack Hussein Obama to Vladimir Vladimirovich Putin.

Obama will certainly not be devoured by the wolves but all the states of the Middle East subservient to the Americans, some of them for seventy years, have swung in a few months in the arms of Putin and Holy Russia, now the third Rome for the Orthodox but also for many practicing Catholics, since for the majority of the latter, their champion is not the old Argentinian Pope, but Vladimir Vladimirovich, the only true defender of all Christians in the Midddle-East and elsewhere.

Barack Hussein had a real design, « post-racial America, deserving minorities »,  but he had to keep it hidden if he wanted to be re-elected first, and if his party would still win the elections after his departure. And some of his electors, eventually realizing that their well-understood interests were not among those he defended, abandoned the Democrats.

During his two mandates, he endeavored to allow the United States to further loot the planet to offer a good standard of living to his electorate, largely without legal employment and without recognized qualification, whose central core is composed of descendants of slaves, and more particularly of converts to Sunni Mahometanism, but also of newly arrived immigrants . This, while satisfying ecologists of all stripes that hinder mining in the soil of the country, but not elsewhere.

To meet the needs of this electorate, ha had first, he needed the work of the inhabitants of China or the rest of Asia payed in thousands of billions of dollars, that is to say debts , repayable at an unspecified date.

And above all, to exploit the mineral and hydrocarbon resources of the Middle Eastern countries, it was necessary to expel the competitors from the zone, starting with the Russian fleet of the Mediterranean.

He therefore wanted to break the Russian-Ukrainian alliance by provoking a coup in Ukraine leading to the seizure of power in Kiev by American agents to close the Russian base of Sevastopol. With his European counterparts, he wanted to provoke the fall of Bashar-Al-Assad to chase the navy and the Russian aviation from Tartus and Latakia on the Eastern Mediterranean.

(to be continued next days)

8 janvier, 2017

Obama: fin de règne dans la déconfiture

A la fin du quinzième siècle, on a assisté à l’effondrement de l’Etat bourguignon dont les territoires allaient de la Frise, au nord des Pays-Bas, jusqu’à Mâcon, englobant Audresselles et ses environs. Le duc Charles dit « le Téméraire » ayant péché par orgueil et précipitation dans une lutte de huit ans qui l’a opposé à Louis XI de France, un adversaire patient, persévérant et ne manquant jamais de saisir l’occasion d’agir à bon escient.

Charles ayant laissé le sort des batailles décider de son avenir, son cadavre a été retrouvé près de Nancy, à moitié dévoré par les loups, animaux inoffensifs selon les militants écologistes parisianistes. Ses états ont été démembrés et Louis XI en a récupéré la plus grande part.

On vient d’assister au même phénomène dans la lutte de huit ans aussi, qui a opposé Barack Hussein Obama à Vladimir Vladimirovitch Poutine.

Obama ne sera certes pas dévoré par les loups mais tous les états du Moyen-Orient inféodés aux Américains, parfois depuis soixante dix ans, ont basculé en quelques mois dans les bras de Poutine et de la Sainte-Russie, devenue la troisième Rome des Chrétiens orthodoxes mais aussi catholiques puisqu’aux yeux de la majorité de ces derniers, leur champion n’est pas le vieux pape argentin désargenté, mais Vladimir Vladimirovitch, seul vrai défenseur de l’ensemble des Chrétiens d’Orient et d’ailleurs.

Barack Hussein avait certes un vrai dessein mais il avait dû le conserver caché, s’il voulait d’abord être réélu, ensuite pour que son parti remporte encore les élections après son départ. Et une partie de ses électeurs, finissant par comprendre que leur intérêt bien compris ne faisant pas partie de ceux qu’il défendait, ont abandonné les Démocrates.

Pendant ses deux mandats, il s’est efforcé de permettre aux Etats-Unis de piller davantage encore la planète pour offrir un bon niveau de vie  à son électorat en grande partie sans emploi légal et sans qualification reconnue, dont le noyau central est composé de descendants d’esclaves, et plus particulièrement de convertis au Mahométisme sunnite, mais aussi d’immigrés de fraîche date. Ceci tout en satisfaisant les écologistes de tout poil qui entravent l’exploitation minière dans le sol du pays, mais pas ailleurs.

Pour subvenir aux besoins de cet électorat, il devait d’abord continuer à faire travailler les habitants de la Chine ou du reste de l’Asie en faisant fonctionner « la planche à billets » pour payer ces derniers, c’est-à-dire en créances de milliers de milliards de dollars, remboursables à une date indéterminée.

Et surtout, pour exploiter les ressources minières et en hydrocarbures des pays moyen-orientaux, il lui fallait expulser les concurrents de la zone, en commençant par la flotte russe de la Méditerranée.

Il a donc voulu casser l’alliance russo-ukrainienne en provoquant un coup d’état en Ukraine aboutissant à la prise de pouvoir à Kiev par des agents américains pour fermer la base russe de Sébastopol. Avec ses supplétifs européens, il a voulu provoquer la chute de Bachar-Al-Assad pour chasser la marine et l’aviation russe de Tartous et de Lattaquié sur la Méditerranée orientale.

Résultat:  Poutine a pris le contrôle de toute la Crimée et le drapeau russe flotte définitivement sur Sébastopol. La Hongrie, fraîchement entrée dans l’OTAN et l’Union européenne, applaudit ses succès car elle a toujours le secret espoir de récupérer sur l’Ukraine, grâce à Poutine, sa province de Ruthénie subcarpatique, qui lui avait été arrachée par les Français en 1919.

Au Moyen-Orient, Poutine s’est allié aux Iraniens contre les Américains et maintenant, c’est au tour des Egyptiens de retrouver la vieille alliance russe de l’époque de Nasser. Même les Turcs rejoignent Poutine (alors qu’ils appartiennent à l’OTAN). Et, chose impensable il y a encore quelques mois, le Qatar est en train de passer dans le giron russe. A Astana, il ne sera plus question du départ de Bachar-Al-Assad.

Mieux encore, et on finit par se demander si Obama est intelligent. Obama lui-même affirme son incapacité à empêcher les services spéciaux russes d’intervenir dans les élections présidentielles américaines. Selon Obama lui-même, ce serait sa propre incompétence qui aurait abouti à la victoire électorale de Trump dont la politique étrangère aura comme pivot l’alliance russo-américaine.

Dans ce contexte, on comprend mieux pourquoi Hollande ne se représente pas aux élections: il a tout misé sur le mauvais numéro, en particulier grâce à Fabius, alias « porte-poisse ».

Pour voir des videos approfondies sur le sujet, taper « Bassam Hattan », et notamment:

Obama: fin de règne dans la déconfiture dans écologie

29:01

.

2 janvier, 2017

Turquie: à nouveau l’Homme malade de l’Europe !

Classé dans : histoire,international,politique,religion,Syrie — dompaul @ 14:44

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 1 janvier 2017

 

A/S : La Turquie: à nouveau l’Homme malade de l’Europe !

 

Au 19ème siècle le Tsar Nicolas Ier de Russie qualifie l’Empire Ottoman d’Homme malade de l’Europe en raison de sa désorganisation intérieure, le Sultan ne se fait plus obéir. La question a occupé les chancelleries diplomatiques pendant des décennies et provoqué plusieurs guerres, jusqu’au Traité de Sèvres en 1920.

 

La Turquie qui se veut sans conteste et surtout dans l’esprit de son Président Recip Erdogan l’héritière de l’Empire ottoman n’est elle pas devenue l’homme malade sinon de l’Europe mais du Proche et Moyen Orient ?

 

La Turquie après l’échec du coup d’Etat de cet été et une purge sans pareille contre les partisans de Gülen, après une politique aventureuse et interventionniste en Syrie qui se solde par un total fiasco, après avoir noué des liaisons dangereuses avec les terroristes islamistes, et surtout en ayant relancé la guerre civile avec les Kurdes plus encore suspects aux yeux d’Ankara de terrorisme que les barbares de l’Etat islamique, s’enfonce attentats après attentats dans le chaos et peut être la guerre civile.

 

Recip Erdogan porte une totale responsabilité dans les dérives de son pays, il s’est rêvé en Sultan Frère musulman , il a délibérément joué cette carte en Syrie, en Egypte, en Libye, et en Europe il a appelé ses compatriotes à rester turcs allant jusqu’à organiser de véritables réunions électorales en violation de la souveraineté des Etats hôtes comme en France. Ces derniers préférant avaler la pilule pour ne pas déplaire au nouveau Sultan turc et lui ont signé un gros chèque pour qu’il accepte de garder les réfugiés syriens dont il est en partie aussi responsable .

 

Aujourd’hui R.Erdogan paye en retour sa politique d’apprenti sorcier; la Turquie fait partie de l’équilibre du système méditerranéen et nous n’avons rien à gagner si ce pays tombe complètement dans la chaos, mais il est douteux que le nouveau Sultan d’Ankara soit l’homme qui puisse redresser la situation bien au contraire !

 

L’Histoire est toujours tragique pour les inconséquents et les naïfs, mais à l’évidence elle a aussi du génie pour repasser les plats selon l’adage populaire.

 

À nous d’en tirer toutes les conséquences dans notre intérêt bien compris et à ce titre disons clairement que la Turquie du Sultan n’appartient pas à l’Europe !

 

 

28 décembre, 2016

Une « bonne action » et un « bon mot » de François Hollande

Harcelé par toutes les femmes de sa vie et peut-être désireux de faire une « bonne action » avant son départ,  François Hollande a fini par accorder une grâce totale à Jacqueline Sauvage, cette mère de famille qui avait tué son mari violent et alcoolique de trois décharges de fusil de chasse après quarante sept ans de mariage. Elle est rentrée chez elle le jour même,  aujourd’ hui, après avoir tout de même passé plus de trois ans en prison.

En effet, les juges d’application des peines avaient refusé de prendre en considération la première grâce partielle, consistant à réduire le temps de détention nécessaire pour une remise de peine.

Avant guerre et surtout pendant, dans les campagnes profondes ou dans les villages de pêcheurs éloignés des villes, ce genre d’affaires se réglaient souvent en famille à coup de gourdin sans  intervention de la Justice et tout le monde était content.

Il est certain que les pétitionnaires qui ont suivi Anne Hidalgo et d’autres partisans de la grâce présidentielle ont la nostalgie de cette époque. François Hollande lui-même, pour apprendre à rédiger mieux que Sarko, a dû se nourrir des romans de Maupassant où les gêneurs boivent le bouillon de onze heures.

Mais, parmi les facéties de Hollande, on relèvera surtout son « bon mot » dans son discours de janvier 2015 devant le mémorial de la shoah à l’occasion des soixante-dix ans de la libération du camp d’Aushwitz par les Russes.
Va-t-il reprendre les mêmes termes cette année devant un public de nonagénaires somnolents porteurs de kippa ? En effet, pour décrire le sort réservé par les nazis aux Juifs, il parlait, il y a onze mois, d’ « extermination méthodique, programmée, scientifique des Juifs ». Il a bien insisté sur le mot: « scientifique ». Ce n’est pas un lapsus. Pour François Hollande, la principale qualité des nazis était donc d’être d’abord des scientifiques. Comme dans toutes les assistances composées majoritairement de gâteux attendant le cocktail, personne n’a réagi.

Voilà un bon mot qui fera couiner de plaisir ceux qui sont convaincus que les nazis, ces « scientifiques », ont fait un travail méthodique et scientifique, donc du « bon boulot », pour reprendre l’expression chère à Fabius à propos d’Al Nosra qui extermine les Chrétiens avec de l’armement léger français.

21 décembre, 2016

Walter Schäuble: l’Allemagne paiera encore une fois

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 18:59

L’Allemagne gagne et paye

Avant la guerre de 14, les Allemands figurent parmi les premiers baigneurs à être venus construire un chalet à Audresselles, face à la mer. En juin 1940, ils sont venus plus nombreux dans des chars « Panzer » qu’ils ont fait stationner sur la route nationale, aujourd’hui rue Danquin, pour aller se baigner parmi les estivants, car il faisait chaud. Il se sont étonnés de trouver un pays encore sous-développé, sans alimentation en eau autre que des puits médiévaux et avec des rues en terre battue.

Puis ils ont séjourné jusqu’en septembre 1944, le temps d’améliorer la voirie pour la visite du Fürher venu distribuer des bonbons aux petits enfants et d’installer les canalisations d’eau courante non seulement dans les rues du village mais aussi dans les maisons inoccupées. C’était de la bonne qualité puisque les canalisations sont encore les mêmes aujourd’hui. Ils ont aussi construit quelques casemates, résistant aux tremblement de terre, aux tsunami et aux raz-de-marée, dont l’une d’entre elle est devenue une villa après la guerre.

Dans certaines villas face à la mer, ils ont aussi construit des cheminées utilisables pour des poêles à charbon, à mazout puis à granulés et ils ont repeint les murs avec de la peinture destinée à durer. Et tout ceci a coûté très cher au contribuable allemand puisque, à l’époque, les impôts en France étaient quatre fois inférieurs à ceux du régime socialiste actuel.

En septembre 1944, les militaires allemands ont dû quitter Audresselles précipitamment et, se croyant contraints de détruire sans délai leur réserve de munitions avant l’arrivée de l’armée canadienne au lieu de les lui revendre, ils ont préféré les faire exploser, créant ainsi un magnifique étang au milieu des champs, dit « le trou de bombes », comblé depuis quelques années par ses propriétaires qui craignaient d’être tenus pour responsable au cas où un simple d’esprit serait venu s’y noyer.

Mais avant l’explosion, des officiers allemands avaient pris soin de démonter le fameux triptyque de l’église, à cinq cents mètres de là, pour éviter qu’il ne soit soufflé avec le toit et les voûtes reconstruites ensuite sous la direction de Pierre Lejeune, architecte DPLG.

L’Allemagne perd et paye

Certains de ces envahisseurs cultivés sont revenus en vacances à Audresselles où ils s’étaient fait des amis, et pour  les moins chanceux, après un séjour plus ou moins long dans un goulag sibérien. Ils ont néanmoins commis deux fautes impardonnables quand, en septembre 1944,  ils ont quitté les villas qu’ils occupaient dans le village: ils n’ont pas réglé quatre ans de loyer aux propriétaires et surtout, ils ont oublié de fermer les maisons à clef.

Immédiatement, les habituels inconnus locaux se sont précipités dans ces bâtiments momentanément inoccupés pour y dérober tout ce qu’ils pouvaient: les portes, les fenêtres, les planchers, les poutres, les tuiles. Et les Allemands, parce qu’ils avaient perdu la guerre et n’avaient pas pris d’assurance « dégradations », ont dû payer des « dommages de guerre » aux propriétaires de résidence secondaire.
Voici la combine qui s’en est suivie. Certains plaisanciers ont acheté pour une bouchée de pain ces maisons où ne restaient que les murs, ont touché les dommages de guerre, ont attendu quelques temps puis ont revendu les ruines beaucoup plus cher.
Comme dans les années vingt, c’est l’Allemagne qui a payé.

L’Allemagne aime payer

Aujourd’hui, Walter Schäuble, le ministre des Finances de la RFA, veut encore payer dans l’espoir illusoire qu’il va maintenir en survie artificielle l’Ukraine, province détachée provisoirement de la Russie par Guillaume II en 1917 puis de nouveau en 1991 quand l’URSS a perdu la guerre froide. Walter Schäuble aime beaucoup l’Ukraine car c’est le seul pays d’Europe où des groupes de jeunes sont autorisés à défiler en uniforme genre Wehrmacht avec des drapeaux à croix gammée.

Que le futur président français soit François Fillon, Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélanchon, tous les trois sont favorables à une entente étroite avec les Russes comme tous les hommes qui ont fait, protégé ou sauvé la France à un certain moment de son histoire: Henri 1er, Maurice de Talleyrand-Périgord, Alexandre Ribot, Charles de Gaulle. Et bien évidemment, peu leur chaut que l’Ukraine tout entière redevienne russe comme elle l’avait toujours été plutôt que de se transformer définitivement en protectorat allemand comme en 17 (1917 évidemment).

Il va donc falloir trouver un candidat idéal pour continuer à suivre la politique étrangère définie pour la France par le gouvernement allemand, qui ne soit plus nécessairement en concordance avec la ligne du gouvernement américain, celui de Trump. Qui sera le Laval idéal de la grosse Angela et de Walter Schäuble ?

Le candidat socialiste est encore inconnu mais Emmanuel Macron, dont les dents rayent le parquet, pourrait constituer un pion intéressant pour Berlin.

L’Allemagne veut encore payer

Walter Schäuble est prêt à faire financer par le contribuable allemand la campagne du candidat à la présidence française qui soutiendra contre vents et marée les intérêts allemands, surtout l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Il devra refuser de reconnaître l’appartenance de la Crimée à la Russie, même si Trump l’entérine.

On parle d’une somme minimum de six cents millions d’euro que le contribuable allemand pourrait verser sans le savoir à cet usage. Il faudra aussi financer la campagne législatives des partisans du candidat pro-allemand dans le cas où il serait élu.

Donc, candidats aux législatives, voici encore une bonne occasion de traire la vache à lait allemande car, même si vous touchez le pactole, le gouvernement allemand ne dispose plus sur place de la Gestapo pour vous maintenir dans le rang.

27 novembre, 2016

Death of a tyrant : Les tyrans meurent dans leur lit

Classé dans : histoire,international,politique,socialistes — dompaul @ 17:53

by Pedro-Luis Boitel

Devant  les éloges infâmes et nauséabonds de Fidel Castro prononcés par François Hollande et ses sbires, Pedro-Luis Boitel, neveu de son homonyme assassiné par Fidel Castro en 1972,  nous a fait parvenir son opinion sur le sujet:

DEATH OF A TYRANT
By Pedro Luis Boitel

Havana’s nauseating communists mourn the death of a tyrant. Let us rejoice; their spiritual leader has finally become a pile of filthy ashes. But not every Cuban in the island feels this way, for the country has endured 57 years of repression, intimidation, and the total deprivation of the most basic human rights. Believe me when I assert that there are no mixed emotions. Those who loved his ruinous communist nightmare still praise Fidel Castro as a towering figure and as their eternal political luminary. On the other hand, those of us who have fought communalism, envision a Cuba where free enterprise flourishes.

Fidel Castro was nothing more than a petty dictator whose personal ambitions destroyed the wealth and the spirit of many Cuban generations. His long anticipated death is welcomed with open arms by the Cuban-American community. However, and as long as the country remains controlled by Raul Castro’s communist repressive apparatus, Fidel’s death shall be deemed a Pyrrhic victory. Let us hope that the system begins to fragment and disintegrate from within.The winds of change are inevitable. Who will rescue Cuba from its economic woes? It is time to tighten up the EMBARGO and reverse Obama’s executive orders. The death of a tyrant unambiguously foretells the imminent demise of his ignominious revolution.

Pedro Luis Boitel
PARTIDO LIBERTARIO CUBANO-AMERICANO

Death of a tyrant : Les tyrans meurent dans leur lit dans histoire
DEATH OF A TYRANT
By Pedro Luis BoitelHavana’s nauseating communists mourn the death of a ty…

Mort de Fidel Castro. Profession: tyran

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 11:39

Le 25 novembre, on nous a annoncé la mort de Fidel Castro dont la passation de pouvoir avec le précédent tyran de Cuba Fulgencio Batista a inspiré Hergé dans » Tintin et les Picaros ». Les gens de « gôche » aiment moins Batista parce qu’il était le féal de l’impérialisme américain des années 50. A ne pas confondre évidemment avec la « bonne » politique étrangère du démocrate de couleur Obama.

Mais Fidel Castro, agent du KGB depuis 1947, représente l’idéal de la dictature de gauche pour tous les encore politiquement corrects comme Hollande ou le pape Bergoglio qui appelle à prier pour lui. Pourquoi François 1er n’appelle-t-il pas non plus à prier pour Hitler, Staline, Kim Jong Il qui en auraient autant besoin, selon le sens commun ?
C’est la première question.
Il n’ y a qu’une réponse: le pape, vicaire de Jésus-Christ sur la Terre, considère que ces trois terribles dictateurs sont allés directement rôtir en enfer. Leur sort est donc définitivement et irrémédiablement réglé et il n’ y a plus besoin de prier pour eux.

De plus, des trois tyrans précédemment cités, seul Hitler était baptisé à l’église catholique. En revanche, selon le même Pape, imprégné de la « théologie de la Libération » de Boff et Gutteriez, Castro est allé au Paradis ou au pire, au Purgatoire, car l’Eglise ne fait prier et dire des messes (payantes) que pour les âmes du Purgatoire, afin de hâter leur entrée au Paradis. De plus, Fidel Castro a fait ses études chez les Jésuites, ce qui le rend nécessairement sympathique au Pape, issu lui-même de cet ordre.
Quant au Caudillo Francisco Franco, « por la gracia de Dios », ami de Fidel Castro au nom de l’ »Hispanidad » et galicien comme lui, il est certain que le Pape ne demande pas à prier pour lui car il est déjà assuré que ce bon Catholique a mérité d’aller directement contempler la Gloire de Dieu.

Fidel Castro a instauré une dictature de Blancs sur la masse des Noirs cubains, mais c’est bien vu parce qu’il est de gauche.
En même temps, il a fait fuir vers la Floride et le Texas toute la bourgeoisie blanche de son île. C’est bien vu, parce qu’il est de gauche.
Pour ses opposants, à commencer par ceux qui ont combattu avec lui pour qu’il prenne le pouvoir dans l’espérance naïve qu’il instaurerait une vraie démocratie, il a fait réaliser des cages en fer inspirées des légendes médiévales, mais au lieu de les placer sous un toit, il les faisait suspendre à l’air libre où le condamné subissait la pluie et le soleil des tropiques. C’est le sort qu’il a fait notamment subir au poète chrétien Pedro-Luis Boitel avant de le laisser mourir de faim dans un cachot sans lumière et sans aération.
Quant à ses amis, tout aussi criminels que lui, qui commençaient à l’embarrasser par leurs réclamations de révolution mondiale, il s’est arrangé pour qu’ils aillent voir ailleurs si j’y suis. Et c’est ainsi qu’il a encouragé Che Guevara, le tueur de femmes et d’enfants à la Kalachnikov, à aller faire la révolution en Bolivie, en le faisant accompagner par Régis Debray, qui l’a donné au dictateur local, le général Barrientos.

L’Argentin Che Guevara, beaucoup plus intéressant mort que vif, a pu ainsi entrer dans la légende de « gôche » et le Panthéon des « héros » de fabricants de T-shirts.  Un jour lointain, il sera rejoint par une autre idole des « jeunes » de plus de soixante ans, qui les a fait rêver sans tuer personne: Johnny Halliday, le musicien préféré des ratapieds.

18 novembre, 2016

Donald Trump: un changement de cap à 180° qui plaît à 44% des Audressellois. La « Tata » serbe.

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes,Syrie — dompaul @ 22:51

La mise en place du politiquement incorrect

Malgré les injures et  les menaces de ses adversaires impuissants, Donald Trump constitue une équipe gouvernementale composée de gens connus pour être déterminés à appliquer le programme tel qu’il l’a annoncé: expulsion des immigrants illégaux ou délinquants, lutte sans concession contre l’Islam, considéré comme une idéologie politique totalitaire et non comme une religion, exploitation des ressources minières du territoire américain, remise en cause des accords sur le réchauffement climatique attribué aux variations du rayonnement solaire et non à l’activité humaine, et surtout rapprochement sans réserve avec la Russie et Vladimir Poutine avec qui le futur conseiller à la Sécurité Nationale entretient des liens personnels.

Marine Le Pen reste encore lisse

A côté, l’équipe de Marine Le Pen,  plébiscitée à Audresselles et dans les environs, est composée de personnes bien élevées qui ne prononcent que des paroles lisses et apaisantes. Cette équipe  paraît presque insipide à côté de celle de Trump, même si les apparitions de la blonde Marion Maréchal Le Pen attirent de nombreux téléspectateurs de toutes couleurs politiques et font donc grimper les recettes publicitaires des chaînes.

Etats-Unis-Russie-Serbie

Le futur rapprochement des Etats-Unis d’Amérique avec Vladimir Poutine se double de liens très étroits de la famille Trump avec la Serbie, la petite soeur préférée de la Russie, martyrisée par l’OTAN dans les années 1990, et les autres républiques du pays recréé par le maréchal Tito.
En effet, chacun sait que l’actuelle épouse de Donald Trump est née yougoslave mais les deux fils aînés du futur président et leur soeur qui vont prendre le pouvoir avec lui, ont eu pour gouvernante, dans leur enfance et adolescence, une dame serbe maintenant retournée chez elle, au sud-est de Belgrade. Celle-ci continue à entretenir des liens étroits avec les Trump et il semble évident qu’ils n’ont pas envie de faire bombarder son pays comme l’ont fait les Bush.

Ils boiront la coupe jusqu’à la lie

Il apparaît tout aussi évident que la similitude entre les programmes de Trump et de Marine le Pen ainsi que le rapprochement entre Trump et Poutine, qui soutient ostensiblement Marine Le Pen,  constituent des ingrédients détonants très inquiétants pour les Socialistes mais aussi pour les hommes politiques traditionnels du centre droit.

Dès la mise en place du gouvernement Trump, Mike Pompeo, le nouveau directeur de la CIA, va faire réorienter les sources et les agents d’influence de l’agence, dont de nombreux députés français de gauche et d’extrême gauche, qui ne peuvent pas dire « non » puisqu’ils sont rémunérés (certains depuis l’université) et ont signé des reçus. On va leur demander de soutenir l’arrivée au pouvoir de Marine le Pen et ceci va advenir juste avant les élections présidentielles de 2017.

Certains parlementaires socialistes agents rémunérés de la CIA, ont déjà pris les devants. Pour éviter cette palinodie dont ils auraient trop honte, ils ont déjà annoncé qu’ils ne se représenteraient pas aux prochaines législatives. Sous des prétexte divers, ils préfèrent annoncer tout de suite leur retrait de la vie parlementaire, même si, de toutes façons, ils avaient peu de chances d’être élus sous l’étiquette « socialiste » . Les officiers traitants de la CIA ou d’un autre service ne s’intéressent pas aux  » has been » de la politique.

Mais certains élus de la gauche alimentaire, toute honte bue, veulent conserver leur prébende et se préparent désormais à soutenir mordicus qu’après tout, Trump est un type formidable, Poutine un homme remarquable, Marine le Pen une femme politique honnête avec des convictions solides et justes.

Même leur discours sur le docteur Bachar Al Assad va changer.  Suggérons aux élus  qui lisent ce blog de se  souvenir que le docteur Assad a quitté le confort douillet de son cabinet chic d’ophtalmologiste londonien pour aller, lui avec sa femme « so british » et leurs enfants, se jeter dans le brasier du Moyen-Orient pour sauver les Alaouites et les Chrétiens, du coutelas des égorgeurs sunnites.

En fait, non, ce n’est pas aussi simple que cette image d’Epinal. Les sbires de  Hafez-Al-Assad ne lui ont pas laissé le choix à la mort de son père: ou Bachar revenait en Syrie assurer la continuité (ils espéraient en faire leur marionnette) ou bien ils le faisaient assassiner, lui et sa famille.

Attendons le clou du spectacle,

quand Fabius, Sarkozy, Bernard-Henri Lévy ou un autre « philosophe », viendront expliquer  à la télévision qu’ils   » ont tout fait pour que le bon docteur Assad reste au pouvoir ».

11 novembre, 2016

11 novembre 2016 à Audresselles

Classé dans : conseil municipal,espace public,fêtes,histoire — dompaul @ 17:19

Lors des  cérémonies patriotiques du 11 novembre 2016, cent ans après la la bataille de Verdun qui a duré dix mois, le maire d’Audresselles, Roger Tourret, a pour la première fois épinglé sur sa poitrine la croix du combattant, signalant ainsi l’importance de ce onze novembre-là.
Après avoir lu le discours officiel du ministre de la Défense devant le monument aux morts, en présence du maire d’Ambleteuse, de conseillers municipaux des deux communes et du capitaine de gendarmerie, il a souligné le rôle joué par Jean Jayat, dans la création d’une association unique des anciens combattants d’Audresselles et d’Ambleteuse.

Comme chaque année, dans l’église, puis devant le monument aux morts, le nom et le prénom de chacun de ceux qui ont été tués « au champ d’honneur » sont épelés et appelés. La liste commence par un Denavault, mort en 1914, et se termine par un Denavault, mort en 1918 et depuis, il n’ y a plus de Denavault à Audresselles.

Nombreux ont été les nouveaux participants devant le monuments aux morts d’Audresselles: l’association des motards dont certains sont d’anciens cadres de l’armée française, un sergent en uniforme d’une unité de parachutistes et une dizaine d’écoliers d’Audresselles, presque tous aussi blonds que Trump, qui ont chanté « la Marseillaise ».
L’année prochaine, il est prévu qu’ils seront accompagnés d’un  instituteur/trice, dépositaire de l’autorité publique.

photo suivra.

12345...13

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas