21 décembre, 2016

Walter Schäuble: l’Allemagne paiera encore une fois

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 18:59

L’Allemagne gagne et paye

Avant la guerre de 14, les Allemands figurent parmi les premiers baigneurs à être venus construire un chalet à Audresselles, face à la mer. En juin 1940, ils sont venus plus nombreux dans des chars « Panzer » qu’ils ont fait stationner sur la route nationale, aujourd’hui rue Danquin, pour aller se baigner parmi les estivants, car il faisait chaud. Il se sont étonnés de trouver un pays encore sous-développé, sans alimentation en eau autre que des puits médiévaux et avec des rues en terre battue.

Puis ils ont séjourné jusqu’en septembre 1944, le temps d’améliorer la voirie pour la visite du Fürher venu distribuer des bonbons aux petits enfants et d’installer les canalisations d’eau courante non seulement dans les rues du village mais aussi dans les maisons inoccupées. C’était de la bonne qualité puisque les canalisations sont encore les mêmes aujourd’hui. Ils ont aussi construit quelques casemates, résistant aux tremblement de terre, aux tsunami et aux raz-de-marée, dont l’une d’entre elle est devenue une villa après la guerre.

Dans certaines villas face à la mer, ils ont aussi construit des cheminées utilisables pour des poêles à charbon, à mazout puis à granulés et ils ont repeint les murs avec de la peinture destinée à durer. Et tout ceci a coûté très cher au contribuable allemand puisque, à l’époque, les impôts en France étaient quatre fois inférieurs à ceux du régime socialiste actuel.

En septembre 1944, les militaires allemands ont dû quitter Audresselles précipitamment et, se croyant contraints de détruire sans délai leur réserve de munitions avant l’arrivée de l’armée canadienne au lieu de les lui revendre, ils ont préféré les faire exploser, créant ainsi un magnifique étang au milieu des champs, dit « le trou de bombes », comblé depuis quelques années par ses propriétaires qui craignaient d’être tenus pour responsable au cas où un simple d’esprit serait venu s’y noyer.

Mais avant l’explosion, des officiers allemands avaient pris soin de démonter le fameux triptyque de l’église, à cinq cents mètres de là, pour éviter qu’il ne soit soufflé avec le toit et les voûtes reconstruites ensuite sous la direction de Pierre Lejeune, architecte DPLG.

L’Allemagne perd et paye

Certains de ces envahisseurs cultivés sont revenus en vacances à Audresselles où ils s’étaient fait des amis, et pour  les moins chanceux, après un séjour plus ou moins long dans un goulag sibérien. Ils ont néanmoins commis deux fautes impardonnables quand, en septembre 1944,  ils ont quitté les villas qu’ils occupaient dans le village: ils n’ont pas réglé quatre ans de loyer aux propriétaires et surtout, ils ont oublié de fermer les maisons à clef.

Immédiatement, les habituels inconnus locaux se sont précipités dans ces bâtiments momentanément inoccupés pour y dérober tout ce qu’ils pouvaient: les portes, les fenêtres, les planchers, les poutres, les tuiles. Et les Allemands, parce qu’ils avaient perdu la guerre et n’avaient pas pris d’assurance « dégradations », ont dû payer des « dommages de guerre » aux propriétaires de résidence secondaire.
Voici la combine qui s’en est suivie. Certains plaisanciers ont acheté pour une bouchée de pain ces maisons où ne restaient que les murs, ont touché les dommages de guerre, ont attendu quelques temps puis ont revendu les ruines beaucoup plus cher.
Comme dans les années vingt, c’est l’Allemagne qui a payé.

L’Allemagne aime payer

Aujourd’hui, Walter Schäuble, le ministre des Finances de la RFA, veut encore payer dans l’espoir illusoire qu’il va maintenir en survie artificielle l’Ukraine, province détachée provisoirement de la Russie par Guillaume II en 1917 puis de nouveau en 1991 quand l’URSS a perdu la guerre froide. Walter Schäuble aime beaucoup l’Ukraine car c’est le seul pays d’Europe où des groupes de jeunes sont autorisés à défiler en uniforme genre Wehrmacht avec des drapeaux à croix gammée.

Que le futur président français soit François Fillon, Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélanchon, tous les trois sont favorables à une entente étroite avec les Russes comme tous les hommes qui ont fait, protégé ou sauvé la France à un certain moment de son histoire: Henri 1er, Maurice de Talleyrand-Périgord, Alexandre Ribot, Charles de Gaulle. Et bien évidemment, peu leur chaut que l’Ukraine tout entière redevienne russe comme elle l’avait toujours été plutôt que de se transformer définitivement en protectorat allemand comme en 17 (1917 évidemment).

Il va donc falloir trouver un candidat idéal pour continuer à suivre la politique étrangère définie pour la France par le gouvernement allemand, qui ne soit plus nécessairement en concordance avec la ligne du gouvernement américain, celui de Trump. Qui sera le Laval idéal de la grosse Angela et de Walter Schäuble ?

Le candidat socialiste est encore inconnu mais Emmanuel Macron, dont les dents rayent le parquet, pourrait constituer un pion intéressant pour Berlin.

L’Allemagne veut encore payer

Walter Schäuble est prêt à faire financer par le contribuable allemand la campagne du candidat à la présidence française qui soutiendra contre vents et marée les intérêts allemands, surtout l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Il devra refuser de reconnaître l’appartenance de la Crimée à la Russie, même si Trump l’entérine.

On parle d’une somme minimum de six cents millions d’euro que le contribuable allemand pourrait verser sans le savoir à cet usage. Il faudra aussi financer la campagne législatives des partisans du candidat pro-allemand dans le cas où il serait élu.

Donc, candidats aux législatives, voici encore une bonne occasion de traire la vache à lait allemande car, même si vous touchez le pactole, le gouvernement allemand ne dispose plus sur place de la Gestapo pour vous maintenir dans le rang.

20 décembre, 2016

Obama la honte

Classé dans : international,politique,religion,socialistes,Syrie — dompaul @ 22:16

Même après le vote des grands électeurs qui ont définitivement entériné l’élection de Donald Trump comme président des Etats-Unis d’Amérique, son prédécesseur, encore à la Maison Blanche pour un mois, continue à l’attaquer, en vain, pour faire plaisir à ses mandants, à savoir le Qatar et l’Arabie Saoudite qui a notoirement financé la campagne d’Hillary Clinton.

Barak Hussein Obama, mahométan sunnite jusqu’à 1988, s’est en effet, pour faire une carrière, rattaché à une secte microscopique dite chrétienne de 8 500 adeptes de couleur foncée et nommée « Trinity United Church of Christ ». Localisée à Chicago, elle est dirigée par le soi-disant pasteur Jeremiah Wright, un ami de Barak Obama lorsqu’il était éducateur de quartier, la seule profession qu’Obama ait exercée en dehors de la politique.

En France, ce genre de secte serait dans le collimateur de la Miviludes et ferait l’objet d’enquêtes fiscales, mais aux Etats-Unis, chacun est libre d’adhérer à l’organisation qui lui convient.

Toujours est-il que l’Arabie saoudite et le Qatar ne voient avec aucun plaisir l’éviction de Sarkozy, de Hollande et surtout des Clinton de la direction des affaires. Il ne leur reste plus qu’Angela Merkel.

Obama et les Clinton prétendent que la CIA a établi un rapport prouvant que Trump a été élu grâce aux réseaux sociaux animés par le gouvernement russe.

On se souvient que le général Colin Powell avait présenté à l’ONU le 5 février 2003 un rapport attribué à la CIA, établissant que Saddam Hussein possédait des armes bactériologiques très puissantes. Ce rapport a servi de prétexte à la seconde guerre du Golfe alors qu’on sait maintenant que les experts de la CIA s’était défilés pour le rédiger et qu’il s’agissait d’un conte fabriqué par Dick Cheney et même pas signé par le directeur de l’Agence nommé par ce même Cheney.

Aujourd’hui, le soi-disant rapport de la CIA présenté par Obama aux parlementaires relève du même système de fabrication et il ne risque pas d’être démenti par le directeur actuel de la CIA, nommé par la clique d’Obama et certain d’être viré par Trump dans un mois.

Voilà donc encore une démarche d’Obama la Honte, plus ridicule encore que les précédentes, pour essayer de décrédibiliser son successeur. Cet acharnement montre bien qu’une fois qu’Obama aura quitté le pouvoir, le futur gouvernement républicain découvrira toute une série de méfaits du gouvernement démocrate dont les preuves seront fournies par le FBI et… la CIA: détournement de fonds, trafic d’influence, trahison au profit des pétromonarchies, complicité de crimes contre l’humanité et bien d’autres encore.

29 novembre, 2016

Les raisons de Jean Luc Mélanchon

Classé dans : espace public,international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 20:25

Bien qu’à Audresselles, les électeurs de Marine Le Pen et ceux de François Fillon constituent le gros de la population, il y existe aussi quelques Mélanchonistes qu’on peut compter sur les doigts d’une main mais comme leur homme politique préféré  aime Poutine, comme les  deux précédents, ceci leur donne un point commun important avec leurs covillageois.

Il peuvent ainsi caresser l’espoir que leur Jean-Luc a des chances de devenir ministre des Affaires étrangères de Marine.
C’est pourquoi il serait judicieux de pouvoir se fournir à l’épicerie du village en drapeaux russes pour pouvoir les agiter quand le porte-avions amiral Koutzenov va repasser devant Audresselles sur le rail montant à son retour de Syrie.

On pourrait même réclamer qu’à titre exceptionnel, le porte-avions russe soit autorisé par la préfecture maritime  à s’approcher de la côte française à hauteur d’Audresselles et d’Ambleteuse, suffisamment pour que la population puisse l’admirer et applaudir les Russes comme en 14 (1914 bien sûr).

Du fait de son ascendance espagnole d’origine grecque (son nom signifie « ceinture noire »), et de sa maîtrise du castillan,  il est naturel que Jean-Luc Mélanchon se sente des affinités avec tous ceux qui parlent espagnol, sauf  peut-être Manuel Valls, parce qu’il est catalan mais surtout socialiste.

En tous cas, Jean-Luc qui ne veut pas être tutoyé par Cohn-Bendit, vient de jouer le maître de cérémonie pour pleurer la mort de Fidel Castro place de la République. Pour beaucoup, cette manifestation de deuil à l’occasion de la mort d’un tyran, apparaît pour le moins inappropriée. Mais non ! Car ce n’est pas le deuil du tyran qui fait pleurer Jean-Luc Mélanchon mais de celui qui s’est opposé à l’impérialisme des Démocrates américains, à commencer par Kennedy, qui a été élu président alors qu’il avait obtenu moins de voix que son concurrent républicain Richard Nixon.

Mélanchon crie haut et fort qu’il ne peut pas blairer les Américains et c’est la raison majeure pour laquelle il déteste Cohn-Bendit et qu’il admire Fidel Castro.

Cet article est écrit à l’intention des trois électeurs de Mélanchon  à Audresselles et du Mélanchoniste du camping, mais aussi des admirateurs du Pape François 1er, qui pourraient s’étonner que leur maître à penser respectif fasse le panégyrique du sanguinaire Castro ou appelle à prier pour son âme.

27 novembre, 2016

Death of a tyrant : Les tyrans meurent dans leur lit

Classé dans : histoire,international,politique,socialistes — dompaul @ 17:53

by Pedro-Luis Boitel

Devant  les éloges infâmes et nauséabonds de Fidel Castro prononcés par François Hollande et ses sbires, Pedro-Luis Boitel, neveu de son homonyme assassiné par Fidel Castro en 1972,  nous a fait parvenir son opinion sur le sujet:

DEATH OF A TYRANT
By Pedro Luis Boitel

Havana’s nauseating communists mourn the death of a tyrant. Let us rejoice; their spiritual leader has finally become a pile of filthy ashes. But not every Cuban in the island feels this way, for the country has endured 57 years of repression, intimidation, and the total deprivation of the most basic human rights. Believe me when I assert that there are no mixed emotions. Those who loved his ruinous communist nightmare still praise Fidel Castro as a towering figure and as their eternal political luminary. On the other hand, those of us who have fought communalism, envision a Cuba where free enterprise flourishes.

Fidel Castro was nothing more than a petty dictator whose personal ambitions destroyed the wealth and the spirit of many Cuban generations. His long anticipated death is welcomed with open arms by the Cuban-American community. However, and as long as the country remains controlled by Raul Castro’s communist repressive apparatus, Fidel’s death shall be deemed a Pyrrhic victory. Let us hope that the system begins to fragment and disintegrate from within.The winds of change are inevitable. Who will rescue Cuba from its economic woes? It is time to tighten up the EMBARGO and reverse Obama’s executive orders. The death of a tyrant unambiguously foretells the imminent demise of his ignominious revolution.

Pedro Luis Boitel
PARTIDO LIBERTARIO CUBANO-AMERICANO

Death of a tyrant : Les tyrans meurent dans leur lit dans histoire
DEATH OF A TYRANT
By Pedro Luis BoitelHavana’s nauseating communists mourn the death of a ty…

Mort de Fidel Castro. Profession: tyran

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 11:39

Le 25 novembre, on nous a annoncé la mort de Fidel Castro dont la passation de pouvoir avec le précédent tyran de Cuba Fulgencio Batista a inspiré Hergé dans » Tintin et les Picaros ». Les gens de « gôche » aiment moins Batista parce qu’il était le féal de l’impérialisme américain des années 50. A ne pas confondre évidemment avec la « bonne » politique étrangère du démocrate de couleur Obama.

Mais Fidel Castro, agent du KGB depuis 1947, représente l’idéal de la dictature de gauche pour tous les encore politiquement corrects comme Hollande ou le pape Bergoglio qui appelle à prier pour lui. Pourquoi François 1er n’appelle-t-il pas non plus à prier pour Hitler, Staline, Kim Jong Il qui en auraient autant besoin, selon le sens commun ?
C’est la première question.
Il n’ y a qu’une réponse: le pape, vicaire de Jésus-Christ sur la Terre, considère que ces trois terribles dictateurs sont allés directement rôtir en enfer. Leur sort est donc définitivement et irrémédiablement réglé et il n’ y a plus besoin de prier pour eux.

De plus, des trois tyrans précédemment cités, seul Hitler était baptisé à l’église catholique. En revanche, selon le même Pape, imprégné de la « théologie de la Libération » de Boff et Gutteriez, Castro est allé au Paradis ou au pire, au Purgatoire, car l’Eglise ne fait prier et dire des messes (payantes) que pour les âmes du Purgatoire, afin de hâter leur entrée au Paradis. De plus, Fidel Castro a fait ses études chez les Jésuites, ce qui le rend nécessairement sympathique au Pape, issu lui-même de cet ordre.
Quant au Caudillo Francisco Franco, « por la gracia de Dios », ami de Fidel Castro au nom de l’ »Hispanidad » et galicien comme lui, il est certain que le Pape ne demande pas à prier pour lui car il est déjà assuré que ce bon Catholique a mérité d’aller directement contempler la Gloire de Dieu.

Fidel Castro a instauré une dictature de Blancs sur la masse des Noirs cubains, mais c’est bien vu parce qu’il est de gauche.
En même temps, il a fait fuir vers la Floride et le Texas toute la bourgeoisie blanche de son île. C’est bien vu, parce qu’il est de gauche.
Pour ses opposants, à commencer par ceux qui ont combattu avec lui pour qu’il prenne le pouvoir dans l’espérance naïve qu’il instaurerait une vraie démocratie, il a fait réaliser des cages en fer inspirées des légendes médiévales, mais au lieu de les placer sous un toit, il les faisait suspendre à l’air libre où le condamné subissait la pluie et le soleil des tropiques. C’est le sort qu’il a fait notamment subir au poète chrétien Pedro-Luis Boitel avant de le laisser mourir de faim dans un cachot sans lumière et sans aération.
Quant à ses amis, tout aussi criminels que lui, qui commençaient à l’embarrasser par leurs réclamations de révolution mondiale, il s’est arrangé pour qu’ils aillent voir ailleurs si j’y suis. Et c’est ainsi qu’il a encouragé Che Guevara, le tueur de femmes et d’enfants à la Kalachnikov, à aller faire la révolution en Bolivie, en le faisant accompagner par Régis Debray, qui l’a donné au dictateur local, le général Barrientos.

L’Argentin Che Guevara, beaucoup plus intéressant mort que vif, a pu ainsi entrer dans la légende de « gôche » et le Panthéon des « héros » de fabricants de T-shirts.  Un jour lointain, il sera rejoint par une autre idole des « jeunes » de plus de soixante ans, qui les a fait rêver sans tuer personne: Johnny Halliday, le musicien préféré des ratapieds.

24 novembre, 2016

F.F.I. est-il trop beau pour être vrai ?

Classé dans : international,politique — dompaul @ 11:06

Il y a  ceux qui rêvent de voir le Front National  arriver au pouvoir, il y a ceux qui le rêveraient mais qui ont peur du saut dans l’inconnu parce que le FN comporte trop de gens en provenance de la gauche ou de l’extrême gauche parmi ses militants et aussi parmi ses dirigeants.

Et voici qu’apparaît brusquement dans la course à l’ échalotte l’ adversaire le plus dangereux qu’aucun stratège du Front National n’avait pu imaginer: le pire mangeur de voix.

Le discours révolutionnaire de François Fillon, si ses promesses sont tenues, apparaît comme celui du vrai redressement économique et moral, donc le plus fédérateur pour tout la droite et le centre-droit.
En effet, l’obligation de porter une blouse uniforme à l’école publique, la possibilité légale pour chacun de connaître sa filiation naturelle, l’arrêt de l’immigration, l’augmentation du temps de travail et la réduction du nombre de fonctionnaires, le rapprochement avec la Sainte-Russie bientôt béni par Donald Trump, très influencé par son entourage slave, constituent les thèmes phares d’un programme véritablement révolutionnaire dans la France rongée par les mythes sybarites propagés par les démagogues.

Jusqu’ici, et surtout depuis le passage de Rocard au pouvoir, ses émules politiques et télévisuels n’ont en effet rien trouvé de mieux comme programme électoral que de susciter l’Orgueil, l’Envie et la Colère de leur troupeau de partisans et de les encourager à se vautrer dans la Paresse (grâce aux 500 formes d’alloc), la Gourmandise et la Luxure (grâce aux réformes dites « sociétales »).

Un autre avantage pour l’ensemble des Français même s’ils ne partagent pas les idées de FFI: son comportement ne fera pas honte aux Français lorsqu’il se rendra à l’étranger, contrairement à celui des deux personnages qui l’auront précédé à l’Elysée.

18 novembre, 2016

Donald Trump: un changement de cap à 180° qui plaît à 44% des Audressellois. La « Tata » serbe.

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes,Syrie — dompaul @ 22:51

La mise en place du politiquement incorrect

Malgré les injures et  les menaces de ses adversaires impuissants, Donald Trump constitue une équipe gouvernementale composée de gens connus pour être déterminés à appliquer le programme tel qu’il l’a annoncé: expulsion des immigrants illégaux ou délinquants, lutte sans concession contre l’Islam, considéré comme une idéologie politique totalitaire et non comme une religion, exploitation des ressources minières du territoire américain, remise en cause des accords sur le réchauffement climatique attribué aux variations du rayonnement solaire et non à l’activité humaine, et surtout rapprochement sans réserve avec la Russie et Vladimir Poutine avec qui le futur conseiller à la Sécurité Nationale entretient des liens personnels.

Marine Le Pen reste encore lisse

A côté, l’équipe de Marine Le Pen,  plébiscitée à Audresselles et dans les environs, est composée de personnes bien élevées qui ne prononcent que des paroles lisses et apaisantes. Cette équipe  paraît presque insipide à côté de celle de Trump, même si les apparitions de la blonde Marion Maréchal Le Pen attirent de nombreux téléspectateurs de toutes couleurs politiques et font donc grimper les recettes publicitaires des chaînes.

Etats-Unis-Russie-Serbie

Le futur rapprochement des Etats-Unis d’Amérique avec Vladimir Poutine se double de liens très étroits de la famille Trump avec la Serbie, la petite soeur préférée de la Russie, martyrisée par l’OTAN dans les années 1990, et les autres républiques du pays recréé par le maréchal Tito.
En effet, chacun sait que l’actuelle épouse de Donald Trump est née yougoslave mais les deux fils aînés du futur président et leur soeur qui vont prendre le pouvoir avec lui, ont eu pour gouvernante, dans leur enfance et adolescence, une dame serbe maintenant retournée chez elle, au sud-est de Belgrade. Celle-ci continue à entretenir des liens étroits avec les Trump et il semble évident qu’ils n’ont pas envie de faire bombarder son pays comme l’ont fait les Bush.

Ils boiront la coupe jusqu’à la lie

Il apparaît tout aussi évident que la similitude entre les programmes de Trump et de Marine le Pen ainsi que le rapprochement entre Trump et Poutine, qui soutient ostensiblement Marine Le Pen,  constituent des ingrédients détonants très inquiétants pour les Socialistes mais aussi pour les hommes politiques traditionnels du centre droit.

Dès la mise en place du gouvernement Trump, Mike Pompeo, le nouveau directeur de la CIA, va faire réorienter les sources et les agents d’influence de l’agence, dont de nombreux députés français de gauche et d’extrême gauche, qui ne peuvent pas dire « non » puisqu’ils sont rémunérés (certains depuis l’université) et ont signé des reçus. On va leur demander de soutenir l’arrivée au pouvoir de Marine le Pen et ceci va advenir juste avant les élections présidentielles de 2017.

Certains parlementaires socialistes agents rémunérés de la CIA, ont déjà pris les devants. Pour éviter cette palinodie dont ils auraient trop honte, ils ont déjà annoncé qu’ils ne se représenteraient pas aux prochaines législatives. Sous des prétexte divers, ils préfèrent annoncer tout de suite leur retrait de la vie parlementaire, même si, de toutes façons, ils avaient peu de chances d’être élus sous l’étiquette « socialiste » . Les officiers traitants de la CIA ou d’un autre service ne s’intéressent pas aux  » has been » de la politique.

Mais certains élus de la gauche alimentaire, toute honte bue, veulent conserver leur prébende et se préparent désormais à soutenir mordicus qu’après tout, Trump est un type formidable, Poutine un homme remarquable, Marine le Pen une femme politique honnête avec des convictions solides et justes.

Même leur discours sur le docteur Bachar Al Assad va changer.  Suggérons aux élus  qui lisent ce blog de se  souvenir que le docteur Assad a quitté le confort douillet de son cabinet chic d’ophtalmologiste londonien pour aller, lui avec sa femme « so british » et leurs enfants, se jeter dans le brasier du Moyen-Orient pour sauver les Alaouites et les Chrétiens, du coutelas des égorgeurs sunnites.

En fait, non, ce n’est pas aussi simple que cette image d’Epinal. Les sbires de  Hafez-Al-Assad ne lui ont pas laissé le choix à la mort de son père: ou Bachar revenait en Syrie assurer la continuité (ils espéraient en faire leur marionnette) ou bien ils le faisaient assassiner, lui et sa famille.

Attendons le clou du spectacle,

quand Fabius, Sarkozy, Bernard-Henri Lévy ou un autre « philosophe », viendront expliquer  à la télévision qu’ils   » ont tout fait pour que le bon docteur Assad reste au pouvoir ».

11 novembre, 2016

Les agents français des Américains déboussolés

Classé dans : histoire,international,politique,socialistes,Syrie — dompaul @ 16:16

Rappelons qu’il existe environ quatre-vingts officiers de renseignement de la CIA à Paris et que chacun doit au moins recruter un parlementaire parmi ses agents.

On peut donc calculer approximativement le nombre de politiciens stipendiés qui travaillent pour le compte du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique.

Ensuite, en lisant le curriculum vitae des hommes politiques ouvert à tous ceux qui regardent wikipedia, on peut constater que certains ont toujours défendu les intérêts économiques, politiques et militaires des Etats-Unis, notamment Daniel Cohn Bendit, dit Dany Le Rouge, qui a ensuite viré au vert ou encore Eva Joly ou encore Laurent Fabius, qui a du reste une grande part de sa fortune aux Etats-Unis. Mais ce sont des gloires passées dont les projecteurs de l’actualité se sont désormais détournés.

On peut aussi noter que le couple indissociable formé par Nicolas Sarkozy et François Hollande a toujours, depuis bientôt dix ans, suivi ou soutenu les orientations fixées par Washington, c’est-à dire par George W Bush puis par Obama: la guerre en Libye, en Irak et en Afghanistan  pour que les compagnies pétrolières et gazières américaines puissent s’y implanter seules, la guerre en Ukraine pour y installer un gouvernement pro-américain, la guerre en Syrie pour chasser les Russes de leur base aéronavale de Tartous et bien évidemment, ils ont tous deux accueilli le flot de migrants ou de réfugiés induits par ces conflits.

Les agents d’influence des Américains se sont laissés intoxiquer par la propagande des médias à la solde des Démocrates d’autant plus facilement qu’ils redoutent que l’élection de Donald Trump ne soit le prélude à celle de Marine Le Pen.

Aujourd’hui, ils sont un peu désemparés mais, dès janvier, on va pouvoir constater qu’eux et les medias français subventionnés continuent à appliquer les directives américaines, même si elles sont le contraire des précédentes. Si Trump fait ami-ami avec Poutine, ce dernier va rapidement faire l’objet d’éloges dithyrambiques de la part de ceux-là même qui n’ont cessé depuis des années de le présenter comme un dictateur sans scrupules.

Mais mieux, si Marine Le Pen est invitée officiellement aux Etats-Unis par le nouveau président, elle va alors représenter un concentré de toutes  les qualités nécessaires pour être élue présidente.

C’est ce changement d’opinion à 180° affiché par certains journalistes ou politiciens qui permettra de déterminer qu’ils sont bien stipendiés par les Services américains.

9 novembre, 2016

Audresselles: Death of Hillary, the grey seal ou la mort d’ Ilari, le phoque gris

Classé dans : écologie,économie,international,phoques,politique,socialistes — dompaul @ 12:49

Phoque Octobre 2016

phoque gris sur l’estran d’Audresselles (photo de R. O)

Fin octobre  2016, Ilari, l’une des femelles phoques gris qui hantent désormais les rivages d’Audresselles pour dévorer le corps des poissons pris dans les filets des pêcheurs, a été retrouvée pourrissante sur l’estran, devant l’embouchure de la Manchue, le fleuve côtier au sud de la commune.

Une bonne nouvelle pour ceux qui vivent de la pêche et pour ceux qui leur achètent leurs poissons mais aussi pour les contrôleurs qui mesurent les bars pêchés  pour faire payer l’amende quand ils mesurent plus de 42 cm. En effet, comment contrôler les phoques et comment leur faire payer l’amende puisqu’ils sont insolvables, comme les électeurs d’Hillary Clinton  qui fuient vers le Canada et bientôt vers  la France pour y vivre des allocations qu’Obama avait commencé à multiplier pour les oisifs et que Trump va supprimer.

La mort de son homonyme phoque emporté par l’équarrisseur, était déjà un mauvais présage pour Hillary Clinton, car chacun sait que pour certaines tribus amérindiennes, chaque être humain a un animal totem dont la mort annonce celle de son double.

Hillary Clinton n’est heureusement pas morte mais sa vie politique ne semble plus avoir d’avenir. C’est un grand malheur international pour le Pape qui veut submerger les Etats-Unis de Chicanos catholiques et pour tous les parasites qui vivent de subventions, d’allocations, de trafic de drogue et de migrants économiques, ou de la protection d’animaux dangereux ou nuisibles à l’être humain implantés artificiellement dans des endroits où ils n’avaient jamais existé.

Hillary Clinton disparue de la scène, c’est aussi un espoir pour ceux qui veulent la fin des guerres au moyen-Orient, puisque les démocrates des empires ont toujours fait des guerre de conquêtes pour donner des allocations aux oisifs qui les élisaient: Périclès chez les Athéniens, Jules César chez les Romains, Les révolutionnaires de l’an 1. Aux Etats-unis, la liste est longue des démagogues qui ont fait la guerre pour piller les richesses des pays étrangers.

6 octobre, 2016

Extraterritorialité de la législation américaine : trop c’est trop !

Classé dans : économie,international,politique,socialistes — dompaul @ 10:49

par Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République.

Jacques Myard a participé activement à la mission d’information sur l’extraterritorialité de la législation américaine commune aux commissions des Affaires étrangères et des Finances qui a présenté ce jour son rapport.

Vous trouverez ci-dessous sa contribution au rapport :

L’excellent travail de la mission d’information sur l’extraterritorialité de la législation américaine permet de révéler au grand jour un aspect des actions judiciaires et administratives américaines trop souvent ignoré, y compris par nombre de spécialistes du droit international.

L’ampleur de ces actions crée d’ailleurs un réel malaise, tant elles affectent nombre des intérêts d’entreprises françaises et européennes et apparaissent très intrusives.
On a tous en mémoire le jugement de Raymond Aron sur les Etats-Unis – « La République impériale » – concept qu’il opposait à « impérialiste ».

La lecture de ce rapport est de nature à remettre en cause l’analyse de Raymond Aron. On est même en droit de se poser la question sur le degré de confiance que l’on peut avoir dans cet allié ! Il est vrai que nous savons depuis Phèdre, cité par Jules César dans La Guerre des Gaules, que l’on ne doit « jamais avoir de confiance dans l’alliance avec un puissant ».

Mais il y a un autre trait qui doit être souligné, c’est notre propre faiblesse et surtout l’absence de réactions de notre Gouvernement face aux agissements d’un Etat étranger en France qui sont autant de violations de notre souveraineté. Tel est le cas de l’installation de « moniteurs » dans des entreprises pour vérifier qu’elles respectent les décisions de justice américaines qui sont surtout des mesures de contrainte, sans décision d’un juge français, en violation de notre souveraineté.

Ayant eu l’honneur d’être juriste à la Direction des Affaires juridiques du ministère des Affaires étrangères sous l’autorité de très grands serviteurs de l’Etat comme Gilbert Guillaume, futur président de la CIJ, et Noël Museux dans les années 1980, nous avions su mettre un terme aux prétentions abusives de nos chers amis américains (affaire Ourengoï, code OCDE sur les transferts de données, enquêtes de la SEC- Securities and Exchange Commission-).

Le Gouvernement français d’alors avait fermement appliqué la loi de blocage de 1968, modifiée en 1980, face aux prétentions extraterritoriales américaines.

Il est sans doute nécessaire aujourd’hui de renforcer les sanctions pénales et pécuniaires de cette loi.

Or, qu’on le veuille ou non, les lois extraterritoriales américaines conduisent tôt ou tard à des conflits de souveraineté purs et durs qui ne pourront se régler que par l’arbitrage interétatique. Nous avons cette possibilité d’attraire les Etats-Unis à cet arbitrage en application de la Convention d’établissement franco-américaine du 25 novembre 1959. J’en ai demandé l’application à plusieurs reprises au Ministre des Affaires étrangères, en vain, ce qui est un signe de faiblesse inadmissible de la part de notre diplomatie et un mauvais signal adressé à l’Administration américaine.

De deux choses l’une, ou les Etats-Unis prennent conscience qu’ils vont trop loin et on trouve des solutions qui respectent nos intérêts, ou nous serons amenés à prendre des mesures de rétorsion sur le plan français et européen.

A l’ère des puissances relatives, le Congrès des Etats-Unis et l’Administration américaine risquent d’apprendre que le monde n’est pas fait à leur image.

Sur Twitter @JacquesMyard
Sur mon site : « www.jacques-myard.org »>www.jacques-myard.org

123456...26

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas