20 août, 2014

22 août 2014: G. Mamez fait visiter l’église d’Audresselles

Depuis la restauration récente des grands tableaux du peintre londonien Arthur Gilbert (1819-1895) à l’initiative de la municipalité d’Audresselles et de l’Association des Equipes d’Animation paroissiale qui a une antenne à Audresselles, l’église romane du village où ils  se trouvent attire de nombreux visiteurs.

Ces tableaux ont été installés dans le choeur à la suite de la visite de la reine Victoria accompagnée son ami de l’empereur Napoléon III.

Les organisateurs de la pastorale du tourisme ont délégué G. Mamez pour commenter gratuitement la visite de l’église le 22 août à 15h sous le thème « faites parler les pierres ».

L’église est ouverte tous les jours.

photos suivront

14 août, 2014

15 août, journée de la Femme

Classé dans : fêtes,peinture,peinture et arts plastiques,religion — dompaul @ 11:55

Sainte Vierge r

icône de Tichvinsk: la mère de Dieu

Demain, 15 août, beaucoup d’Audressellois, comme la plus grande partie de l’humanité, vont participer ou assister aux manifestations religieuses autour d’une Juive qui a vécu dans la discrétion il y a deux mille ans au fin fond de l’Empire romain depuis longtemps disparu: Marie fille de Joachim, considérée aujourd’hui comme ayant conçu vierge par l’ensemble des Chrétiens et ayant elle-même été conçue sans péchés (immaculée conception)par les Catholiques et les Mahométans.

Les hérétiques issus de la Réforme ne vénèrent pas la Vierge Marie comme les Catholiques, les Orthodoxes, les Coptes et les Mahométans. Les soudards analphabètes du siècle de la Réforme, le XVIe siècle, qui ont répandu les doctrines luthériennes et calvinistes les armes à la main, avaient en effet comme représentation de la Vierge Marie les portraits des maîtresses des rois ou des papes, et notamment ceux de la fameuse Giulia Farnèse offerte à quinze ans au vieux pape Borgia. Il leur était donc difficile de vénérer Marie à travers ces images.

Quoi qu’il en soit, la Vierge Marie a été la première personne et pendant plusieurs années la seule, à croire et à savoir que son fils Jésus était aussi le fils de Yahvé-Dieu et qu’il était aussi Dieu lui-même. Imaginez un instant que chez vous, dans le F3 qui jouxte l’atelier de charpentier, votre fils unique de cinq ans, né hors mariage, est le Dieu Universel à qui les Grands-Prêtres d’Israel font des sacrifices dans le temple de Jérusalem et qui, à douze ans, connaîtra par coeur la Bible en hébreu.

Cette Juive  qui incarne la Femme parfaite et la mère de Dieu d’où vient le Salut de l’Humanité aux yeux de milliards de Croyants (1), est le seul être humain auquel une journée de l’année est entièrement consacrée.
C’est à ce titre qu’on peut dire que le 15 août est vraiment aussi la journée de la Femme.

Rappelons que demain, la messe du 15 août à Audresselles. commence à 15h.

La photo représente une icône de Marie Mère de Dieu, peinte par un moine de l’Empire Chrétien du Bien.

(1) voir « le Salut vient des Juifs, parole d’Evangile » de Bernard Fauvarque S.J., Bayard Service Edition, 12 euro, disponible à Audresselles (vous pouvez commander cet ouvrage exceptionnel sur l’onglet « commentaire » du blog Audresselles.at )

11 juin, 2014

La fête du crabe 2014: encore un succès

La lyre marquisienneautour de BrigitteKatia Lotin, Jean-Jacques Baillet,t Brigitte Bourguignon et Eliane HarduinKatia Lotin, Brigitte Bourguignon et Martine BeaudrapsDomPaul et BrigitteLa famille Sarpaux fête du crabe 2014Zoé et Paola devant l'étalZoé et PaolaFrancis Bouclet, Patrick Bernard, Christophe Pâque, Roger Tourret, Paul Ellart et Patrick Boucher

Remémorons-nous que Roger Tourret vient d’être réélu triomphalement maire d’Audresselles avec toute sa liste, sur un programme que tous les électeurs d’Audresselles connaissent désormais par coeur: faire toujours mieux en faisant payer des impôts communaux minuscules. Grâce à ses économies, les budgets municipaux sont même excédentaires. Les rues sont refaites à neuf et entretenues, les bâtiments publics en bon état. Une balayeuse automobile toute neuve vient même d’être achetée. Dans le même esprit, le budget des subventions aux associations se réduit à quelque trois mille euro et celui de la fête du crabe à six cents euro. Néanmoins, la fête a été une fois de plus réussie à la satisfaction de tous à l’exception de quelques individus isolés.

La visite préliminaire  de Brigitte

Brigitte Bourguignon, la nouvelle députée, qui arpente l’immense 6e circonscription , ne pouvait pas venir à Audresselles à la fête du crabe en raison d’autres engagements. Elle a tenu néanmoins à venir y déjeuner discrètement l’avant-veille, le vendredi, avec son attachée parlementaire et sa secrétaire. Son changement de coiffure lui a permis de circuler presque incognito. Elle a pu ainsi admirer tranquillement sous le soleil ce village remodelé par Roger Tourret depuis 1975, se familiariser davantage avec les paysages peints par Maurice Boitel et faire connaissance avec l’illustre Jean-Jacques Baillet, le dernier artisan-pêcheur d’Audresselles, et avec les fidèles amis de Jean-Jacques (voir les photos).

Les illustres visiteurs et les organisateurs: le rôle de Dorothée

Malgré la nouvelle concurrence de Calais dont la municipalité vient de créer une fête similaire qui a eu lieu aussi le dimanche de la Pentecôte, la fête du crabe a attiré autant de visiteurs que les années passées y compris les élus, et notamment Francis Bouclet, nouveau président de la communauté de communes, Patrick Bernard, maire de Réty, Marc Sarpaux, maire d’Audinghen, et sa famille, Christophe Pâque, premier adjoint au maire d’Ambleteuse, Guy Gressier, adjoint au maire de Bazinghen.

Les conseillers municipaux et le personnel municipal n’ont pas ménagé leur peine pour participer à l’organisation de la fête. Si Jean Ruano-Camaro et Paul Ellart, les anciens, ont assumé leur rôle habituel, de nouveaux conseillers ont été présents tout au long des manifestations pour en assurer la bonne marche avec vigilance (en particulier Patrick Boucher, Bruno Lepothuis, Nicolas Denis et Michel Nicolas). Mais c’est aussi grâce à Dorothée, la brune secrétaire de mairie, et à ses amis qui se sont produits gracieusement, que l’essentiel du spectacle a pu être assuré sur le podium.

L’apparition de Zoé

La raison d’être de la fête du crabe, la vente de crustacés et de fruits de mer, a été assurée par trois stands: les dames de la mer Paola Ternisien et sa fille Zoé Denis, et une collègue que Paola avait fait venir de Boulogne, et Jean-Jacques Baillet. Ils ont vendu leurs crustacés à des prix défiant toute concurrence: exceptionnellement ce jour-là, le homard bleu juste pêché a été vendu 15 euro le kilo par Jean-Jacques (1). (voir les photos). Rappelons le programme: 9h30: messe de la Pentecôte à l’église, en présence du maire et de son épouse; Sur la place du Détroit: 11h: concert avec « la lyre marquisienne »; 12h30: Majorettes « les espoirs d’Ambleteuse » animées par Alain Raynaud, 13h30: danses des Bretons de Dunkerque; 14h: Dominique Pourre chante; 15h30: spectacle patoisant « les trois grâces » d’Alain Raynaud; 16h30: Anne-Sophie Venel chante; 17h30 : orchestre Fred Ambiance.

Sur les photos, on pourra voir en particulier Brigitte Bourguignon devant les tableaux de Maurice Boitel, Brigitte Bourguignon avec Jean-Jacques Baillet et ses amis, Brigitte Bourguignon avec Dom Paul, Francis Bouclet avec Patrick Bernard, Christophe Pâque, Guy Gressier, Roger Tourret, Paul Ellart et Patrick Boucher, Marc Sarpaux en famille, l’orchestre de la lyre marquisienne, Paola Ternisien, la belle et toujours-aimable Zoé, comme son nom l’indique (2).

(1) un homard vient de la pleine mer et non d’un séjour prolongé en vivier quand les élastiques qui immobilisent ses pinces n’y ont pas encore provoqué de nécrose noirâtre. (2) prénom qui signifie en grec « Vie », habituellement associé à Alice (la Vérité) comme dans le texte de Jean: « Je suis le chemin, la Vérité et la Vie ».

Bientôt d’autres photos

13 mai, 2014

Conchita Wurst ou la combine de Tootsie

Classé dans : art,fêtes,international,peinture — dompaul @ 12:03

Mujer_barbuda_(La_femme_à_barbe)_-_Ribera

image: la femme à barbe de Ribera

Comme le personnage joué par Dustin Hoffman dans « Tootsie », Thomas   Neuwirth n’a pas obtenu un grand succès en tant que chanteur autrichien même s’il a américanisé son prénom en Tom.

C’est en se souvenant du film de Sydney Pollack de 1982, qu’il a eu l’idée de se mettre à la mode. Dans le film, le personnage de Michael, interprété par Dustin Hoffman, se déguise en femme pour obtenir le rôle principal d’une série télévisée.

En trente ans, la mode étant passé du féminisme, devenu ringard, au transsexualisme, Tom a décidé de jouer Conchita Wurst,  la femme à barbe, mais sans subir aucune opération risquant de déplaire à sa petite amie Kristina, qui reste très discrète et dont aucune photographie n’est apparue encore dans la presse People.

C’est cette idée géniale, plus que sa musique, qui n’est pas meilleure que quand Tom  se produisait sans travestissement, qui a séduit les organisateurs de l’eurovision, sûrs ainsi de s’attirer les faveurs du lobby gay au sein de l’audiovisuel, mais aussi celle du public populaire privé du spectacle de ces monstres présentés autrefois dans les baraques de foire entre le nain et  l’homme-éléphant, et désormais interdit par les lois régissant la dignité humaine.

Le problème est le suivant: comment Tom va-t-il se débarrasser de ce rôle une fois qu’il en aura vraiment assez sans que la classe médiatico-politique crie au scandale ?

 

 

16 septembre, 2013

Les tableaux délaissés de l’église de Wissant: comparaison entre Audresselles et Wissant

A Audresselles, le voyageur de passage remarque immédiatement que les habitants, lorsqu’ils parlent la langue picarde locale, ne font de faute ni de syntaxe ni de morphologie, contrairement à ceux d’autres agglomérations de la Côte (d’opale) qui ne savent parler correctement ni le dialecte ni le français.

De même, c’est à Audresselles que le conservatoire de musique de la Terre des deux Caps recrute le plus d’élèves et de musiciens pour l’orchestre qui lui est affilié. Comme la population d’Audresselles est bien inférieure en nombre à celle des autres communes, la proportion de musiciens y est bien plus élevée qu’ailleurs. Il est enfin avéré que presque tous les purs Audressellois de souche ont réussi à acquérir leur maison dans le village malgré les prix prohibitifs, car ce sont des gens courageux et plus intelligents que la moyenne départementale qui perçoit des allocations pour les boire et les fumer. Il n’existe pas de services sociaux à Audresselles car ils sont inutiles.

Il n’est donc pas étonnant que cet électorat de qualité élise un conseil municipal qui lui ressemble. Et l’une des mesures prises par ce conseil à l’unanimité, opposition comprise, a été de voter la restauration du triptyque de l’église d’Audresselles tout en sachant que la commune n’aurait rien à payer (ou très peu), étant donné  l’importance de l’élite dans le village, désireuse de participer financièrement à cette restauration.

Les tableaux délaissés de l'église de Wissant: comparaison entre Audresselles et Wissant dans art la-crucifixion-de-saint-pierre-eglise-de-wissant-huile-sur-panneau-xviie-siecle-225x300

A Wissant, existent deux tableaux sur bois du XVIIe siècle remisés au fin fond de la sacristie de l’église: l’un est caché sous l’autre et ce dernier représente Saint-Pierre en croix . Le coût de la restauration des tableaux de l’église d’Audresselles a été de vingt trois mille euro. Le remise en état des tableaux de Wissant serait bien inférieure. Et pourtant la municipalité de Wissant n’a pour l’instant qu’une idée en tête: cacher les tableaux pour que personne ne songe à les remettre à la place qui leur convient dans l’église.

Et là se trouve la différence entre les deux municipalités de ces deux communes voisines: d’un côté, à Audresselles, un maire en place depuis plus de trente cinq ans et qui inscrit ses projets dans la durée, de l’autre, à Wissant, une succession de maires qui essayent de se faire élire avec des promesses de réalisations destinées à permettre seulement  l’élection suivante. A Wissant, tout le monde se focalise  sur la digue sans cesse effondrée, pour le plus grand profit des entreprises de BTP qui n’ont aucun intérêt à ce qu’elle dure.

Dans ces conditions, même si c’était la Joconde, existerait-il un conseiller municipal de Wissant qui songeât à la sortir de la poussière de la sacristie ?

 

2 juin, 2013

Daniel Merlier et ses amis exposent aux Annonciades

Classé dans : art,peinture,peinture et arts plastiques,socialistes — dompaul @ 22:10

 

Mireille Hingrez-Céréda, maire de  Boulogne-sur- Mer,

 

Max Papyle, adjoint à la Culture,

 

La biblothèque des Annonciades

 

et

 

Daniel MERLIER

 

 

vous invite à une exposition extraordinaire à Boulogne-sur mer vendredi 14 juin 2013 à 19h précises

Bibliothèque des annonciades place de la résistance 62200 Boulogne-sur-Mer

3 artistes Daniel MERLIER, André HEMBERT et Daniel PERON

l’exposition sera ouverte du 15 juin 2013 au 15 septembre 2013

 

 du mardi au samedi de 14h à 18h

 


Exposition Exceptionnelle à ne pas manquer.

 

Daniel Merlier et ses amis exposent aux Annonciades dans art

http://www.danielmerlier.com/

http://www.danielmerlier.fr/

http://daniel.merlier.pagesperso-orange.fr/

http://home.nordnet.fr/~dmerlier/

 dans peinture

Pour finir la soirée, vous pouvez accompagner les artistes autour d’un repas chez M ZIMMERMAN

Réservation indispensable merci.

 dans peinture et arts plastiques

 dans socialistes

9 mars, 2013

Les deux derniers tableaux du triptyque de l’église d’Audresselles sont partis en restauration

Les  visiteurs de l’église d’Audresselles vont  voir deux grands trous dans la voûte du choeur pendant cinq mois. C’est l’emplacement des deux grands tableaux du triptyque qui n’avaient pas encore été restaurés et qui viennent d’être enlevés mardi 5 mars par  le restaurateur habilité par les musées nationaux. C’est lui notamment, qui a déjà   reconstitué une grande oeuvre de la cathédrale de Boulogne. les deux tableaux ont été retirés après une heure et demie d’effort par Roger Tourret, le maire, et trois de ses employés municipaux car les tableaux sont la propriété de la commune.

Si tout se passe normalement, les tableaux restaurés seront remis en place en juillet et inaugurés en août.

Comme le premier tableau déjà restauré, le tableau central qui vient d’être enlevé est signé des initiales du peintre victorien Arthur Gilbert (1819-1895) et daté de 1858, soit trois ans après le séjour de la reine Victoria et de l’empereur Napoléon III dans le Boulonnais.

Le financement des quelque douze mille euro que coûte la restauration de ces deux tableaux est essentiellement d’origine privée puisque trente-deux personnes ont déjà donné un chèque à l’association des équipes d’animation paroissiale qui collectait les fonds. Une plaque commémorative sera dévoilée avec le nom des donateurs et des donatrices le jour de l’inauguration. On y retrouvera notamment le nom de vieilles familles d’Audresselles soucieuses de sauvegarder les trésors collectifs du village.

Le conseil général doit aussi verser la subvention prévue pour la restauration des oeuvres d’art des bâtiments publics (l’église appartient à la mairie).

Voir sur le sujet  le remarquable article de la Voix du Nord du 10 mars 2013, édition de Boulogne p.20

 

24 janvier, 2013

Le 21 janvier et le dauphin du Temple

Classé dans : fêtes,histoire,peinture,religion — dompaul @ 13:15

Le 21 janvier, le bon gros roi de France Louis XVI subit le traitement égalitaire réservé aux condamnés à mort par la Convention et, chaque année, les uns commémorent cet événement par une communion eucharistique, les autres par un repas comportant de la tête de veau. Dans son blog, Alexis Corbière explique pourquoi, sous Louis-Philippe, la tête de veau a remplacé la tête de cochon (cliquer sur Lundi 21 janvier, je mange de la tête de veauLe 21 janvier et le dauphin du Temple dans fêtes external). 

Aujourd’hui, le repas à la tête de veau a un avantage: les Mahométans peuvent aussi y participer même si, sous la première république, ils ne se précipitaient pas pour venir en France.

Quant au fils unique de Louis XVI, le petit dauphin, mort le 8 juin 1795 de tuberculose après un calvaire de trois ans dans une geôle humide et sombre, où il était enfermé sur ordre de la Convention, personne ne peut nier qu’il était innocent de tout crime.

Au moment où l’on entre dans une période d’attendrissement autour du retour en France de Florence Cassez, libérée par la Cour suprême mexicaine parce que ses droits d’accusée ont été bafoués (vice de procédure)*, c’est aussi l’occasion de s’attendrir sur le sort du petit  dauphin. Audresselles.at vous

présente donc un portrait inédit de lui,  l’année de son internement administratif. Il est daté de 1792.

 miniature-ovale-sur-ivoire-louis-xvii-300x283 dans histoire

 

*voir « J’ai rencontré Florence Cassez

« 

24 décembre, 2012

Noël 2012: les cadeaux de la municipalité d’Audresselles

 

 

 

NOTA: Demain, mardi, jour de Noël, la messe a lieu à l’église d’Audresselles à 11h, avec chauffage par inertie.

Dans un précédent article, on a pu constater que les impôts locaux versés par les Audressellois à leur commune étaient parmi les plus réduits d’Europe (voir La taxe foncière de Roger Tourret.).

Ceci n’a pas empêché le conseil municipal de voter à l’unanimité le financement des colis de fin d’année pour les plus de soixante ans et les diverses restaurations et améliorations de l’église d’Audresselles, la plus ancienne de la côte d’Opale (XIIe siècle). Pour Noël, un plancher chauffant par inertie a  ainsi été installé par la société S.T.E.E.L., 50 Z.I. de la Liane à 62360 Saint-Léonard. La vieille chaudière soufflante  et les tuyaux incongrus en inox qui sortent du mur de la nef vont ainsi disparaître.

Ce nouveau mode de chauffage a été aussi étudié en fonction de la conservation optimale du triptyque du choeur qui, une fois restauré, devrait attirer davantage de visiteurs, profitables au commerces du village.

Ce n’est  en effet pas  seulement le deuxième tableau du triptyque qui va être restauré après le premier mais le deuxième et le troisième. Ainsi tout le triptyque dans son ensemble devrait être restauré bientôt, essentiellement grâce aux dons privés des habitants d’Audresselles et  conformément au vote unanime du conseil municipal. Le président de la République s’est joint aux donateurs et a décidé de faire attribuer une subvention exceptionnelle de deux mille euro en plus de la  subvention du conseil général.

Sur les photos: 

1.Le colis du 21 décembre comportant par électeur une bouteille de Champagne Leredde, une bouteille de Bordeaux « château Grands Champs », une bouteille de bière des deux Caps, une bouteille de limonade myrtille Lagosse, deux terrines avec foie gras, trois boudin blanc, deux cailles fermières, du saumon fumé, un bocal de soupe aux labiées, des marrons en pot de verre, un pot de confiture pêche-cassis de ferme, une grosse brioche, un pudding, un pain d’épice et des chuques du Nord, sans oublier la bûche de Noël au praliné pour six personnes .

Le colis est évidemment multiplié par deux pour les couples.

Comme une seule personne ne peut pas consommer toutes ces victuailles, les bénéficiaires les partagent avec leur famille. Une partie de ceux qui bénéficient des procurations des plaisanciers absents les partagent aussi, ce qui fait une majorité d’heureux dans la commune, sans compter ceux qui attendent impatiemment d’avoir soixante ans pour recevoir aussi leur colis.

2. Alain Mazurier, technicien de STEEL, a été photographié au moment où il était en train de finir de poser le plancher de l’église.

24 décembre, 2011

Messe de Noël 2011 à Audresselles: dimanche à onze heures

Classé dans : art,conseil municipal,fêtes,peinture,religion — dompaul @ 23:15

La messe de Noël, anniversaire de la naissance du Christ, à Bethléem, à environ 3 500km de l’église d’Audresselles,  aura lieu demain dimanche à onze heures, contrairement aux autres dimanches où elle a lieu à neuf heures trente.

Elle a été  spécialement mise au point par les trois bénévoles chargées de l’organisation des liturgies (Jacqueline, Geneviève et Anne) et les chants ont été minutieusement choisis. Elle doit être célébrée par le père David, prêtre auquel Audressellois et  Ambleteusois sont particulièrement attachés.

Pour les familles qui ne viennent à Audresselles que pendant les vacances scolaires ou pour pour les fidèles qui ne vont à la messe qu’à Noël et à Pâques, ce sera l’occasion de comparer l’état du tableau du triptyque du choeur nouvellement restauré (le baptême du Christ) et le mauvais état du second, celui du centre  ( la décollation de Saint Jean  le Baptiste), réalisé en 1858 par Arthur Gilbert (1819-1895),  l’un des membres de la famille de peintres victoriens la plus connue.

Conformément à la loi, le triptyque appartient à la municipalité, qui a voté et fait restaurer le premier tableau avec le soutien financier du conseil général, des donateurs de l’Association des équipes d’animation paroissiale et de la paroisse Notre-Dame des Flots (voir la plaque en laiton sous le tableau).

Pour la restauration et le transport du second tableau (la décollation de Saint Jean  le Baptiste), dont l’authenticité  vient d’être confirmée dans un courrier par  un expert agréé des musées nationaux et près le tribunal d’Amiens, les devis TTC varient entre 5 557, 21 euro et  6 219,20 euro ( avec traitement antiparasitaire) .

Comme pour le précédent tableau, le conseil général, représenté par Martial Herbert, président de la communauté de communes, s’est engagé dès août 2011, à assurer le financement de la restauration de ce second tableau à hauteur de 50 % hors taxe, soit 40,2 % TTC,  soit entre 2500,12 euro et 2234 euro.

L’Association des équipes d’animation paroissiale, qui bénéficie du rescrit fiscal de 66 % pour ses donateurs, a recueilli dès à présent 2930 euro dont 2700 au moins seront affectés à la restauration du tableau,  en comptant  le budget prévisionnel pour la confection de la plaque en laiton mentionnant le nom des bienfaiteurs.

Restent donc à trouver 357, 09 euro pour la restauration à 5557,21 euro ou 1019,89 euro pour l’autre solution.

Pour Noêl, une bonne action

Lecteurs qui souhaitez que ce patrimoine unique d’Audresselles, qui a traversé trois guerres d’invasion, plusieurs cyclones, l’ explosion d’un dépôt de munitions situé à deux cents mètres et autres catastrophes naturelles et artificielles,  puisse être transmis au générations futures, il est encore temps d’adresser votre chèque au nom de  

Association des Equipes d’Animation Paroissiale,

adresse: Association des Equipes d’Animation Paroissiale, chez D. Boitel,  27 rue des lyciets, 62164 Audresselles.

L’association, qui ne fonctionne qu’avec des bénévoles, ne prélève aucun frais et investit la totalité des dons dans le seul projet qui est proposé aux donateurs.

12

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas