10 février, 2018

Audresselles: la première réunion du conseil municipal après les élections

Classé dans : conseil municipal,politique — dompaul @ 23:29

La première réunion du conseil municipal après les élections partielles du 14 janvier, a eu lieu dès le jeudi 8 février, mais dans des délais suffisants pour que les cinq nouveaux élus aient le temps de préparer leurs interventions. On notera la présence, dans l’assistance qui est venue nombreuse occuper tous les sièges disponibles, de Patrick Legrand, candidat de la liste « Audresselles d’abord » aux élections du 14 janvier 2018.

Avant toute chose, le maire doit désigner un nouveau 4e  adjoint chargé des finances et de l’interim occasionnel des autres adjoints, en remplacement de Jean Ruano, démissionnaire.
Par souci de la démocratie, au lieu de désigner lui-même l’adjoint, le maire fait procéder à un vote à bulletins secrets des conseillers municipaux présents et représentés: Nicolas Denis est élu avec 9 suffrages et 6 bulletins blancs (il n’a pas voté pour lui-même).

Le maire a aussi décidé d’offrir gracieusement à ces élus de l’opposition une place dans chacune des cinq commissions municipales, en leur laissant le choix de désigner eux-mêmes leur représentant.
Comme Antoine Benoît, le chef de file de cette opposition pentacéphale, n’est pas venu à la réunion pour une raison inconnue, ils se sont trouvés bien embarrassés pour choisir à sa place car ils avaient prévu que leur groupe occuperait deux places dans chacune des commissions.
En définitive, Olivier Hugon a proposé pour lui un siège à la commission des finances.
Voici la nouvelles composition des commissions:
- 1ère commission des Finances: Hugues Pouyet, Patrick Boucher et Antoine Benoît;

- 2e commission de l’urbanisme: Michel Nicolas, Bruno Depothuis, Olivier Hugon;

- 3e commission du tourisme: Paul Ellart, Patrick Boucher, Nicolas Denis et Graziella Lefilliatre;

- 4e commission de l’Education: Joël Lecouffe, Michel Nicolas, Patrick Boucher, Rauti Chikaoui,

- 5e commission gestion du marché et de la briqueterie-salle des fêtes: Patrick Boucher, Michel Nicolas, Jean Leone, Franck Ternisien;

Le maire gère directement les fêtes et cérémonies avec l’aide de  l’ensemble du conseil municipal (pour la fête du crabe, le budget déjà prévu est de 2000 €)

En ce qui concerne le recrutement et la gestion du personnel, Joël Lecouffe, ancien maire, rappelle que la législation prévoit que ces attributions reviennent exclusivement au maire en exercice sans  qu’il soit tenu de suivre les recommandations des conseillers municipaux. Le conseil vote le budget dans lequel se trouve le poste de la globalité des rémunérations.

En fait, le législateur a voulu  éviter, dans la mesure du possible, le népotisme, la corruption et le trafic d’influence au niveau des conseillers.

Avant que la réunion ne prenne fin, Olivier Hugon propose l’installation d’un défibrillateur dans le village. Le maire y a déjà pensé mais il n’existe pas dans la commune un lieu fermé, accessible et surveillé en permanence, donc adapté pour l’installer.

Cette installation n’est pas obligatoire ni codifiée par la loi.

La séance est levée et toutes les personnes présentes sont invitées par le maire à participer au pot de l’amitié. Tous les conseillers municipaux et presque tout le public acceptent l’invitation.

 

 

7 février, 2018

Tarik Ramadan ou la nouvelle affaire d’Outreau

Classé dans : international,politique,religion — dompaul @ 0:21

Dans le Boulonnais, on se souvient de l’ affaire d’ Outreau qui a coûté trente mois de prison aux innocentés mais aussi des sommes importantes au contribuable puisque l’indemnisation du plus humbles de ces innocentés (un chômeur) s’est élevée à quelque 250 000 €. Depuis, on a inventé un juge d’instruction en trois personnes, sur le modèle de la Sainte-Trinité puisque leur pensée est la même.

Tarik Ramadan est connu dans tout le monde francophone, du Sénégal au Liban en passant par la France mais il n’a pas que des amis. Des groupes  puissants qui le considèrent comme contraire à leurs intérêts, sont parvenus à le mettre pour l’instant hors d’état de leur nuire. Donc, il reste en prison après son passage devant le juge des libertés: le billet d’avion qui l’innocente et qui  avait été « perdu » par l’instruction, ne suffit plus comme alibi pour prouver qu’il ne pouvait pas se trouver avec la prostituée qui l’accuse de viol. Il faut que la compagnie atteste qu’il était bien dans l’avion alors que le voyage remonte à plusieurs années. Mais existe-t-il des compagnies aériennes qui conserve le listing de leurs voyageurs plus longtemps que la police des frontières ?

Tarik Ramadan a été emprisonné sous le prétexte que deux personnes qui sont montées dans sa chambre (pour quoi faire ?) l’accusent de viol: une femme décrite comme fragile psychiquement et une « call-girl », c’est-à-dire une prostituée, dont le témoignage est contrarié par un alibi très solide. Ceci montre le danger que représente désormais un pouvoir judiciaire pénal omnipotent aux mains d’inconnus aux motivations variées, dont les excès font perdre sa légitimité à l’institution.

S’il est maintenu en prison par la cour d’Appel, que d’autres faux-vrais témoins ne se manifestent pas, et que les preuves de ses prétendus méfaits font long feu, il faudra bien ou le relâcher ou l’envoyer en cour d’Assises et, même si le président de la cour est bien formé pour manipuler des jurés déjà intimidés par la pression des médias, personne ne peut assurer qu’il sera condamné.

Pile ou face ?

L’emprisonnement des quelques anonymes de l’affaire d’Outreau a créé un scandale judiciaire mais ses conséquences restent sans commune mesure avec les conséquences à venir de la mise en examen d’une personnalité internationale comme Tarik Ramadan à l’initiative du gouvernement français par le truchement de son procureur  puis son emprisonnement.

Si Tarik Ramadan sort triomphant de cette épreuve, on ne doit pas s’attendre à ce qu’il se fasse discret même si on lui propose une indemnité d’emprisonnement abusif  de quelques millions d’euro à condition qu’il se taise.

Il ne faudrait pas s’imaginer que les gens sensés croient aveuglément à cette décision de justice téléguidée. Pour l’instant, les auditeurs de Tarik Ramadan, qui ne sont pas nécessairement Mahométans, ne se sont pas manifestés car les médias aux ordres l’ont déjà enterré. Mais il suffit désormais d’un étincelle pour que le monstre judiciaire échappe aux mains des apprentis sorciers. Et le fiasco risque d’entraîner des conséquences inattendues, y compris au niveau international.

19 janvier, 2018

N.D. des Landes: pourquoi Macron a raison

Classé dans : écologie,économie,espace public,politique — dompaul @ 10:44

C’est à la suite de la lecture de rapports ou  d’articles comme celui qui suit que le président Macron a pris la judicieuse décision d’en finir avec la construction de l’inutile aéroport sur la commune de N.D. des Landes, sans se préoccuper des puissants groupes de pression économique ni des politiciens véreux qui attendaient leur pot de vin, ou qui l’avaient peut-être déjà reçu par anticipation, pour certains.

Le 4 novembre 2010, un moteur de son A 380 explose alors qu’il décolle de Singapour ! Avec sans froid, le commandant Richard De Crespigny arrive à poser son avion avec ses 469 passagers. Ce pilote chevronné, aujourd’hui à la retraite, donne sont point de vue sur le projet d’un second aéroport nantais.
>
J’ai bientôt 70 ans, 40 années dans l’aéronautique, 15 comme commandant de bord, 14 500 heures de vol. Je ne connais pas tous les aéroports du monde mais j’en connais beaucoup, franchement beaucoup. Néanmoins, si je veux comprendre quelque chose dans cette polémique, je dois faire comme tout le monde, procéder par comparaisons.
>

>
On me dit que l’aéroport de Nantes est dangereux car les avions passent sur la ville. Ah bon ? J’ai passé ma vie de pilote à survoler des agglomérations à basse altitude, tant au décollage qu’à l’atterrissage, avec des procédures spécifiques à chaque endroit.
> Ici il faut virer sitôt l’attitude de sécurité atteinte, là il faut réduire la puissance, ailleurs c’est la pente qui est réglementée, etc.
> Bref, je ne veux pas trop m’étendre sur les détails techniques, mais les aéroports où les pilotes sont peinards et peuvent gérer les approches et les décollages comme bon leur semble sont rares. Aussi rares que les villes non survolées par les avions.
> Je connais Nantes pour avoir pratiqué cet aéroport plusieurs fois par semaine il y a quelques années et n’ai pas souvenir de spécificités particulières. Si on reconnaît Nantes dangereux, il faut interdire plusieurs milliers d’aéroports dans le monde et commencer par rayer de la carte celui de Chambéry.
> Hé oui les savoyards ! L’aéroport de Chambéry le Bourget est coincé entre deux montagnes sur ses flancs, le lac à un bout de piste, la ville à l’autre bout. Pourtant les gros jets se posent et décollent sans scandales, ni polémiques. Ne parlons pas de celui de Hongkong : là, jusqu’en 1998, c’était carrément un spectacle. Hongkong était dans un délire, Nantes aussi mais en sens inverse.
> Si on considère maintenant l’autre volet de l’affaire, c’est à dire l’augmentation de l’activité, on va se retrouver encore une fois dans les arguments spécieux et délirants.
> On me dit que cet aéroport avec ses 3,5 millions de passagers en 2011 se trouve « à l’étroit » et qu’il faut prévoir l’avenir.

> On voudrait me faire croire que cette infrastructure arrive à saturation.

> Lors de l’éruption volcanique islandaise de l’année passée, Nantes qui était hors zone, a multiplié son trafic par trois pendant plusieurs jours, et tout s’est très bien passé !
> Les aéroports de la taille de Nantes sont les plus nombreux et il suffit de comparer avec d’autres pour se rendre compte de l’importance des balivernes prononcées sur le sujet.
> Un exemple parmi tant d’autres : Genève, cet aéroport a reçu l’année passée plus de 12 millions de passagers. Oui vous avez bien lu : en fait, presque 13 millions (je n’ai pas le chiffre exact).
>
Une seule piste, des contraintes de proximité urbaine et une plate-forme aussi grande que Nantes. Il est vrai que les Suisses sont en (véritable) démocratie et ne se font pas enfumer !

> Le premier prix au championnat du monde du genre revient à San Diego en Californie : une seule piste, plate-forme beaucoup plus petite qu’à Nantes, des contraintes incroyables d’environnement et d’interdictions de nuit : 18 millions de passagers l’année passée.

> Oui chers amis écolos, 5 fois plus que Nantes.

> Bon il faut reconnaître le grand professionnalisme des contrôleurs aériens américains et aussi celui des pilotes. Les contrôleurs français sont également très bons et les pilotes pas maladroits et on voudrait nous faire croire que Nantes sera à saturation en 2020 avec… 5 millions de passagers ! 5 millions en 2020, c’est tout ?
>

>
Et qui nous les fait ces prévisions ? Et basées sur quoi ? Si c’est aussi sérieux que le reste, on est encore en droit de douter.

> Même si le chiffre est dérisoire. Pour le moment présent ce n’est que moins de 4 millions.

> Puisque personne ou presque dans ce pays n’écoute les arguments écolos, il me semble qu’il serait bon d’en employer d’autres : ceux qui frappent les esprits, ces arguments par exemple. L’essentiel n’est-il pas dans le résultat ?
> Sauver des terres agricoles et permettre aux petits oiseaux de continuer de voler c’est bien, c’est même essentiel mais puisque personne n’écoute, tenons donc un autre langage.
> Éviter de dépenser un demi-milliard d’euros dans une lamentable stupidité à la gloire de ces hommes politiques qui auront disparu dans l’enfumage des irresponsabilités lorsque le projet réalisé révélera la bêtise.
> Se préserver du gaspillage à une époque qui, nous dit-on, va devenir encore plus dure : Cela devrait suffire à convaincre les plus sourds non ? Et surtout renvoyer les pelleteuses au garage.
> On peut aussi continuer de subir l’oligarchie, se complaire dans ce système corrompu de pseudo démocratie dite représentative. Honorer 577 députés, gaver 350 sénateurs et leur permettre de donner leur nom aux édifices construits avec l’argent public.
> Concernant l’aéroport de Nantes je propose Ayrault port.

> On peut aussi espérer qu’un jour peut-être, les Français découvriront que la solution n’est pas dans les hommes politiques mais dans l’action citoyenne responsable.

> Qu’ils soient de droite, de gauche, du milieu ou de Mars, les politiques ne sont pas la solution : ils sont le problème.


 

 

6 janvier, 2018

Elections du 14 janvier 2018: le point

Classé dans : conseil municipal,politique,socialistes — dompaul @ 23:54

La liste   »Audresselles d’abord » comportant les noms des cinq candidats de cette liste , celle qui est soutenue par Roger Tourret, le maire, vient d’être distribuée aujourd’hui dans les boîtes à lettres. Les lecteurs d’Audresselles.at la connaissent depuis un certain temps et ont pu même lire le curriculum vitae des cinq candidats et voir leur photo.

Des articles vont aussi paraître à partir de demain dans les journaux locaux et apporteront de nouvelles informations.

Les résidents à l’année à Audresselles pensent savoir en général pour qui vote chacun et se côtoient en évitant tout sujet qui fâche.
Reste que la nouvelle loi électorale sur les élections municipales avec vote bloqué ne s’applique pas encore à ces élections partielles.

C’est la dernière fois que l’ancienne loi s’applique: les électeurs d’Audresselles seront sans doute les derniers de France à pouvoir rayer des noms qui leur plaisent moins et panacher les listes en les remplaçant par des candidats de la liste adverse qui leur plaisent davantage.

En général, les électeurs audressellois panachent peu ou pas du tout mais, comme il s’agit d’un scrutin particulier, il est possible qu’il y ait un second tour puisque c’est ce que le panachage entraîne.

Quoi qu’il en soit, la règle d’or, pour un candidat aux élections, c’est de saluer et d’être aimable avec tous les électeurs et même avec leurs concurrents. Comme les commerçants qui considèrent que toute personne est un client potentiel ou du moins « a une langue ».

29 décembre, 2017

Audresselles: les élections du 14 janvier: Thierry Delitte

Classé dans : conseil municipal,politique — dompaul @ 22:21

Thierry Delitte Audresselles d'abord

Thierry Delitte, qui se présente aux élections municipales partielles du 14 janvier 2018, est né le 8 février 1962 à Villeneuve d’Ascq (59) et vient régulièrement à Audresselles depuis son mariage en 1983. Il s’y est installé définitivement avec son épouse  lorsqu’il a acheté sa maison du mont Asie en 2007.

Depuis leur installation, l’allée communale qui mène à leur groupe de maison est désormais fleurie grâce aux soins de madame Delitte.

Ancien élève de l’Ecole hôtelière de Lille, il a été  pendant vingt ans chef de cuisine dans un restaurant à Croix, près de Lille. Depuis son installation à Audresselles, il a pris la responsabilité de la gestion du restaurant du musée de la dentelle à Calais et la gestion du personnel est désormais l’essentiel de son activité.

Il a accepté de se présenter sur la liste « Audresselles d’abord » à la demande de Roger Tourret, le maire, car il le considère comme un homme juste, droit et sincère.

Thierry Delitte estime pouvoir apporter une aide efficace à Roger Tourret pour améliorer encore davantage la vie quotidienne des Audressellois et participer à l’élaboration des futures plans d’urbanisme.

 

 

 

20 décembre, 2017

Elections municipales du 14 janvier 2018: les candidats

Classé dans : conseil municipal,politique — dompaul @ 11:14

La liste « Audresselles d’abord » de cinq candidats à élire en remplacement des cinq conseillers décédés ou démissionnaires en cours de mandat a été établie par le conseil municipal d’Audresselles et le maire, Roger Tourret, après délibération. Voici les cinq candidats qui vont être présentés au suffrage des électeurs le 14 janvier:

- Patrick Legrand, qui habite dans le quartier sud d’Audresselles, près du fleuve Manchue;

- Marc Joigny, qui habite rue Acary, près du centre sud d’Audresselles,

-Thierry Delitte, qui habite à l’est d’Audresselles, près de l’église,

- Eveline Leprince Hobart, qui habite près du rivage, à l’ouest d’Audresselles,

-Kevin Malahieude, qui habite près du  centre nord d’Audresselles, et qui est apparenté aux principales familles d’Audresselles.

On peut dès à présent constater que ces cinq candidats sont répartis sur l’ensemble du village.

Dans les jours qui viennent, un article paraîtra sur chaque candidat afin de les faire mieux connaître aux électeurs audressellois.

 

14 décembre, 2017

Messe dominicale, la veille de Noël, à Audresselles le 24 décembre à 11h du matin

Classé dans : art,conseil municipal,international,peinture,politique,religion — dompaul @ 13:10

Tandis que, dans les plus petits villages de la Fédération de Russie redevenue la Sainte-Russie ou l’ »Empire du Bien » (selon Ronald Reagan et les voyants de Fatima), les églises  sont progressivement reconstruites ou restaurées, c’est le contraire qui se passe en France où, même dans les villes, des églises sont vendues à l’encan pour être transformées en commerce ou en lieu de culte d’une religion autre que chrétienne, ou tout simplement rasées parce qu’elles n’ont pas été restaurées à temps par la municipalité.

Près d’Audresselles, c’est le cas de l’église de Bouan-Plumoison (XIVe siècle) qui a cessé d’être entretenue depuis 1975, ou de l’église romane de Belle et Houllefort.

Heureusement, à Audresselles, depuis 1975, les municipalités conduites par Roger Tourret et celle qui a été conduite par Joël Lecouffe, ont veillé à l’entretien permanent de l’église, extérieur mais aussi intérieur, y compris à la restauration du fameux triptyque de Saint-Jean Baptiste offert par  Victoria, reine de Grande-Bretagne et d’Irlande et impératrice des Indes.

Toutefois, avec le départ en maison de retraite de l’abbé David Wilson, desservant de l’église, les célébrations liturgiques se sont espacées et la messe de Noël à Audresselles n’apparaissait plus au programme de la grande paroisse Notre-Dame des Flots. Grâce à l’insistance de quelques fidèles, il y aura une messe dominicale la veille de Noël à Audresselles, le dimanche 24 décembre 2017, quatrième dimanche de l’avent,  à onze heures du matin.

Le jour de Noël, il n’ y aura de messe ni à Audresselles ni à Ambleteuse.

Si les Audressellois souhaitent que leur église reste animée, il est donc important qu’ils le manifestent par leur présence à cette liturgie exceptionnelle.

images: Russie: région de Kostroma, exemple de restauration d’ églises saccagées par les Bolcheviks il y a un siècle: celles de la Trinité, dans les villages de Zaingir, et de Kosteniev. L’église de Kosteniev est presque entièrement restaurée (images visibles sur Google earth).

russie Zaingir oblast de Kostroma RECONSTRUCTION de l'Eglise de la TrinitéRussie,village de Kosteniev, fin de restauration de l' église de laTrinité

 

Nota: Veillées de Noël à l’église d’Ambleteuse à 18h30,  et à l’église de Wissant à 20h30.

 

23 novembre, 2017

Frédéric Haziza: un Porc qui pince une fesse de princesse.

Classé dans : international,politique,religion — dompaul @ 12:54

Décidément, on n’en finira jamais avec les porcs. Il serait intéressant de connaître les organisations puissantes qui, à travers les féministes et autres « Femen », s’efforcent d’incruster dans l’esprit des masses télé-intoxiquées que « Juif  à la fois médiatique et agent autoproclamé d’Israel » rime avec « Porc » ?

Dans l’évangile de Marc (5, 1-20), il est écrit à propos d’un  possédé: «  Alors, les esprits mauvais supplièrent Jésus: «Envoie-nous vers ces porcs, et nous entrerons en eux.»

Dans le cas qui nous intéresse, c’est le contraire qui s’est produit.

Frédéric Haziza était pourtant bien incrusté comme journaliste vedette de la chaîne parlementaire. Bien qu’il se recommande d’un grand-père soi-disant mort à Auschwitz, alors qu’il était en Algérie, il fait lui aussi les frais de la campagne anti-porcs qui ont reconnu qu’ils l’étaient, à la suite de D.S.K, Harvey Weinstein, Roman Polanski, bien qu’ils aient été défendus  par Bernard-Henri Lévy, patron  de chaînes de télévision comme Arte et BFMTV.

Tarik Ramadan n’a toujours pas reconnu être un porc aussi et il n’annonce pas qu’il est un agent israélien. C’est sans doute pourquoi Bernard-Henri Lévy ne s’insurge pas contre les calomnies qui visent ce docteur de l’Islam.

Oser pincer les fesses d’une  princesse

La journaliste qui accuse Frédéric Haziza de lui avoir pincé les fesses n’est autre que la princesse-comtesse Astrid de Villaines, descendante du fameux Sénéchal Pierre Le Bègue de Villaines qui fit la croisade en Espagne aux côtés de Bertrand du Guesclin et de Guillaume Boitel, il y a six cent cinquante ans.

Sous l’ancien Régime, un Juif qui aurait pincé une fesse de princesse sans en recevoir l’ordre exprès  du Roi aurait été  sévèrement puni même s’il avait agi avec le consentement de l’intéressée. De toutes façons, les ancêtres d’Haziza n’étaient pas en France à cette époque là.

Jeu d’échecs entre services secrets

Cette guerre globale entre d’une part, les tenants des Etats-Unis, d’Israel et de son nouvel allié officiel l’Arabie Saoudite et, d’autre part la Russie, l’Iran,  la Syrie, le Vénézuela, le Hezbollah et maintenant la Turquie se répercute aussi sur les chaînes de télévision et la vie politique françaises. Même à ce petit niveau aussi, chacun des camps essaye de dégommer un pion du camp adverse, à commencer par ceux qui ont proclamé leur allégeance à Israel ou à l’Iran. D’un côté, c’est Dieudonné et Tarik Ramadan qu’on essaye de faire disparaître sans oublier le catholique Fillon, passé à la trappe,  mais l’autre  camp a réussi à éliminer DSK, à détruire Polanski et maintenant Haziza après avoir constaté que le mécanisme fonctionnait avec Baupin, le cobaye.

D’autres agents d’Israel ont du souci à se faire, à commencer par Frédéric Cohen qui transpire d’appréhension devant la caméra, mais aussi la Lesbienne Caroline Fourest, manipulatrice de l’accusatrice de Ramadan. L’affaire pourrait se retourner contre elle si le magistrat chargé de l’affaire n’était pas de son bord.

2 novembre, 2017

Trump se trompe ou l’utilité des transgenres dans l’armée américaine

Classé dans : histoire,international,medecine,politique,religion — dompaul @ 0:57

Toutes les armées du monde,  c’est-à-dire tous les groupes militaires hiérarchisés et disciplinés soldés par un Etat fort et centralisé, ont toujours dû résoudre le problème suivant: permettre aux soldats d’assouvir leurs pulsions irrépressibles.

Dans l’antiquité, les armées permanentes avaient adopté deux systèmes: à Lacédémone, où les Spartiates (les citoyens) étaient tous militaires professionnels puisque les artisans et les cultivateurs étaient tous des ilotes (serfs), les vétérans formaient une jeune recrue qui lui servait aussi de giton pendant les campagnes. C’était le principe du couple illustré dans l’Iliade par le demi-dieu Achille et son ami Patrocle.

C’était pratique puisque tout se passait en famille (l’Armée est une grande famille). Chez les autres Grecs, à Rome ou encore à Carthage, les armées étaient accompagnées par des prostitué(e)s enrégimenté(e)s, libres ou serviles.

A la fin de l’empire romain, les armées permanentes à la romaine avec la solde, l’ avancement et le pécule de retraite ont cessé d’exister. Les armées permanentes réapparaissent dans les pays d’Europe avec la centralisation des Etats. En France, le système romain réapparaît en 1790 selon la formule: dans la besace de chaque soldat, il y a un bâton de maréchal.

Le problème de la satisfaction du soldat en campagne reste le même et les armées mettent au point le fameux BMC (bordel mobile de campagne) géré par un sous-officier. Les armées coloniales et post-coloniales françaises disposeront de ce BMC dans leur casernement ou campement jusqu’à une date récente, date qui suit par hasard de quelques années l’arrivée de Giscard au pouvoir et l’incorporation de femmes engagées volontaires comme soldates, sous-officiers ou officiers mais aussi avec le « coming-out » de certains gradés puisqu’ officiellement, il n’est plus interdit dans les armées occidentales d’être homosexuel.

Les différents gouvernements qui se sont succédé depuis Mitterrand en France ont cru bon d’accroître de façon continue la proportion de femmes dans les armées. Le phénomène est du reste le même dans l’armée américaine et les autres pays de l’hémisphère Nord, mais aussi dans tous les autres pays.

Cet apport de femmes et d’homosexuels a fait perdre au BMC son utilité. On l’a vu à l’issue de la première guerre du golfe. 80% des femmes qui se sont trouvées sur les bateaux de guerre américains dans le golfe persique, sans pouvoir quitter leur navire pendant six mois, sont revenues enceintes dans leur patrie. Y compris quelques  Lesbiennes qui n’auraient pas entretenu de relations intimes avec des mâles si elles n’avaient pas été incorporées dans l’US Navy.

C’est cet inconvénient, bien qu’il soit mineur, qu’ont cherché à compenser les Démocrates (équivalent de nos socialistes) arrivés au pouvoir avec Clinton: l’incorporation dans l’armée américaine de quinze mille transgenres, pour la plupart originellement mâles, femelles d’apparence, parfois plus encore que l’orchidée qui ressemble à son pollinisateur pour l’attirer, selon qu’ils ont été opérés et hormonisés ou non.

Mais patatras, au nom du principe ancien dans les armées selon lequel « un militaires n’est pas une fiotte », Trump a décidé d’interdire l’incorporation de nouveaux transgenres dans l’Armée américaine. Faudra-t-il recréer les BMC en recrutant de nouveau des locales pendant les campagnes ? Une femme-juge vient de décider que Trump avait tort. On pousse un soupir de soulagement !

24 octobre, 2017

Cesare Battisti refait l’actualité: va-t-on extrader Mario Sandoval et Marina Petrella ?

Classé dans : politique,socialistes — dompaul @ 18:10

Mario Sandoval, désormais de nationalité française, est un ancien capitaine de l’armée argentine, poursuivi dans ce pays pour avoir, à l’époque de la dictature militaire de Videla, appliqué aux opposants d’extrême gauche, les méthodes de ses homologues français pour faire passer aux aveux les terroristes du FLN pendant la guerre d’Algérie. L’Argentine réclame son extradition.

Marina Petrella, ancienne terroriste des Brigades rouges, exécutrice de crimes de sang en Italie, continue à bénéficier du statut de réfugié politique offert par Mitterand et maintenu par Carla Bruni, quand elle était présidente de la République (française).

Comme la plupart des femmes entraînées dans le terrorisme pour suivre un mâle barbu sachant faire parler la poudre, Marina Petrella a toujours été « bruttina » (moche), mais en France, elle a réussi à plaire à un Maghrébin et réside à Argenteuil avec son compagnon. Ses enfants habitent à quelques kilomètres de chez elle.  L’Italie réclame son extradition pour qu’elle exécute la peine à laquelle elle a été condamnée il y a quarante ans.

Toutes ces affaires où la France sert de refuge à ces criminels, remontent à la surface au moment où l’extradition de Cesare Battisti, autre criminel des Brigades rouges, revient à la surface au Brésil. La cour suprême y doit statuer sur son extradition vers l’Italie.

Il existe un point commun entre ces trois personnes sur qui pèse la menace de l’extradition vers l’Italie ou l’Argentine à chaque changement de gouvernement dans le pays hôte: leur ancienne appartenance à des organisations manipulées par la CIA à l’époque de leur crime .

En poste à Rome à l’époque où le président du parti au pouvoir  Aldo Moro a été enlevé (1978), d’anciens officiers de cette organisation ont ensuite témoigné par oral ou par écrit que Mario Moretti, le chef des Brigades Rouges, avait attendu de recevoir leur ordre par téléphone avant d’exécuter Aldo Moro, coupable d’avoir voulu faire entrer le Parti communiste dans le gouvernement italien.
En Argentine, ce n’est un secret pour personne que l’épuration des militants de la gauche révolutionnaire par la junte dirigée par le général Videla, avait la bénédiction du gouvernement de Washington.

Qu’ils soient  aux ordres d’un gouvernement rastaquouère « de droite » ou d’ une organisation clandestine « de gauche », tous les assassins comme Marina Petrella, Cesare Battisti ou Mario Sandoval sont tous faits de la même farine et ont tous commis des assassinats pour le service des intérêts militaro-industriels des Etats-Unis d’Amérique. Il est donc absurde de les distinguer les uns des autres parce qu’ils auraient une étiquette d’extrême-droite ou d’extrême-gauche:

Ou bien il faut tous les renvoyer dans leur pays d’origine dont le gouvernement les réclame, ou bien la France les garde sur son territoire à condition qu’ils continuent à se faire tout petits, petits. C’est la meilleure solution.

Quant aux familles des victimes assassinées par ces trois ex-tueurs, il leur reste toujours la possibilité de tourner la page ou de s’occuper elles-mêmes de les rapatrier, en procédant comme les Israéliens avec Eichmann ou les Français avec Carlos.

12345...33

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas