14 décembre, 2017

Messe dominicale, la veille de Noël, à Audresselles le 24 décembre à 11h du matin

Classé dans : art,conseil municipal,international,peinture,politique,religion — dompaul @ 13:10

Tandis que, dans les plus petits villages de la Fédération de Russie redevenue la Sainte-Russie ou l’ »Empire du Bien » (selon Ronald Reagan et les voyants de Fatima), les églises  sont progressivement reconstruites ou restaurées, c’est le contraire qui se passe en France où, même dans les villes, des églises sont vendues à l’encan pour être transformées en commerce ou en lieu de culte d’une religion autre que chrétienne, ou tout simplement rasées parce qu’elles n’ont pas été restaurées à temps par la municipalité.

Près d’Audresselles, c’est le cas de l’église de Bouan-Plumoison (XIVe siècle) qui a cessé d’être entretenue depuis 1975, ou de l’église romane de Belle et Houllefort.

Heureusement, à Audresselles, depuis 1975, les municipalités conduites par Roger Tourret et celle qui a été conduite par Joël Lecouffe, ont veillé à l’entretien permanent de l’église, extérieur mais aussi intérieur, y compris à la restauration du fameux triptyque de Saint-Jean Baptiste offert par  Victoria, reine de Grande-Bretagne et d’Irlande et impératrice des Indes.

Toutefois, avec le départ en maison de retraite de l’abbé David Wilson, desservant de l’église, les célébrations liturgiques se sont espacées et la messe de Noël à Audresselles n’apparaissait plus au programme de la grande paroisse Notre-Dame des Flots. Grâce à l’insistance de quelques fidèles, il y aura une messe dominicale la veille de Noël à Audresselles, le dimanche 24 décembre 2017, quatrième dimanche de l’avent,  à onze heures du matin.

Le jour de Noël, il n’ y aura de messe ni à Audresselles ni à Ambleteuse.

Si les Audressellois souhaitent que leur église reste animée, il est donc important qu’ils le manifestent par leur présence à cette liturgie exceptionnelle.

images: Russie: région de Kostroma, exemple de restauration d’ églises saccagées par les Bolcheviks il y a un siècle: celles de la Trinité, dans les villages de Zaingir, et de Kosteniev. L’église de Kosteniev est presque entièrement restaurée (images visibles sur Google earth).

russie Zaingir oblast de Kostroma RECONSTRUCTION de l'Eglise de la TrinitéRussie,village de Kosteniev, fin de restauration de l' église de laTrinité

 

Nota: Veillées de Noël à l’église d’Ambleteuse à 18h30,  et à l’église de Wissant à 20h30.

 

23 novembre, 2017

Frédéric Haziza: un Porc qui pince une fesse de princesse.

Classé dans : international,politique,religion — dompaul @ 12:54

Décidément, on n’en finira jamais avec les porcs. Il serait intéressant de connaître les organisations puissantes qui, à travers les féministes et autres « Femen », s’efforcent d’incruster dans l’esprit des masses télé-intoxiquées que « Juif  à la fois médiatique et agent autoproclamé d’Israel » rime avec « Porc » ?

Dans l’évangile de Marc (5, 1-20), il est écrit à propos d’un  possédé: «  Alors, les esprits mauvais supplièrent Jésus: «Envoie-nous vers ces porcs, et nous entrerons en eux.»

Dans le cas qui nous intéresse, c’est le contraire qui s’est produit.

Frédéric Haziza était pourtant bien incrusté comme journaliste vedette de la chaîne parlementaire. Bien qu’il se recommande d’un grand-père soi-disant mort à Auschwitz, alors qu’il était en Algérie, il fait lui aussi les frais de la campagne anti-porcs qui ont reconnu qu’ils l’étaient, à la suite de D.S.K, Harvey Weinstein, Roman Polanski, bien qu’ils aient été défendus  par Bernard-Henri Lévy, patron  de chaînes de télévision comme Arte et BFMTV.

Tarik Ramadan n’a toujours pas reconnu être un porc aussi et il n’annonce pas qu’il est un agent israélien. C’est sans doute pourquoi Bernard-Henri Lévy ne s’insurge pas contre les calomnies qui visent ce docteur de l’Islam.

Oser pincer les fesses d’une  princesse

La journaliste qui accuse Frédéric Haziza de lui avoir pincé les fesses n’est autre que la princesse-comtesse Astrid de Villaines, descendante du fameux Sénéchal Pierre Le Bègue de Villaines qui fit la croisade en Espagne aux côtés de Bertrand du Guesclin et de Guillaume Boitel, il y a six cent cinquante ans.

Sous l’ancien Régime, un Juif qui aurait pincé une fesse de princesse sans en recevoir l’ordre exprès  du Roi aurait été  sévèrement puni même s’il avait agi avec le consentement de l’intéressée. De toutes façons, les ancêtres d’Haziza n’étaient pas en France à cette époque là.

Jeu d’échecs entre services secrets

Cette guerre globale entre d’une part, les tenants des Etats-Unis, d’Israel et de son nouvel allié officiel l’Arabie Saoudite et, d’autre part la Russie, l’Iran,  la Syrie, le Vénézuela, le Hezbollah et maintenant la Turquie se répercute aussi sur les chaînes de télévision et la vie politique françaises. Même à ce petit niveau aussi, chacun des camps essaye de dégommer un pion du camp adverse, à commencer par ceux qui ont proclamé leur allégeance à Israel ou à l’Iran. D’un côté, c’est Dieudonné et Tarik Ramadan qu’on essaye de faire disparaître sans oublier le catholique Fillon, passé à la trappe,  mais l’autre  camp a réussi à éliminer DSK, à détruire Polanski et maintenant Haziza après avoir constaté que le mécanisme fonctionnait avec Baupin, le cobaye.

D’autres agents d’Israel ont du souci à se faire, à commencer par Frédéric Cohen qui transpire d’appréhension devant la caméra, mais aussi la Lesbienne Caroline Fourest, manipulatrice de l’accusatrice de Ramadan. L’affaire pourrait se retourner contre elle si le magistrat chargé de l’affaire n’était pas de son bord.

2 novembre, 2017

Trump se trompe ou l’utilité des transgenres dans l’armée américaine

Classé dans : histoire,international,medecine,politique,religion — dompaul @ 0:57

Toutes les armées du monde,  c’est-à-dire tous les groupes militaires hiérarchisés et disciplinés soldés par un Etat fort et centralisé, ont toujours dû résoudre le problème suivant: permettre aux soldats d’assouvir leurs pulsions irrépressibles.

Dans l’antiquité, les armées permanentes avaient adopté deux systèmes: à Lacédémone, où les Spartiates (les citoyens) étaient tous militaires professionnels puisque les artisans et les cultivateurs étaient tous des ilotes (serfs), les vétérans formaient une jeune recrue qui lui servait aussi de giton pendant les campagnes. C’était le principe du couple illustré dans l’Iliade par le demi-dieu Achille et son ami Patrocle.

C’était pratique puisque tout se passait en famille (l’Armée est une grande famille). Chez les autres Grecs, à Rome ou encore à Carthage, les armées étaient accompagnées par des prostitué(e)s enrégimenté(e)s, libres ou serviles.

A la fin de l’empire romain, les armées permanentes à la romaine avec la solde, l’ avancement et le pécule de retraite ont cessé d’exister. Les armées permanentes réapparaissent dans les pays d’Europe avec la centralisation des Etats. En France, le système romain réapparaît en 1790 selon la formule: dans la besace de chaque soldat, il y a un bâton de maréchal.

Le problème de la satisfaction du soldat en campagne reste le même et les armées mettent au point le fameux BMC (bordel mobile de campagne) géré par un sous-officier. Les armées coloniales et post-coloniales françaises disposeront de ce BMC dans leur casernement ou campement jusqu’à une date récente, date qui suit par hasard de quelques années l’arrivée de Giscard au pouvoir et l’incorporation de femmes engagées volontaires comme soldates, sous-officiers ou officiers mais aussi avec le « coming-out » de certains gradés puisqu’ officiellement, il n’est plus interdit dans les armées occidentales d’être homosexuel.

Les différents gouvernements qui se sont succédé depuis Mitterrand en France ont cru bon d’accroître de façon continue la proportion de femmes dans les armées. Le phénomène est du reste le même dans l’armée américaine et les autres pays de l’hémisphère Nord, mais aussi dans tous les autres pays.

Cet apport de femmes et d’homosexuels a fait perdre au BMC son utilité. On l’a vu à l’issue de la première guerre du golfe. 80% des femmes qui se sont trouvées sur les bateaux de guerre américains dans le golfe persique, sans pouvoir quitter leur navire pendant six mois, sont revenues enceintes dans leur patrie. Y compris quelques  Lesbiennes qui n’auraient pas entretenu de relations intimes avec des mâles si elles n’avaient pas été incorporées dans l’US Navy.

C’est cet inconvénient, bien qu’il soit mineur, qu’ont cherché à compenser les Démocrates (équivalent de nos socialistes) arrivés au pouvoir avec Clinton: l’incorporation dans l’armée américaine de quinze mille transgenres, pour la plupart originellement mâles, femelles d’apparence, parfois plus encore que l’orchidée qui ressemble à son pollinisateur pour l’attirer, selon qu’ils ont été opérés et hormonisés ou non.

Mais patatras, au nom du principe ancien dans les armées selon lequel « un militaires n’est pas une fiotte », Trump a décidé d’interdire l’incorporation de nouveaux transgenres dans l’Armée américaine. Faudra-t-il recréer les BMC en recrutant de nouveau des locales pendant les campagnes ? Une femme-juge vient de décider que Trump avait tort. On pousse un soupir de soulagement !

24 octobre, 2017

Cesare Battisti refait l’actualité: va-t-on extrader Mario Sandoval et Marina Petrella ?

Classé dans : politique,socialistes — dompaul @ 18:10

Mario Sandoval, désormais de nationalité française, est un ancien capitaine de l’armée argentine, poursuivi dans ce pays pour avoir, à l’époque de la dictature militaire de Videla, appliqué aux opposants d’extrême gauche, les méthodes de ses homologues français pour faire passer aux aveux les terroristes du FLN pendant la guerre d’Algérie. L’Argentine réclame son extradition.

Marina Petrella, ancienne terroriste des Brigades rouges, exécutrice de crimes de sang en Italie, continue à bénéficier du statut de réfugié politique offert par Mitterand et maintenu par Carla Bruni, quand elle était présidente de la République (française).

Comme la plupart des femmes entraînées dans le terrorisme pour suivre un mâle barbu sachant faire parler la poudre, Marina Petrella a toujours été « bruttina » (moche), mais en France, elle a réussi à plaire à un Maghrébin et réside à Argenteuil avec son compagnon. Ses enfants habitent à quelques kilomètres de chez elle.  L’Italie réclame son extradition pour qu’elle exécute la peine à laquelle elle a été condamnée il y a quarante ans.

Toutes ces affaires où la France sert de refuge à ces criminels, remontent à la surface au moment où l’extradition de Cesare Battisti, autre criminel des Brigades rouges, revient à la surface au Brésil. La cour suprême y doit statuer sur son extradition vers l’Italie.

Il existe un point commun entre ces trois personnes sur qui pèse la menace de l’extradition vers l’Italie ou l’Argentine à chaque changement de gouvernement dans le pays hôte: leur ancienne appartenance à des organisations manipulées par la CIA à l’époque de leur crime .

En poste à Rome à l’époque où le président du parti au pouvoir  Aldo Moro a été enlevé (1978), d’anciens officiers de cette organisation ont ensuite témoigné par oral ou par écrit que Mario Moretti, le chef des Brigades Rouges, avait attendu de recevoir leur ordre par téléphone avant d’exécuter Aldo Moro, coupable d’avoir voulu faire entrer le Parti communiste dans le gouvernement italien.
En Argentine, ce n’est un secret pour personne que l’épuration des militants de la gauche révolutionnaire par la junte dirigée par le général Videla, avait la bénédiction du gouvernement de Washington.

Qu’ils soient  aux ordres d’un gouvernement rastaquouère « de droite » ou d’ une organisation clandestine « de gauche », tous les assassins comme Marina Petrella, Cesare Battisti ou Mario Sandoval sont tous faits de la même farine et ont tous commis des assassinats pour le service des intérêts militaro-industriels des Etats-Unis d’Amérique. Il est donc absurde de les distinguer les uns des autres parce qu’ils auraient une étiquette d’extrême-droite ou d’extrême-gauche:

Ou bien il faut tous les renvoyer dans leur pays d’origine dont le gouvernement les réclame, ou bien la France les garde sur son territoire à condition qu’ils continuent à se faire tout petits, petits. C’est la meilleure solution.

Quant aux familles des victimes assassinées par ces trois ex-tueurs, il leur reste toujours la possibilité de tourner la page ou de s’occuper elles-mêmes de les rapatrier, en procédant comme les Israéliens avec Eichmann ou les Français avec Carlos.

18 octobre, 2017

« Balance ton porc », ou le remake du « Juif Süss »

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 17:52

Par la grâce de la loi Fabius-Gayssot et des lois identiques votées dans les pays de l’Union européenne et d’Amérique du Nord, toute allusion qui pourrait être assimilée à de l’antisémitisme ou à l’antisionisme, même dans la sphère privée, si l’on est enregistré, filmé ou dénoncé sur internet, est désormais considérée par les tribunaux comme un crime et punie d’amendes considérables et même de prison (1).

Evidemment, nombreux sont ceux qui cherchent par tous les moyens une faille dans cette interdiction. Et pas seulement les néo-nazis, les Trostkistes pro-Palestiniens, les Islamistes et autres antisémites-antisionistes officiels poussés par des motivations idéologiques ou électoralistes mais aussi les journalistes à sensation qui cherchent des scoops.

Une actrice américaine un peu vieillie et sans emploi depuis la fin de la série télévisée à laquelle elle participait (une histoire de sorcières), vient en effet de réapparaître sur les écrans de l’actualité en affirmant avoir été violée par le producteur Harvey Weinstein en échange d’un rôle dans un film. Une foule d’actrices ménopausées s’est alors précipitée devant les micros avides de leurs paroles, pour déclarer qu’elles aussi avaient été importunées par ce même producteur ou qu’elles avaient même dû coucher avec lui, parfois à plusieurs reprises. Elles veulent en effet faire des livres sur le sujet et gagner ainsi quelques sous pour l’occasion.

La  féministe Sandra Müller (Frau Müller) a eu l’idée d’exploiter à fond ces histoires en créant un site de dénonciations intitulé « balance ton porc » car les mots « dénonce ton porc » évoquerait trop la Collaboration, bien qu’ils reviennent au même. Pour la presse et les chaînes de télévision, cette affaire prend heureusement le relais des aventures de Dominique Strauss-Kahn, qui ont rapporté des dizaines de millions d’euro à de nombreux vautours depuis 2011.

Quant à Roman Polanski, le metteur en scène accusé de viol sur mineure il y a cinquante ans aux Etats-Unis et recherché par Interpol, ce n’est plus demain qu’il va pouvoir demander une amnistie pour pouvoir circuler en dehors de l’hexagone, malgré les interventions en sa faveur de Jack Lang, l’ancien député que le monde nous enviait, et de Bernard-Henry Lévy, le milliardaire-philosophe propriétaire de chaînes de télévision diffusant de la télé-réalité.

Tous ces personnages ont des points communs,  dont le moindre est d’être de gauche. Les trois premiers se trouvent désormais sous un éclairage permanent ou récurrent des médias, en tant que « porcs », animal impur dans certaines religions dont la leur.

Sous le règne du docteur Goebbels, en 1940, était sorti un film historique intitulé « le Juif Süss », ministre des Finances du roi de Würtenberg », présenté comme odieux et assouvissant ses désirs avec des femmes « aryennes » peu consentantes. Il finissait pendu devant une foule en liesse. Bien que le film soit depuis peu retiré de « Youtube » à la demande d’une association juive, le scénario est repris et actualisé dans les sagas judiciaires et journalistiques consécutives à chaque scandale autour de la vie sexuelle de chaque « porc », qu’on enchaîne comme une bête fauve pour le présenter à la foule avant de le condamner.

Mais il reste en vie, précisément pour alimenter la presse quand il y a un vide dans l’actualité. Le Porc est toujours le même personnage dans les remake-réalité du  film, sauf qu’il change de nom.

(1) voir l’article: Le 17 octobre, Dieudonné passe en jugement pour blasphème

2 septembre, 2017

Audresselles: les dessous des élections partielles anticipées

Un cinquième conseiller municipal vient de démissionner à Audresselles, créant ainsi les conditions nécessaires à un nouveau scrutin dans les trois mois pour remplacer les démissionnaires. Ceux-ci, comme les dix  conseillers restants, avaient tous été élus sur la liste de Roger Tourret,  maire depuis 1975. Arithmétiquement, cela ne devrait donc rien changer puisque  même si certains des futurs élus se placent dans l’opposition au maire, ils resteront très minoritaires.

Actuellement, les opposants au maire ont fait leur cheval de bataille des deux thèmes suivants: les terrasses des commerces, en particulier des restaurants, installées sur la voie publique et le colis de Noël attribué aussi aux électeurs belges qui représentent dix pour cent des électeurs inscrits et comme ils votent tous, quinze pour cent des votants habituels. Toutefois c’est l’histoire des terrasses de restaurant qui sert surtout de prétexte aux mécontents.

Comme, maintenant que le nombre de pêcheurs professionnels s’est réduit comme peau de chagrin puisqu’ils ne sont plus qu’une dizaine, les seuls employeurs sont désormais les commerçants et artisans et il y a douze commerces occupant l’espace public. Ils donnent un emploi, en moyenne, à six employés chacun. Ce sont les seuls à permettre aux Audressellois de pouvoir travailler sur place.
Si les terrasses des commerces disparaissent, les touristes belges ne viendront plus et ce sera la ruine immédiate pour une cinquantaine de familles avec un effet de dominos sur les autres.
Si l’on taxe les terrasses ou que la commune fait payer un loyer aux commerçants, les fonds n’iront pas à la commune mais à la communauté de communes ou au département et les restaurateurs pourront demander à la commune une indemnisation de plusieurs centaines de milliers d’eurosà hauteur de leur chiffre d’affaire perdu en cas de travaux de voirie. C’est ce qui se passe régulièrement à Paris.

« Ils n’ont qu’à aller travailler ailleurs »

Analysons donc quelles sont les catégories professionnelles des opposants aux terrasses les plus virulents puisque, selon Clément Vautel, « la situation fait l’opinion »: d’abord en tête, figurent des résidents secondaires dont le revenu mensuel est au minimum de douze mille euro, dits autrefois les « baigneurs », puis les « estivants ». On les a appelé ensuite les « vacanciers ». La foule les dérange et ils rêvent de l’Audresselles d’avant l’autoroute, le TGV et le code du travail, lorsque les femmes de matelot étaient immédiatement disponibles pour se mettre à leur service quand ils venaient se reposer.
« Ils n’ont qu’à aller travailler ailleurs » disent  à propos des employés des restaurants ces  cadres ou  fonctionnaires nommés par des gouvernements socialistes.

A eux se joignent quelques retraités qui ont acheté à Audresselles une maison pour finir leurs jours tranquilles. Ils font leurs courses et vont au restaurant dans les centres commerciaux. Les terrasses réduisent la largeur de la voirie et quand ils circulent après l’apéritif ou le digestif, ils ont des difficultés à bien viser pour passer sans accrocher leur véhicule. S’ils passent par la route départementale pour éviter ces inconvénients, ils risquent de se faire retirer leur permis de conduire par les gendarmes. Ce qui est encore plus déplaisant.
S’il existe des opposants aux terrasses parmi les électeurs aux revenus plus modestes, ils ne se manifestent pas mais le prochain scrutin permettra de déterminer quel est leur pourcentage.

17 juillet, 2017

Macron et sa crise d’autoritarisme

Classé dans : politique — dompaul @ 23:44
Les militaires ont pris l’habitude  de chahuter le débonnaire Hollande, qui consacrait l’essentiel de son temps à résoudre les conflits entre ses favorites. Macron n’est pas du même bois et il rend publique sa stupéfaction devant l’attitude du général de Villiers qui  connaît pourtant l’adage « les militaires doivent soumission au pouvoir civil  » (« cedant arma togae » ).  Mais qui est le pouvoir civil: le parlement ou le président ? Le général de Villiers a-t-il raison de dire la vérité au Parlement ou doit-il lui mentir effrontément pour se conformer aux voeux du président ?  Macron aura-t-il le cran de le limoger ? Craint-il un putsch, tant les militaires sont exaspérés ? En tout cas, s’il ne le limoge pas, c’en est définitivement fait de son autorité sur l’armée.
.
Emmanuel Macron versus Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA) : recadrage ? Non, une affaire d’Etat !
par Jacques Myard,
maire de Maison Lafitte

On connaît le scénario : le général de Villiers, CEMA, apprenant que le budget des armées sera amputé de 850 Millions d’euros, déclare en Commission de la défense devant l’Assemblée nationale que cette nouvelle baisse de crédits met en péril l’outil militaire :

« le grand écart entre les objectifs assignés à nos forces  et les moyens alloués n’est plus tenable. »

 

Le CEMA est parfaitement dans son rôle en alertant la Représentation nationale sur les conséquences d’une telle diminution, en sa qualité de «  responsable de l’emploi opérationnel des forces » et du « commandement des opérations militaires » conformément au code de la Défense ( R 3121-1).

 

Aurait-il gardé le silence qu’il aurait trahi sa mission, celle pour laquelle il a été nommé, et telle que le Président  et le Gouvernement de la République lui assignent.

 

A la réception du ministère de la défense, le 13 juillet dernier, de manière ostentatoire et publique, le Président de la République, chef des armées, fait part à l’ensemble des militaires de sa colère sur les propos du général de Villiers  et déclare notamment : «  je suis votre chef ».

 

Ce recadrage a étonné l’ensemble des observateurs avertis de la sensibilité de l’institution militaire et des conséquences qu’une telle manifestation d’autoritarisme introduit dans les relations entre le pouvoir politique et l’institution militaire.

 

Mais s’agit-il d’un simple recadrage ?

 

C’est en réalité une affaire d’Etat, qui concerne au premier chef le Président de la République lui-même.

 

A l’évidence,  on ne demande pas au Président de la République de réciter les articles de la Constitution, entre autres l’article 15 qui fait de lui le chef des armées !

 

Mais son hyper–réaction  lors de la réception traditionnelle du ministère de la défense à la veille de la fête nationale révèle une faille psychologique de l’homme, déjà perceptible à plusieurs reprises,  qui ne supporte pas la critique et a une conception, comme il le dit lui-même, verticale et jupitérienne du pouvoir.

 

Cette faille est attestée par la distance qu’il entend entretenir avec les journalistes mais aussi à travers sa volonté affirmée de juguler tous les contre-pouvoirs comme le Parlement, voire les collectivités territoriales dont il veut réduire les recettes financières avec la suppression, par exemple, de la taxe d’habitation.

 

Le nouveau Président de la République devrait se souvenir que le vrai Jupiter « rend fous ceux qu’il veut perdre » !
 
 

Brigitte Bourguignon reviendra-t-elle à Audresselles ?

Classé dans : politique — dompaul @ 19:06

Lundi 10 juillet,  notre député Brigitte Bourguignon a affirmé à l’assemblée nationale qu’elle avait reçu des menaces de mort pour son soutien à la loi « travail » et Jean-Luc Mélanchon l’a  applaudie pour bien montrer qu’il n’était pas solidaire de anonymes qui avaient envoyé les menaces.

En tout cas, depuis qu’elle a remporté un grand succès électoral à Audresselles où elle a attiré sur son nom, comme E. Macron, les voix de tout l’éventail politique, on ne l’y voit plus. On ne l’a pas même vue, comme chaque année, à la fête du crabe malgré le bon accueil qui lui était réservé.

Et pourtant, selon ses propres déclarations, elle aime Audresselles où, auparavant, on la rencontrait souvent incognito.

Il est vrai qu’on peut aussi la confondre avec une actrice américaine connue. Ce qui est doublement embarrassant quand on cherche à préserver sa vie privée.

claire-danes-dans-homeland-diapofullscreen-1

 

Les migrants commencent à recevoir leurs armes

Classé dans : espace public,international,politique,religion,Syrie — dompaul @ 9:58

Des  conteneurs arrivent en Grèce pour  les réfugiés.
Cet  envoi de mobilier était destiné aux camps de réfugiés afin de rendre la vie un peu plus supportable pour ces  « malheureux ».
A l’inspection des  douanes, on découvre 52 tonnes d’armes à feu lourdes et leurs munitions dans des conteneurs doubles de plus de 10 mètres qui suivaient les migrants en Europe, tous documentés comme mobilier.
La Police a découvert 14 de ces containers.
Cette migration n’est rien d’autre qu’une invasion armée.
On se demande pourquoi ces jeunes hommes, prêts pour le service militaire,  sans femmes ni enfants prendraient le risque d’un tel voyage ?
En tant que réfugiés, il est désormais évident qu’ils arrivent pour conquérir l’Europe, et la convertir par la force à l’Islam le plus rétrograde.
La guerre véritable pourra commencer quand les bataillons d’envahisseurs installés sur l’ensemble du territoire par les autorités locales elles-mêmes, auront reçu tout l’armement nécessaire. Et il ne sera pas possible de les bombarder sans détruire aussi toutes les villes et les villages.

Du reste, la France vient de vendre ses mirages à l’armée américaine puisqu’ils ne seront plus utiles pour une guerre sur son propre territoire.

Armes pour migrants

30 mai, 2017

La suite des aventures d’Eric Tollenaere

Classé dans : politique,Wissant — dompaul @ 15:31

article précédent sur le sujet: Casting électoral: Eric Tollenaere

La suite des aventures d'Eric Tollenaere dans politique

Bien qu’il ne se présente pas dans la sixième circonscription du Pas-de-Calais, celle d’Audresselles, Eric Tollenaere n’en attire pas moins l’intérêt des lecteurs d’Audresselles.at du fait de sa personnalité originale et de son air débonnaire.

Ce sympathique adepte du dieu GADLU, qui a ajouté des accents sur deux voyelles de son patronyme flamand, se représente aux élections législatives de juin 2017 en Meurthe et Moselle, toujours sous la même étiquette MRC, le micro-parti qui existe encore, de Jean-Pierre Chevènement, qui est encore en vie.

Contrairement à Florian Philippot, qui a quitté le MRC pour rejoindre une formation appelée à se développer davantage, Eric Tollenaere est resté fidèle à J-P Chevènement. Mais sera-t-il récompensé de sa fidélité et obtiendra-t-il plus des 0,85% des suffrages exprimés dont il avait pu s’enorgueillir la dernière fois? Pourquoi ce brave homme ne vient-il pas se présenter dans notre circonscription où il ne courrait qu’un risque: celui d’obtenir davantage de voix.

Il animerait un peu la campagne électorale où nous savons déjà que le second tour se résumera à un duel courtois entre deux Dames de bonne compagnie: Brigitte Bourguignon de Desvres contre Marie-Christine Bourgeois de Wissant. Avec le résultat final que nous connaissons déjà par avance,  François Baroin ayant annoncé que le candidat LR devra se désister pour faire élire Brigitte.

12345...33

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas