5 mars, 2017

Fillon tient bon ou « tiens bon ! »

Classé dans : international,politique,socialistes — dompaul @ 20:12

En ce moment, tous les décideurs et commentateurs de la vie politique française sont en train de participer à l’entraînement de François Fillon pour qu’il devienne un vrai champion toutes catégories sur la scène internationale face aux Américains, aux Russes, aux Chinois, aux Saoudiens et surtout à la Grande Allemagne et à la grosse  Angela qui n’est pas canon comme la grosse Bertha, mais qui veut manger toute l’Europe continentale, de la frontière russo-ukrainienne à la Bretagne.

Tous ces entraîneurs sont entièrement bénévoles mais ils se montrent très exigeants de la part de leur champion et n’hésitent pas à le rudoyer.

Comme l’entraînement est très fatigant, ils se relayent sans cesse.

Il a d’abord dû affronter les premiers matches avec ses premiers entraîneurs: Sarkozy,  Juppé et autres Bruno Lemaire.

Puis ils sont venus l’applaudir au milieu de ses supporteurs.

Ensuite, il y a eu  Michel Gaillard, ami de François Hollande et directeur de la  Rédaction du Canard Enchaîné qui a pris le relai de l’entraînement intensif. En effet, le 9 janvier, il a  reçu  le dossier fiscal de François Fillon par l’intermédiaire de G.G. (哥哥 en chinois), de la même promotion qu’ Emmanuel Macron qui l’avait fait nommer à la Présidence, et il a fait rédiger un article  accusant François Fillon d’avoir attribué aux membres de sa famille des emplois fictifs.

Ceci fait partie de l’entraînement: François Fillon doit apprendre à ne pas raconter sa vie aux services fiscaux

Ensuite le gouvernement a donné l’ordre de continuer l’entraînement de Fillon au parquet national financier qui est entièrement soumis à l’exécutif et où sont placés les vassaux de Christiane Taubira : le procureur du PNF, Eliane Houlette, anciennement simple commissaire du gouvernement auprès du Conseil des ventes volontaires, doit sa fulgurante promotion à Christiane, lorsqu’elle était Garde des Sceaux, laquelle a également constitué une équipe de procureurs adjoints et vice-procureurs parmi ses très proches (Michel Pelegry, Ulrika Delaunay-Weiss, Patrice Amar, Monica d’Onofrio…).

Ils sont révocables du jour au lendemain par le ministre de la Justice.

Les procureurs du gouvernement peuvent mettre en marche la machine judiciaire, mais ils ne sont pas juges du siège et la décision de mise en examen revient au juge d’instruction. On en a nommé trois pour continuer l’entraînement de François Fillon car il est vraiment coriace et à trois, il est plus facile de dire: « ce n’est pas moi, c’est l’autre » que quand on est tout seul. L’inconvénient, pour MM. Hollande, Macron & Cie. réside surtout dans le fait que les juges du siège, dans leur majorité, restent légaliste, intègre et consciencieux et dépendent moins d’un gouvernement en fin de vie que les procureurs.

Aujourd’hui, dimanche, juste après que les rats ou les moutons centristes, juppéïstes, sarkozystes ont annoncé qu’ils quittaient le navire Fillon parce qu’il a oublié de leur promettre des maroquins, au moins cent mille manifestants tassés ont envahi la place et les jardins du Trocadéro, l’avenue d’Eylau, l’avenue Paul Doumer et l’avenue du président Wilson avec des drapeaux tricolores. Ils sont venus de toute la France et plusieurs couples d’Audressellois ont même fait le déplacement à Paris aller-retour dans la journée seulement pour aller écouter, voir et applaudir Fillon en chair et en os sous la pluie. Si, dans toutes les communes de France, seulement un couple s’est déplacé, on aboutit déjà à 160 000 manifestants.

Ceci fait aussi partie de l’entraînement: pendant que le champion reçoit des crochets des adversaires en pleine figure, il est bon qu’un public chauffé à blanc soit là pour le soutenir. Et puis il y a ses femmes qui l’encadrent: Pénélope habillée par le Secours catholique qui agite son petit drapeau et la belle Valérie Boyer qui a prévu un ciré vert bien imperméable et qui chante faux la Marseillaise juste dans l’oreille de son idole.

Même Marine Le Pen en a été de son petit mot d’encouragement, à distance.

Dans ces conditions incertaines où les foules se déplacent à la première convocation du champion, si les trois juges d’instruction ne veulent pas risquer de se faire casser la figure par un excité qui les reconnaîtrait dans la rue ou pire, détruire leur carrière au cas où Fillon serait élu (il a l’air très rancunier), mieux vaut le ménager sans prendre de risques inutiles en prononçant une relaxe qui déplairait fortement au pouvoir socialiste. Le solution: ils peuvent se déclarer incompétents et renvoyer l’affaire devant la Haute cour de Justice puisque François Fillon est député et ancien Premier ministre.

Quand on est juge ou préfet, il faut toujours suivre l’exemple de Ponce Pilate: « je m’en lave les mains ».

Indignons-nous: entrave à la liberté de culte

Classé dans : international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 11:00

L’ Imam d’Al Arwah al ras (لأرواح الرأس) (1) nous communique ce texte que nous publions au nom de la liberté d’expression:

بسم الله الرحمن الرحيم

En allant perquisitionner au domicile d’une jeune vendeuse de plantes médicinales et dérivés (2) abusivement  interdits de commercialisation sur le territoire des Infidèles, la police  de l’émirat de Marseille (إمارة مرسيليا) vient d’entrer dans une boucherie licite aux yeux de Dieu mais clandestine selon la loi des Mécréants. Les habitants de l’immeuble, une habitation à loyer modéré, n’ont pas confiance dans les imams stipendiés par les abattoirs officiels . Ils préfèrent donc procéder eux-mêmes aux abattages pour être sûrs qu’ils sont réellement    حلال    (hallal).

La boucherie rituelle hallal a donc été fermée selon les lois des Incrédules  sur la soi-disant hygiène. qui veut faire croire à l’existence des microbes qui n’existent pas puisqu’on ne les voit pas.

C’est une intolérable entrave à la liberté de culte.

Heureusement, quelques jours plus tard, la boucherie  conforme à la loi de Dieu révélée par son prophète (صلاله’ عليه وسلم) a été rouverte dans un autre appartement d’une HLM proche, elle aussi  construite avec les impôts locaux payés par les dhimmis et des Kabyles qui sont là pour payer puisqu’ils sont des Mécréants.

NDLR:

(1) C’est le nom d’Audresselles en arabe

(2) Cannabis, cocaïne, héroïne etc

Ci-dessous des photos de la boucherie conforme à la Loi d’Allah:

boucherie hallal 002boucherie hallal 001

28 février, 2017

L’ »affaire Fillon », le point de vue d’un juriste

Classé dans : politique,socialistes — dompaul @ 22:53

 

Le soi-disant Pénélopegate étant cousu de fil blanc ou plutôt rose, même l’avocat Gilbert Collart, député Bleu-Marine, vient de prendre la défense de François Fillon, qui est pourtant son adversaire politique.  Antoine Brunel, ancien président de la Cour des Comptes,  a autorisé Audresselles.at à publier ci-dessous son point de vue -juridique- sur cette affaire ou plutôt cette non-affaire.

 

Chers tous,
>  Je n’épiloguerai pas dans cette note sur l’aspect médiatique des choses, que chacun connait puisque c’est l’essentiel de ce que traitent les médias.

La présente note vise au contraire à tenter d’analyser et d’éclaircir le fond du dossier.

 

Y a-t-il emploi fictif ?:
>  A mon avis non: c’est impossible pour plusieurs raisons, l’accusation ne tient pas.
>  D’abord est-ce que Pénélope a réellement travaillé ?
>  La réponse est nécessairement oui. M Fillon, comme tous les députés, ne peut pas travailler sans assistant parlementaire, dont le rôle est à la fois divers et très chargé: suivre l’actualité, préparer des notes de synthèse ou des dossiers sur des sujets complexes, préparer les discours amendements et interventions à l’Assemblée, recevoir l’énorme courrier d’un parlementaire et rédiger les réponses, écouter les solliciteurs, représenter le député localement quand il est indisponible, préparer l’emploi du temps et suivre les rendez-vous et déplacements, …
>  Bref, il faut quelqu’un de fort calibre et ayant du temps disponible. C’est un travail qui relève du niveau “Administrateur civil” de la fonction publique. J’ai fait du Cabinet ministériel, je n’ai jamais autant travaillé.
>  Or à aucun moment le Canard n’a dit: « le travail était fait en réalité par Mr X, Mlle Y et Mme Z, donc pas par Pénélope ». C’était pourtant le seul moyen de prouver que Pénélope n’aurait rien fait. Et à ma connaissance, personne n’a cité le nom d’autres assistants parlementaires que Mme Fillon. Si donc elle était bien la seule, comment imaginer qu’elle n’ait pas fait le travail ? Comment le député Fillon aurait-il pu fonctionner ?
> Ainsi l’accusation d’emploi fictif paraît peu vraisemblable.
> Ensuite, même si Pénélope n’avait pas travaillé, y aurait-il détournement de fonds publics ?
>  La réponse est non, car jusqu’en 2012, les fonds concernés étaient privés : personne n’obligeait M Fillon à dépenser son enveloppe destinée à payer un ou plusieurs assistants. Il pouvait garder les fonds entièrement pour lui, leur emploi était totalement libre. Une fois ces fonds arrivés sur son compte bancaire, il en avait la libre disposition. C’était des fonds privés, comme son salaire de député.
>  Donc il ne pouvait y avoir détournement, puisque le parlementaire en avait le libre emploi, sans avoir à en rendre compte à personne. Et encore moins de détournement de fonds publics, puisque ces fonds étaient privés.
>  Ce régime de libre utilisation des fonds a cessé fin 2012. Depuis 2013, les sommes non utilisées à payer un ou plusieurs assistants parlementaires reviennent à l’Assemblée. A partir de cette date les fonds sont « fléchés », leur nature est un peu différente. Ne cherchons pas à en dire davantage, puisque les faits sont antérieurs à ce changement de régime : à partir de 2013 Mme Fillon a cessé d’être rémunérée par son mari. M Fillon a expliqué qu’il avait cessé de le faire parce qu’il avait senti monter la réprobation publique contre ces emplois familiaux, pourtant légaux, et que, pour tenir compte de cette inflexion de l’opinion, il avait pris d’autres personnes pour remplacer son épouse.
>  Ainsi la qualification de détournement de fonds publics ne peut être retenue.
>  Si enfin cette qualification était néanmoins retenue, l’auteur des faits pourrait-il être poursuivi en justice ?
>  La réponse est non car les faits sont trop anciens. De tels « délits » (emplois fictifs, détournement de fonds publics) se « prescrivent » par trois ans. Après trois ans on ne peut plus les poursuivre. Or les faits remontent largement à plus de trois ans. Rien que pour ce motif la procédure diligentée à grand fracas contre Fillon est « bidon ». Si la PJ avait été honnête, elle aurait refermé le dossier en 24 heures en disant: les faits sont prescrits et ne peuvent plus être poursuivis. Et on n’en parlait plus.
>  Au lieu de cela, elle fait durer l’affaire, sans aucune chance d’aboutir, ni sur le fond ni sous l’angle de la prescription, uniquement pour ternir la réputation du candidat qui apparaissait bien placé pour gagner l’élection, et dégoûter les électeurs de voter pour lui.
>  Passons à présent au plan moral, qui est celui qui est le plus retenu par le public et le plus “lourd à porter” :
>  Y a-t-il eu népotisme ?
>  Oui au sens littéral. Mais cette situation est légale, organisée et encadrée par les assemblées parlementaires. Plus de 200 parlementaires emploient des membres de leur famille comme assistants parlementaires, sans que personne n’y ait trouvé à redire. Cette pratique est sans doute regrettable, mais on ne peut en accuser M Fillon sans devoir en accuser aussi les autres parlementaires qui sont dans le même cas et sans ouvrir une enquête judiciaire à leur encontre. Ce que ni les médias ni la justice ne font.
> Y a-t-il eu rémunération abusivement élevée ?
>  La réponse est non, les rémunérations pratiquées sont normales : il convient pour les apprécier de considérer la totalité de la période dénoncée par les médias. Si on rapporte ces salaires « énormes », aux quelque 25 ans de mandat de député ou sénateur (hors périodes de poste de ministre), ils ont été en moyenne autour de 2.400 E nets par mois.
> Ce montant est à comparer à la rémunération mensuelle d’un Administrateur civil (= catégorie A), qui va de 2.100 E bruts en début de carrière à 3.600 E (et davantage pour le hors classe, le hors échelle…) sans les primes qui s’y ajoutent, et qui sont en moyenne de 20% du traitement brut. On peut comparer le net de Pénélope au brut d’un administrateur sans les primes.
>  Un assistant parlementaire a été interrogé à la TV, pour savoir si la rémunération de Pénélope était excessive. Il a répondu que si cela avait été lui l’assistant de Fillon, pendant toute la période en question, cela aurait coûté plus cher que les sommes énoncées par le Canard enchaîné. Je l’ai vu et entendu moi-même.
>  Ceci n’a été repris par aucun média.
> Pour résumer :
>  le travail d’assistant parlementaire a bien dû être fait par quelqu’un, et si ce n’est par Pénélope, par qui d’autre a-t-il été fait ? Il n’y a pas d’emploi fictif.
>  les fonds, à l’époque des faits étaient d’emploi libre et, par conséquent, n’étaient pas des « deniers publics », mais des fonds privés. Il ne peut y avoir de « détournement de fonds publics ».
>  les faits allégués sont prescrits et ne peuvent être poursuivis. Il ne peut y avoir d’enquête de police et encore moins de mise en examen.
>  l’emploi de membres de la famille est légal et largement pratiqué par des parlementaires de tous bords, dont aucun n’est poursuivi,
> les rémunérations étaient normales pour le poste concerné.
>  Tout ceci montre qu’on est devant une bulle médiatique doublée d’un détournement de procédure par l’autorité publique, consistant à faire durer une enquête judiciaire « bidon », dans le seul but de persuader une opinion non informée que les faits étaient immoraux et délictueux, afin de fausser l’élection présidentielle.
>  S’agissant des médias, rien de surprenant. On se souvient que lors de l’élection de Hollande, les médias s’étaient entendus pour réaliser chacun de leur côté un « vote blanc » anonyme de leurs personnels, reproduisant celui qu’ils avaient émis pour le scrutin réel. Résultat : 85 % avaient voté Hollande.
> S’agissant des pouvoirs publics, rien d’étonnant non plus quand on connaît le respect de la gauche pour la légalité, la présomption d’innocence et la moralité.

Alors, pour qui voter ?

(…)

21 février, 2017

Elections présidentielles: les vrais sondages

Classé dans : politique,socialistes,sondages,statistiques — dompaul @ 12:47

Désormais, à chaque élection d’envergure nationale, les prédictions de  instituts de sondage officiellement reconnus (ceux dont les responsables sont invités dans les émissions de télévision), se révèlent généralement erronées. Ainsi, selon les prédictions de ces émules des augures étrusques qui interprétaient l’avenir en observant le foie des poulets destinés à l’alimentation des légionnaires romains, Clintonnette aurait dû être élue présidente des Etats-Unis à la place de Trump et Alain Juppé candidat des Républicains à la place de François Fillon.

Un nouvel organisme de sondage est apparu qui, au lieu d’interroger mille personnes « représentatives de l’ensemble de la population » de manière artisanale, enregistre l’ensemble des opinions émises par les internautes sur les réseaux sociaux et accessibles à tous puisqu’elles sont publiques.
Il suffit de quelques ordinateurs un peu puissants utilisant des mots clefs pour filtrer les intentions de vote. Comme les internautes représentent 80% de la population française, il s’agit d’un sondage avec une très faible marge d’erreur.

Le 9 février 2017, voici ce que révèle Filteris/Euromédiations sur les intentions de vote au premier tour des présidentielles:

François Fillon (les républicains): 23,13 %

Marine Le Pen (Front National): 20,69 %

Emmanuel Macron (en marche): 19,32 %

Jean-Luc Mélanchon (Front de gauche): 17,65 %

Benoît Hamon (Parti socialiste): 8,51 %

Nicolas Dupont-Aignan (Debout  la République): 4,6 %

Yannick Jadot (Verts): 2,88 %

Philippe Poutou (ligue communiste révolutionnaire): 1,43 %

Nathalie Artaud (lutte ouvrière): 1,36%

Si l’on additionne toutes les voix de gauche depuis Emmanuel Macron jusqu’à Nathalie Artaud, on arrive ainsi à 51,15% des intentions (provisoires) de vote.

Si Benoît Hamon se désistait au profit de Jean-Luc Mélanchon, au nom du « vote utile » ou du concept socialiste de la « discipline républicaine », Jean-Luc  deviendrait  automatiquement candidat au second tour avec de grandes chances d’être élu président de la République française.

Les élus qui vont parrainer les trois petits candidats trotskistes à moins de 3% se trouvent une fois de plus devant le dilemme suivant: s’il sont de droite, ils retirent des voix à la gauche classique au premier tour mais, pendant la campagne électorale,  ils multiplient les apparitions des démagogues d’extrême gauche à la télévision. Si les élus parrains sont de gauche, surtout ceux du Front de gauche et du Parti socialiste, ils retirent des voix au candidat de leur propre parti.

Reste une solution pour Philippe Poutou et Nathalie Artaud: aller quémander des parrainages auprès des élus du Front National, « au nom de la démocratie ».

17 février, 2017

Emmanuel Macron et les criminels contre l’Humanité

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 0:24

Chaque candidat de gauche à la présidentielle essaye de se distinguer des autres en trouvant un sujet qui fâche suffisamment pour que les médias parlent de lui plus que des autres au moins pendant une quinzaine de jours.

La preuve en est que même Audresselles.at va aujourd’hui évoquer Emmanuel Macron dont la famille (de sa femme) est bien connue des habitants du Touquet et de Boulogne-sur-Mer où Tiphaine, sa fillâtre et sa meilleure amie, exerce la profession d’avocat.
On sait ainsi depuis peu qu’élu président de la République, il autoriserait la procréation médicalement assistée des couples homosexuels.

Il vient aussi d’être le premier à déclarer que la colonisation de l’Algérie par les Français était un « crime contre l’Humanité ». C’était à l’occasion de son voyage en Algérie où le président Bouteflika lui aurait fait cadeau d’une petite valise.
Qui dit « crime contre l’Humanité » dit aussi nécessairement « criminels contre l’Humanité » et recherche de ces criminels.
De même que les Klarsfeld ont recherché soldats et officiers nazis pour les faire pendre ou enfermer à vie, de même Emmanuel Macron a maintenant dans son programme la nécessité de rechercher les anciens combattants d’Algérie.

Il suffira de saisir d’abord la liste des membres des associations d’anciens combattants puis de les livrer à l’Algérie pour qu’ils y soient traduits en Justice en tant que criminels contre l’Humanité ou que complices de crimes contre l’Humanité.
Beaucoup sont morts maintenant mais il en reste suffisamment pour constituer un bon viviers de justiciables à déshonorer.

En effet, si l’on cherche bien, on trouvera certainement dans le bled ou même dans le 93, de vieux témoins qui croiront reconnaître, d’après de vielles photos en noir et blanc, des militaires français qui se sont livrés à des exactions.

Mais si Macron veut vraiment remuer le bren pour faire plaisir aux Mahométans intégristes, le noyau dur des électeurs d’Hamon qu’il veut lui voler, il pourra aussi faire compiler dans les mairies la liste des conjoints de mariages homos et leur faire appliquer la charia.

voir aussi:

Les « gays » vont bientôt s’autoficher en se « mariant », surtout pour le pire.

28 janvier, 2017

Les chambres à gaz nazies sont-elles toxiques ?

La loi Fabius-Gayssot interdit de nier l’existence des chambres à gaz dans des camps de concentration nazis. Il s’agit en effet de justifier l’existence de l’état d »Israel et le déplacement des Palestiniens par un événement abominable.

Evidemment, quand la négation d’un fait historique ou d’une croyance religieuse est punie par la justice pénale, il existe toujours des hurluberlus qui veulent se rendre intéressants en contestant le dogme officiel. Parmi ces hurluberlus, on peut compter Galilée qui, heureusement pour lui, s’est rétracté et a reconnu que la Terre ne tournait pas et que c’était le soleil qui tournait autour d’elle, ou encore Giordano Bruno (o.p.) qui niait la divinité de Jésus-Christ ou le docteur Michel Servais, qui niait l’existence de la Sainte Trinité. Ces deux derniers ont fini tous les deux brûlés vifs en place publique, refusant jusqu’au bout de renier leur erreur.

Aujourd’hui, il existe l’infréquentable ex-professeur Robert Faurisson, radié de l’Université, qui a perdu son traitement et qui est poursuivi par la Justice parce qu’il s’entête à nier l’existence des chambres à gaz dans les camps nazis.
Cet hurluberlu-là est prêt à mourir pour cette cause et pour le droit à la libre expression. Aujourd’hui, il y a bien les tenants de la Terre Plate et personne ne les persécute.

Paradoxalement, c’est parce qu’il existe une loi pour punir les négationnistes qu’il en existe autant.

L’argumentaire du docteur Faurisson repose sur le fait que, dans les camps de concentration nazis, les chambres à gaz présentées comme telles aux visiteurs d’aujourd’hui, ne sont pas hermétiques alors que les chambres à gaz destinées aux exécutions capitales aux Etats-Unis d’Amérique, le sont.

En effet, les chambres à gaz des camps sont à peu près semblables à la briqueterie d’Audresselles: de gros murs, de petites portes, et à côté un four.

Pour les négationnistes, l’extraction des corps morts après l’exposition au gaz Zyklon B, nécessitait une longue aération des salles avant l’entrée des nettoyeurs et un lavage des cadavres après leur sortie. Ce qui  était impossible à l’échelle industrielle. Et ils ont raison.

Mais là où ils ont  tort, c’est de croire que Hitler était écologiste à la manière d’aujourd’hui. Certes, ainsi que le montrent ses aquarelles et ses films, Hitler aimait les montagnes, les forêts, les animaux et, en particulier les chiens et les dindes comme Eva Braun, et il est l’inventeur du tri sélectif. Mais il n’avait pas donné d’ordres précis à ses sbires leur interdisant de polluer les villages et les champs environnant les camps par des émanations de gaz toxiques ni de se préserver eux-mêmes en s’abstenant d’entrer dans les chambres à gaz juste après le gazage des prisonniers.

Lorsque les soldats soviétiques ont trouvé les fûts de Zyklon B, il n’ont pas davantage pris garde à leur santé. Du reste, il faudra longtemps avant que les gouvernants songent à protéger leur  population et leurs soldats des produits toxiques: Truman, Staline et de Gaulle ont ainsi exposé de nombreux soldats de leur propre pays aux radiations nucléaires lorsqu’ils les ont placés à courte distance des explosions. La plupart sont mort d’un cancer.

Donc oui, on peut facilement en conclure que les chambres à gaz présentées au public dans les anciens camps, sont de vraies chambres à gaz mortelles. Comme elles ont beaucoup servi, elles restent, encore aujourd’hui, imprégnées de substances hautement toxiques.

C’est bientôt que, conformément au programme scolaire, les écoliers de toute la France vont être emmenés pour visiter les anciens camps d’Allemagne ou de Pologne. Bien évidemment, les organisateurs inconscients vont faire entrer les enfants dans les chambres à gaz où il pourront respirer tout à loisir les résidus de ZYKLON B. Avant ou après la visite, ils pourront aussi boire l’eau locale contaminée et manger la cuisine locale à l’eau contaminée au cyanure.

Voici encore une bonne idée.

20 janvier, 2017

Donald Trump et Benoît Hamon

Classé dans : économie,histoire,international,politique,socialistes — dompaul @ 14:59

Aujourd’hui, les Américains intronisent leur 45e président dont l’une des caractéristique est d’être le premier à  avoir renoncé aux  indemnités liées à sa fonction. Contrairement aux autres hommes politiques, il ne s’est pas fait élire pour recevoir des émoluments ou des pots-de-vin mais plutôt pour occuper ses loisirs de retraité puisqu’il est en train de transmettre ses affaires à ses enfants.

Comme il n’a rien à perdre ni à prouver, il veut réaliser son projet de rendre à son pays son autonomie énergétique, industrielle et financière. Evidemment, c’est mal vu par tous ceux qui vivent du système mis en place depuis des décennies, à leur profit. C’est mal vu aussi de ceux qui vont être contraints de se réinsérer dans un cadre de travail légal.

La question était: a-t-il le droit de circuler à ses frais dans son avion personnel qui est plus luxueux et plus neuf qu’Air Force One ?

Selon les lois fabriquées par les politiciens qui se font élire pour remplir leur gamelle, la réponse est « non »: il doit circuler aux frais du contribuable car sinon, il lui donnerait des mauvaises habitudes.

Pendant ce temps, de l’autre côté de l’Atlantique Nord, c’est le langage opposé. Un « agitateur d’idée » (au singulier)essaye de récupérer des voix en allant chercher une recette qui avait disparu depuis l’Antiquité: le « droit à la paresse » avec le versement de 800 € aux « jeunes » entre 18 et 25 ans qui sont censés voter pour lui aux élections législatives, aux frais du contribuable. Pas à ses frais à lui: c’est ça qui est innovant.

Comme il s’adresse à son électorat de banlieue où la police et les pompiers ne pénètrent pas, son nom s’écrit aussi dans l’écriture la mieux connue localement « بن واط هامون » ( ben Wat Hamoun) .

15 janvier, 2017

Grande contre-manifestation pro-Trump des motars américains

Classé dans : fêtes,international,politique,socialistes — dompaul @ 18:45

Lors de l’intronisation de Donald Trump vendredi 20 janvier comme 45e président des Etats-Unis d’Amérique, des activistes des minorités ethniques et des immigrants de fraîche date, soutenus par au moins un des grands groupes de l’industrie pharmaceutique favorables à l’Obamacare, ont déjà annoncé qu’ils viendraient manifester contre lui. Le  respect de l’ordre public n’est pas leur premier souci.

Pedro-Luis Boitel, leader du parti de la Liberté cubain (anti-castriste et partisan de Trump) , nous communique de Houston (Texas) que la réaction ne s’est pas fait attendre. Une grande partie des neuf millions de motars américains, dont le noyau dur est constitué d’ anciens combattants d’Afghanistan et d’Irak conduits par Chris Cox, de Caroline du sud, ont commencé à converger aussi bien de Chicago, de Clevedand que du sud des Etats-Unis  vers le parc John Marshall, à Washington, pour former « un mur de viande », pacifiquement selon Cox, destiné à protéger des offenses leur président Trump. Ils affichent au dos de leur blouson: « Bikers for Trump » (les motars pour Trump) avec le drapeau étoilé. Chris Cox affirment qu’ils ont été formés dans les combats à affronter un adversaire supérieur en nombre.

Comme, aux Etats-Unis, le port d’armes à feu est autorisé, et que les motars américains qui arrivent sont des combattants aguerris, on peut s’attendre à une certaine agitation à Washington le 20 janvier.

A force de donner des avantages aux minorités ethniques dont les meneurs insatiables réclament toujours plus aux frais du contribuable, les gouvernements américains successifs ont exacerbé les tensions interraciales qui, un jour ou l’autre, risquent la déflagration.

l'un des onvois de motards

14 janvier, 2017

Aux voeux 2017, Arnaud Lelièvre du Broeuille, maire d’Ambleteuse, présente les futurs candidats aux législatives

Classé dans : conseil municipal,politique,socialistes — dompaul @ 18:00

Arnaud Lelièvre du Broeuille au pupitre janvier 2016Cdt Marc Sarpaux et Cdt. Joël Fernagut janvier 2016

Cette année, la cérémonie des voeux du maire d’Ambleteuse, le vendredi 13 janvier, a été l’occasion pour lui et son premier adjoint Christophe Paque de faire la synthèse de toutes les réalisations actuelles et futures de la municipalité, particulièrement conséquentes, et de présenter deux des futurs candidats aux élections législatives: Brigitte et Jean-Michel.

Des réalisations ambitieuses

En effet, le projet de création d’un nouveau centre-ville destiné à attirer les touristes continue à avancer (voir l’article Les grands projets immobiliers de la municipalité d’Ambleteuse qui ne coûteront rien au contribuable) et simultanément, le futur stade implanté dans le quartier de Raventhun, sera prêt au moment où les constructions vont commencer sur son emplacement actuel. Il sera recouvert de gazon synthétique afin de permettre son utilisation intensive et quotidienne par les associations sportives et les écoliers.
Rénovation de la voierie et de la viabilisation, réparation et ravalement généraux des bâtiments publics sont les deux principaux postes de dépenses de la ville pour les années à venir.
Le maire a aussi fait une allusion rapide au résultat du procès que lui ont intenté des malveillants qui lui promettaient des oranges (voir l’article Maire d’ Ambleteuse: des micro-associations d’extrême gauche déboutées).

Brigitte Bourguignon

Brigitte Bourguignon, députée de la circonscription, invitée par le maire d’Ambleteuse à s’exprimer, a fait un discours concis, approuvant chaleureusement toutes les initiatives de la municipalité, bien que sa coloration politique ne soit pas la même  que celle du maire, officiellement affilié au parti républicain.

Idem pour la conseillère départementale, elle aussi socialiste, qui a joué les rois mages, non seulement en approuvant tous les projets du maire dont elle était l’antagoniste aux dernières élections départementales, mais en annonçant que le département allait financer en grande partie la couverture du futur stade municipal .

Jean-Michel Taccoen

Enfin, la parole a été donnée à Jean-Michel Taccoen (prononcer Takoun), l’un des deux  conseiller régionaux locaux. Celui-ci a été élu sur la liste de Xavier Bertrand, le président républicain des Hauts de France.

Comme il a fait le dernier discours, avant les petits fours, l’auditoire commençait à en avoir un peu marre même s’il a une belle voix.

Il n’en a pas moins absolument tenu à lire jusqu’au bout son discours de neuf pages démontrant dans le détail, chiffres à l’appui, que Xavier Bertrand appliquait réellement le programme de son livre de 2015: « Notre région au travail ».(voir Le livre de Xavier Bertrand: notre région au travail)

Malgré la découverte imprévue d’engagements de cinq milliards d’euro pris par Daniel Percheron (ancien président socialiste du Nord-Pas-de-Calais), Xavier Bertrand n’a pas augmenté les impôts régionaux. Jean-Michel Taccoen a énuméré ensuite toutes les mesures incitatives de Xavier Bertrand pour remettre les habitants au travail, y compris la mise à disposition des véhicules de la région, auparavant utilisés par les élus, pour conduire à leur travail les personnes habitant des zones isolées.

Toutes ces mesures, tendant à remettre la région au travail, sont évidemment à l’opposé de la politique suivie par Daniel Percheron au niveau régional, ou de Hollande-Boutin (la ministre de Sarközy) au niveau national, qui tendait à permettre à leur public de vivre d’allocations et de subventions au lieu de travailler.

Se présentant comme agent de maîtrise et originaire de Calais, Jean-Michel Taccoen est aussi président ou vice-président d’au moins quatre sociétés de chasse et provient du parti chasse-pêche-nature-tradition. Comme il est du coin, les militants républicains l’ont préféré à l’inspecteur général Frédéric Wacheux, battu deux fois par Jack Lang puis par Brigitte aux législatives précédentes.

Jean-Michel Taccoen a ainsi été désigné comme candidat aux futures élections législatives de la 6e circonscription du Pas-de-Calais, celle qui englobe Ambleteuse, Audresselles, Marquise, Desvres etc.
Sur les photos à paraître, on le voit à droite d’Arnaud, tandis que Brigitte est à gauche.

Direction Marquise

Après son discours et sans écouter celui de son futur concurrent aux législatives, Brigitte et la conseillère départementale socialiste  se sont précipitées à Marquise, chef lieu du canton,  pour faire un autre discours à l’occasion des voeux du maire (divers droite) et essayer ainsi de gagner d’autres voix, tandis que Jean-Michel restait tout seul pour faire son discours aux Ambleteusois.
La dame est plus rusée mais son challenger va vite comprendre les ficelles des campagnes électorales, à commencer par la nécessité de se faire inviter à toutes les réjouissances officielles et à s’y exprimer.
Mais gare à Marinagrobis !

Sur les photos: le discours d’Arnaud Lelièvre du Broeuille: on remarquera à sa droite  Mélanie Belart, conseillère municipale et Jean-Michel Taccoen, et à sa gauche ses  autres adjoints, la conseillère régionale et Brigitte Bourguignon;

au premier rang du public, le cdt. Marc Sarpaux, maire d’Audinghen et le cdt. Joël Fernagut, maire adjoint de Wimereux.

13 janvier, 2017

11 janvier 2017: les voeux du président Francis Bouclet

Classé dans : conseil municipal,espace public,politique,socialistes — dompaul @ 15:45

au centre l'abbé Pierre Bizet, curé de ND des Flots janvier 2016Jean Michel Taccoen, Jean Mouchon, Marie-Christine Bourgeois et  Pierre-Edouard Davies

Chef d'escadron Didier Bernard et ses adjoints janvier 2016 026Jean Michel Taccoen à l'écoute 11 janvier 2016

Brigitte janvier 2016la conseillère départementale et Sylvie Derouette janvier 2016

Sur les photos de gauche à droite et de haut en bas:

1. Au centre l’abbé Bizet, curé de ND des Flots,

2. Jean Michel Taccoen, conseiller régional LR, Jean Mouchon, conseiller municipal d’Hervelingen LR,  Marie-Christine Bourgeois, conseillère régionale FN, Pierre-Edouard Davies, conseiller municipal LR de Wissant

3. Le  chef d’escadron Didier Bernard et ses adjoints

4. Jean-Michel Taccoen à l’écoute

5. Brigitte Bourguignon, députée de la République,

6.La conseillère départementale et Sylvie Derouette, adjointe au maire de Marquise

Comme chaque année, Francis Bouclet, le maire de Saint-Inglevert (Sint-Engelsweld) président de la Communauté de Communes des deux Caps, adresse ses voeux aux représentants des communes  de Marquise et des environs, et l’on a notamment pu rencontrer à cette occasion les maires de Wissant, Bernard Bracq,  de Tardinghen, Thibaud Segard, d’Audembert, Michel Hequet, de Réty, Patrick Bernard,  le colonel Emile Petit, de Landrethun-le-Nord,  ainsi que deux importantes délégations: celle  d’Ambleteuse comportant le maire Arnaud Lelièvre du Broeuille (LR), et plusieurs de ses adjoints et conseillers dont  Irène Rousseaux, Anne-Marie Duclay, Mélanie Bellart, Christophe Paque, Emile Bonvoisin et la délégation de Marquise, avec la présence du maire Bernard Evrard (DVD) et ses deux adjoints, Jean Lacroix et Sylvie Derouette (voir photo), accompagnés de l’ancien maire socialiste Jean-René Bracq .

Il y avait aussi deux conseillers régionaux, Marie-Christine Bourgeois (FN) et Jean-Michel Taccoen (LR) (« oe » se prononce « ou » en flamand), et le préfet Philippe Dieudonné, le président du conseil général socialiste Michel Dagbert et Brigitte Bourguignon, la députée de la circonscription.

Etaient aussi présents le commandant de gendarmerie Bernard et son état-major ainsi que le commandant des pompiers et une ravissante pompière prénommée Céline.

Avant de passer dans les stands de friandises, le président Bouclet a commencé les allocutions, précédant à la tribune Michel Dagbert et Brigitte Bourguignon.

Francis Bouclet, un vrai gestionnaire

Eviter de faire des dépenses inconsidérées tout en prévoyant les investissements indispensables pour permettre la continuité des services publics gérés par la communauté de commune, tels ont été  été les maîtres mots du discours du président Bouclet, illustrés par un film professionnel réalisés par ses services.

Le nombre d’employés de la communauté de communes s’est considérablement accru depuis l’augmentation de la mutualisation des services. Depuis l’arrivée du président Bouclet, il est resté stable.

Le babybus, bibliothèque ambulante, arrivé en limite d’utilisation, ne sera plus en service.

En revanche, la loi imposant un tri plus contraignant des ordures, un budget progressif a été prévu pour le développement et la modernisation de la déchèterie et du ramassage des ordures dans le courant des années à venir ainsi que le remplacement des véhicules.

Une amélioration considérable saute déjà aux yeux depuis l’élection du président Bouclet. A Audresselles, et dans les autres communes du littoral qui votent majoritairement à droite, les bennes à ordures ne fuient plus et l’été, le jour de ramassage, qui est aussi celui du marché, on ne marche plus, dans le centre du village, sur les flaques visqueuses et odorantes, mélanges d’huile de friteuse et de jus de moules.

Même s’il s’agit d’un détail au niveau de l’ensemble de la communauté, cette amélioration reflète bien qu’ Audresselles n’est plus puni de ne pas voter socialiste.

Un vrai apparatchik comme on n’en fait plus depuis la disparition de l’URSS

Le président socialiste du conseil général Michel Dagbert porte bien son nom de « jour brillant » en dialecte francique car son discours, teinté de citations de grands auteurs, reflète ses efforts pour se cultiver.

Avec des propos lénifiants, il a d’abord développé la conception socialiste du rôle du conseil général: au nom de la « solidarité » et de la « redistribution », prendre en impôts les gains des travailleurs pour les donner aux oisifs sous forme de subventions ou d’allocations. C’est exactement la vision développée actuellement par Benoît Hamon sur le « droit à la paresse » rémunéré 9 600 € par an.

Il a souligné aussi qu’il avait fait voter par le conseil général une importante subvention à la commune  de Souchez, ultra-socialiste depuis des temps immémoriaux, victime d’inondations récurrentes du fait du laxisme des édiles qui ont laissé construire dans des zones inondées.

Enfin, il a menacé les conseillers départementaux  de publier leur nom lorsqu’ils s’abstiennent de voter les mesures  qu’il propose.  Ceci, afin de stigmatiser les élus de droite qui en ont assez de sa démagogie.

Bref, à son corps défendant, il a bien mis en valeur la nocivité des conseils départementaux, désormais réduits au rôle de Robin des Bois: je dépouille les uns pour donner aux autres.

Leur seule utilité est désormais de fournir une prébende aux militants des partis politiques. Mais quel homme politique aura le courage de proposer la suppression des conseils départementaux ?

Brigitte

Brigitte Bourguignon, bien que socialiste, n’est pas formatée comme celui qui l’a précédé à la tribune. Elle s’est montrée particulièrement consensuelle car elle sait bien que seule ses qualités personnelles et son charme intrinsèque peuvent lui permettre d’être réélue députée au printemps prochain, vu l’état de décomposition de la formation politique à laquelle elle appartient. Ses propos n’ont donc été ni de langue de bois ni menaçants, ni de gauche ni de droite.

Elle a souhaité une bonne année à tous les assistants, dont la plupart ne votaient pas pour elle jusqu’à maintenant. L’idéal serait qu’elle se présente sous une autre étiquette, mais les places sont déjà prises, du moins dans les formations de droite et du centre par Jean-Michel Taccoen et elle n’est pas encore assez mûre pour passer à l’UDI ou au Front-National.

Photos suivront avec plusieurs personnalités mentionnées ci-dessus.

123456...32

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas