15 mars, 2018

Pour Jacques Myard, Macron prépare sa dictature

Classé dans : histoire,international,politique,socialistes — dompaul @ 13:06
Ci-dessous, se trouve un extrait du BILLET D’HUMEUR de Jacques MYARD, membre Honoraire du Parlement, Maire de Maisons-Laffitte, Président du Cercle Nation et République du  13 MARS 2018
Un commentaire de la rédaction du blog Audresselles.at suit ce billet d’humeur.
Le billet d’humeur de Jacques Myard (extrait):
(…)

la réforme de la Constitution qu’entend mener l’actuel Président de la République ne peut que susciter interrogations et colère.

. Limiter l’élection possible à trois mandats au motif qu’il faille renouveler la classe politique relève d’une totale incompréhension du travail de l’élu face à la complexité de plus en plus forte des matières qu’il doit maîtriser pour contrôler le gouvernement, plus exactement l’Administration.

 

Il faut un minimum de deux mandats pour que l’élu soit vraiment performant et à la fin du troisième, exit ! C’est ainsi assurer la suprématie de l’Administration sur l’ élu.

 

. Réduire le nombre des députés d’un tiers pour ramener leur nombre à trois cents, c’est faire élire un député sur des circonscriptions – si le scrutin uninominal demeure – d’au moins 300 000 habitants. Autant dire que le député sera pour chaque citoyen un concept lointain, une abstraction, et ce d’autant plus que le roi François Hollande l’a coupé de toute fonction territoriale au nom du non-cumul.

 

Ajoutez à cela la proportionnelle, vous obtiendrez un pays ingouvernable… par ses élus.

 

. Le pays sera alors dans la main des technocrates, permanents de l’Administration qui, de surcroît, veulent priver ces députés choisis par les appareils politiques, d’exercer la plénitude de leur droit d’amendement dans la discussion parlementaire qui prend trop de temps, ce qui irrite Jupiter.

 

. Mais là ne s’arrête pas la mise au pas du député ; désormais, il doit rendre des comptes sur toutes ses dépenses au nom de la nouvelle religion de « la transparence » sous le contrôle des fouineurs qui veulent tout savoir de ces élus, gibiers de mise en examen qui sont présumés corrompus et coupables.

 

Il ne s’agit pas de défendre les quelques élus qui ont mis les doigts dans la confiture, mais ce strip-tease permanent est une atteinte directe à la liberté d’action du député qui, par sa liberté, défend aussi la liberté de chaque citoyen.

 

Placer le député sous le contrôle permanent du tribunal médiatique et du soupçon, c’est instituer la dictature.

 

. La mise sous tutelle de l’élu se renforce encore par la chape de plomb qu’elle fait peser de plus en plus lourdement sur les esprits soumis au règne du « politiquement correct » qui voue aux gémonies tout dérapage verbal. Malheur à celui qui s’écarte de la bien-pensance ! Il sera lynché sur les réseaux sociaux qui ont remplacé les fameuses tricoteuses de la Convention qui vociféraient « à mort, à mort ! ». C’est le retour au Moyen-âge où celui qui était accusé de fornication était placé sur la pierre de honte à l’entrée du village.

 

. Ne soyons pas aveugles, nous entrons de plain-pied dans l’ère des technocrates, les nouveaux sachants, qui, pour la plupart, sont incapables de gagner une élection et veulent néanmoins exercer le pouvoir. Ils distillent leur vérité bien-pensante et imposent leur idéologie.

 

Platon avait raison – dans la République – la démocratie comme tous les régimes politiques est mortelle, c’est d’ailleurs déjà fait !
Jacques Myard

Commentaire: Il est certain que la réforme de la Constitution préparée par le Président de la République va considérablement renforcer son pouvoir. Toutefois, même si la limitation des mandats des élus n’est pas nécessaire dans le cas des collectivités locales de base (municipalités) ou intermédiaires (cantons et départements), en revanche, il en va différemment au niveau des élections régionales étant donné le renforcement continu du pouvoir des présidents de conseil régional, surtout depuis la réforme promue par Hollande qui a créé des régions aussi grandes que les états européens de moyenne importance comme la Belgique, la Hollande, le Danemark ou la Croatie.

Les ducs et comtes du Moyen-âge ont été à l’origine des fonctionnaires nommés par les empereurs carolingiens. Avec l’affaiblissement du pouvoir central, ils se sont constitué des fiefs héréditaires correspondant parfois exactement aux régions d’aujourd’hui avec chacun une langue ou un dialecte propre: Bretagne, Normandie, Aquitaine, Provence, comté de Toulouse etc.

Aujourd’hui que des activistes dans chaque région réclament l’enseignement de leur dialecte à l’école et que n’importe quel politicien démagogue peut s’emparer du sujet, il est tout à fait nécessaire d’éviter que des présidents de région se fassent réélire indéfiniment et saisissent l’occasion pour acquérir un pouvoir considérable et provoquer un sécession à leur profit comme on l’a vu en Yougoslavie et comme on le voit aujourd’hui en Catalogne et en Ecosse.

Il est donc tout à fait judicieux de limiter constitutionnellement leur mandat dans le temps.

Donc Macron a raison et Myard qui le critique, aussi. Ou, si l’on préfère, ils ont tous les deux tort et doivent revoir leur copie.

 

3 février, 2018

Trump déclassifie l’ignominie du parti démocrate

Classé dans : international,socialistes — dompaul @ 22:59

Lorsqu’ils étaient encore au pouvoir avant la défaite électorale de Clintonette, les afro-démocrates Barak Obama et Loreta Lynch, son ministre de la Justice, assistés du  directeur du FBI nommé par eux, James Comey,  ont payé 160.000 dollars Christopher Steele, un ancien espion britannique agent de la CIA, par l’intermédiaire du cabinet d’avocats ‘Perkins Coie’ et le groupe de renseignement privé « Fusion GPS », pour concocter un dossier sur une prétendue manipulation de Donald Trump par les services secrets russes, le FSB, afin de le discréditer.

Ce dossier fabriqué avec des photos truquées de Trump avec une femme prétendument russe, a été rendu public sous le nom de « Russiagate ». Le FBI a surtout utilisé, pour le compte des Démocrates, la loi FISA qui autorise l’interception des communications (électroniques, téléphoniques et autres) des étrangers et des Américains à des fins d’antiterrorisme. James Comey a abusé de la loi pour espionner le parti républicain et Donald Trump pendant toute la campagne électorale.

Dans leur naïveté, les Démocrates s’imaginaient que Donald Trump allait respecter le secret des activités des services du même nom et n’oserait pas le rendre public. Il a osé.
Et il prouve qu’ils ont fait pire que Nixon.

Ces informations font les gros titres de la presse italienne mais pas de la presse française. Pourquoi ?

2 février, 2018

« Coming out » et « coming in back », quand les homos changent de bord et que Tarik Ramadan est mis à l’ombre

Classé dans : international,religion,socialistes — dompaul @ 18:31

Deux présidents d’états peu connus dans les pays dont sont ressortissants les Audressellois,  mais régulièrement réélus à une confortable majorité dans leur pays ou leur région, Alexandre Lukatchenko en Biélorussie et Ramzan Kadyrov en Tchétchénie, veulent « guérir les homosexuels », utilisant des moyens plus ou moins énergiques pour parvenir à leurs fins et s’inspirant du regretté Louis XIV quand il a révoqué l’édit de Nantes. Ils obtiennent des résultats et donnent satisfaction à la majorité silencieuse.

Kadyrov est du reste plus énergique pour « soigner les homosexuels » au nom de l’Islam que Lukatchenko, mais moins que la famille Saoud en Arabie dont les bourreaux manient le sabre avec vélocité et précision, et chacun sait que le régime en place dans cette dernière est très apprécié des différents chefs d’Etat français, qui ne le critiquent jamais.

Pour le parti socialiste, très malade mais pas encore disparu, la stratégie de reconquête passe par une nouvelle opération de séduction. Les homosexuels des médias ne représentent plus le groupe de pression prioritaire à flatter pour obtenir des voix, les électeurs mahométans les ont remplacés.

Alors quelques élus  homos, à tous niveaux, qui désirent absolument conserver leur mandat difficilement acquis lors des prochaines élections et dont la circonscription  se remplit de nouveaux électeurs issus de l’immigration, ont trouvé une solution simple: faire un enfant à une beurette qu’ils épousent après avoir divorcé à toute vitesse de leur compagnon. Celui-ci n’est généralement pas content et va se plaindre aux parents, oncles et cousins de son ex-conjoint qui avaient déjà dû digérer le « coming out » de leur fils ou neveu et qui, maintenant, doivent prendre un tournant à 180° en sachant qu’ils vont avoir un petit-enfant, neveu ou cousin mauresque.

Il est évident que nous ne pouvons pas nommer ces personnes car il ne s’agit pas de leur faire du tort, d’autant plus que la solidarité entre homos est plus forte que l’appartenance partisane et que ces homos renégats risquent de s’attirer les foudres de leurs anciens semblables. Mais ceci prouve que l’inversion n’est pas irréversible.

Dans cette lutte qui met aux prises les différentes communautés antagonistes, quoique de gauche, l’affaire Tarik Ramadan va servir de révélateur. Le procureur de la République vient de mettre à l’ombre pour examen le conférencier mahométan Tarik Ramadan sur le témoignage d’une « call-girl », terme pudique pour désigner une prostituée, pas du tout vénale, comme chacun sait, et sur les dires du livre signé par une « fragilisée » soutenue par la journaliste Caroline Fourest, qui se prétend lesbienne et ne critique jamais la politique israélienne.
Qui va gagner dans ce bras de fer judiciaire ? Tarik Ramadan refuse toujours d’admettre avoir commis les horreurs dont l’accusent les deux femmes et le mari de la première qui, étonnamment, n’est pas poursuivi pour proxénitisme.
Il va falloir trancher en ce qui concerne Ramadan: est-il préférable de complaire aux mouvements féministes LGBT ou aux Mahométans de banlieue et à la presse de gauche pro-Tarik ?

6 janvier, 2018

Elections du 14 janvier 2018: le point

Classé dans : conseil municipal,politique,socialistes — dompaul @ 23:54

La liste   »Audresselles d’abord » comportant les noms des cinq candidats de cette liste , celle qui est soutenue par Roger Tourret, le maire, vient d’être distribuée aujourd’hui dans les boîtes à lettres. Les lecteurs d’Audresselles.at la connaissent depuis un certain temps et ont pu même lire le curriculum vitae des cinq candidats et voir leur photo.

Des articles vont aussi paraître à partir de demain dans les journaux locaux et apporteront de nouvelles informations.

Les résidents à l’année à Audresselles pensent savoir en général pour qui vote chacun et se côtoient en évitant tout sujet qui fâche.
Reste que la nouvelle loi électorale sur les élections municipales avec vote bloqué ne s’applique pas encore à ces élections partielles.

C’est la dernière fois que l’ancienne loi s’applique: les électeurs d’Audresselles seront sans doute les derniers de France à pouvoir rayer des noms qui leur plaisent moins et panacher les listes en les remplaçant par des candidats de la liste adverse qui leur plaisent davantage.

En général, les électeurs audressellois panachent peu ou pas du tout mais, comme il s’agit d’un scrutin particulier, il est possible qu’il y ait un second tour puisque c’est ce que le panachage entraîne.

Quoi qu’il en soit, la règle d’or, pour un candidat aux élections, c’est de saluer et d’être aimable avec tous les électeurs et même avec leurs concurrents. Comme les commerçants qui considèrent que toute personne est un client potentiel ou du moins « a une langue ».

24 octobre, 2017

Cesare Battisti refait l’actualité: va-t-on extrader Mario Sandoval et Marina Petrella ?

Classé dans : politique,socialistes — dompaul @ 18:10

Mario Sandoval, désormais de nationalité française, est un ancien capitaine de l’armée argentine, poursuivi dans ce pays pour avoir, à l’époque de la dictature militaire de Videla, appliqué aux opposants d’extrême gauche, les méthodes de ses homologues français pour faire passer aux aveux les terroristes du FLN pendant la guerre d’Algérie. L’Argentine réclame son extradition.

Marina Petrella, ancienne terroriste des Brigades rouges, exécutrice de crimes de sang en Italie, continue à bénéficier du statut de réfugié politique offert par Mitterand et maintenu par Carla Bruni, quand elle était présidente de la République (française).

Comme la plupart des femmes entraînées dans le terrorisme pour suivre un mâle barbu sachant faire parler la poudre, Marina Petrella a toujours été « bruttina » (moche), mais en France, elle a réussi à plaire à un Maghrébin et réside à Argenteuil avec son compagnon. Ses enfants habitent à quelques kilomètres de chez elle.  L’Italie réclame son extradition pour qu’elle exécute la peine à laquelle elle a été condamnée il y a quarante ans.

Toutes ces affaires où la France sert de refuge à ces criminels, remontent à la surface au moment où l’extradition de Cesare Battisti, autre criminel des Brigades rouges, revient à la surface au Brésil. La cour suprême y doit statuer sur son extradition vers l’Italie.

Il existe un point commun entre ces trois personnes sur qui pèse la menace de l’extradition vers l’Italie ou l’Argentine à chaque changement de gouvernement dans le pays hôte: leur ancienne appartenance à des organisations manipulées par la CIA à l’époque de leur crime .

En poste à Rome à l’époque où le président du parti au pouvoir  Aldo Moro a été enlevé (1978), d’anciens officiers de cette organisation ont ensuite témoigné par oral ou par écrit que Mario Moretti, le chef des Brigades Rouges, avait attendu de recevoir leur ordre par téléphone avant d’exécuter Aldo Moro, coupable d’avoir voulu faire entrer le Parti communiste dans le gouvernement italien.
En Argentine, ce n’est un secret pour personne que l’épuration des militants de la gauche révolutionnaire par la junte dirigée par le général Videla, avait la bénédiction du gouvernement de Washington.

Qu’ils soient  aux ordres d’un gouvernement rastaquouère « de droite » ou d’ une organisation clandestine « de gauche », tous les assassins comme Marina Petrella, Cesare Battisti ou Mario Sandoval sont tous faits de la même farine et ont tous commis des assassinats pour le service des intérêts militaro-industriels des Etats-Unis d’Amérique. Il est donc absurde de les distinguer les uns des autres parce qu’ils auraient une étiquette d’extrême-droite ou d’extrême-gauche:

Ou bien il faut tous les renvoyer dans leur pays d’origine dont le gouvernement les réclame, ou bien la France les garde sur son territoire à condition qu’ils continuent à se faire tout petits, petits. C’est la meilleure solution.

Quant aux familles des victimes assassinées par ces trois ex-tueurs, il leur reste toujours la possibilité de tourner la page ou de s’occuper elles-mêmes de les rapatrier, en procédant comme les Israéliens avec Eichmann ou les Français avec Carlos.

18 octobre, 2017

« Balance ton porc », ou le remake du « Juif Süss »

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 17:52

Par la grâce de la loi Fabius-Gayssot et des lois identiques votées dans les pays de l’Union européenne et d’Amérique du Nord, toute allusion qui pourrait être assimilée à de l’antisémitisme ou à l’antisionisme, même dans la sphère privée, si l’on est enregistré, filmé ou dénoncé sur internet, est désormais considérée par les tribunaux comme un crime et punie d’amendes considérables et même de prison (1).

Evidemment, nombreux sont ceux qui cherchent par tous les moyens une faille dans cette interdiction. Et pas seulement les néo-nazis, les Trostkistes pro-Palestiniens, les Islamistes et autres antisémites-antisionistes officiels poussés par des motivations idéologiques ou électoralistes mais aussi les journalistes à sensation qui cherchent des scoops.

Une actrice américaine un peu vieillie et sans emploi depuis la fin de la série télévisée à laquelle elle participait (une histoire de sorcières), vient en effet de réapparaître sur les écrans de l’actualité en affirmant avoir été violée par le producteur Harvey Weinstein en échange d’un rôle dans un film. Une foule d’actrices ménopausées s’est alors précipitée devant les micros avides de leurs paroles, pour déclarer qu’elles aussi avaient été importunées par ce même producteur ou qu’elles avaient même dû coucher avec lui, parfois à plusieurs reprises. Elles veulent en effet faire des livres sur le sujet et gagner ainsi quelques sous pour l’occasion.

La  féministe Sandra Müller (Frau Müller) a eu l’idée d’exploiter à fond ces histoires en créant un site de dénonciations intitulé « balance ton porc » car les mots « dénonce ton porc » évoquerait trop la Collaboration, bien qu’ils reviennent au même. Pour la presse et les chaînes de télévision, cette affaire prend heureusement le relais des aventures de Dominique Strauss-Kahn, qui ont rapporté des dizaines de millions d’euro à de nombreux vautours depuis 2011.

Quant à Roman Polanski, le metteur en scène accusé de viol sur mineure il y a cinquante ans aux Etats-Unis et recherché par Interpol, ce n’est plus demain qu’il va pouvoir demander une amnistie pour pouvoir circuler en dehors de l’hexagone, malgré les interventions en sa faveur de Jack Lang, l’ancien député que le monde nous enviait, et de Bernard-Henry Lévy, le milliardaire-philosophe propriétaire de chaînes de télévision diffusant de la télé-réalité.

Tous ces personnages ont des points communs,  dont le moindre est d’être de gauche. Les trois premiers se trouvent désormais sous un éclairage permanent ou récurrent des médias, en tant que « porcs », animal impur dans certaines religions dont la leur.

Sous le règne du docteur Goebbels, en 1940, était sorti un film historique intitulé « le Juif Süss », ministre des Finances du roi de Würtenberg », présenté comme odieux et assouvissant ses désirs avec des femmes « aryennes » peu consentantes. Il finissait pendu devant une foule en liesse. Bien que le film soit depuis peu retiré de « Youtube » à la demande d’une association juive, le scénario est repris et actualisé dans les sagas judiciaires et journalistiques consécutives à chaque scandale autour de la vie sexuelle de chaque « porc », qu’on enchaîne comme une bête fauve pour le présenter à la foule avant de le condamner.

Mais il reste en vie, précisément pour alimenter la presse quand il y a un vide dans l’actualité. Le Porc est toujours le même personnage dans les remake-réalité du  film, sauf qu’il change de nom.

(1) voir l’article: Le 17 octobre, Dieudonné passe en jugement pour blasphème

2 septembre, 2017

Audresselles: les dessous des élections partielles anticipées

Un cinquième conseiller municipal vient de démissionner à Audresselles, créant ainsi les conditions nécessaires à un nouveau scrutin dans les trois mois pour remplacer les démissionnaires. Ceux-ci, comme les dix  conseillers restants, avaient tous été élus sur la liste de Roger Tourret,  maire depuis 1975. Arithmétiquement, cela ne devrait donc rien changer puisque  même si certains des futurs élus se placent dans l’opposition au maire, ils resteront très minoritaires.

Actuellement, les opposants au maire ont fait leur cheval de bataille des deux thèmes suivants: les terrasses des commerces, en particulier des restaurants, installées sur la voie publique et le colis de Noël attribué aussi aux électeurs belges qui représentent dix pour cent des électeurs inscrits et comme ils votent tous, quinze pour cent des votants habituels. Toutefois c’est l’histoire des terrasses de restaurant qui sert surtout de prétexte aux mécontents.

Comme, maintenant que le nombre de pêcheurs professionnels s’est réduit comme peau de chagrin puisqu’ils ne sont plus qu’une dizaine, les seuls employeurs sont désormais les commerçants et artisans et il y a douze commerces occupant l’espace public. Ils donnent un emploi, en moyenne, à six employés chacun. Ce sont les seuls à permettre aux Audressellois de pouvoir travailler sur place.
Si les terrasses des commerces disparaissent, les touristes belges ne viendront plus et ce sera la ruine immédiate pour une cinquantaine de familles avec un effet de dominos sur les autres.
Si l’on taxe les terrasses ou que la commune fait payer un loyer aux commerçants, les fonds n’iront pas à la commune mais à la communauté de communes ou au département et les restaurateurs pourront demander à la commune une indemnisation de plusieurs centaines de milliers d’eurosà hauteur de leur chiffre d’affaire perdu en cas de travaux de voirie. C’est ce qui se passe régulièrement à Paris.

« Ils n’ont qu’à aller travailler ailleurs »

Analysons donc quelles sont les catégories professionnelles des opposants aux terrasses les plus virulents puisque, selon Clément Vautel, « la situation fait l’opinion »: d’abord en tête, figurent des résidents secondaires dont le revenu mensuel est au minimum de douze mille euro, dits autrefois les « baigneurs », puis les « estivants ». On les a appelé ensuite les « vacanciers ». La foule les dérange et ils rêvent de l’Audresselles d’avant l’autoroute, le TGV et le code du travail, lorsque les femmes de matelot étaient immédiatement disponibles pour se mettre à leur service quand ils venaient se reposer.
« Ils n’ont qu’à aller travailler ailleurs » disent  à propos des employés des restaurants ces  cadres ou  fonctionnaires nommés par des gouvernements socialistes.

A eux se joignent quelques retraités qui ont acheté à Audresselles une maison pour finir leurs jours tranquilles. Ils font leurs courses et vont au restaurant dans les centres commerciaux. Les terrasses réduisent la largeur de la voirie et quand ils circulent après l’apéritif ou le digestif, ils ont des difficultés à bien viser pour passer sans accrocher leur véhicule. S’ils passent par la route départementale pour éviter ces inconvénients, ils risquent de se faire retirer leur permis de conduire par les gendarmes. Ce qui est encore plus déplaisant.
S’il existe des opposants aux terrasses parmi les électeurs aux revenus plus modestes, ils ne se manifestent pas mais le prochain scrutin permettra de déterminer quel est leur pourcentage.

24 mai, 2017

Rencontre culturelle Poutine – Macron

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes,Syrie — dompaul @ 9:34

Macron et Poutine doivent se rencontrer le 29 mai à Versailles. Audresselles.at a pu connaître une partie de ce que Poutine apportait dans ses bagages.

Donald Trump fait le tour des pays du Moyen-Orient en se recueillant devant le mur des Lamentations pour s’attirer la bienveillance du lobby sioniste américain et en vendant de l’armement aux Saoudiens pour rassurer le lobby militaro-industriel  car ces deux groupes d’influence  tiennent les medias et le rapprochement Trump-Poutine les avait alarmés, surtout le second, alimenté par les guerres actuelles ou potentielles.

Pour l’instant, Trump ne peut donc pas rencontrer physiquement Poutine, son ami, tant qu’il n’a pas rassuré les marchands d’armes.

En revanche, Emmanuel Macron, qui sent le vent de l’histoire tourner,  a saisi l’occasion pour inviter en premier Vladimir Vladimirovitch au grand Trianon de Versailles, précisément là où, il y a trois cents ans, le roi-enfant de France Louis XV, avait accueilli son prédécesseur, le tsar de toutes les Russie, Pierre le Grand (il mesurait deux mètres quatre centimètres) qui l’avait pris dans ses bras.

Le conservateur qui a eu l’idée d’organiser à cet endroit  l’exposition Pierre le Grand précisément au moment opportun, devrait avoir un avancement fulgurant.

Regarder les télévisions russes en langue française qui ne diffusent pas les mêmes informations que les chaînes françaises car elles sont sous un contrôle différent, nécessite une manipulation plus compliquée car il faut trouver la bonne chaîne câblée ou satellitaire.

A l’aide d’un ordinateur, on peut aussi taper TV Russia puis chercher une chaîne. C’est donc quasiment impossible pour ceux dont le niveau culturel correspond à celui de  l’ émission   animée par Cyrille Hanouna (qui a actuellement des problèmes avec les gays radicalisés pour des histoires de « trou de balle » (sic!) ).  Les Russes ont l’intention de créer de nouvelles chaînes russes en français encore plus accessibles et de les multiplier, concurrençant donc aussi les chaînes françaises les plus regardées dans l’hexagone.

Entre Poutine et les derniers gouvernements français, on joue donc à « je te tiens par la barbichette ».

Afin de commencer à réchauffer les relations franco-russes, particulièrement glaciales du temps de hollande dit « le Pingouin », Le gouvernement français aimerait bien que Poutine réduise sur les chaînes russes en français la propagande pour le Front National, les amis de Mélenchon et leurs idées, surtout en cette période d’élections.

Macron peut proposer d’inciter les chaînes françaises à diffuser en français des films récents et des feuilletons télévisés à gros budget, produits par des metteurs en scène russes, afin de familiariser davantage le téléspectateur français basique avec les Russes, leur vie quotidienne et leur histoire souvent mêlée à celles Français depuis 1051, quand Anne, princesse de Kiev, est devenue reine de France. Ceci, afin que les Russes leur paraissent proches d’eux et sympas.

C’est une proposition acceptable, sauf pour les producteurs de films et de feuilletons américains, qui devront se pousser un peu, pour faire de la place sur les écrans des Français.
Mais est-elle suffisante si Poutine développe les chaînes russes en français?

Pour faire plaisir à Poutine, il faudrait que l’armée française cesse de collaborer aussi étroitement avec Al Nosra à Damas même et de fournir en armes et en matériel cette organisation même si, comme disait Fabius, elle fait du « bon boulot » en Syrie, en massacrant Chrétiens, Alaouites et Chiites.

Evidemment, si la France applique l’article 1 de la charte des Nations Unies et reconnaît le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, notamment le référendum d’autodétermination des habitants de la Crimée, les contentieux passés seront atténués.

Quelques feuilletons et films russes sur youtube:

Night Swallows – Episode 1. Russian Tv Series. StarMedia. Military Drama. English Subtitles

  • il y a 2 ans
  • 90 632 vues
Watch free russian tv shows with english subtitles All episodes: …
  • ST
Rencontre culturelle Poutine - Macron dans histoire41:28

Russian movie with English subtitles: Penal battalion 

 dans international2:04:03

Russian movie with English subtitles: Admiral

The Island (Russian movie with English subtitles)

Russian movie with English subtitles: By the Will of Genghis Khan

    • ST
  1.  dans politique
    37 VIDÉOS

    Russian Movies

    1. 2:09:27The Horde (Russian movie with English subtitles)
    2. 1:54:27The Island (Russian movie with English subtitles)

    The Dawns Here Are Quiet – Episode 1. Russian TV Series. English Subtitles. StarMediaEN

    • il y a 10 mois
    • 152 472 vues
    It is late spring of 1942, and the Great Patriotic War is in full swing. A long way off from the front-line, at some God-forgotten …

    We are from the Future » – [english subtitled] ww2 Sci-Fi

    • il y a 9 ans
    • 207 232 vues
    « We are from the Future » - Russian Time Hopper. Episode №1 Time hopping adventure featuring a quartet of young, college aged …

17 mai, 2017

Réquisition des résidences secondaires pour loger les migrants

Classé dans : international,politique,socialistes — dompaul @ 10:06

Angela Merkel, qui a de bonnes chances d’être réélue par les Allemands dont la moyenne d’âge est la plus élevée du monde, a décidé de réquisitionner leurs résidences secondaires pour y loger les migrants. C’est une idée qui est depuis longtemps partagée par 48 % des lecteurs de ce blog, selon un sondage mis en ligne en 2014.  Et des conseillers de la chancelière figurent parmi les lecteurs réguliers d ‘Audresselles.at.

Emmanuel Macron s’est précipité à Berlin pour lui faire allégeance dès qu’il a été élu, mais sans se prendre les pieds comme Hollande dans le fameux tapis rouge en équerre. Elle lui a donné amicalement les conseils d’un ancien expérimenté à un petit nouveau et l’a invité  à abaisser drastiquement le déficit budgétaire en réduisant les salaires et les allocations à leur plus simple expression tout en augmentant les impôts, par tout moyen selon le calcul simple : D = S + A – I.  L’idéal étant d’obtenir un excédent selon le calcul E = I – S+A. Mais pour obtenir un excédent, il aurait dû choisir Roger Tourret, maire d Audresselles, comme Premier ministre, le magicien qui n’a pas besoin d’augmenter les  impôts locaux pour faire progresser la prospérité de sa commune de façon exponentielle.

Comme Emmanuel veut faire plaisir à cette jeune femme (Angela est plus jeune que Brigitte) et qu’il a annoncé qu’il gouvernerait par ordonnances, c’est-à-dire des décisions immédiatement applicables en attendant d’être votées par le Parlement sans modification, il peut aussi soulager l’Allemagne en réquisitionnant lui aussi les résidences secondaires pour accueillir les migrants (sauf au Touquet) et, si les gens manifestent violemment contre toutes les mesures qu’il prend avec son frère  Edouard Philippe, utiliser les mêmes méthodes radicales et efficaces qu’avec les ressortissants français qui sont partis chez Daech, et veulent revenir, mais ne reviennent pas.

13 mai, 2017

Défense globale

Classé dans : international,socialistes,Syrie — dompaul @ 22:54

Ci-dessous, voici une analyse d’Olivier Berger qui reflète parfaitement l’état d’esprit du régime  socialiste de François Hollande, notamment face à la Russie. A ce sujet, l’auteur de l’analyse extrapole sur ce qu’il pense devoir être aussi celui d’Emmanuel Macron et reprend exactement les termes belliqueux utilisés par la propagande de Napoléon III lorsqu’il a envoyé ses troupes faire la guerre en Crimée au tsar Nicolas pour le compte de la reine Victoria qui, en récompense, a offert les tableaux du triptyque de l’église d’Audresselles. 

Les dix principaux défis de Défense de la présidence
Emmanuel Macron (analyse)

Par Olivier Berger
11/05/2017
Le directeur de l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (IRSEM,
rattaché au ministère de la Défense), Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, a établi en
anglais pour le site War on the Rocks les dix défis de Défense auxquels le
président Emmanuel Macron va être confronté durant son quinquennat (le lien ici).
Ils sont pour l’essentiel identifiés de longue date (budget, Sentinelle, dissuasion,
OTAN-UE, Russie, Syrie, Sahel, Libye, Pacifique et Corée du Nord) mais d’une
complexité stratégique et géopolitique rare. Emmanuel Macron, entouré de l’actuel
ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian (photo AFP) et d’un conseiller aux
affaires régaliennes, Didier Casas, devra y répondre… C’est par chance le candidat
à la présidentielle le plus ouvert au monde et pro-européen…
1. Financer l’ambition de la France
Après 35 ans de déclin, le budget de Défense augmente de 3,8 milliards d’euros de
2016 à 2019. Il faut faire face aux crises lointaines, à l’usure des hommes et des
matériels. Le candidat Macron promet d’atteindre les 2 % du PIB consacrés à la
Défense en 2025 (1,79 % pensions comprises actuellement…).  » C’est possible
mais entraîne des questions de viabilité budgétaire et de priorisation des dépenses
pour M. Macron.  »
2. L’après Sentinelle
La France est en état d’urgence depuis le 13 novembre 2015 de sinistre mémoire ;
l’opération Sentinelle rassure les Français mais met à mal les ressources humaines
(entre 7 000 et 10 000 militaires mobilisés en permanence) à un coût sérieux et une
efficacité relative. Pour l’auteur, il faudra  » peut-être proposer un autre modèle pour
sécuriser les rues « . La piste de la Garde nationale, dont l’objectif est de 85 000
réservistes en 2018, est intéressante mais  » pose également un certain nombre de
défis, y compris le financement, la formation, l’infrastructure et les règles
d’engagement « .
3. Moderniser les forces nucléaires
L’heure est à la modernisation des armements nucléaires dans le P5 (Etats-Unis,
Russie, Chine, Royaume-Uni, France). En raison de l’obsolescence et de la rapide
progression des défenses antimissiles. La France doit moderniser ses deux
composantes  » tout en contrôlant les coûts, ce qui sera un défi majeur « . Un rapport
parlementaire évoque que le coût annuel de la dissuasion pourrait bondir de 3,5
milliards d’euros par an à 6 milliards en 2025. Le président devra ainsi décider de la
future tête nucléaire aéroportée qui sera livrée entre 2035 et 2040. Mais la France
reste dépendante de la dissuasion nucléaire, le rapport insiste :  » Un euro investi
dans la dissuasion génère 20 € dans l’économie.  » Surestimé mais correct, estime
le directeur de l’IRSEM.
4. L’offensive russe
On ne vous fait pas un dessin sur le réarmement et les intentions belliqueuses de
la Russie depuis 2014 (Crimée, Ukraine, Syrie, les show of force dans les cieux et
mers européennes). La question est d’autant plus sensible que la campagne
Macron a été la cible de déstabilisations informatiques et que le candidat était le
seul des quatre principaux à critiquer clairement le régime Poutine.  » Face à la
guerre de l’information, le défi pour la France et ses alliés est de calibrer la
réponse. « 
5. L’unité euro-Atlantique
Quels seront les effets du Brexit sur la relation franco-britannique et notamment, les
accords de Lancaster House ? L’Allemagne peut-elle prendre la place britannique
malgré son faiblard 1,2 % de PIB pour la défense ? L’OTAN doit aussi se rénover
de l’intérieur (sommet le 25 mai à Bruxelles). Avec Trump mais aussi les dérives
autoritaires du Turc Erdogan, de la Hongrie ou la Pologne. Cet affaiblissement de
l’Alliance bénéficie aux Russes.
6. Le piège syrien
La France souhaite depuis le début du conflit le départ de Bachar el-Assad,
soutenu par la Russie et l’Iran (sur son axe Irak-Syrie-Liban). Il ne reste plus rien de
 » la soi-disant opposition modérée « .  » L’Etat islamique est un problème à long
terme  » et le régime syrien est sa principale source de revenus. Sur quelle
recomposition géographique et sociétale (repopulation chiite au détriment des
sunnites) débouchera la Syrie ?  » Tous les ingrédients d’une guerre permanente  »
sont réunis.
7. La stabilité au Sahel
Après le succès français de la reconquête avec Serval en 2013, l’opération de
maintien de la paix au Mali (MINUSMA) est désormais la plus dangereuse des
Nations Unies (116 morts). Après le nord, le centre du pays souffre aussi de la
détérioration de la sécurité. La stabilité de la bande sahelo-saharienne et du G5
(Brukina Faso, Tchad, Mali, Mauritanie, Niger) dépend trop de l’opération Barkhane.
Comme le martèle le chef d’état-major des armées, le général de Villiers:  » Il ne
peut y avoir de paix durable sans développement ni développement durable sans
paix.  » Et de bonne gouvernance locale sans corruption, ajoute l’auteur…
8. La pente glissante libyenne
Après la contestable intervention en Libye en 2011, la France et ses alliés  » ont une
seconde chance en Libye de faire mieux « . Comme au Sahel, une approche globale
est plus que nécessaire (politique, tribale, militaire, économique) pour recoller les
morceaux d’un pays éclaté (Tripoli, Misrata, Benghazi, Tobrouk). Sans oublier l’Etat
islamique.
9. Le Pacifique
Si Trump stoppe le pivot asiatique face à la Chine de son prédécesseur, les pays
asiatiques se tourneront vers l’Europe. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le
Drian, est le plus actif dans le  » dialogue de Shangri-La « . (conférence sur la
sécurité de la zone Asie-Pacifique). Et 85 % de la zone économique exclusive de la
France se situe dans le Pacifique et l’Océan indien. Une des faiblesses de la
France est son unique porte-avions, au repos pour arrêt technique majeur, au
moment où la Chine et l’Inde montent en puissance.  » Voilà qui relance déjà le
débat sur la nécessité d’un second groupe aéronaval.  »
10. Le dilemme nord-coréen
Le défi de la Corée du Nord semble moins aigu pour la France que pour ses alliés
de la région. Le dilemme est donc plus international : doit-on laisser Pyongyang
devenir une puissance nucléaire ou faut-il intervenir préventivement ?
Jean-Baptiste Jeangène Vilmer ajoute d’autres défis et menaces potentiels : le
programme balistique iranien, la cybersécurité, l’armement chimique, l’accès aux
ressources naturelles cruciales, la militarisation de l’espace…

12345...27

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas