9 janvier, 2017

Marie-Christine Bourgeois, conseillère régionale, interdite de parole par le maire de Wissant

Classé dans : politique,religion,socialistes,Wissant — dompaul @ 11:28

Bernard Bracq,  élu à la faveur d’une triangulaire maire de Wissant, commune bourgeoise,  continue à s’efforcer d’appliquer le principe du « front républicain », devenu obsolète ailleurs. Comme son frère et son cousin ont été  respectivement maire adjoint et maire socialistes militants de Marquise et y sont toujours conseillers municipaux, il est un peu de droite pour ses électeurs de Wissant, mais un peu de gauche aussi.

Les autres conseillers de la communauté de communes de la Terre des deux caps lui ont en tout cas fait assez confiance pour ne pas l’élire à un poste d’adjoint au président Bouclet.

Néanmoins, il a invité ses administrés à une séance de voeux 2017 bien organisée. Il y a invité Brigitte Bourguignon, qui fait joli dans le paysage, en tant que députée de la circonscription. Il y a aussi invité ses administrés dont Marie-Christine Bourgeois, conseillère régionale de la terre des deux caps, en tant qu’habitant-électeur de Wissant.
Lors des allocutions qui précèdent le buffet, il a invité Brigitte à faire son petit discours mais il a refusé la parole à Marie-Christine car « Nous sommes en campagne électorale », a-t-il donné comme argument.

Marie-Christine Bourgeois, qui a exercé une profession libérale, a en effet deux qualités qui déplaisent à Bernard Bracq:  elle et son mari sont catholiques très pratiquants et surtout, elle a été élue sur la liste du Front National.
Pourtant le discours qu’elle avait préparé n’avait rien de polémique. Il était même très consensuel.
et nous avons pu nous le procurer pour les lecteurs d’Audresselles.at. Après le préambule habituel où elle nommait les personnalités présentes, elle ajoutait:
(…)
Cette émotion que nous partageons ce matin ensemble est un moment de grande unité nationale. D’autres dates nous réuniront au cours de cette année, mais ce qui nous réunit aujourd’hui ce n’est ni une commémoration, ni un souvenir, ni un devoir civique, ni un événement dramatique, ni une revendication, c’est uniquement le sentiment de vivre heureux ensemble et l’espoir que ce moment chaleureux, puisse durer tout au long de cette année alors profitons généreusement de ces quelques minutes.
D’autres mieux que moi ont su évoquer le passé récent de notre petite communauté, les joies, les peines, les grandes réalisations et les petits soucis.
Personnellement l’année 2016 aura permis de m’investir pleinement dans la découverte détaillée de notre territoire et sa gestion administrative. Avec beaucoup d’application je vous représente au conseil régional et au conseil d’administration du parc naturel régional . Vous trouvez en moi une oreille attentive dans notre vie quotidienne et nous participons ensemble aux moments forts de notre vie communale, même si j’échappe souvent aux photographes et que je ne suis pas interviewée par les journaux locaux. Mais c’est peut-être mieux ainsi, l’essentiel étant d’être là sur le terrain pour aider à trouver des solutions aux problèmes qui se posent par la rencontre et le dialogue.
Pour 2017 je vous souhaite une année active, prospère et riche de nombreux moments de convivialité.
À tous et particulièrement aux enfants et aux seniors une bonne santé grâce à l’air pur de notre bord de mer et au climat tonique de la côte d’opale.
Que notre village soit tout au long de cette année l’exemple d’une communauté heureuse et accueillante. Vive l’an Neuf ! »

Sur les photos: à gauche, Brigitte à Audresselles, devant des tableaux de Maurice Boitel. A droite, Marie-Christine, devant la poissonnerie de Jean-Jacques Baillet, rue Edouard Quenu à Audresselles. Photo du bas: le président Bouclet. On reconnaît à sa droite, au premier plan, Roger Tourret, le maire d’Audresselles

 DomPaul et BrigitteJean-Claude Labit d'Ambleteuse, Jean-Jacques Baillet, Marie-Christine Bourgeois, Evelyne Labit-Boussemaer, d'Audresselles et Ambleteuse, Jacques Harduin,  Anne-Marie et Patrickfête du crabe 2016 Roger Tourret, Marc Sarpaux, Francis Bouclet, Mélanie Belart, Frédéric Wacheux (r)

8 janvier, 2017

Obama: fin de règne dans la déconfiture

A la fin du quinzième siècle, on a assisté à l’effondrement de l’Etat bourguignon dont les territoires allaient de la Frise, au nord des Pays-Bas, jusqu’à Mâcon, englobant Audresselles et ses environs. Le duc Charles dit « le Téméraire » ayant péché par orgueil et précipitation dans une lutte de huit ans qui l’a opposé à Louis XI de France, un adversaire patient, persévérant et ne manquant jamais de saisir l’occasion d’agir à bon escient.

Charles ayant laissé le sort des batailles décider de son avenir, son cadavre a été retrouvé près de Nancy, à moitié dévoré par les loups, animaux inoffensifs selon les militants écologistes parisianistes. Ses états ont été démembrés et Louis XI en a récupéré la plus grande part.

On vient d’assister au même phénomène dans la lutte de huit ans aussi, qui a opposé Barack Hussein Obama à Vladimir Vladimirovitch Poutine.

Obama ne sera certes pas dévoré par les loups mais tous les états du Moyen-Orient inféodés aux Américains, parfois depuis soixante dix ans, ont basculé en quelques mois dans les bras de Poutine et de la Sainte-Russie, devenue la troisième Rome des Chrétiens orthodoxes mais aussi catholiques puisqu’aux yeux de la majorité de ces derniers, leur champion n’est pas le vieux pape argentin désargenté, mais Vladimir Vladimirovitch, seul vrai défenseur de l’ensemble des Chrétiens d’Orient et d’ailleurs.

Barack Hussein avait certes un vrai dessein mais il avait dû le conserver caché, s’il voulait d’abord être réélu, ensuite pour que son parti remporte encore les élections après son départ. Et une partie de ses électeurs, finissant par comprendre que leur intérêt bien compris ne faisant pas partie de ceux qu’il défendait, ont abandonné les Démocrates.

Pendant ses deux mandats, il s’est efforcé de permettre aux Etats-Unis de piller davantage encore la planète pour offrir un bon niveau de vie  à son électorat en grande partie sans emploi légal et sans qualification reconnue, dont le noyau central est composé de descendants d’esclaves, et plus particulièrement de convertis au Mahométisme sunnite, mais aussi d’immigrés de fraîche date. Ceci tout en satisfaisant les écologistes de tout poil qui entravent l’exploitation minière dans le sol du pays, mais pas ailleurs.

Pour subvenir aux besoins de cet électorat, il devait d’abord continuer à faire travailler les habitants de la Chine ou du reste de l’Asie en faisant fonctionner « la planche à billets » pour payer ces derniers, c’est-à-dire en créances de milliers de milliards de dollars, remboursables à une date indéterminée.

Et surtout, pour exploiter les ressources minières et en hydrocarbures des pays moyen-orientaux, il lui fallait expulser les concurrents de la zone, en commençant par la flotte russe de la Méditerranée.

Il a donc voulu casser l’alliance russo-ukrainienne en provoquant un coup d’état en Ukraine aboutissant à la prise de pouvoir à Kiev par des agents américains pour fermer la base russe de Sébastopol. Avec ses supplétifs européens, il a voulu provoquer la chute de Bachar-Al-Assad pour chasser la marine et l’aviation russe de Tartous et de Lattaquié sur la Méditerranée orientale.

Résultat:  Poutine a pris le contrôle de toute la Crimée et le drapeau russe flotte définitivement sur Sébastopol. La Hongrie, fraîchement entrée dans l’OTAN et l’Union européenne, applaudit ses succès car elle a toujours le secret espoir de récupérer sur l’Ukraine, grâce à Poutine, sa province de Ruthénie subcarpatique, qui lui avait été arrachée par les Français en 1919.

Au Moyen-Orient, Poutine s’est allié aux Iraniens contre les Américains et maintenant, c’est au tour des Egyptiens de retrouver la vieille alliance russe de l’époque de Nasser. Même les Turcs rejoignent Poutine (alors qu’ils appartiennent à l’OTAN). Et, chose impensable il y a encore quelques mois, le Qatar est en train de passer dans le giron russe. A Astana, il ne sera plus question du départ de Bachar-Al-Assad.

Mieux encore, et on finit par se demander si Obama est intelligent. Obama lui-même affirme son incapacité à empêcher les services spéciaux russes d’intervenir dans les élections présidentielles américaines. Selon Obama lui-même, ce serait sa propre incompétence qui aurait abouti à la victoire électorale de Trump dont la politique étrangère aura comme pivot l’alliance russo-américaine.

Dans ce contexte, on comprend mieux pourquoi Hollande ne se représente pas aux élections: il a tout misé sur le mauvais numéro, en particulier grâce à Fabius, alias « porte-poisse ».

Pour voir des videos approfondies sur le sujet, taper « Bassam Hattan », et notamment:

Obama: fin de règne dans la déconfiture dans écologie

29:01

.

2 janvier, 2017

Jeunes migrants: les cougars de Calais peuvent satisfaire leurs désirs

Classé dans : international,politique,socialistes — dompaul @ 19:40

En Afghanistan, grâce aux troupes américaines, et à leurs supplétifs français, britanniques et autres, les différentes mafias collaboratrices, constituées d’individus corrompus et sans scrupules, ont inséré leurs hommes de main à la tête de la police et de l’armée locales.

En attendant de se retrouver seuls face aux Talibans quand les troupes américaines seront parties, ces nouveaux chefs assouvissent leurs instincts pédérastiques en achetant de jeunes garçons à leurs parents miséreux pour en faire leurs jouets sexuels. C’est la pratique du bacha bazi (بچه بازی ).

Evidemment, quand ils parviennent à échapper à leur propriétaire, une partie de ces bacha bazi cherchent une protection dans les rangs de Talibans, qui sont les seuls à combattre ces pratiques de pénétration tandis que la justice française punit désormais d’une amende de 5000 € ceux qui les qualifient d’ »abomination ».

Dans un sens puis dans l’autre

Et pourtant, certains de ces bacha bazi ont abouti à Calais, dans l’espoir d’une « vie meilleure » et là, ce ne sont plus seulement des pédérastes qui les recherchent mais des femmes mûres et esseulées, qui ont encore des désirs sans être nécessairement très désirables, des « Cougars ». Les associations dites d’ »aide aux migrants » regorgent de ces braves dames qui veulent leur bacha bazi chez elles, à domicile.

La police, toujours pleine de malice, a toute les peines du monde à récupérer ces jeunes illégaux car les  cougars, soi-disant charitables, alertent toutes leurs copines et la presse locale quand on veut leur arracher leur bacha bazi, dont elles avaient fait leur esclave caché.

28 décembre, 2016

Une « bonne action » et un « bon mot » de François Hollande

Harcelé par toutes les femmes de sa vie et peut-être désireux de faire une « bonne action » avant son départ,  François Hollande a fini par accorder une grâce totale à Jacqueline Sauvage, cette mère de famille qui avait tué son mari violent et alcoolique de trois décharges de fusil de chasse après quarante sept ans de mariage. Elle est rentrée chez elle le jour même,  aujourd’ hui, après avoir tout de même passé plus de trois ans en prison.

En effet, les juges d’application des peines avaient refusé de prendre en considération la première grâce partielle, consistant à réduire le temps de détention nécessaire pour une remise de peine.

Avant guerre et surtout pendant, dans les campagnes profondes ou dans les villages de pêcheurs éloignés des villes, ce genre d’affaires se réglaient souvent en famille à coup de gourdin sans  intervention de la Justice et tout le monde était content.

Il est certain que les pétitionnaires qui ont suivi Anne Hidalgo et d’autres partisans de la grâce présidentielle ont la nostalgie de cette époque. François Hollande lui-même, pour apprendre à rédiger mieux que Sarko, a dû se nourrir des romans de Maupassant où les gêneurs boivent le bouillon de onze heures.

Mais, parmi les facéties de Hollande, on relèvera surtout son « bon mot » dans son discours de janvier 2015 devant le mémorial de la shoah à l’occasion des soixante-dix ans de la libération du camp d’Aushwitz par les Russes.
Va-t-il reprendre les mêmes termes cette année devant un public de nonagénaires somnolents porteurs de kippa ? En effet, pour décrire le sort réservé par les nazis aux Juifs, il parlait, il y a onze mois, d’ « extermination méthodique, programmée, scientifique des Juifs ». Il a bien insisté sur le mot: « scientifique ». Ce n’est pas un lapsus. Pour François Hollande, la principale qualité des nazis était donc d’être d’abord des scientifiques. Comme dans toutes les assistances composées majoritairement de gâteux attendant le cocktail, personne n’a réagi.

Voilà un bon mot qui fera couiner de plaisir ceux qui sont convaincus que les nazis, ces « scientifiques », ont fait un travail méthodique et scientifique, donc du « bon boulot », pour reprendre l’expression chère à Fabius à propos d’Al Nosra qui extermine les Chrétiens avec de l’armement léger français.

25 décembre, 2016

Israel: les Socialistes révèlent leur vrai visage antisémite

Classé dans : international,politique,socialistes — dompaul @ 19:54

Pendant l’Occupation nazie, après avoir voté les pleins-pouvoirs à Pétain, la plupart des politiciens socialistes non-juifs, dont Mitterand, se sont précipités pour continuer à partager le gâteau en devenant collabos.

Du reste, comme Hitler l’a fait avant lui, Mitterand confisque les biens des Rotschild en 1981.

Ce qui n’a pas empêché, depuis la Libération mais surtout depuis l’arrivée en métropole des Juifs sépharades d’Afrique du Nord, le parti socialiste de se prétendre le défenseur d’Israel pour se constituer un électorat aussi captif que celui des fonctionnaires de l’Education nationale.

Et chaque année, depuis Mitterand, le président de la république va lécher l’homme de sucre (Zuckerman), président du conseil soi-disant représentatif des institutions juives (CRIJ) pour obtenir l’appui de certains medias influents et conserver son capital de voix.

Idem aux Etats-Unis, où les Juifs, essentiellement new-yorkais, votent pour le parti démocrate, devenu désormais le jumeau du PS français.

Mais en fait, « chassez le Naturel, il revient au galop ». Ni Obama le sunnite ni Hollande, n’ont jamais pu piffer les Sionistes. Comme certains larbins hypocrites qui encensent leur patron avant de lui cracher misérablement au visage quand ils partent à la retraite, tous les deux, en choeur, viennent de faire voter par l’ONU la condamnation inattendue d’Israel pour les dernières constructions abusives sur le Territoire géré par les Cisjordaniens arabes, alors que, jusqu’ici, ils ont toujours opposé leur veto à ce genre de résolution proposée par ce que De Gaulle appelait « le Machin ».

Evidemment Netanhyahu s’est étranglé de rage mais Trump, qui devient président des Etats-Unis dans trois semaines, s’est empressé de le rassurer et a convaincu le premier ministre israélien de l’inutilité de ce vote, d’autant plus facilement que lui-même est un Sioniste notoire qui veut conserver ce porte-avion américain insubmersible qu’est le territoire d’Israel.

21 décembre, 2016

Walter Schäuble: l’Allemagne paiera encore une fois

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 18:59

L’Allemagne gagne et paye

Avant la guerre de 14, les Allemands figurent parmi les premiers baigneurs à être venus construire un chalet à Audresselles, face à la mer. En juin 1940, ils sont venus plus nombreux dans des chars « Panzer » qu’ils ont fait stationner sur la route nationale, aujourd’hui rue Danquin, pour aller se baigner parmi les estivants, car il faisait chaud. Il se sont étonnés de trouver un pays encore sous-développé, sans alimentation en eau autre que des puits médiévaux et avec des rues en terre battue.

Puis ils ont séjourné jusqu’en septembre 1944, le temps d’améliorer la voirie pour la visite du Fürher venu distribuer des bonbons aux petits enfants et d’installer les canalisations d’eau courante non seulement dans les rues du village mais aussi dans les maisons inoccupées. C’était de la bonne qualité puisque les canalisations sont encore les mêmes aujourd’hui. Ils ont aussi construit quelques casemates, résistant aux tremblement de terre, aux tsunami et aux raz-de-marée, dont l’une d’entre elle est devenue une villa après la guerre.

Dans certaines villas face à la mer, ils ont aussi construit des cheminées utilisables pour des poêles à charbon, à mazout puis à granulés et ils ont repeint les murs avec de la peinture destinée à durer. Et tout ceci a coûté très cher au contribuable allemand puisque, à l’époque, les impôts en France étaient quatre fois inférieurs à ceux du régime socialiste actuel.

En septembre 1944, les militaires allemands ont dû quitter Audresselles précipitamment et, se croyant contraints de détruire sans délai leur réserve de munitions avant l’arrivée de l’armée canadienne au lieu de les lui revendre, ils ont préféré les faire exploser, créant ainsi un magnifique étang au milieu des champs, dit « le trou de bombes », comblé depuis quelques années par ses propriétaires qui craignaient d’être tenus pour responsable au cas où un simple d’esprit serait venu s’y noyer.

Mais avant l’explosion, des officiers allemands avaient pris soin de démonter le fameux triptyque de l’église, à cinq cents mètres de là, pour éviter qu’il ne soit soufflé avec le toit et les voûtes reconstruites ensuite sous la direction de Pierre Lejeune, architecte DPLG.

L’Allemagne perd et paye

Certains de ces envahisseurs cultivés sont revenus en vacances à Audresselles où ils s’étaient fait des amis, et pour  les moins chanceux, après un séjour plus ou moins long dans un goulag sibérien. Ils ont néanmoins commis deux fautes impardonnables quand, en septembre 1944,  ils ont quitté les villas qu’ils occupaient dans le village: ils n’ont pas réglé quatre ans de loyer aux propriétaires et surtout, ils ont oublié de fermer les maisons à clef.

Immédiatement, les habituels inconnus locaux se sont précipités dans ces bâtiments momentanément inoccupés pour y dérober tout ce qu’ils pouvaient: les portes, les fenêtres, les planchers, les poutres, les tuiles. Et les Allemands, parce qu’ils avaient perdu la guerre et n’avaient pas pris d’assurance « dégradations », ont dû payer des « dommages de guerre » aux propriétaires de résidence secondaire.
Voici la combine qui s’en est suivie. Certains plaisanciers ont acheté pour une bouchée de pain ces maisons où ne restaient que les murs, ont touché les dommages de guerre, ont attendu quelques temps puis ont revendu les ruines beaucoup plus cher.
Comme dans les années vingt, c’est l’Allemagne qui a payé.

L’Allemagne aime payer

Aujourd’hui, Walter Schäuble, le ministre des Finances de la RFA, veut encore payer dans l’espoir illusoire qu’il va maintenir en survie artificielle l’Ukraine, province détachée provisoirement de la Russie par Guillaume II en 1917 puis de nouveau en 1991 quand l’URSS a perdu la guerre froide. Walter Schäuble aime beaucoup l’Ukraine car c’est le seul pays d’Europe où des groupes de jeunes sont autorisés à défiler en uniforme genre Wehrmacht avec des drapeaux à croix gammée.

Que le futur président français soit François Fillon, Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélanchon, tous les trois sont favorables à une entente étroite avec les Russes comme tous les hommes qui ont fait, protégé ou sauvé la France à un certain moment de son histoire: Henri 1er, Maurice de Talleyrand-Périgord, Alexandre Ribot, Charles de Gaulle. Et bien évidemment, peu leur chaut que l’Ukraine tout entière redevienne russe comme elle l’avait toujours été plutôt que de se transformer définitivement en protectorat allemand comme en 17 (1917 évidemment).

Il va donc falloir trouver un candidat idéal pour continuer à suivre la politique étrangère définie pour la France par le gouvernement allemand, qui ne soit plus nécessairement en concordance avec la ligne du gouvernement américain, celui de Trump. Qui sera le Laval idéal de la grosse Angela et de Walter Schäuble ?

Le candidat socialiste est encore inconnu mais Emmanuel Macron, dont les dents rayent le parquet, pourrait constituer un pion intéressant pour Berlin.

L’Allemagne veut encore payer

Walter Schäuble est prêt à faire financer par le contribuable allemand la campagne du candidat à la présidence française qui soutiendra contre vents et marée les intérêts allemands, surtout l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Il devra refuser de reconnaître l’appartenance de la Crimée à la Russie, même si Trump l’entérine.

On parle d’une somme minimum de six cents millions d’euro que le contribuable allemand pourrait verser sans le savoir à cet usage. Il faudra aussi financer la campagne législatives des partisans du candidat pro-allemand dans le cas où il serait élu.

Donc, candidats aux législatives, voici encore une bonne occasion de traire la vache à lait allemande car, même si vous touchez le pactole, le gouvernement allemand ne dispose plus sur place de la Gestapo pour vous maintenir dans le rang.

20 décembre, 2016

Obama la honte

Classé dans : international,politique,religion,socialistes,Syrie — dompaul @ 22:16

Même après le vote des grands électeurs qui ont définitivement entériné l’élection de Donald Trump comme président des Etats-Unis d’Amérique, son prédécesseur, encore à la Maison Blanche pour un mois, continue à l’attaquer, en vain, pour faire plaisir à ses mandants, à savoir le Qatar et l’Arabie Saoudite qui a notoirement financé la campagne d’Hillary Clinton.

Barak Hussein Obama, mahométan sunnite jusqu’à 1988, s’est en effet, pour faire une carrière, rattaché à une secte microscopique dite chrétienne de 8 500 adeptes de couleur foncée et nommée « Trinity United Church of Christ ». Localisée à Chicago, elle est dirigée par le soi-disant pasteur Jeremiah Wright, un ami de Barak Obama lorsqu’il était éducateur de quartier, la seule profession qu’Obama ait exercée en dehors de la politique.

En France, ce genre de secte serait dans le collimateur de la Miviludes et ferait l’objet d’enquêtes fiscales, mais aux Etats-Unis, chacun est libre d’adhérer à l’organisation qui lui convient.

Toujours est-il que l’Arabie saoudite et le Qatar ne voient avec aucun plaisir l’éviction de Sarkozy, de Hollande et surtout des Clinton de la direction des affaires. Il ne leur reste plus qu’Angela Merkel.

Obama et les Clinton prétendent que la CIA a établi un rapport prouvant que Trump a été élu grâce aux réseaux sociaux animés par le gouvernement russe.

On se souvient que le général Colin Powell avait présenté à l’ONU le 5 février 2003 un rapport attribué à la CIA, établissant que Saddam Hussein possédait des armes bactériologiques très puissantes. Ce rapport a servi de prétexte à la seconde guerre du Golfe alors qu’on sait maintenant que les experts de la CIA s’était défilés pour le rédiger et qu’il s’agissait d’un conte fabriqué par Dick Cheney et même pas signé par le directeur de l’Agence nommé par ce même Cheney.

Aujourd’hui, le soi-disant rapport de la CIA présenté par Obama aux parlementaires relève du même système de fabrication et il ne risque pas d’être démenti par le directeur actuel de la CIA, nommé par la clique d’Obama et certain d’être viré par Trump dans un mois.

Voilà donc encore une démarche d’Obama la Honte, plus ridicule encore que les précédentes, pour essayer de décrédibiliser son successeur. Cet acharnement montre bien qu’une fois qu’Obama aura quitté le pouvoir, le futur gouvernement républicain découvrira toute une série de méfaits du gouvernement démocrate dont les preuves seront fournies par le FBI et… la CIA: détournement de fonds, trafic d’influence, trahison au profit des pétromonarchies, complicité de crimes contre l’humanité et bien d’autres encore.

29 novembre, 2016

Les raisons de Jean Luc Mélanchon

Classé dans : espace public,international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 20:25

Bien qu’à Audresselles, les électeurs de Marine Le Pen et ceux de François Fillon constituent le gros de la population, il y existe aussi quelques Mélanchonistes qu’on peut compter sur les doigts d’une main mais comme leur homme politique préféré  aime Poutine, comme les  deux précédents, ceci leur donne un point commun important avec leurs covillageois.

Il peuvent ainsi caresser l’espoir que leur Jean-Luc a des chances de devenir ministre des Affaires étrangères de Marine.
C’est pourquoi il serait judicieux de pouvoir se fournir à l’épicerie du village en drapeaux russes pour pouvoir les agiter quand le porte-avions amiral Koutzenov va repasser devant Audresselles sur le rail montant à son retour de Syrie.

On pourrait même réclamer qu’à titre exceptionnel, le porte-avions russe soit autorisé par la préfecture maritime  à s’approcher de la côte française à hauteur d’Audresselles et d’Ambleteuse, suffisamment pour que la population puisse l’admirer et applaudir les Russes comme en 14 (1914 bien sûr).

Du fait de son ascendance espagnole d’origine grecque (son nom signifie « ceinture noire »), et de sa maîtrise du castillan,  il est naturel que Jean-Luc Mélanchon se sente des affinités avec tous ceux qui parlent espagnol, sauf  peut-être Manuel Valls, parce qu’il est catalan mais surtout socialiste.

En tous cas, Jean-Luc qui ne veut pas être tutoyé par Cohn-Bendit, vient de jouer le maître de cérémonie pour pleurer la mort de Fidel Castro place de la République. Pour beaucoup, cette manifestation de deuil à l’occasion de la mort d’un tyran, apparaît pour le moins inappropriée. Mais non ! Car ce n’est pas le deuil du tyran qui fait pleurer Jean-Luc Mélanchon mais de celui qui s’est opposé à l’impérialisme des Démocrates américains, à commencer par Kennedy, qui a été élu président alors qu’il avait obtenu moins de voix que son concurrent républicain Richard Nixon.

Mélanchon crie haut et fort qu’il ne peut pas blairer les Américains et c’est la raison majeure pour laquelle il déteste Cohn-Bendit et qu’il admire Fidel Castro.

Cet article est écrit à l’intention des trois électeurs de Mélanchon  à Audresselles et du Mélanchoniste du camping, mais aussi des admirateurs du Pape François 1er, qui pourraient s’étonner que leur maître à penser respectif fasse le panégyrique du sanguinaire Castro ou appelle à prier pour son âme.

27 novembre, 2016

Death of a tyrant : Les tyrans meurent dans leur lit

Classé dans : histoire,international,politique,socialistes — dompaul @ 17:53

by Pedro-Luis Boitel

Devant  les éloges infâmes et nauséabonds de Fidel Castro prononcés par François Hollande et ses sbires, Pedro-Luis Boitel, neveu de son homonyme assassiné par Fidel Castro en 1972,  nous a fait parvenir son opinion sur le sujet:

DEATH OF A TYRANT
By Pedro Luis Boitel

Havana’s nauseating communists mourn the death of a tyrant. Let us rejoice; their spiritual leader has finally become a pile of filthy ashes. But not every Cuban in the island feels this way, for the country has endured 57 years of repression, intimidation, and the total deprivation of the most basic human rights. Believe me when I assert that there are no mixed emotions. Those who loved his ruinous communist nightmare still praise Fidel Castro as a towering figure and as their eternal political luminary. On the other hand, those of us who have fought communalism, envision a Cuba where free enterprise flourishes.

Fidel Castro was nothing more than a petty dictator whose personal ambitions destroyed the wealth and the spirit of many Cuban generations. His long anticipated death is welcomed with open arms by the Cuban-American community. However, and as long as the country remains controlled by Raul Castro’s communist repressive apparatus, Fidel’s death shall be deemed a Pyrrhic victory. Let us hope that the system begins to fragment and disintegrate from within.The winds of change are inevitable. Who will rescue Cuba from its economic woes? It is time to tighten up the EMBARGO and reverse Obama’s executive orders. The death of a tyrant unambiguously foretells the imminent demise of his ignominious revolution.

Pedro Luis Boitel
PARTIDO LIBERTARIO CUBANO-AMERICANO

Death of a tyrant : Les tyrans meurent dans leur lit dans histoire
DEATH OF A TYRANT
By Pedro Luis BoitelHavana’s nauseating communists mourn the death of a ty…

Mort de Fidel Castro. Profession: tyran

Classé dans : histoire,international,politique,religion,socialistes — dompaul @ 11:39

Le 25 novembre, on nous a annoncé la mort de Fidel Castro dont la passation de pouvoir avec le précédent tyran de Cuba Fulgencio Batista a inspiré Hergé dans » Tintin et les Picaros ». Les gens de « gôche » aiment moins Batista parce qu’il était le féal de l’impérialisme américain des années 50 et qu’il était amérindien, donc ni Blanc comme les Castro, ni Noir comme Martin Luther King. A ne pas confondre évidemment avec la « bonne » politique étrangère du démocrate de couleur Obama.

Mais Fidel Castro, agent du KGB depuis 1947, représente l’idéal de la dictature de gauche pour tous les encore politiquement corrects comme Hollande ou le pape Bergoglio qui appelle à prier pour lui. Pourquoi François 1er n’appelle-t-il pas non plus à prier pour Hitler, Staline, Kim Jong Il qui en auraient autant besoin, selon le sens commun ?
C’est la première question.
Il n’ y a qu’une réponse: le pape, vicaire de Jésus-Christ sur la Terre, considère que ces trois terribles dictateurs sont allés directement rôtir en enfer. Leur sort est donc définitivement et irrémédiablement réglé et il n’ y a plus besoin de prier pour eux.

De plus, des trois tyrans précédemment cités, seul Hitler était baptisé à l’église catholique. En revanche, selon le même Pape, imprégné de la « théologie de la Libération » de Boff et Gutteriez, Castro est allé au Paradis ou au pire, au Purgatoire, car l’Eglise ne fait prier et dire des messes (payantes) que pour les âmes du Purgatoire, afin de hâter leur entrée au Paradis. De plus, Fidel Castro a fait ses études chez les Jésuites, ce qui le rend nécessairement sympathique au Pape, issu lui-même de cet ordre.
Quant au Caudillo Francisco Franco, « por la gracia de Dios », ami de Fidel Castro au nom de l’ »Hispanidad » et galicien comme lui, il est certain que le Pape ne demande pas à prier pour lui car il est déjà assuré que ce bon Catholique a mérité d’aller directement contempler la Gloire de Dieu.

Fidel Castro a instauré une dictature de Blancs sur la masse des Noirs cubains, mais c’est bien vu parce qu’il est de gauche.
En même temps, il a fait fuir vers la Floride et le Texas toute la bourgeoisie blanche de son île. C’est bien vu, parce qu’il est de gauche.
Pour ses opposants, à commencer par ceux qui ont combattu avec lui pour qu’il prenne le pouvoir dans l’espérance naïve qu’il instaurerait une vraie démocratie, il a fait réaliser des cages en fer inspirées des légendes médiévales, mais au lieu de les placer sous un toit, il les faisait suspendre à l’air libre où le condamné subissait la pluie et le soleil des tropiques. C’est le sort qu’il a fait notamment subir au poète chrétien Pedro-Luis Boitel avant de le laisser mourir de faim dans un cachot sans lumière et sans aération.
Quant à ses amis, tout aussi criminels que lui, qui commençaient à l’embarrasser par leurs réclamations de révolution mondiale, il s’est arrangé pour qu’ils aillent voir ailleurs si j’y suis. Et c’est ainsi qu’il a encouragé Che Guevara, le tueur de femmes et d’enfants à la Kalachnikov, à aller faire la révolution en Bolivie, en le faisant accompagner par Régis Debray, qui l’a donné au dictateur local, le général Barrientos.

L’Argentin Che Guevara, beaucoup plus intéressant mort que vif, a pu ainsi entrer dans la légende de « gôche » et le Panthéon des « héros » de fabricants de T-shirts.  Un jour lointain, il sera rejoint par une autre idole des « jeunes » de plus de soixante ans, qui les a fait rêver sans tuer personne: Johnny Halliday, le musicien préféré des ratapieds.

1...34567...27

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas