16 mars, 2015

Marie-Christine Bourgeois, candidate du Front National, à Audresselles

Jean-Claude Labit d'Ambleteuse, Jean-Jacques Baillet, Marie-Christine Bourgeois, Evelyne Labit-Boussemaer, d'Audresselles et Ambleteuse, Jacques Harduin,  Anne-Marie et Patrick

Marie-Christine Bourgeois, de Wissant, est venue faire un tour dimanche à Audresselles, avec son mari Vincent. En tant que candidate du Front National aux élections départementales de dimanche prochain, 22 mars 2015, elle a ainsi pu rencontrer quelques uns des habitants d’Audresselles et d’Ambleteuse, notamment autour de l’étal de poissons et de crustacés pêchés du jour de l’incontournable Jean-Jacques Baillet, le dernier artisan pêcheur d’échouage d’Audresselles, réclamé par les chaînes de télévision locales et nationales.

Assaillie de questions, plus particulièrement sur les retraites des travailleurs manuels, elle a répondu à chacun en fonction de ses préoccupations diverses.

Question:
Depuis combien de temps êtes-vous Wissantaise ?

Réponse:

Nous nous sommes installés définitivement à Wissant depuis cinq ans au moment où mon mari a pris sa retraite. Nous habitions auparavant Saint-Omer où j’exerçais la profession de pédicure podologue, ainsi qu’à Calais.

A Wissant, nous nous sommes très impliqués dans la vie locale. Mon mari a fait partie de la liste du maire, M. Bernard Bracq, en fin de liste, aux dernières élections municipales.
Nous nous occupons beaucoup de la paroisse et nous avons accepté, entre autres, de nous charger de l’ouverture et de la fermeture de l’église. Je chante aussi dans la chorale des deux caps de Jean-Marie Fondeur.

Question

Comment a été accueillie votre candidature par votre famille et vos amis ?

Réponse

J’ai longuement réfléchi avant de présenter ma candidature pour le Front national, mais lorsque ma candidature a été officialisée, j’ai constaté que la réaction de tous les Wissantais que je connais a été très encourageante. Même ceux qui n’avaient pas à l’origine d’affinité avec le Front National m’ont annoncé qu’ils voteraient pour moi.

Question:
Pourquoi avez-vous choisi d’adhérer au Front National et de vous présenter sous cette étiquette ?

Réponse

Nous avons commencé à nous rapprocher du Front National quand le traité de Maastricht a été ratifié par le gouvernement (1993) alors que le « non » l’avait emporté au referendum.
Nous avons considéré cet accord international comme un déni de démocratie.
Ensuite, nous avons été influencés par les jeunes diplômés de notre famille qui se trouvent face au choix suivant pour utiliser leurs capacités : ou partir à l’étranger, ou obtenir un changement radical de la situation en France, notamment arrêter l’augmentation ininterrompue du chômage et des impôts, grâce à l’arrivée au pouvoir du front national.

Question:
Entretenez-vous le dialogue avec les candidats FN des autres circonscriptions du département?

Réponse

Tout à fait, nous connaissons notamment Olivier Delbé, employé dans la charcuterie industrielle Herta, qui représente le monde industriel et rural, et qui se présente dans le canton de Saint-Pol, ainsi que Laurent Brice, secrétaire départemental du FN,  Steve Briois, le maire de Hénin-Beaumont, et Antoine Golliot, conseiller municipal de Boulogne où il est l’un des candidats FN aux élections de dimanche prochain. Il est très sensible aux problèmes de sécurité, domaine dans lequel il exerce son activité professionnelle.

Question

Quels projets avez-vous l’intention de promouvoir dans le Pas-de-Calais si le Front National l’emporte dans le département ?

Réponse

En raison de mes anciennes activités dans le domaine de la santé, j’ai été en contact avec toutes les couches de la population et j’ai pu constater qu’il y avait la possibilité d’améliorer considérablement la politique sociale. Il convient d’abord de lutter contre la fraude aux allocations et aux subventions et contre les dépenses inconsidérées que personne au conseil général ne peut ou ne veut justifier.

Comme les dépenses sociales (allocations et subventions) représentent 56% du budget du département (presque un milliard d’euro), c’est en effet dans ce domaine qu’il existe des améliorations notables à apporter à notre niveau. Il est possible ainsi de baisser la part départementale des impôts locaux et de réorienter cette part du budget de façon plus juste et pertinente. C’est pourquoi, si le Front National obtient la gestion du département, je demanderai à faire partie de la commission des affaires sociales .

Question

Avez-vous déjà réfléchi avec les autres candidats à votre répartition dans les commissions et au choix des présidents?

Réponse

Nous avons eu le temps de la préparer en vue de la victoire du Front National et, comme nos candidats couvrent l’ensemble de l’éventail social et professionnel du département, il sera relativement aisé de choisir des conseillers compétents dans leur domaine pour chacune des commissions.

Question

Et si le Front National n’obtient pas la majorité ?

Réponse

Il est probable que nous aurons une alliance UMP-PS, aucun de ces deux partis ne pouvant obtenir seul une majorité au conseil départemental. Il n’ y aura donc aucune amélioration à espérer.

photos suivront les prochains jours

2 mars, 2015

Wissant: les envahisseurs sont déjà là

Classé dans : écologie,phoques,politique,Wissant — dompaul @ 18:37

Lors de la guerre civile yougoslave qui a abouti à la partition entre Croatie, Serbie et Bosnie, des tirs de fusils et de pistolets mitrailleurs résonnaient sans cesse le long des rives de la Save et du Danube. Ces tirs étaient censés être échangés de chaque côté de la nouvelle frontière « naturelle » entre les frères ennemis qui, auparavant, chassaient et pêchaient ensemble en pestant contre les cormorans, protégés sous la pression des écologistes allemands.

Au lieu de s’entretuer pour faire plaisir aux Américains qui avaient en préparation les accords de Dayton, les ex-Yougoslaves ont profité de la situation de guerre pour mitrailler les cormorans.

Ce n’est pas possible de faire la même opération dans la terre des deux caps, et les cormorans, espèce invasive, sont en train de se multiplier de façon exponentielle avec pour site de reproduction principal les étangs dits « du fonds du phare », situés à l’emplacement des anciennes gravières entre le mont de Bourg et Wissant, zone protégée.

Ils sont plus d’un millier en train de coloniser tout le tour du lac en faisant disparaître tous les poissons qui s’y trouvent après avoir stérilisé la rivière. Les arbres en bordure du lac sont déjà blancs et progressivement le guano recouvre ceux qui sont derrière eux, avec l’accroissement du nombre de cormorans.

Aucun rapace prédateur de cette espèce n’apparaît dans le ciel et, comme il est actuellement plus grave de tuer un cormoran, même pour nourrir les migrants, que de blesser une vieille pour lui voler son sac à main, l’espèce va continuer son invasion.

1er mars 2015 Wissant, les cormorans de l'étang du fonds du phare

16 septembre, 2013

Les tableaux délaissés de l’église de Wissant: comparaison entre Audresselles et Wissant

A Audresselles, le voyageur de passage remarque immédiatement que les habitants, lorsqu’ils parlent la langue picarde locale, ne font de faute ni de syntaxe ni de morphologie, contrairement à ceux d’autres agglomérations de la Côte (d’opale) qui ne savent parler correctement ni le dialecte ni le français.

De même, c’est à Audresselles que le conservatoire de musique de la Terre des deux Caps recrute le plus d’élèves et de musiciens pour l’orchestre qui lui est affilié. Comme la population d’Audresselles est bien inférieure en nombre à celle des autres communes, la proportion de musiciens y est bien plus élevée qu’ailleurs. Il est enfin avéré que presque tous les purs Audressellois de souche ont réussi à acquérir leur maison dans le village malgré les prix prohibitifs, car ce sont des gens courageux et plus intelligents que la moyenne départementale de la population qui perçoit des allocations pour les boire et les fumer. Il n’existe pas de services sociaux à Audresselles car ils sont inutiles.

Il n’est donc pas étonnant que cet électorat de qualité élise un conseil municipal qui lui ressemble. Et l’une des mesures prises par ce conseil à l’unanimité, opposition comprise, a été de voter la restauration du triptyque de l’église d’Audresselles tout en sachant que la commune n’aurait rien à payer (ou très peu), étant donné  l’importance de l’élite dans le village, désireuse de participer financièrement à cette restauration.

Les tableaux délaissés de l'église de Wissant: comparaison entre Audresselles et Wissant dans art la-crucifixion-de-saint-pierre-eglise-de-wissant-huile-sur-panneau-xviie-siecle-225x300

A Wissant, existent deux tableaux sur bois du XVIIe siècle remisés au fin fond de la sacristie de l’église: l’un est caché sous l’autre et ce dernier représente Saint-Pierre en croix . Le coût de la restauration des tableaux de l’église d’Audresselles a été de vingt trois mille euro. Le remise en état des tableaux de Wissant serait bien inférieure. Et pourtant la municipalité de Wissant n’a pour l’instant qu’une idée en tête: cacher les tableaux pour que personne ne songe à les remettre à la place qui leur convient dans l’église.

Et là se trouve la différence entre les deux municipalités de ces deux communes voisines: d’un côté, à Audresselles, un maire en place depuis plus de trente cinq ans et qui inscrit ses projets dans la durée, de l’autre, à Wissant, une succession de maires qui essayent de se faire élire avec des promesses de réalisations destinées à permettre seulement  l’élection suivante. A Wissant, tout le monde se focalise  sur la digue sans cesse effondrée, pour le plus grand profit des entreprises de BTP qui n’ont aucun intérêt à ce qu’elle dure.

Dans ces conditions, même si c’était la Joconde, existerait-il un conseiller municipal de Wissant qui songeât à la sortir de la poussière de la sacristie ?

 

10 juin, 2012

Détruite par l’avidité humaine, la plage de Wissant pourra-t-elle être reconstituée

Le cercle Côte d’Opale Synergie de Boulogne-sur-Mer et l’association des Amis de Wissant ont organisé vendredi 8 juin un dîner débat où Yvonne Battiau-Queney, professeur émérite à l’Université de Lille, a exposé le résultat de ses recherches et de celle de son laboratoire sur l’évolution du rivage dunaire entre Merlimont au sud et Wissant au nord sur une période allant du XVIIIe siècle à aujourd’hui.

Les casemates allemandes du mur de l’Atlantique ont été très utiles à cette univesitaire et aux membres de son laboratoire comme points de repère car elles indiquent où se trouvait le trait de côte en 1944. Les digues construites pour protéger les bâtiments construits sur les dunes au XXème siècles et notamment après 1950 se sont révélées l’un des agents du désensablement de l’estran car elles ont rompu l’équilibre de l’ensemble homogène et mouvant constitué par les dunes et la plage. Le sable se déplaçant tantôt de la plage vers les dunes tantôt en sens inverse.

De plus, en renvoyant brutalement les vagues vers le large au lieu de les laisser mourir sur la plage, les digues favorisent aussi le désensablement.

La conférence a permis de mieux comprendre le rôle  des entreprises d’extraction  de graviers, galets et sable dans les dunes, sur  la plage et en mer, notamment pour la construction de la digue de Calais et du tunnel sous la Manche,  l’insouciance des promoteurs immobiliers qui ont fait  place nette pour leurs constructions en bordure de mer et  enfin, le contexte du désensablement de 1985 par le  maire de Wissant de l’époque, incapable de  faire des prévisions sur un terme plus long que celui de sa propre  réélection.

Pour remédier à la destruction de la dune d’aval de Wissant (en aval par rapport au courant de marée descendante), principale préoccupation des  propriétaires de résidences qui ont été construites derrière elle, madame Battiau-Queney propose l’utilisation du million de mètres cubes qui va être extrait lors de  l’agrandissement du port de Calais pour reconstituer la plage de Wissant en remplaçant ainsi  le million de mètres cubes qui en avait été retiré, au prix de 5 euro le mètre cube (transport compris).

C’est seulement ainsi que la façade maritime de Wissant pourrait, selon elle, être sauvée.

Le maire de Wissant, à qui la parole est donnée, estime qu’il ne peut pas attendre le réensablement et rappelle son projet, financé par le département, qu’il va mettre à exécution dès l’hiver 2012-2013: le dynamitage des casemates en béton qui se trouvent désormais sur la plage devant la dune d’aval après en être dévalées et la pose de pieux en bois devant ce qu’il reste de cette dune pour la protéger, avec, à court terme, la reconstruction de la digue « qui durera cent ans » .

La conférencière laisse entendre à ses auditeurs proches que cette solution provisoire devrait avoir le même effet qu’un cautère sur une jambe de bois.

Tous les deux ne se situent pas dans la même durée: les élections municipales ont lieu en 2014.

Nota: un article complet  sur le sujet, rédigé par Emmanuelle Dupeux, et relatant tous les éléments de la conférence, est paru le 14 mai dans  La Voix du Nord , édition de Boulogne-sur-Mer, page 10.

12

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas