15 mars, 2018

Pour Jacques Myard, Macron prépare sa dictature

Classé dans : histoire,international,politique,socialistes — dompaul @ 13:06
Ci-dessous, se trouve un extrait du BILLET D’HUMEUR de Jacques MYARD, membre Honoraire du Parlement, Maire de Maisons-Laffitte, Président du Cercle Nation et République du  13 MARS 2018
Un commentaire de la rédaction du blog Audresselles.at suit ce billet d’humeur.
Le billet d’humeur de Jacques Myard (extrait):
(…)

la réforme de la Constitution qu’entend mener l’actuel Président de la République ne peut que susciter interrogations et colère.

. Limiter l’élection possible à trois mandats au motif qu’il faille renouveler la classe politique relève d’une totale incompréhension du travail de l’élu face à la complexité de plus en plus forte des matières qu’il doit maîtriser pour contrôler le gouvernement, plus exactement l’Administration.

 

Il faut un minimum de deux mandats pour que l’élu soit vraiment performant et à la fin du troisième, exit ! C’est ainsi assurer la suprématie de l’Administration sur l’ élu.

 

. Réduire le nombre des députés d’un tiers pour ramener leur nombre à trois cents, c’est faire élire un député sur des circonscriptions – si le scrutin uninominal demeure – d’au moins 300 000 habitants. Autant dire que le député sera pour chaque citoyen un concept lointain, une abstraction, et ce d’autant plus que le roi François Hollande l’a coupé de toute fonction territoriale au nom du non-cumul.

 

Ajoutez à cela la proportionnelle, vous obtiendrez un pays ingouvernable… par ses élus.

 

. Le pays sera alors dans la main des technocrates, permanents de l’Administration qui, de surcroît, veulent priver ces députés choisis par les appareils politiques, d’exercer la plénitude de leur droit d’amendement dans la discussion parlementaire qui prend trop de temps, ce qui irrite Jupiter.

 

. Mais là ne s’arrête pas la mise au pas du député ; désormais, il doit rendre des comptes sur toutes ses dépenses au nom de la nouvelle religion de « la transparence » sous le contrôle des fouineurs qui veulent tout savoir de ces élus, gibiers de mise en examen qui sont présumés corrompus et coupables.

 

Il ne s’agit pas de défendre les quelques élus qui ont mis les doigts dans la confiture, mais ce strip-tease permanent est une atteinte directe à la liberté d’action du député qui, par sa liberté, défend aussi la liberté de chaque citoyen.

 

Placer le député sous le contrôle permanent du tribunal médiatique et du soupçon, c’est instituer la dictature.

 

. La mise sous tutelle de l’élu se renforce encore par la chape de plomb qu’elle fait peser de plus en plus lourdement sur les esprits soumis au règne du « politiquement correct » qui voue aux gémonies tout dérapage verbal. Malheur à celui qui s’écarte de la bien-pensance ! Il sera lynché sur les réseaux sociaux qui ont remplacé les fameuses tricoteuses de la Convention qui vociféraient « à mort, à mort ! ». C’est le retour au Moyen-âge où celui qui était accusé de fornication était placé sur la pierre de honte à l’entrée du village.

 

. Ne soyons pas aveugles, nous entrons de plain-pied dans l’ère des technocrates, les nouveaux sachants, qui, pour la plupart, sont incapables de gagner une élection et veulent néanmoins exercer le pouvoir. Ils distillent leur vérité bien-pensante et imposent leur idéologie.

 

Platon avait raison – dans la République – la démocratie comme tous les régimes politiques est mortelle, c’est d’ailleurs déjà fait !
Jacques Myard

Commentaire: Il est certain que la réforme de la Constitution préparée par le Président de la République va considérablement renforcer son pouvoir. Toutefois, même si la limitation des mandats des élus n’est pas nécessaire dans le cas des collectivités locales de base (municipalités) ou intermédiaires (cantons et départements), en revanche, il en va différemment au niveau des élections régionales étant donné le renforcement continu du pouvoir des présidents de conseil régional, surtout depuis la réforme promue par Hollande qui a créé des régions aussi grandes que les états européens de moyenne importance comme la Belgique, la Hollande, le Danemark ou la Croatie.

Les ducs et comtes du Moyen-âge ont été à l’origine des fonctionnaires nommés par les empereurs carolingiens. Avec l’affaiblissement du pouvoir central, ils se sont constitué des fiefs héréditaires correspondant parfois exactement aux régions d’aujourd’hui avec chacun une langue ou un dialecte propre: Bretagne, Normandie, Aquitaine, Provence, comté de Toulouse etc.

Aujourd’hui que des activistes dans chaque région réclament l’enseignement de leur dialecte à l’école et que n’importe quel politicien démagogue peut s’emparer du sujet, il est tout à fait nécessaire d’éviter que des présidents de région se fassent réélire indéfiniment et saisissent l’occasion pour acquérir un pouvoir considérable et provoquer un sécession à leur profit comme on l’a vu en Yougoslavie et comme on le voit aujourd’hui en Catalogne et en Ecosse.

Il est donc tout à fait judicieux de limiter constitutionnellement leur mandat dans le temps.

Donc Macron a raison et Myard qui le critique, aussi. Ou, si l’on préfère, ils ont tous les deux tort et doivent revoir leur copie.

 

14 mars, 2018

Le sort des espions: Theresa May a-t-elle fait empoisonner Skripal ?

Classé dans : international — dompaul @ 13:15

A londres, un nouvel assassinat vient d’être tenté sur un ancien colonel de l’armée russe, Serge Skripal, et sur sa fille,  au moment où celle-ci était venue de Russie pour lui rendre visite. Celui-ci, accusé d’espionnage au profit du Royaume-Uni, avait été gracié par le président de la Fédération de Russie et était libre de ses mouvements.
Cet assassinat, présenté par les Anglais et les Américains comme l’oeuvre des Services spéciaux russes, tombe très mal pour le Président Poutine au moment des élections présidentielles dans son pays. En revanche, il tombe à pic pour les Anglo-Saxons qui ont engagé un bras de fer avec la Russie en Ukraine et en Syrie.
Il y a un vieil adage du droit pénal romain qui dit: « cherche à qui le crime profite ». Et, depuis toujours, la « perfide Albion » n’a jamais reculé devant l’élimination physique, uniquement pour faire croire que les auteurs de leurs crimes étaient les Français, les Allemands ou les Russes. C’est ainsi qu’ en 1419, le duc Jean Sans Peur a été abattu sur le pont de Montereau par Tanneguy du Châtel, un seigneur stipendié par Henri V, roi d’Angleterre, désireux d’éviter la réconciliation franco-bourguignonne. Le crime a été attribué au dauphin, qui était présent mais n’a pas eu le temps d’intervenir pour protéger le duc, et la guerre civile a continué en France pour le plus grand bénéfice des Anglais.

Idem en 1821, quand ils ont empoisonné Napoléon à Sainte-Hélène pour se débarrasser définitivement d’un personnage encombrant en faisant courir le bruit que c’était un sbire des Bourbons qui avait fait le coup, Ibidem,  quand Churchill, qui n’a pas hésité à couler la flotte française à Mers-el-Kébir (3 juillet 1940) et à faire raser Audinghen en 1943, a laissé exploser  la même année l’avion du général Władysław Sikorski à Gibraltar pour accuser ensuite les Soviétiques.

Il est dommage que le président Macron ait immédiatement emboîté le pas derrière les Anglais, sans attendre les résultats de l’enquête. Il est vrai que depuis la défaite de Waterloo en 1815, la France est redevenue la vassale de l’Angleterre pour les intérêts de laquelle elle a combattu en Espagne en 1824, en Crimée en 1855, en Chine en 1860, au Mexique en 1861,   puis pendant les deux dernières guerres mondiales.
Dans la revue du centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), on peut lire l’article dont voici quelques extraits:

ROYAUME-UNI : L’ENQUÊTE SUR LA MORT DU TRANSFUGE RUSSE SE COMPLIQUE
NOTE D’ACTUALITÉ N°509 / MARS 2018
par ALAIN RODIER
Le dimanche 4 mars 2018, deux personnes sont trouvées délirantes sur un banc proche
d’un centre commercial de Salisbury, ville située à 140 kilomètres au sud-ouest de
Londres. Elles sont transportées aux urgences de l’hôpital local où un empoisonnement –
peut-être au fentanyl – aurait été détecté (information non encore confirmée). L’une des
victimes est Sergeï Viktotivich Skripal, un ancien colonel russe condamné dans son pays
pour espionnage au profit du MI 6 (renseignement extérieur britannique) et échangé en
2016 contre des membres des services russes arrêtés au Royaume-Uni.. L’autre victime
est sa fille Youlia, âgée de 33 ans, qui lui rendait visite depuis la Russie où elle résiderait
encore. Un policier a également été contaminé en se rendant au domicile de Skripal.
(…)
UN ÉCHANGE ROCAMBOLESQUE
L’arrivé de Skripal en Angleterre s’est en effet faite dans des conditions pour le moins
étonnnantes, décrites dans mon livre Grand angle sur l’espionnage russe .
Le vendredi 9 juillet 2010, une scène surréaliste se déroule sur le tarmac de l’aéroport de
Vienne. Dix officiers-traitants (OT) du SVR, le service de renseignement extérieur russe,
sont échangés contre quatre « traîtres » qui viennent d’être graciés par le président Dimitri
Medvedev après avoir reconnu par écrit leur « faute ». Avant de rejoindre les États-Unis,
l’avion qui emmène les quatre ressortissants de Moscou fait une escale discrète sur
l’aéroport militaire de Brize Norton, en Grande-Bretagne, où deux d’entre eux débarquent
pour être discrètement récupérés par les Britanniques.
C’est un peu une première dans l’histoire de la Russie.(…).

– Sergueï Skripal. Cet ancien colonel des forces armées russes arrêté en 2004 a été
condamné à treize ans de prison en 2006 pour avoir collaboré avec le MI 6. Il aurait peutêtre
appartenu un temps au GRU ou au FSB. Partant du principe qu’il aurait été recruté par
les Britanniques au milieu des années 1990, cela lui a laissé tout de temps de fournir des
informations intéressantes à ses commanditaires.
(…)

LE PARCOURS DU COLONEL SKRIPAL
Né le 23 juin 1951, il a travaillé pour les Britanniques à partir de 1995,
(…) Toutefois, si ses informations étaient aussi sensibles que cela, on
aurait dû assister entre 1995 et 2003 à une vague de « retournements », d’arrestations et
d’expulsions. Curieusement, cela n’a pas été le cas ou, du moins, cela n’a pas été rendu
public, ce qui semble incroyable sur une si longue période.
(…)
Ce qui est quasiment sûr, c’est que Skripal a été muté aux Affaires étrangères en 1999. Il
est vraisemblable que les informations les plus intéressantes qu’il ait pu fournir datent de
cette période où il avait accès à des renseignements plus sensibles. Il a ensuite pris sa
retraite en 2003, mais a continué à travailler dans l’enseignement. Son arrestation en 2004
ne sera reconnue officiellement qu’au moment de sa condamnation en 2006. Sa peine, qui
devait être de quinze ans d’emprisonnement, a été ramenée à treize en raison de sa
mauvaise santé et surtout, parce qu’il avait accepté de collaborer avec les autorités russes.
Comme c’est la règle dans le domaine de la guerre secrète, après un débriefing serré,
Londres qui avait manipulé cette source (et qui se retrouvait obligé de la gérer) lui aurait
accordé un toit à Salisbury, ainsi qu’une pension. Il n’était pas nécessaire de lui fournir une
nouvelle identité puisqu’il avait été officiellement gracié par le président Dmitri Anatolievitch
Medvedev et, de ce fait, était libre de ses mouvements.

UNE TROUBLANTE SÉRIE DE DÉCÈS
L’épouse de Skripal, Liudmilla, est décédée des suites d’un cancer de l’endomètre, en
2012, en Grande-Bretagne. Son fils de 43 ans – malade des reins – est mort lors d’un
voyage à StPetersbourg en 2017. Sa dépouille a été rapatriée en Angleterre où les
autorités n’ont rien relevé de « suspect » dans cette mort soudaine. Il n’empêche qu’au
moins une des deux dépouilles a été exhumée du cimetière de Salisbury le 9 mars 2018,
pour que la médecine légale puisse procéder à de plus amples investigations. Cela semble
un peu étrange car dans le cas de décès de proches d’un ancien agent, la moindre des
choses pour service de renseignement professionnel aurait consisté à examiner les corps
avant inhumation.
Le fentanyl – s’il s’agit bien du produit ingéré par Skripal et sa fille, l’enquête ne semblant
pas aller dans cette direction – est un analgésique 100 fois plus puissant que la morphine.
(…) Les Britanniques qui sont en période de « Guerre glaciale » avec la Russie – pour ne pas reprendre l’expression Guerre froide –  affûtent leurs arguments pour nuire à leur adversaire désigné : « le gouvernement russe » (ils se gardent prudemment de parler de la « Russie »). Leur
ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, a déclaré devant le Parlement: « Si
l’enquête démontre la responsabilité d’un État, le gouvernement répondra de façon
appropriée et ferme (…). Je le dis aux gouvernements à travers le monde, aucune tentative
de prendre une vie innocente sur le sol britannique ne restera impunie« . Sans désigner
Moscou, il a suggéré que la Grande-Bretagne ne se rendrait peut-être pas à la coupe du
monde de football qui aura lieu en Russie, cet été. Il est à noter que si les Américains sont
particulièrement « remontés » contre le Kremlin, ce n’est rien à côté des Britanniques qui
n’ont jamais considéré que la Guerre froide était terminée.
(…) Mais il est bien difficile de voir quel pouvait être l’intérêt de Moscou à se livrer à cette
opération homo, si opération homo il y a eu. Skripal n’était pas le seul « traître » à être
échangé et il ne détenait plus aucune information sensible depuis son arrestation en 2014.
De plus, s’il lui restait quelque chose à dire, il l’a obligatoirement fait lors de son arrivée en
Grande-Bretagne en 2010 car il a certainement été débriefé par les services spécialisés
dans les règles de l’art, durant de longues semaines. Enfin, il avait officiellement été
« pardonné » par le Kremlin comme cela a été évoqué plus avant.
Sans tomber dans l’angélisme, il convient de constater qu’assassiner Skripal allait à
l’encontre des usages en vigueur dans le domaine de l’espionnage. Il avait été condamné,
échangé puis pardonné. Il n’y avait pas de raison valable pour revenir là-dessus. (…)
Skripal ne se livrait pas publiquement à des actions pouvant être considérées par Moscou
comme anti-russes.
De plus, l’intérêt politique d’une élimination en cette période d’élection présidentielle en
Russie est plutôt contre-productif. Par contre, tous les anti-Poutine vont en faire leurs
choux gras et pour pouvoir poursuivre leur Moscou Bashing. Londres et Washington vont
plus en tirer profit que le Kremlin qui se retrouve une nouvelle fois dans la position
d’accusé. On peut d’ailleurs se demander si l’on n’assiste pas en l’espèce à une
« ingérence » étrangère dans le processus électoral d’un pays tiers…
(…). Les « grands » démocrates que sont les Anglo-saxons ne tolèrent les élections que lorsque les résultats correspondent à leurs attentes, sinon ils considèrent qu’il y a forcément eu « magouilles ».(…)

10 mars, 2018

Seconde réunion du conseil municipal après les élections de janvier 2018

Classé dans : conseil municipal,espace public — dompaul @ 20:08

Le jeudi 8 février 2018, la seconde réunion du nouveau conseil municipal a duré deux heures. Alors que l’ordre du jour, qui ne comportait que deux points, ne nécessitait qu’une demi-heure de délibération et de vote, la séance s’est prolongée fort avant du fait des différentes demandes des opposants, notamment Rauti Chikaoui, que le maire a laissé s’exprimer tout leur soûl après le vote du budget du camping et de ses dates d’ouverture, qui était la raison essentielle de cette réunion.

Pour commencer, Olivier Hugon, de l’Opposition, se plaint de ne pas voir toutes ses questions aux maire développées lors de la réunion. Il réclame aussi un plus long délai pour étudier l’ordre du jour proposé par le maire qui l’a envoyé dix jours auparavant à tous les conseillers municipaux (NDLR: la loi prévoit que l’exécutif municipal doit envoyer les convocations trois jours à l’avance). Rauti Chikaoui réclame que la mairie soit ouverte tous les jours pour que les conseillers municipaux puissent instaurer un tour de permanence afin d’accueillir les réclamations.
C’est en effet le bon système pour que les conseillers municipaux d’Opposition puissent promettre la lune aux électeurs qui viendront réclamer (généralement un logement, un emploi municipal ou des distractions gratuites), afin de les convaincre de voter pour leur liste aux élections suivantes.

En ce qui concerne le camping, il ouvre du 23 mars au 5 novembre 2018.

Les employés interviendront dans le camping à partir du 15 mars pour le préparer à recevoir les usagers et jusqu’au 9 novembre pour l’entretien préparatoire à la fermeture hivernale.

Les tarifs de location d’emplacement augmentent de 2% par rapport à 2017.

La prime d’intéressement des deux gérantes du camping représentera 2% du chiffre d’affaires.

Le conseiller municipal Rauti Chikaoui propose que la prime d’intéressement des gérantes du camping soit partagée avec tous leurs employés, quelle que soit leur affectation. C’est le principe d’égalité et de redistribution, déjà développé par les Gracches, tribuns de la plèbe, dans la seconde moitié du second siècle avant Jésus-Christ, et depuis, usé jusqu’à la corde par les démagogues de tout poil.
Les deux gérantes, qui sont présentes, sursautent quand elles entendent ces propos.
De toute façon, la proposition de Rauti Chikaoui est repoussée par le conseil.
Ce qui ne l’empêche pas de voter avec tous les autres conseillers pour toutes les décisions concernant le budget et le fonctionnement du camping.

10 février, 2018

Audresselles: la première réunion du conseil municipal après les élections

Classé dans : conseil municipal,politique — dompaul @ 23:29

La première réunion du conseil municipal après les élections partielles du 14 janvier, a eu lieu dès le jeudi 8 février, mais dans des délais suffisants pour que les cinq nouveaux élus aient le temps de préparer leurs interventions. On notera la présence, dans l’assistance qui est venue nombreuse occuper tous les sièges disponibles, de Patrick Legrand, candidat de la liste « Audresselles d’abord » aux élections du 14 janvier 2018.

Avant toute chose, le maire doit désigner un nouveau 4e  adjoint chargé des finances et de l’interim occasionnel des autres adjoints, en remplacement de Jean Ruano, démissionnaire.
Par souci de la démocratie, au lieu de désigner lui-même l’adjoint, le maire fait procéder à un vote à bulletins secrets des conseillers municipaux présents et représentés: Nicolas Denis est élu avec 9 suffrages et 6 bulletins blancs (il n’a pas voté pour lui-même).

Le maire a aussi décidé d’offrir gracieusement à ces élus de l’opposition une place dans chacune des cinq commissions municipales, en leur laissant le choix de désigner eux-mêmes leur représentant.
Comme Antoine Benoît, le chef de file de cette opposition pentacéphale, n’est pas venu à la réunion pour une raison inconnue, ils se sont trouvés bien embarrassés pour choisir à sa place car ils avaient prévu que leur groupe occuperait deux places dans chacune des commissions.
En définitive, Olivier Hugon a proposé pour lui un siège à la commission des finances.
Voici la nouvelles composition des commissions:
- 1ère commission des Finances: Hugues Pouyet, Patrick Boucher et Antoine Benoît;

- 2e commission de l’urbanisme: Michel Nicolas, Bruno Depothuis, Olivier Hugon;

- 3e commission du tourisme: Paul Ellart, Patrick Boucher, Nicolas Denis et Graziella Lefilliatre;

- 4e commission de l’Education: Joël Lecouffe, Michel Nicolas, Patrick Boucher, Rauti Chikaoui,

- 5e commission gestion du marché et de la briqueterie-salle des fêtes: Patrick Boucher, Michel Nicolas, Jean Leone, Franck Ternisien;

Le maire gère directement les fêtes et cérémonies avec l’aide de  l’ensemble du conseil municipal (pour la fête du crabe, le budget déjà prévu est de 2000 €)

En ce qui concerne le recrutement et la gestion du personnel, Joël Lecouffe, ancien maire, rappelle que la législation prévoit que ces attributions reviennent exclusivement au maire en exercice sans  qu’il soit tenu de suivre les recommandations des conseillers municipaux. Le conseil vote le budget dans lequel se trouve le poste de la globalité des rémunérations.

En fait, le législateur a voulu  éviter, dans la mesure du possible, le népotisme, la corruption et le trafic d’influence au niveau des conseillers.

Avant que la réunion ne prenne fin, Olivier Hugon propose l’installation d’un défibrillateur dans le village. Le maire y a déjà pensé mais il n’existe pas dans la commune un lieu fermé, accessible et surveillé en permanence, donc adapté pour l’installer.

Cette installation n’est pas obligatoire ni codifiée par la loi.

La séance est levée et toutes les personnes présentes sont invitées par le maire à participer au pot de l’amitié. Tous les conseillers municipaux et presque tout le public acceptent l’invitation.

 

 

7 février, 2018

Tariq Ramadan ou la nouvelle affaire d’Outreau

Classé dans : international,politique,religion,Tariq Ramadan — dompaul @ 0:21

Dans le Boulonnais, on se souvient de l’ affaire d’ Outreau qui a coûté trente mois de prison aux innocentés mais aussi des sommes importantes au contribuable puisque l’indemnisation du plus humbles de ces innocentés (un chômeur) s’est élevée à quelque 250 000 €. Depuis, on a inventé un juge d’instruction en trois personnes, sur le modèle de la Sainte-Trinité puisque leur pensée est la même.

Tariq Ramadan est connu dans tout le monde francophone, du Sénégal au Liban en passant par la France mais il n’a pas que des amis. Des groupes  puissants qui le considèrent comme contraire à leurs intérêts, sont parvenus à le mettre pour l’instant hors d’état de leur nuire. Donc, il reste en prison après son passage devant le juge des libertés: le billet d’avion qui l’innocente et qui  avait été « perdu » par l’instruction, ne suffit plus comme alibi pour prouver qu’il ne pouvait pas se trouver avec la prostituée qui l’accuse de viol. Il faut que la compagnie atteste qu’il était bien dans l’avion alors que le voyage remonte à plusieurs années. Mais existe-t-il des compagnies aériennes qui conserve le listing de leurs voyageurs plus longtemps que la police des frontières ?

Tariq Ramadan a été emprisonné sous le prétexte que deux personnes qui sont montées dans sa chambre (pour quoi faire ?) l’accusent de viol: une femme décrite comme fragile psychiquement et une « call-girl », c’est-à-dire une prostituée, dont le témoignage est contrarié par un alibi très solide. Ceci montre le danger que représente désormais un pouvoir judiciaire pénal omnipotent aux mains d’inconnus aux motivations variées, dont les excès font perdre sa légitimité à l’institution.

S’il est maintenu en prison par la cour d’Appel, que d’autres faux-vrais témoins ne se manifestent pas, et que les preuves de ses prétendus méfaits font long feu, il faudra bien ou le relâcher ou l’envoyer en cour d’Assises et, même si le président de la cour est bien formé pour manipuler des jurés déjà intimidés par la pression des médias, personne ne peut assurer qu’il sera condamné.

Pile ou face ?

L’emprisonnement des quelques anonymes de l’affaire d’Outreau a créé un scandale judiciaire mais ses conséquences restent sans commune mesure avec les conséquences à venir de la mise en examen d’une personnalité internationale comme Tariq Ramadan à l’initiative du gouvernement français par le truchement de son procureur  puis son emprisonnement.

Si Tariq Ramadan sort triomphant de cette épreuve, on ne doit pas s’attendre à ce qu’il se fasse discret même si on lui propose une indemnité d’emprisonnement abusif  de quelques millions d’euro à condition qu’il se taise.

Il ne faudrait pas s’imaginer que les gens sensés croient aveuglément à cette décision de justice téléguidée. Pour l’instant, les auditeurs de Tariq Ramadan, qui ne sont pas nécessairement Mahométans, ne se sont pas manifestés car les médias aux ordres l’ont déjà enterré. Mais il suffit désormais d’une étincelle pour que le monstre judiciaire échappe aux mains des apprentis sorciers. Et le fiasco risque d’entraîner des conséquences inattendues, y compris au niveau international.

3 février, 2018

Trump déclassifie l’ignominie du parti démocrate

Classé dans : international,socialistes — dompaul @ 22:59

Lorsqu’ils étaient encore au pouvoir avant la défaite électorale de Clintonette, les afro-démocrates Barak Obama et Loreta Lynch, son ministre de la Justice, assistés du  directeur du FBI nommé par eux, James Comey,  ont payé 160.000 dollars Christopher Steele, un ancien espion britannique agent de la CIA, par l’intermédiaire du cabinet d’avocats ‘Perkins Coie’ et le groupe de renseignement privé « Fusion GPS », pour concocter un dossier sur une prétendue manipulation de Donald Trump par les services secrets russes, le FSB, afin de le discréditer.

Ce dossier fabriqué avec des photos truquées de Trump avec une femme prétendument russe, a été rendu public sous le nom de « Russiagate ». Le FBI a surtout utilisé, pour le compte des Démocrates, la loi FISA qui autorise l’interception des communications (électroniques, téléphoniques et autres) des étrangers et des Américains à des fins d’antiterrorisme. James Comey a abusé de la loi pour espionner le parti républicain et Donald Trump pendant toute la campagne électorale.

Dans leur naïveté, les Démocrates s’imaginaient que Donald Trump allait respecter le secret des activités des services du même nom et n’oserait pas le rendre public. Il a osé.
Et il prouve qu’ils ont fait pire que Nixon.

Ces informations font les gros titres de la presse italienne mais pas de la presse française. Pourquoi ?

2 février, 2018

« Coming out » et « coming in back », quand les homos changent de bord et que Tarik Ramadan est mis à l’ombre

Classé dans : international,religion,socialistes — dompaul @ 18:31

Deux présidents d’états peu connus dans les pays dont sont ressortissants les Audressellois,  mais régulièrement réélus à une confortable majorité dans leur pays ou leur région, Alexandre Lukatchenko en Biélorussie et Ramzan Kadyrov en Tchétchénie, veulent « guérir les homosexuels », utilisant des moyens plus ou moins énergiques pour parvenir à leurs fins et s’inspirant du regretté Louis XIV quand il a révoqué l’édit de Nantes. Ils obtiennent des résultats et donnent satisfaction à la majorité silencieuse.

Kadyrov est du reste plus énergique pour « soigner les homosexuels » au nom de l’Islam que Lukatchenko, mais moins que la famille Saoud en Arabie dont les bourreaux manient le sabre avec vélocité et précision, et chacun sait que le régime en place dans cette dernière est très apprécié des différents chefs d’Etat français, qui ne le critiquent jamais.

Pour le parti socialiste, très malade mais pas encore disparu, la stratégie de reconquête passe par une nouvelle opération de séduction. Les homosexuels des médias ne représentent plus le groupe de pression prioritaire à flatter pour obtenir des voix, les électeurs mahométans les ont remplacés.

Alors quelques élus  homos, à tous niveaux, qui désirent absolument conserver leur mandat difficilement acquis lors des prochaines élections et dont la circonscription  se remplit de nouveaux électeurs issus de l’immigration, ont trouvé une solution simple: faire un enfant à une beurette qu’ils épousent après avoir divorcé à toute vitesse de leur compagnon. Celui-ci n’est généralement pas content et va se plaindre aux parents, oncles et cousins de son ex-conjoint qui avaient déjà dû digérer le « coming out » de leur fils ou neveu et qui, maintenant, doivent prendre un tournant à 180° en sachant qu’ils vont avoir un petit-enfant, neveu ou cousin mauresque.

Il est évident que nous ne pouvons pas nommer ces personnes car il ne s’agit pas de leur faire du tort, d’autant plus que la solidarité entre homos est plus forte que l’appartenance partisane et que ces homos renégats risquent de s’attirer les foudres de leurs anciens semblables. Mais ceci prouve que l’inversion n’est pas irréversible.

Dans cette lutte qui met aux prises les différentes communautés antagonistes, quoique de gauche, l’affaire Tarik Ramadan va servir de révélateur. Le procureur de la République vient de mettre à l’ombre pour examen le conférencier mahométan Tarik Ramadan sur le témoignage d’une « call-girl », terme pudique pour désigner une prostituée, pas du tout vénale, comme chacun sait, et sur les dires du livre signé par une « fragilisée » soutenue par la journaliste Caroline Fourest, qui se prétend lesbienne et ne critique jamais la politique israélienne.
Qui va gagner dans ce bras de fer judiciaire ? Tarik Ramadan refuse toujours d’admettre avoir commis les horreurs dont l’accusent les deux femmes et le mari de la première qui, étonnamment, n’est pas poursuivi pour proxénitisme.
Il va falloir trancher en ce qui concerne Ramadan: est-il préférable de complaire aux mouvements féministes LGBT ou aux Mahométans de banlieue et à la presse de gauche pro-Tarik ?

25 janvier, 2018

Audresselles: les bonnes nouvelles

Classé dans : conseil municipal,religion — dompaul @ 15:21

Dans le cadre de la communauté de communes

Lors de sa présentation de voeux pour l’année 2018, le président Francis Bouclet a fait le bilan des réalisations de sa seconde année de mandat.

Soucieux d’économies, il n’a sensiblement pas augmenté le nombre de fonctionnaires de la communauté de communes, qui s’élève à cent, bien que les communautés de communes reçoivent en permanence de nouvelles attributions à la place de l’Etat et des communes. Il est contraint aussi par la nouvelle réglementation « écologique » d’entreprendre la reconstruction de la déchetterie de Marquise qui doit être encore davantage diversifiée  (avec augmentation de 200 € des impôts locaux par nabitant).
L’entretien des digues n’étant plus à la charge ni des communes, ni du conseil général, ni de la région ni de l’Etat, c’est la communauté de communes qui va payer la réfection des digues de Wissant et d’Ambleteuse (40 € de plus par habitant sur les impôts locaux).
Avec ce nouveau système préparé par Hollande donc hérité des socialistes, les Audressellois, qui ont des digues résistant à la tempête, paieront pour les digues de Wissant et Ambleteuse qui s’effondrent régulièrement pour le plus grand profit des entreprises de maçonnerie. Quand on dit 40 € par habitant, c’est une moyenne, puisque les contribuables vont payer pour ceux qui ne payent aucun impôt.

La paroisse: mariages et enterrements

Dans le même temps, la grande paroisse Notre Dame des Flots-Saint Martin de 23 000 habitants  n’a plus qu’un prêtre âgé de moins de soixante-quinze ans. Il en a soixante quatorze: c’est le curé. Ensuite, il devient prêtre-aîné et n’a plus de responsabilités paroissiales. Les trois autres prêtres aînés ont dépassé les quatre-vingt-dix ans.

Il n ‘ y a déjà plus de messe dominicales à Audresselles qu’occasionnellement (la prochaine a lieu le dimanche 4 mars) et, à court terme, les mariages et funérailles s’effectueront sans prêtre si, toutefois, un laïc veut bien s’en occuper. Sinon, il faudra que les familles viennent avec le prêtre qu’elles auront trouvé pour les marier ou enterrer leurs proches.

De toutes façons, le Pape François 1er n’envisage pas de réformes susceptibles de susciter davantage de vocations et affiche comme priorité d’encourager l’immigration mahométane masculine en Europe et haïtienne au Chili.

Pourquoi dire « la Sainte Russie » ?

Faisons des comparaisons et des calculs: l’église catholique française a cinq mille prêtres « actifs » pour soixante sept millions d’habitants. L’église orthodoxe russe  a trente huit mille prêtres séculiers , âgés de moins de quarante ans en majorité, avec un accroissement rapide et régulier pour 2,15 fois plus d’habitants (cent quarante quatre millions) dont de nombreux Mahométans, Bouddhistes, Chrétiens d’autres confessions y compris les Vieux-Croyants. On ne compte pas les moines et prêtres réguliers. En Russie, c’est 1 prêtre de l’église orthodoxe russe pour 3000 habitants, en France, c’est un prêtre catholique pour 13 400 habitants.

 

19 janvier, 2018

N.D. des Landes: pourquoi Macron a raison

Classé dans : écologie,économie,espace public,politique — dompaul @ 10:44

C’est à la suite de la lecture de rapports ou  d’articles comme celui qui suit que le président Macron a pris la judicieuse décision d’en finir avec la construction de l’inutile aéroport sur la commune de N.D. des Landes, sans se préoccuper des puissants groupes de pression économique ni des politiciens véreux qui attendaient leur pot de vin, ou qui l’avaient peut-être déjà reçu par anticipation, pour certains.

Le 4 novembre 2010, un moteur de son A 380 explose alors qu’il décolle de Singapour ! Avec sans froid, le commandant Richard De Crespigny arrive à poser son avion avec ses 469 passagers. Ce pilote chevronné, aujourd’hui à la retraite, donne sont point de vue sur le projet d’un second aéroport nantais.
>
J’ai bientôt 70 ans, 40 années dans l’aéronautique, 15 comme commandant de bord, 14 500 heures de vol. Je ne connais pas tous les aéroports du monde mais j’en connais beaucoup, franchement beaucoup. Néanmoins, si je veux comprendre quelque chose dans cette polémique, je dois faire comme tout le monde, procéder par comparaisons.
>

>
On me dit que l’aéroport de Nantes est dangereux car les avions passent sur la ville. Ah bon ? J’ai passé ma vie de pilote à survoler des agglomérations à basse altitude, tant au décollage qu’à l’atterrissage, avec des procédures spécifiques à chaque endroit.
> Ici il faut virer sitôt l’attitude de sécurité atteinte, là il faut réduire la puissance, ailleurs c’est la pente qui est réglementée, etc.
> Bref, je ne veux pas trop m’étendre sur les détails techniques, mais les aéroports où les pilotes sont peinards et peuvent gérer les approches et les décollages comme bon leur semble sont rares. Aussi rares que les villes non survolées par les avions.
> Je connais Nantes pour avoir pratiqué cet aéroport plusieurs fois par semaine il y a quelques années et n’ai pas souvenir de spécificités particulières. Si on reconnaît Nantes dangereux, il faut interdire plusieurs milliers d’aéroports dans le monde et commencer par rayer de la carte celui de Chambéry.
> Hé oui les savoyards ! L’aéroport de Chambéry le Bourget est coincé entre deux montagnes sur ses flancs, le lac à un bout de piste, la ville à l’autre bout. Pourtant les gros jets se posent et décollent sans scandales, ni polémiques. Ne parlons pas de celui de Hongkong : là, jusqu’en 1998, c’était carrément un spectacle. Hongkong était dans un délire, Nantes aussi mais en sens inverse.
> Si on considère maintenant l’autre volet de l’affaire, c’est à dire l’augmentation de l’activité, on va se retrouver encore une fois dans les arguments spécieux et délirants.
> On me dit que cet aéroport avec ses 3,5 millions de passagers en 2011 se trouve « à l’étroit » et qu’il faut prévoir l’avenir.

> On voudrait me faire croire que cette infrastructure arrive à saturation.

> Lors de l’éruption volcanique islandaise de l’année passée, Nantes qui était hors zone, a multiplié son trafic par trois pendant plusieurs jours, et tout s’est très bien passé !
> Les aéroports de la taille de Nantes sont les plus nombreux et il suffit de comparer avec d’autres pour se rendre compte de l’importance des balivernes prononcées sur le sujet.
> Un exemple parmi tant d’autres : Genève, cet aéroport a reçu l’année passée plus de 12 millions de passagers. Oui vous avez bien lu : en fait, presque 13 millions (je n’ai pas le chiffre exact).
>
Une seule piste, des contraintes de proximité urbaine et une plate-forme aussi grande que Nantes. Il est vrai que les Suisses sont en (véritable) démocratie et ne se font pas enfumer !

> Le premier prix au championnat du monde du genre revient à San Diego en Californie : une seule piste, plate-forme beaucoup plus petite qu’à Nantes, des contraintes incroyables d’environnement et d’interdictions de nuit : 18 millions de passagers l’année passée.

> Oui chers amis écolos, 5 fois plus que Nantes.

> Bon il faut reconnaître le grand professionnalisme des contrôleurs aériens américains et aussi celui des pilotes. Les contrôleurs français sont également très bons et les pilotes pas maladroits et on voudrait nous faire croire que Nantes sera à saturation en 2020 avec… 5 millions de passagers ! 5 millions en 2020, c’est tout ?
>

>
Et qui nous les fait ces prévisions ? Et basées sur quoi ? Si c’est aussi sérieux que le reste, on est encore en droit de douter.

> Même si le chiffre est dérisoire. Pour le moment présent ce n’est que moins de 4 millions.

> Puisque personne ou presque dans ce pays n’écoute les arguments écolos, il me semble qu’il serait bon d’en employer d’autres : ceux qui frappent les esprits, ces arguments par exemple. L’essentiel n’est-il pas dans le résultat ?
> Sauver des terres agricoles et permettre aux petits oiseaux de continuer de voler c’est bien, c’est même essentiel mais puisque personne n’écoute, tenons donc un autre langage.
> Éviter de dépenser un demi-milliard d’euros dans une lamentable stupidité à la gloire de ces hommes politiques qui auront disparu dans l’enfumage des irresponsabilités lorsque le projet réalisé révélera la bêtise.
> Se préserver du gaspillage à une époque qui, nous dit-on, va devenir encore plus dure : Cela devrait suffire à convaincre les plus sourds non ? Et surtout renvoyer les pelleteuses au garage.
> On peut aussi continuer de subir l’oligarchie, se complaire dans ce système corrompu de pseudo démocratie dite représentative. Honorer 577 députés, gaver 350 sénateurs et leur permettre de donner leur nom aux édifices construits avec l’argent public.
> Concernant l’aéroport de Nantes je propose Ayrault port.

> On peut aussi espérer qu’un jour peut-être, les Français découvriront que la solution n’est pas dans les hommes politiques mais dans l’action citoyenne responsable.

> Qu’ils soient de droite, de gauche, du milieu ou de Mars, les politiques ne sont pas la solution : ils sont le problème.


 

 

16 janvier, 2018

Audresselles: l’opposition officielle entre dans le conseil municipal

Classé dans : conseil municipal — dompaul @ 23:55

A l’occasion  des élections partielles municipales du 14 janvier 2018, les cinq candidats de la liste Cap Audresselles, battus en 2014, ont tous été élus conseillers municipaux en remplacement des démissionnaires. Aucun candidat de la liste « Audresselles d’abord », celle qui a été proposée par le maire,   ne fera partie du conseil pour ces trois années qui restent avant les prochaines élections.

Quelles conclusions titrer de ce  retournement ? Est-ce à dire que l’électorat est inconstant et change brusquement d’opinion ?

A l’actif des nouveaux élus, on a pu remarquer qu’ils ont su tirer les leçons de leur précédent échec. Depuis trois ans, Graziella Lefilliâtre, qui fait partie d’une famille déjà implantée à Audresselles avant la guerre de cent ans, et Rauti Chikaoui se sont impliqués particulièrement, à travers l’association des Margats, dans la vie de l’école communale et ont utilisé à bon escient les subventions données par le maire pour apporter des distractions à Noël 2017, notamment le remarquable spectacle d’une jolie illusionniste, accessible à tout public.

Autre idée intelligente: Juste avant les élections, Graziella Lefilliâtre a organisé une journée à Londres en louant deux autocars pour y transporter les Audressellois. Plus de cent Audressellois se sont portés candidats pour le voyage et il a fallu refuser du monde alors qu’il fallait payer trente cinq euro par personne.

Les intellectuels de l’équipe, à commencer par Olivier Hugon, ont de leur côté entretenu le blog « Cap Audresselles », relatant dans le détail les réunions du conseil municipal. Chaque article présente d’abord les faits de façon objective puis l’ avis de ses auteurs. Pour ce faire, il a fallu qu’ils s’astreignent à se rendre à toutes les réunions du conseil.

En face, la liste soutenue par le maire n’a été rendue publique que dans les deux semaines précédant le scrutin et a été constituée de personnes compétentes mais moins connues des Audressellois de souche.

Dans ces conditions, le programme proprement dit des nouveaux élus, qui pourrait se résumer à « fêtes et logements sociaux », est passé au second plan pour ceux des plaisanciers millionnaires qui se sont déplacés pour voter contre la liste présentée par Roger Tourret, seulement parce qu’ils avaient un compte personnel à régler avec lui (pour la plupart des querelles de voisinage où le maire était resté neutre au lieu de leur donner raison).

Néanmoins, si l’on compte le nombre de voix obtenues par les nouveaux élus par rapport au nombre de celles qu’ils ont obtenues en 2014, on s’aperçoit que Rauti Chikaoui a obtenu vingt six voix en plus soit 260 voix, Franck Ternisien seize voix en plus (256 voix), Graziella quinze voix en plus ( 254 voix), Olivier Hugon cinq (252 voix) et Antoine Benoît une voix de moins (244).

Sur le nombre d’inscrits, seuls 53,9% ont voté et beaucoup de propriétaires de gîtes ou de résidences secondaires qui votent habituellement pour Roger Tourret, n’ont pas été prévenus.

Si les cinq nouveaux élus veulent voir leur essai transformé en 2020 à l’occasion des élections municipales générales, quand tous les inscrits viendront voter, il ne peuvent plus se cantonner au cercle restreint des parents d’élèves de la petite ‘école communale laïque qui constituent le gros de leurs troupes. D’autant plus que les partisans de l’équipe actuelle auront compris la leçon de cette micro-défaite et ne vont pas rester inactifs.

Comme l’actuelle majorité de dix conseillers est divisée, des alliances tactiques transpartisanes vont se créer avec les nouveaux arrivants en fonction des intérêts des uns et des autres en vue de constituer des listes pour les élections suivantes. Ce sera intéressant de voir comment réagira le Patron.

123456...67

الرس... |
genie |
45M d'euros |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour en finir avec l'arme n...
| SABUSHIMIKE Aury Odilon
| la vérité n'existe pas